Compte rendu de la séance autour de l’ouvrage “Désirer comme un homme : Enquête sur les fantasmes et les masculinités” du sociologue Florian Vörös

Barbara Mettetal, Romane Tassel, Hoël Dizien, Adam Lebert, élèves à l’ENS de Lyon

Lors de la première séance de l’édition 2021-2022, le séminaire Re/Lire les sciences sociales a eu le plaisir d’accueillir le sociologue Florian Vörös pour la présentation de son ouvrage Désirer comme un homme : Enquête sur les fantasmes et les masculinités, paru en 2020 aux Éditions La Découverte. En guise de prolongement, Léna Pamboutzoglou, dont le mémoire de master porte sur la consommation de pornographie chez les étudiant-e-s de grandes écoles françaises, et Victor Vey, dont la thèse porte sur les masculinités via les usages sociaux de la barbe, ont été invité-e-s à prendre part à une discussion autour du livre. Avant de clôturer la séance, les intervenant-e-s ont pu répondre aux questions du public, présent dans la salle et sur Zoom.

Intervention de Florian Vörös
Méthodologie de l’enquête

Dans un premier temps, Florian Vörös est revenu sur la méthodologie de son enquête menée entre 2008 et 2015 dans le cadre de sa thèse intitulée Les usages sociaux de la pornographie en ligne et les constructions de la masculinité. Une sociologie matérialiste de la réception des médias. Afin d’interroger les constructions du genre et des masculinités aux croisements de la sexualité, de la classe et de la race, il a enquêté auprès d’hommes majeurs, cisgenres et vivant en région parisienne, mais également auprès de quelques femmes et une personne transmasculine, dans une démarche comparative.

Pour répondre aux difficultés de trouver des enquêté-e-s aux profils diversifiés et disposés à discuter de leurs usages de la pornographie, Florian Vörös a eu recours à deux types d’entrée sur le terrain. Le premier type d’annonce interpellait des « fans, passionnés et spectateurs occasionnels » de pornographie sur des forums dédiés et des sites de rencontres gays. Le second type d’annonce invitait à discuter de « l’homosexualité à l’écran » et de « l’amour et la sexualité à l’écran », et était diffusé auprès d’associations de convivialité homosexuelle et bisexuelle et auprès du réseau d’interconnaissances du chercheur. Ces choix méthodologiques ont créé des biais de recrutement qui l’ont obligé à redessiner les contours de son objet d’étude autour de « la fabrique sexuelle de la masculinité blanche de classe moyenne et supérieure ». En effet, sur les 34 enquêté-e-s, seuls trois étaient non-blancs, seul un n’avait pas le baccalauréat et la plupart appartenait aux catégories moyennes et supérieures. Ces entretiens étaient marqués par une complicité masculine et blanche.

Le rapport des hommes hétérosexuels blancs à la violence sexuelle

Florian Vörös a ensuite concentré son intervention sur une dimension particulière de son enquête : le rapport des hommes hétérosexuels blancs à la violence sexuelle, en tant que fantasme et en tant que problème public.

Dans cette perspective, il a d’abord souhaité dépasser les fausses évidences sur le lien entre pornographie et violence. Il a ainsi expliqué que l’exposition aux images pornographiques n’a pas d’effet direct sur les violences sexuelles et masculines, que le choc sensoriel de ces images et leur tournage ne sont pas en soi une violence, même si les contextes dans lesquels elles sont montrées et tournées peuvent être violents.

Une fois ces pistes écartées, il a exposé son traitement de la question de la violence sexuelle, en soulignant l’influence des ouvrages de l’universitaire féministe Sara Ahmed qui fait le lien entre d’une part la connaissance/l’ignorance des systèmes de domination et d’autre part un confort/inconfort émotionnel (The Cultural Politics of Emotion, Sara Ahmed, 2004). Dans les désirs (pourtant personnels) de ces enquêté-e-s, il identifie des régularités : la valorisation de la posture de conquête et de séduction, la valorisation de la virilité dans les corps, l’exclusion des corps et des pratiques « anormales » comme l’attrait pour la soumission (perçue comme homosexuelle), la douceur et la disponibilité féminine et les fantasmes où « l’homme force un peu la femme ». Pour autant, les enquêté-e-s ont recours à des stratégies qui les maintiennent dans l’ignorance de leur propre rapport à la violence et qui construisent une zone de confort émotionnel, en l’occurrence cis hétéro masculine blanche.

Florian Vörös étudie trois de ces stratégies. La première est de ne pas appliquer le mot « violence » à ses propres fantasmes. La seconde consiste à dénoncer les « déviant-e-s » pour défendre sa propre normalité. En effet, par un mécanisme de différenciation sociale qui les rend ignorants à leur propre rapport à la domination, les enquêté-e-s attribuent la violence à d’autres : les pratiquant-e-s du BDSM, les personnes non-blanches, les jeunes, les personnes de classes populaires, etc. Autrement dit, ils visent à se différencier de celleux qui, contrairement à eux, n’auraient pas les capitaux nécessaires pour faire la différence entre le fantasme et la réalité. La troisième et dernière stratégie mise en exergue est la mobilisation par ces enquêté-e-s issus de classes moyennes et supérieures d’arguments pseudo-scientifiques pour par exemple justifier la domination supposément naturelle des hommes sur les femmes.

À travers l’extrait du premier souvenir d’érotisme à l’écran d’un de ces enquêté-e-s, Florian Vörös a explicité que les mécanismes de naturalisation et d’euphémisation de la violence, très prégnants dans ses entretiens, se diffusent également à partir d’autres objets culturels que la pornographie, en l’occurrence à partir du film La Guerre du feu (1981), film d’aventures préhistoriques dans lequel la virilité est associée à des hommes auteurs de violences sexuelles.

En outre, Florian Vörös a utilisé l’exemple d’un de ses enquêté-e-s, qui s’interroge sur l’excitation que lui procure la violence sexuelle, pour montrer combien sa réflexion sur son rapport personnel à la domination et à la violence le pousse momentanément en dehors d’une zone de confort. Il finit par la regagner en imaginant un scénario que l’on pourrait qualifier de « compensation », où des femmes bodybuildées vont « défoncer le cul » du caméraman qui a filmé une actrice en train de subir un comportement selon lui associable à une violence sexuelle.

En conclusion, Florian Vörös s’est interrogé sur les pistes possibles à suivre en matière d’éducation à l’image et à la sexualité. Selon lui, une possibilité est d’agir sur le rapport des personnes à leurs fantasmes, en les faisant sortir de leur zone de confort à travers la diffusion et l’appropriation de savoirs féministes, propices non pas à l’émergence d’une masculinité positive mais au démantèlement pur et dur de la masculinité.

Intervention de Léna Pamboutzoglou

Léna Pamboutzoglou a commencé par reprendre les résultats de l’enquête qu’elle a menée dans le cadre de son master 1 en 2018-2019, auprès d’étudiant-e-s de grandes écoles françaises. Il s’agissait d’étudier le rapport de cette population privilégiée à un objet culturel pourtant apparenté à une faute de goût. À travers un questionnaire ayant reçu environ mille réponses, et une quinzaine d’entretiens, Léna Pamboutzoglou a interrogé la construction des fantasmes de ses enquêté-e-s. Du point de vue quantitatif, elle retrouve des résultats proches de ceux de Florian Vörös, notamment du point de vue des fantasmes masculins (par exemple, des corps féminins entièrement disponibles et dédiés aux hommes). Son approche théorique diffère néanmoins de celle de Florian Vörös, car elle s’intéresse notamment à la socialisation secondaire à la sexualité. Son travail propose ainsi d’interroger d’éventuelles évolutions dans la consommation de pornographie, en étudiant les conséquences de l’intégration d’une grande école dans le cas de ses enquêté-e-s. L’admission à l’école a effectivement conduit certain-e-s à s’interroger sur leurs fantasmes, voire à changer leurs pratiques. La socialisation secondaire au sein de la grande école permet donc l’acquisition de dispositions critiques, permettant d’intégrer et de formuler un jugement nouveau sur les contenus pornographiques.

Léna Pamboutzoglou a notamment proposé d’interroger dans la discussion les éventuelles introspections critiques et évolutions des enquêté-e-s dans leur rapport à leur désir, en interrogeant l’apport de la notion de socialisation et la place des fantasmes féminins. Florian Vörös a  lui souligné sa distance à la sociologie de la socialisation, à laquelle il préfère les concepts des études féministes et queers. Comme celui de Léna Pamboutzoglou, le corpus d’entretiens de Florian Vörös contient des pratiques et des représentations subversives d’hommes hétérosexuels. Il souligne l’importance d’évoquer ce qui pose un problème, ce qu’il a fait dans la présentation en évoquant la violence, malgré le risque éventuel de dresser un tableau pessimiste figé.

Intervention de Victor Vey

Victor Vey a commencé par situer le travail de Florian Vörös dans la littérature relative à la sociologie des hommes et des masculinités. Il a rappelé que longtemps, le genre n’a pas été étudié au prisme du masculin, les hommes n’apparaissant que comme une masse informe de dominants. Travaillant lui aussi sur les masculinités, Victor Vey souligne l’importance de s’interroger en tant qu’homme sur des éventuels effets de la domination masculine dans ces travaux. Il s’agit de s’appliquer à s’affranchir d’une forme d’attachement à la masculinité. Florian Vörös souligne dans cette perspective qu’il est réticent face à une éventuelle autonomisation des études sur les masculinités face aux études féministes et queers. Si les études sur les masculinités ont créé une dynamique intéressante interne aux groupes des hommes, il ne faudrait pas invisibiliser les chercheuses qui contribuent à ces thématiques.

Selon Victor Vey, un autre point commun entre ses travaux et ceux de Florian Vörös est qu’ils étudient des objets déviants : la pornographie et la barbe. Victor Vey souligne l’ambivalence de ces objets. D’une part, le « rasé » est une norme statistique, tandis que la barbe est parfois stigmatisée notamment pour des raisons d’hygiène ; d’autre part, le fait de « trop » prendre soin de sa barbe peut constituer un comportement déviant pour un homme, car il contrevient à la norme de souci minimal de soin de soi. De même, alors que la pornographie est une pratique fréquente statistiquement, elle est taboue dans les discours. Victor Vey invite à s’interroger sur les effets de cette ambivalence dans le processus d’apprentissage de la déviance (en suivant la perspective de « carrière déviante » théorisée par Howard Becker) : dans le cas des barbus, une déviance (le soin apporté à la barbe) est mobilisée pour contrer les effets d’une autre (la stigmatisation de la saleté de la barbe). Dans sa réponse, Florian Vörös souligne que saisir sociologiquement un apprentissage nécessite que l’enquêté-e se souvienne de ce processus, et qu’iel y ait fait attention. Il a donc été plus facile de s’y intéresser pour les hommes gays, car pour ces derniers, l’apprentissage des techniques et des goûts va moins de soi que pour les hommes hétérosexuels.

Enfin, Victor Vey reprend l’appel à l’inventivité que Florian Vörös exprime dans la conclusion de son ouvrage, en préconisant de « renouer avec l’expérience » pour réinventer les masculinités. Les enquêté-e-s barbus de Victor Vey reprennent la vulgate rhétorique de « la nouvelle masculinité », supposément progressiste, en affirmant accepter leur « part de féminité ». Ils s’identifient donc à une forme de masculinité hybride, procédant par incorporation sélective. Victor Vey suggère donc que ce type de nouvelles masculinités peut correspondre à l’inventivité à laquelle Florian Vörös appelle. Ce dernier rappelle au cours de l’échange que la revendication de ces formes de masculinités s’inscrit dans une démarche de distinction.

Échange avec le public

Les questions du public évoquent notamment le lien entre les évolutions technologiques et les évolutions des pratiques. Elles donnent à Florian Vörös l’occasion de souligner la tendance à l’individualisation des contenus pornographiques (sexcams, amateurs, smartphone), malgré la difficulté de publier des analyses sur un objet numérique, qui évolue très rapidement. Les temps de recherche et de publication étant longs, le risque de publier des informations obsolètes est important. 

Sur le rapport à la violence, Florian Vörös est amené à développer la perception des désirs féminins par ses enquêtés. Certains insistent par exemple sur le fait que « les femmes désirent aussi cela », ce qui leur épargne une remise en question en tant que membre du groupe dominant. Les stéréotypes de genre imprègnent effectivement les fantasmes des femmes, mais les implications diffèrent grandement en fonction de la position dans l’espace social. 

Du point de vue des conditions d’entretien, les intervenant-e-s sont interrogé-e-s sur le rôle qu’ont pu avoir le genre et l’orientation sexuelle assumés par les enquêté-e-s. Florian Vörös souligne que, puisqu’il est difficile d’amener les enquêté-e-s à parler de l’intime, il s’est adapté à ce qu’ils pensaient de lui. Léna Pamboutzoglou a exprimé une plus grande facilité à mener des entretiens fluides lorsque les enquêté-e-s n’étaient pas des hommes cis hétérosexuels. Elle a connu des situations de drague, en tant que jeune étudiante travaillant sur un objet relatif à la sexualité. Victor Vey souligne que son apparence a été une ressource sur son terrain, puisqu’il est lui-même barbu, ce qui lui permettait par exemple de passer inaperçu lors d’observations dans un salon de barbier. Jusqu’à présent, il s’est peu interrogé sur l’éventualité d’être un sujet de désir pour les enquêté-e-s, mais il aimerait étudier la communauté gay  ours  dans le cadre de sa thèse, et la question pourrait alors se poser. Il souligne que le passing est également une question de classe sociale, les personnes qu’il a interrogé-e-s étant essentiellement des hommes blancs issus des classes moyennes et supérieures : certains entretiens ont pu être facilité par le fait qu’il était perçu comme un homme progressiste et très diplômé, certains enquêté-e-s voyant l’entretien comme l’occasion de manifester leur culture progressiste en harmonie avec quelqu’un qui partage leur point de vue.

Bibliographie indicative

AHMED Sara, Living a Feminist Life, Duke University Press, Durham, 2017

AHMED Sara, The Promise of Happiness, Duke University Press, Durkham, 2010

AHMED Sara, The Cultural Politics of Emotion, Edinburgh University Press, Édimbourg, 2004

BERTRAND Julien, Martine COURT, Christine MENNESSON et Vinciane ZABBAN,

« Introduction. Socialisations masculines, de l’enfance à l’âge adulte », Terrains travaux, vol. 27, no 2, 18 décembre 2015, p. 5-19.

BOURDIEU Pierre, La domination masculine, Paris, Seuil, 1998.

CLÉMENT Xavier, Sports et masculinités : hybridation des modèles hégémoniques au sein du champ, Thèse de sociologie, Paris, Paris 11, 2014.

CONNELL Raewyn W., Masculinités: enjeux sociaux de l’hégémonie, Meoïn HAGÈGE et Arthur VUATTOUX (éd.), Paris, Amsterdam, 2014.

COURTINE Jean-Jacques, « Introduction : Impossible virilité », dans Alain CORBIN, Jean-Jacques COURTINE et Georges VIGARELLO (éd.), Histoire de la virilité. 3, La virilité en crise ? Les XXe-XXIe siècles, Paris, Seuil, 2011, p. 7-11.

GOURARIER Mélanie, Gianfranco REBUCINI et Florian VÖRÖS, « Penser l’hégémonie », Genre, sexualité & société, no 13, 2015.

RIVOAL Haude, La fabrique des masculinités au travail, Paris, La Dispute, 2021.

THIERS-VIDAL Léo, « Le masculinisme de “La domination masculine” de Bourdieu », dans Rupture anarchiste et trahison proféministe : écrits et échanges, Lyon, Bambule, 2013, p. 150-162.

VEY Victor, « Beard-Grooming Brands and Products as Representation of Masculinity », dans Vicky KARAMINAS, Adam GECZY et Pamela CHURCH GIBSON (éd.), Fashionable Masculinities: Queers, Pimp Daddies and Lumbersexuals, New Brunswick, Rutgers University Press, 2022.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search