Compte rendu “Vous êtes filmés ! Enquête sur le bluff de la vidéosurveillance”

Le lundi 11 mars 2019, le sociologue Laurent Mucchielli, directeur de recherche au CNRS et professeur de sociologie à l’université d’Aix-Marseille, est venu présenter son ouvrage Vous êtes filmés ! Enquête sur le bluff de la vidéosurveillance, paru en 2018 aux éditions Armand Colin, à l’occasion de la cinquième séance du séminaire Re/lire les sciences sociales. La discussion autour de l’ouvrage a ensuite été animée par Franck Ollivon (ATER à l’ENS de Lyon), spécialiste des enjeux spatiaux de la surveillance électronique, avant un moment d’échanges avec la salle.

En premier lieu, L. Mucchielli a rappelé la genèse de l’ouvrage Vous êtes filmés ! Enquête sur le bluff de la vidéosurveillance ainsi que les raisons qui l’ont amené à publier ce travail. C’est en répondant à un appel d’offres de plusieurs communes françaises qui souhaitaient établir un bilan critique de leur stratégie de prévention et de sécurité qu’il a eu l’occasion d’enquêter sur les dispositifs de vidéosurveillance déployés dans ces communes. Il a toutefois donné trois conditions à son intervention : les conclusions de l’enquête ne devaient pas être rédigées au préalable, il devait disposer d’un temps suffisant pour enquêter, et avoir un accès libre à toutes les sources existantes. Un sujet comme la vidéosurveillance soulève en effet des enjeux de communication considérables avec des problèmes d’accès à des sources jusqu’alors non communiquées.

  1. Mucchielli a pris le temps de redéfinir les contours de son objet d’étude. L’enquête menée porte sur le dispositif de vidéosurveillance dans l’espace public, à moitié financé par l’État, ainsi que sur le discours public qui accompagne ce dispositif. Le rapide historique du développement du dispositif de vidéosurveillance en France est ensuite évoqué : si dès les années 1990 il existe des initiatives locales de mise en place de caméras de vidéosurveillance dans l’espace public, c’est surtout à partir de 2007 qu’est instaurée une politique nationale après l’élection de Nicolas Sarkozy. Plus encore, depuis 2015 et la mise en place de l’état d’urgence à la suite des attentats, est constaté un essor de la vidéosurveillance, notamment dans les petites communes, c’est-à-dire dans des endroits où paradoxalement le risque sécuritaire est moins important. D’après L. Mucchielli, il existe deux imaginaires principaux autour de la vidéosurveillance : une légende noire, reprenant l’image orwellienne de « Big Brother is watching you » et une légende dorée dite du « vidéoflag », selon laquelle la vidéosurveillance permettrait de « confronter les dénégations du délinquant à l’irréfutable preuve par l’image »[1].

Selon L. Mucchielli, deux éléments expliquent le succès de la vidéosurveillance : le premier élément est le marketing réalisé par les industries de sécurité, à l’origine de l’essor et du succès de l’installation de la vidéosurveillance. Il s’est établi en effet peu à peu un partenariat entre le secteur public et celui du privé autour de l’installation des infrastructures et autour de la réflexion sur l’avenir de la vidéosurveillance. Le second élément est l’utilisation politique qui en est faite au niveau local, cette thématique étant parfois utilisée à des fins électorales par les acteurs politiques locaux.

Avant d’arriver à ces conclusions, L. Mucchielli a mis au point une triple méthode, à la fois quantitative et qualitative. Dans un premier temps, il a récolté des données administratives chiffrées afin de se faire une idée de la réalité de la présence des caméras de vidéosurveillance. Par ailleurs, il a effectué tout un travail sur la littérature grise liée à la vidéosurveillance. Il a lu et tenu compte de plus de cinq cents articles de la presse régionale française grâce aux notifications de Google liées aux articles sur la « vidéosurveillance » ou la « vidéoprotection ». Enfin, en parallèle du travail sur ces données quantitatives, il a mené des enquêtes sur le terrain avec une observation in situ qu’il considère comme décisive. Les entretiens menés sont, eux, plus ou moins formalisés et, dans leur ensemble, anonymisés.

  1. Mucchielli est ensuite revenu sur les trois terrains de son enquête, à savoir Saint-Paul-la-Rivière, Beau-rivage et Mega-City (trois villes dont les noms ont été modifiés par l’auteur et qui divergent entre elles par le nombre d’habitants notamment). C’est à partir de ces enquêtes de terrain que le sociologue amène les conclusions suivantes : il n’y a pas d’inflexion particulière de la délinquance après l’installation de caméras dans l’espace public, quelle que soit la ville considérée. À partir de ce constat, il explique que l’utilisation prépondérante de la vidéosurveillance consistera très probablement en la vidéoverbalisation des infractions quotidiennes et qu’une meilleure utilisation du capital humain pourrait être faite également en replaçant les agents de sécurité sur la voie publique plutôt que dans les centres de vidéosurveillance où ceux-ci ont révélé ennui et sentiment d’inutilité lors des entretiens menés. C’est en revenant sur ces individus derrières la caméra que L.Mucchielli termina la présentation détaillée de son objet d’enquête et de la manière dont il a abordé celui-ci.

Dans un deuxième temps, Franck Ollivon a débuté son intervention en revenant tout d’abord sur ce qu’il avait trouvé le plus intéressant lors de sa lecture. Il a insisté sur la « réflexion multiscalaire » de L. Mucchielli qui lui permet de montrer que la mission de sécurité, traditionnellement assumée par l’État, se décline aujourd’hui à toutes les échelles du politique. L’étude de la vidéosurveillance permet de montrer que chaque échelon du pouvoir « entend jouer son rôle en matière de sécurité au prix d’un coût astronomique pour le contribuable et même lorsque cela excède ses compétences ».

Il a ensuite exprimé son intérêt pour la cartographie de ce que L. Mucchielli appelle le « lobby sécuritaire », c’est-à-dire les interconnexions qui peuvent exister entre « les intérêts des professionnels de la sécurité et les intérêts des professionnels de la chose publique ». Ce point le conduit à souligner la nécessité pour les sciences sociales de se saisir d’un sujet comme la vidéosurveillance à une époque où la profusion des discours de personnes dites « expertes » obscurcit le plus souvent le débat public. Cette caractéristique de l’ouvrage de L. Mucchielli – la prise de hauteur vis à vis des lieux communs médiatiques pour offrir une analyse scientifique – est aussi visible par la manière dont il se place par rapport aux surveillance studies. En effet, F. Ollivon remarque que cet ouvrage évite le piège de ce que Florent Castagnino appelle la « rhétorique du superlatif »[2], en analysant la manière dont la technologie est concrètement utilisée, au lieu d’en analyser ses potentialités. C’est de ce travail que peuvent émerger des pages comme celles consacrées à l’ennui des agents de sécurité, venant souligner l’inutilité de ce dispositif décrit comme étant majoritairement un « écran de fumée ».

Pour terminer, F. Ollivon a relevé trois limites au travail de L. Mucchielli. Il a tout d’abord regretté l’absence d’une analyse spatiale, que ce soit à l’échelle de la ville, du quartier ou du micro-local, en faisant notamment référence à l’anecdote de la caméra qui ne fixait que les feuilles d’un arbre. Pour lui, les arbitrages qui sont effectués dans le choix de la disposition géographique ne sont pas anodins et auraient mérité une analyse plus approfondie.

Il a ensuite évoqué sa surprise sur le fait que, en dépit des distinctions sociologiques qui sont faites dans les trois villes présentées dans le livre, il semble ressortir que la place et le rôle des caméras de vidéosurveillance sont plutôt homogènes.

Enfin, en revenant sur « l’importance de la tiers-personne » dans le système juridique, évoqué par Michel Foucault[3], il a soulevé la question de l’utilisation faite de cet outil de surveillance par la justice. En s’y intéressant, peut-être que l’on s’apercevrait alors que l’efficacité de la vidéosurveillance est encore plus faible que ce que les taux d’élucidation évoqués laissent à penser.

  1. Mucchielli a répondu à ces remarques en expliquant que la question de la localité n’a pas été traitée car l’enquête s’est faite en vase clos, sur certains terrains précis, étant conditionnée par une demande publique. Cependant, il a confirmé que le choix de l’implantation de la caméra est toujours un enjeu pour les élus et les agents de surveillance. Les élus se retrouvent d’ailleurs parfois piégés par la demande de caméras qu’ils ont eux-mêmes engendrée car les citoyens comparent l’équipement des différents quartiers. Les enjeux économiques sont aussi bien évidemment un facteur important dans cette décision. À Mega-City par exemple les caméras sont davantage implantées dans les lieux touristiques que dans les lieux de délinquance.

    En ce qui concerne l’utilisation de la vidéosurveillance comme preuve lors d’un procès, L. Mucchielli avoue que c’est un point aveugle volontaire de son enquête résultant d’un manque de temps pour poursuivre son travail. Il souligne néanmoins que la question mériterait une attention toute particulière. Il donne l’exemple des violences policières  c’est la parole de l’un contre la parole de l’autre qui joue, le plus souvent au profit du policier. À ses yeux, l’image pourrait fortement changer ce rapport de force. Pour lui, c’est dans ce cas précis que l’importance des caméras de surveillance privées (à savoir les smartphones) est visible.  

Enfin, dans un dernier temps, la salle a pu poser quelques questions et échanger avec l’auteur. La première question portait sur la rentabilité de la vidéo-verbalisation. L. Mucchielli a alors rappelé les chiffres indiqués dans son livre, datant de 2016 : sur 60 000 affaires annuelles qui ont eu lieu, seulement 4 000 sont en images. Parmi celles-ci, seules 1 800 donnent une information à la police, à savoir majoritairement des numéros de plaques d’immatriculation. En revanche, seules 100 images de vidéosurveillance permettent d’identifier une personne. Toutefois, L. Mucchielli a soulignél’intérêt de la vidéo-verbalisation pour les mauvais stationnements ou autres dérogations au code de la route puisqu’en 2016 la vidéosurveillance a donné lieu à plus de 36 000 procès-verbaux.

Une seconde question interrogeait la pertinence et la possibilité d’une vidéo-surveillance intelligente qui remplacerait tout regard humain. L. Mucchielli a alors rappelé que les logiciels qui repèrent les mouvements incongrus n’ont rien de nouveau et qu’ils ont été testés aux États-Unis suite aux attentats du 11 septembre 2001. Il critique cette utilisation de la vidéosurveillance pour deux raisons. D’une part, selon lui, cela ne marche pas parce que 999 sur 1000 alertes sont tout simplement de fausses alertes. D’autre part, à ses yeux, l’idée d’une automatisation de la vidéosurveillance a pour risque majeur de rendre passif les acteurs qui continueraient de regarder et surveiller les écrans. Dans la dynamique de cette question, le débat a continué sur la place et le possible futur de la reconnaissance faciale par les caméras de vidéosurveillance. L. Mucchielli a indiqué que cela posait la question du fichage (et donc de la « re-connaissance » des individus) mais que cela ne marcherait probablement pas pour les professionnels.

Une troisième question portait sur la fonction sociale de la vidéo-surveillance selon le territoire (petits bourgs ou hyper-centres). L. Mucchielli a répondu en distinguant trois types d’acteurs pouvant être favorables ou non à la présence de ces caméras. Le premier acteur, la police, est selon lui tout à fait favorable à l’utilisation de cette vidéosurveillance. La seconde catégorie d’acteurs regroupe tous les citoyens. Parmi eux, une grande majorité serait indifférente à la présence de ces caméras, une minorité y serait favorable tandis qu’une très petite minorité y serait tout à fait hostile. Enfin, les derniers acteurs identifiés par L. Mucchielli sont les élus. Certains sont animés par le mythe ou le « fantasme » du panoptique mais que la principale motivation est liée à un conformisme social nécessaire à une réélection. Par sa réponse, il met en avant qu’il ne s’agit pas tant d’une spécificité des territoires que d’une spécificité des acteurs vivant dessus.

    Une quatrième question traitait de la possible généralisation et omniprésence des caméras de vidéosurveillance, notamment dans une perspective anti-terroriste. L. Mucchielli a alors répondu que cette possibilité n’en était en fait pas une puisque financièrement, jamais le territoire français ne pourra être couvert de caméras, ce qu’il considère être une chance. Il prend alors l’exemple du territoire de Montpellier qui, bien que très bien équipé comparé à d’autres villes françaises, n’a que 2 ou 3% de son territoire couvert par des caméras de vidéosurveillance.

    Enfin, une dernière question a porté sur le budget colossal alloué à des problèmes virtuels, aux dépens d’autres problèmes réels comme celui des transports en commun. Pour L. Mucchielli, c’est en effet une mauvaise transformation du cœur de budget, d’autant plus que grâce aux nouvelles technologies, chacun devient une forme de caméra portative. Le fait que le budget public soit investi dans ces caméras de vidéosurveillance crée des tensions et L. Mucchielli, comme dans la ville de Nice où de plus en plus de tensions dans le tramway voient le jour. Par ailleurs, mêmes les citoyens sont contre cette implantation de caméras, en grande partie pour des raisons financières puisqu’à leurs yeux ce choix de budget n’est ni rationnel, ni efficace.

Gabriel Voisin-Moncho, Lola Mercier, Marie-Aimée Pupat, élèves à l’ENS de Lyon

 

[1]  Laurent Mucchielli, Vous êtes filmés ! Enquête sur le bluff de la vidéosurveillance, Armand Colin, 2018, p. 42.

[2]  Florent Castagnino « Critique des surveillance studies. Eléments pour une sociologie de la surveillance », Déviance et société, Vol. 42-1, pp. 9-40, 2018

[3] Michel Foucault, Mal faire, dire vrai : fonction de l’aveu en justice, Louvain, Presses Universitaires de Louvain, 1981.