Fabien Truong, “Loyautés radicales”, Paris, La Découverte, 2017

La séance de clôture du séminaire Re/Lire les Sciences sociales, le 1er avril 2019, s’est déroulée en présence de Fabien Truong venu présenter son dernier ouvrage, Loyautés radicales. L’islam et les « mauvais garçons » de la Nation, publié en 2017. Le sociologue, qui travaille actuellement au centre de Recherches Sociologiques et Politiques de Paris, est également professeur agrégé au département de sociologie et d’anthropologie de l’Université de Paris VIII. Pour discuter de ce livre, nous avons accueilli Laurent Dartigues, socio-anthropologue et chargé de recherches au CNRS. Il a notamment produit plusieurs travaux synthétiques sur les recherches de David Thompson ou encore de Xavier Crettier et Bilel Ainine autour de la religion et des individus qui partent pour le djihad et parfois cherchent à en revenir. Concepteur et rédacteur des Carnets Vagabonds, il participe également au carnet de recherche Janvier/Novembre 2015 : réfléchir après…

De par son format et son contenu, l’ouvrage de Fabien Truong s’inscrivait dans la vocation du séminaire, en raison des nombreuses références à une grande lignée de travaux abordant la question de la religion, de l’intégration politique, mais aussi de la jeunesse et de la sociologie urbaine. Son ouvrage s’attache ainsi à un minutieux travail de déconstruction des catégories et de conceptualisation. Le travail du profil des « terroristes maison » l’amène à démêler les logiques de la « radicalité » : comment le fait de vivre dans la « seconde zone » forge des subjectivités particulières ? Comment des questions sociétales telles que la politique et la religion viennent-elles entrer en résonance ou en confrontation avec des situations individuelles, des questions personnelles et des quêtes intérieures ? Pour ce faire, l’ouvrage alterne entre des parties de réflexion conceptuelle et les paroles rapportées de six garçons : Radouane, Adama, Hassan, Tarik, Marley et Amédy. À partir de ces témoignages, F. Truong s’attache à analyser comment le « désir d’Islam » vient proposer des réponses à des questions, parfois très concrètes, que d’autres médiums (tels que l’école) n’ont pas été capables d’accueillir ni même d’écouter.

Comme l’écrit F. Truong, il s’agit de revenir sur la « coupure socialisatrice » que connaissent ces jeunes dont l’analyse du cycle de vie et des trajectoires invite à remettre en question la fabrique de la notion de « radicalité » ou « radicalisation » (comme l’ont fait également par la suite Laurent Bonelli et Fabien Carrié dans leur livre La fabrique de la radicalité, publié en 2018).

Présentation de Fabien Truong

Dans un premier temps, l’auteur est revenu sur la genèse des recherches qu’il mène depuis une petite dizaine d’années. Jeune professeur de SES au lycée en Seine-Saint-Denis au début de sa carrière, il a voulu enquêter pour « dépasser ce qu’il percevait dans la salle de classe ». Ses travaux l’ont mené à l’obtention d’un poste d’enseignant-chercheur en 2010 à l’université Paris VIII.

Les enquêtes ethnographiques qu’il mène portent sur des thématiques différentes (l’éducation, la mobilité sociale, la violence), mais elles ont pour point commun une approche par le temps long. Cela lui permet d’« envisager les phénomènes sociaux comme des processus », et les parcours individuels comme des « trajectoires non-linéaires ».

L’enquête s’est établie sur deux terrains : d’une part, en Seine-Saint-Denis (qu’il fréquente donc depuis quelques années), et d’autre part, à Grigny, en Essonne. F. Truong a notamment évoqué sa première journée dans la ville, dans le cadre du travail réflexif du rapport du chercheur au terrain, qui constitue une part importante du travail ethnographique. Venu le 13 novembre 2015 pour épauler un collectif d’habitants qui avait recueilli des paroles à la suite des attentats de janvier 2015, il se trouve donc, le soir de l’attentat à Paris, dans cette ville où a grandi Amédy Coulibaly.

Son exposé a ensuite porté sur la distinction entre comprendre ou expliquer et excuser les faits sociaux. Le sociologue a ainsi tenté de démêler le « nœud » formé par l’islam, la question politique, celle de la violence et enfin celle de la masculinité, qu’il analyse à travers une sous-population minoritaire des « banlieues », celle dont on parle le plus mais que l’on étudie finalement assez peu : les jeunes garçons qui ne sortent pas de la délinquance et qui, comme l’a rappelé F. Truong, constituent une exception statistique.

L’auteur a pris le temps de récuser certaines idées associées au terme « radicalisation ». Tour à tour, il a critiqué la conception de la radicalité comme l’affaire de l’Autre (l’idée d’une altérité radicale, d’un choc des civilisations), la théorie de la radicalité en escalier (problématique en raison de sa reconstruction a posteriori), l’idée d’une efficacité absolue de l’idéologie radicale (faisant l’économie de la réception de cette idéologie), et enfin celle expliquant que derrière la radicalisation se cacherait un nihilisme. L’auteur souligne également l’importance de distinguer plusieurs catégories d’individus : les « terroristes-maison », les personnes partant en Syrie, les « revenants », et les individus tenant des discours inconvenants dans l’espace public ou qui présenteraient une certaine orthopraxie religieuse.

La question du livre deviendrait alors : « quelle est la logique sociale propre à la fabrique du guerrier ? ». Pour y répondre, l’auteur a choisi de prendre un nombre de cas limité car « c’est dans le détail ethnographique que se cache le diable sociologique ». Bien entendu, les enquêtés n’ont pas été choisis au hasard : il faut pouvoir trouver une certaine heuristicité dans la comparaison, c’est-à-dire suivre les trajectoires biographiques en parallèle afin de saisir les facteurs explicatifs des parcours individuels qualifiés d’atypique ou au contraire de « normaux » (au sens sociologique du terme). Il connaît deux des six enquêtés depuis huit ans, ce qui lui permet également de contrôler les problèmes liés à l’illusion biographique. Cette attention portée à leurs « cycles de vie » se double d’un travail sur les expériences de socialisation de ces jeunes, qui sont historiquement ancrées. Il s’agit de ne pas essentialiser « le quartier » pour le considérer comme un espace en évolution.

F. Truong finit par présenter en quoi « le désir d’islam vient répondre à une série de questions très concrètes auxquelles d’autres instances de socialisation n’ont pas réussi à répondre ». Un désir d’intelligence d’abord (qui renvoie à l’amour éconduit de l’école), mais également à des questions métaphysiques (et notamment la question du rapport à la mort, qu’ils ont tous côtoyée dans leur vie), esthétiques, sociologiques (rapports aux parents, position dans l’espace social, etc.) et enfin politiques.

Intervention de Laurent Dartigues

Dans un premier temps, Laurent Dartigues a dressé un panorama de la littérature existante sur la question de la radicalité pour faire état des différentes qualités des travaux réalisés sur le sujet. Il a insisté tout d’abord sur les dérives psychologisantes auxquelles la question de la radicalité peut conduire, notamment du fait de la manière dont la thématique peut être saisie par différents acteurs, en particulier les islamologues qui participent à la controverse factice entre « radicalisation de l’islam » et « islamisation de la radicalité », pour traiter le désir d’islam comme un problème individuel d’ordre cognitif. Il a convoqué également des travaux plus difficiles à classer, notamment ceux de Tobie Nathan qui considère que, pour un individu, la coupure avec le milieu d’origine peut fragiliser et susciter davantage de sensibilité à la radicalisation.

L. Dartigues est ensuite revenu sur le contenu de ces recherches, qui ne donne pas suffisamment accès au matériau récolté sur le terrain ou d’autres essais qui ne répondent pas, selon lui, aux critères de scientificité d’une enquête proprement sociologique, comme les recherches d’Olivier Roy par exemple. Il a souligné cependant la pertinence des approches de Laurent Bonelli et Fabien Carrié, auteurs de La Fabrique de la Radicalité, ou encore de David Thomson dans Les Revenants, Ils étaient partis faire le jihad, ils sont de retour en France, publié en 2016, en terminant sur les apports de l’ouvrage de F. Truong, notamment dans son traitement de la question du rapport de ces jeunes à l’école, et de la considération de l’islam qui y apparaît comme un objet parmi d’autres. Or, selon lui, c’est bien un travail sur les relations entre les caractéristiques individuelles qui permet de saisir les frustrations de ces jeunes et les différentes solutions ou compensations qu’ils peuvent chercher.

Il a ensuite posé des questions d’ordre méthodologique à F. Truong, sur son rapport au terrain, la manière dont il s’y est investi, physiquement notamment, et sur la position du sociologue dans sa relation avec les enquêtés. Il a conclu sur l’écriture que suppose le travail de recherche, sur les choix de l’auteur pour mettre en récit son étude, mais également sur les personnes qui n’ont pas souhaité parler et qui pourtant ont une place dans l’ouvrage.

Questions

Au cours de la dernière partie de la séance, le public désirait revenir dans un premier temps sur des considérations géographiques, et plus précisément sur la possible généralisation des thèses soutenues dans l’ouvrage (à Molenbeek ou encore à des banlieues de villes françaises moyennes). Ce fut l’occasion pour l’auteur de mentionner que la dimension géographique n’était pas la priorité principale de cet ouvrage, même si elle est présente.

La question de l’intimité a alors été soulevée et accompagne la précédente en raison des déplacements particuliers de ces jeunes qui connaissent l’épreuve de la prison : l’espace prend son importance dans la question du rapport au « dedans » et au « dehors » qu’entretiennent les personnes incarcérées. Leur rapport à l’extériorité se voit métamorphosé par l’évolution historique des peines, désormais caractérisées par leur courte durée et leur répétition. Puis, ont été évoquées les questions de « déradicalisation » des sortants de prisons. La place de l’État et la sécurité morale qu’il doit assurer est ici interrogée quant à l’insertion et la réinsertion des individus. La question des « revenants » a permis à F. Truong de revenir sur la nécessité de prendre en compte les trajectoires sociales individuelles et les expériences de socialisation pour ne pas céder à l’essentialisation.

Pour répondre aux questions d’ordre méthodologique, F. Truong a justifié ensuite l’utilisation de la notion d’« individualisme singulariste » pour souligner les enjeux de l’intellectualisation du rapport à la religion par ces jeunes. Ces derniers seraient amenés à effectuer un « bricolage » individuel vis-à-vis de la religion pour devenir « meilleurs ». Dans une perspective relationnelle, on devient meilleur par rapport aux autres, ce qui pourrait correspondre à l’injonction propre à la compétition capitalistique. La question du passage à l’acte a alors été évoquée, pour revenir sur la notion de « cas » en sociologie, résultat d’un entrelacement de logiques sociales.

Les dernières questions ont été l’occasion de revenir sur les enjeux à la fois politiques et méthodologiques de ces questions, avec l’utilisation du concept du « chacun pour soi de classe » qui traduit à la fois une expérience commune (celle de l’échec scolaire), l’engagement dans ce que F. Truong appelle « la seconde zone », et l’émergence de ce qu’il nomme « une conscience de conditions ». Ce « chacun pour soi de classe » se présente comme un élément pertinent pour comprendre les logiques d’un engagement individuel radical de ces « jeunes » au nom des autres, un combat solitaire muni d’un mandat collectif.

Ilona Cler, Guillaume Paris et Loreena Aubree, élèves à l’ENS de Lyon

Une Histoire populaire de la France : de la Guerre de Cent ans à nos jours de Gérard Noiriel avec Mathilde Larrère et Usul

La quatrième séance du séminaire re/lire les sciences sociales accueillait Gérard Noiriel pour parler de son livre Une Histoire populaire de la France : de la Guerre de Cent ans à nos jours paru en 2018, synthèse à la fois de ses propres recherches sur la classe ouvrière, sur l’immigration, ou encore sur la notion de nation, et des travaux d’autres chercheurs portant sur la fin du Moyen Âge et sur l’époque moderne, périodes dont il est moins familier. Que cela soit l’extension de la lutte contre le vagabondage du modèle communal au niveau national ou l’étude précise des formes politiques qui ont prétendu incarner les classes dominées, G. Noiriel cherche l’existence d’un concept plus englobant : le « populaire », à savoir la place du peuple, sa structuration et sa capacité d’action au sein d’une unité déterminée, l’État français. Pour discuter avec lui, étaient également invités Mathilde Larrère, historienne spécialiste des mouvements sociaux au XIXe siècle et chroniqueuse à Arrêts sur Image et Mediapart, ainsi qu’Usul, vidéaste engagé, actif dans les luttes sociales depuis de nombreuses années.

            Lors de la conférence, G. Noiriel est revenu sur la construction de son ouvrage. Supposant que son livre ne serait pas lu par un lectorat « populaire », son objectif était de viser un public intermédiaire, ce qui explique certaines adaptations au niveau du style (choix du passé) ou des normes (pas de notes de bas de page, moins de développements sur les sources). L’ouvrage selon lui doit beaucoup à Howard Zinn et à son Histoire populaire des Etats-Unis (1980), qui l’a conduit à choisir la forme du récit, et à Norbert Elias, cité de nombreuses fois, précurseur de la socio-histoire. Les relations de pouvoir qui structurent la société française sont le fil conducteur du livre. La complexité des identités sociales des acteurs pour chaque période et les choix qu’il a dû faire par impossibilité d’être exhaustif, sont les deux problèmes principaux que G. Noiriel a rencontrés durant le travail d’écriture.

L’héritage intellectuel de l’historien est visible dans son Histoire populaire. Le début de sa formation a été marqué par l’influence marxiste, mais il a pris par la suite ses distances avec le parti communiste. Pour autant, il a bien recours au prisme de la lutte des classes dans ses analyses. Il s’intéresse beaucoup aux questions économiques, qui sont pour lui de plus en plus mises au second plan aujourd’hui, tout en reconnaissant deux lacunes au marxisme : la question de l’´État (N. Elias) et la domination culturelle (P. Bourdieu) qui sont présentes dans les chapitres sur la nationalisation de la société française ou sur les divisions culturelles au sein même des classes populaires. Le livre trace alors une dialectique historique qui fait avancer, par l’opposition des contraires, la définition du populaire. Pour lui, ce populaire est une relation de pouvoir. Les luttes transforment le regard des élites sur les classes populaires. La domination économique est prééminente pour lui, mais il souligne aussi les dominations genrée et raciale qui traversent les classes populaires.

Le propos de G. Noiriel est organisé selon un plan chronologique. Il a décidé de commencer son histoire durant le bas Moyen Âge car selon lui c’est à ce moment que le peuple français, alors assujetti à l’État, cesse d’être une population sans lien entre ses membres. La force armée et l’impôt seraient les piliers de l’´État français à partir de la guerre de Cent Ans. Or, les luttes antifiscales sont une forme de mobilisation populaire et structurante de l’identité des classes dominées.

La première partie de l’ouvrage est un tableau des relations de pouvoir sous le féodalisme, période où la légitimité du pouvoir repose sur une essence prétendument royale. Le XVIIIe siècle marque une rupture : il reprend les thèses d’Habermas sur la fondation d’un espace public et surtout d’une opinion publique qui peut constituer un contre-pouvoir à la monarchie et triomphe par la suite sous la forme du modèle parlementaire. La seconde partie du livre se concentre sur les luttes pour la citoyenneté. G. Noiriel oppose la vision bourgeoise de la représentation civique ou du gouvernement des capacités à la démocratie directe des Sans-Culottes ou des Canuts. La troisième époque retenue recouvre la IIIème et la IVe République. La question de la démocratie directe est réactivée par le mouvement ouvrier. L’historien s’intéresse ici au processus de nationalisation de la société française, traité dans ses travaux précédents, à travers la forte augmentation de l’immigration, l’extension des colonies françaises et la structuration de la grande industrie française. Sa quatrième partie porte sur la Vème République et se concentre sur la rupture des années 70-80 qui marque l’avènement de la démocratie d’opinion, de nouveaux médias et de nouvelles formes d’engagement. Sa conclusion se concentre sur ces questions contemporaines et surtout sur le programme du président Macron qui ne fait pas des classes populaires des agents actifs de l’histoire.

Mathilde Larrère a ouvert la discussion en parlant de la réception du livre, de la diffusion du savoir historique en France et de sa vulgarisation. La chercheuse a élargi son propos à la question de l’histoire populaire en général, qui renvoie ici à la popularité. Elle fait notamment référence aux livres de Stéphane Bern et Lorànt Deutsch, tous deux largement critiqués par la communauté scientifique. M. Larrère a opposé à ces tenants d’un nouveau roman national excessivement simpliste voire déformant, la conception d’une histoire « émancipatrice » qui vise à fournir aux dominés des éléments de compréhension de leur situation et de la société, pour qu’ils s’en servent en vue de l’action. À cette occasion, elle a tenu à rappeler l’importance « d’objectiver le point de vue d’où l’on parle » afin de respecter ces objectifs.

Elle a par la suite développé la progression qui conduit pour elle à une histoire proprement émancipatrice dont elle se veut la promotrice. Chacune de ces trois étapes est conçue comme une opposition plus nette que la précédente à l’archétype du roman national. La première étape est de faire l’histoire « des sans-histoire, des sans-grade, des sans-voix », en réhabilitant leur rôle dans le processus historique, tout en restituant la complexité des dominations internes en particulier par les femmes, les minorités sexuelles, les personnes d’origine étrangère… La deuxième met l’accent sur l’agency, cette capacité d’agir chère à Edward Thompson, à travers les luttes des dominés, leurs idéaux politiques : elle prend l’exemple de grandes femmes qui se sont opposées au système social et patriarcal de leur temps (tout en rappelant l’importance de ne pas cacher les mouvements historiques profonds derrière de grandes figures). L’Histoire populaire de la France de Noiriel représente pour Mathilde Larrère l’aboutissement de ce processus, dans la mesure où la perspective de très longue durée qu’il adopte démontre que tout pouvoir est un jour ou l’autre détruit, qu’il est par nature éphémère.

Usul a relayé M. Larrère dans une intervention à teneur politique encore bien plus marquée, revenant sur son passé de militant d’extrême-gauche et sur la conception de l’histoire que cette expérience lui a laissée, qu’il qualifie de pessimiste et monolithique. Il préfère désormais mettre en avant ce qu’il définit comme des « succès » et même des « institutions révolutionnaires », par exemple les différentes composantes de l’État social. La question qu’il a posée à G. Noiriel portait sur l’union (ou plutôt la désunion) de la gauche française, et notamment sur l’axe identifié comme le point de clivage, à savoir la question nationale et celle, corrélative, des institutions européennes : le regard objectif de l’historien permet-il de mieux comprendre voire de prendre position sur ce sujet dans le débat public ?

La réponse de G. Noiriel a davantage porté sur la dimension du populaire, trop souvent invisibilisée et qu’il a voulu remettre sur le devant de la scène dans son ouvrage. Il a en partie rejoint Usul en pointant la crise du lien entre local et national au sein des partis de gauche comme un facteur essentiel de désunion de la gauche. Pour lui, l’historien a un rôle à jouer en ce sens, à travers les nouvelles pédagogies ou encore les humanités numériques.

La troisième partie de la séance a été consacrée à la discussion avec le public. Beaucoup de questions ont porté sur la place de la recherche, sur le rôle de l’historien et la fonction du savoir historique. Les trois intervenants défendent un usage civique de l’histoire qui passerait par la mise en place de passerelles entre le supérieur et le secondaire ou par des tentatives de clarification d’évènements contemporains. G. Noiriel et M. Larrère sont revenus sur la relation délicate entre engagement, rigueur scientifique et vulgarisation dans le cadre de la recherche française, qui est un système qui favorise peu la diffusion de la recherche dans un but civique. D’autres questions se sont portées sur la définition du populaire par G. Noiriel, sur la possibilité de la discuter ou de la complexifier, et sur les éventuelles dominations internes qu’elle pourrait dissimuler.

Cette séance consacrée à l’Histoire populaire de la France aide à comprendre l’articulation entre le savoir historique et le discours politique ou l’enseignement. Plus que le travail sur le populaire, c’est la diffusion et l’enjeu politique de l’histoire qui ont animé les discussions. La publication d’un ouvrage de synthèse tel que celui de G. Noiriel ne correspond pas aux pratiques actuelles en sciences sociales, bien plus tournées vers les revues ou les ouvrages collectifs. Cette conférence permet d’appréhender les nombreux problèmes que pose la place de chercheur dans la vie sociale, que cela soit par rapport à sa prise de parole, la diffusion de son discours ou l’accessibilité du savoir historique.

Arthur Kramer, Cyrille Bonafous-Murat et Morgan Le Calvez, élèves à l’ENS de Lyon

Compte rendu de la séance avec Stéphane Beaud

Lundi 14 janvier 2019, le séminaire Re/lire les Sciences Sociales a accueilli le sociologue Stéphane Beaud pour échanger autour de son ouvrage La France des Belhoumi, Portait de famille (1977-2017) sorti en 2018 aux éditions La Découverte. La discussion a été menée par la sociologue Christine Détrez (ENS de Lyon) et le politiste Ivan Bruneau (Université Lyon 2).

Monsieur Beaud commence par contextualiser son travail sur la famille Belhoumi : l’histoire de l’enquête et son inscription dans son cheminement intellectuel sont nécessaires à la compréhension de La France des Belhoumi.

Il commence ainsi par rappeler les spécificités sociodémographiques de l’immigration algérienne en France, qu’il qualifie d’« immigration de prolétaires» : les immigrés venus d’Algérie ont des liens forts avec la classe ouvrière, sont concentrés en Ile-de-France, à Lyon et à Marseille, et représentent une immigration plutôt ancienne et religieusement assidue. Une nouvelle classe moyenne constituée d’enfants d’immigrés semble émerger aujourd’hui. L’histoire de la famille Belhoumi est ainsi une « histoire classique » de famille de troisième génération d’immigrés algériens, et étudier cette histoire permet de contrebalancer la sur-visibilité des membres de « la minorité du pire » (N. Elias), c’est-à-dire le groupe des individus radicalisés.

L’intérêt de Stéphane Beaud pour la question de l’intégration des familles d’origine immigrée remonte aux années quatre-vingt.  Il est alimenté par son travail de thèse, qui l’a amené à fréquenter des étudiants et des lycéens de banlieues ouvrières (par exemple à Sochaux-Montbélliard) ; ces jeunes d’origine immigrée viennent spontanément à la rencontre du chercheur, désireux d’échanger avec lui. La France des Belhoumi s’inscrit donc dans la continuité des travaux du sociologue[1] et à la suite des travaux d’Abdelmalek Sayad[2].

Stéphane Beaud rencontre pour la première fois trois des sœurs Belhoumi en 2012, lors de la célébration des trente ans de la Mission locale pour l’emploi de Monville (Seine-Saint-Denis). L’intérêt des sœurs pour la perspective du sociologue sur la situation des enfants d’immigrés en France réveille leur envie de se raconter et de raconter l’histoire de leur famille. La France des Belhoumi devient vite une « co-production » avec les sœurs de la famille. En particulier, la sœur ainée Samira joue le rôle d’«alliée d’enquête»[3], en convaincant sa famille de se dévoiler grâce à la légitimité et l’autorité dont elle jouit en tant que soutien financier, symbolique et psychologique indéfectible (notamment pour ses frères). La France des Belhoumi est le livre « que Samira aurait voulu écrire » afin de transmettre son histoire et celle de sa famille à ses enfants.

 Le sociologue doit ainsi faire un travail constant pour gagner la confiance de ses enquêtés, en restant attentif aux « conditions sociales de prise de parole ». Les différentes positions des enfants Belhoumi par rapport à son enquête peuvent se comprendre par les disparités dans leurs trajectoires respectives : la deuxième sœur, Leïla, semble par exemple plus réticente à l’enquête que Samira ; elle paraît plus portée à parler de politique qu’à parler d’elle, du fait de sa socialisation précoce au monde militant par les organisations communistes de la petite ville dans laquelle elle a grandi[4]. L’absence de diplôme des frères a aussi beaucoup influencé leur perception de l’enquête. Ce manque de titres scolaires a rendu l’insertion des hommes Belhoumi sur le marché du travail bien plus complexe que pour leurs sœurs, toutes diplômées et désormais cadres. Les frères sont cependant tous parvenu à obtenir un emploi, notamment grâce à l’aide de leurs sœurs : Leïla accueille par exemple Azzedine chez elle, à Paris, lui offrant ainsi un « sas de décompression spatial et mental ». Elle l’aide également à décrocher un poste à la RATP, en relisant son CV et en lui faisant passer des entretiens blancs.

Dans la discussion, Christine Détrez montre que c’est d’abord le projet de Stéphane Beaud de raconter l’histoire ordinaire d’une famille algérienne ordinaire en France qui fait l’originalité de son enquête. Cette démarche est à mettre en regard avec la capacité de la sociologie qualitative de dire des choses sur le monde social sans avoir les mêmes ambitions à la représentativité que des enquêtes plus quantitatives. La France des Belhoumi est l’histoire d’une ascension sociale qu’il faut replacer à la fois dans une sociologie de l’immigration et dans une sociologie des classes populaires. L’ouvrage étudie l’imbrication de diverses socialisations : la famille existe par la juxtaposition de destins individuels et par le déploiement de focales différentes, mettant en avant des socialisations singulières. Par exemple, parler de « huit enfants » ou de « trois frères et cinq sœurs » ou encore « deux sœurs aînées et le reste de la fratrie » revient à privilégier une configuration plutôt qu’une autre.

Christine Détrez souligne que la démarche de Stéphane Beaud consiste à proposer des hypothèses de compréhension des phénomènes, dans une perspective de résolution d’énigmes caractéristique de la sociologie. Par exemple, il s’agit de comprendre pourquoi les garçons réussissent moins que les filles, scolairement et professionnellement parlant. De nombreux facteurs peuvent être avancés : la moindre exigence maternelle à leur égard, l’évolution sociale du quartier, les normes hégémoniques de masculinité incompatibles avec la bonne volonté scolaire ou encore les stéréotypes de « l’Arabe » qui stigmatisent les garçons bien davantage que les filles.

Cet ouvrage illustre bien l’articulation entre la description de lois sociales et la prise en compte de destins individuels. Effectivement, dans un contexte marqué par les inégalités, il faut prêter attention aux déterminismes sociaux d’un côté et aux trajectoires individuelles de l’autre, notamment à travers la place des individus dans les réseaux et les relations qu’ils nouent avec d’autres. L’un des exemples les plus révélateurs concerne Madame Belhoumi-mère, qui se sert de son poste de femme de ménage chez un inspecteur d’académie pour faire pression sur le proviseur afin d’empêcher l’exclusion de sa fille Amel.

Christine Détrez termine sur l’idée que ce livre rompt avec les stéréotypes sur les enfants immigrés et avec le sentiment d’une intégration fragile, grâce à la familiarité qui se crée entre l’enquêteur et les enquêtés. On peut y lire en filigrane une réflexion constante sur le métier de sociologue qui tâtonne et se remet en cause au fil de ses entretiens. Ainsi, La France des Belhoumi retrace l’histoire de « ceux qui ne sont rien [et qui] deviennent tout »[5].

Ivan Bruneau, à son tour, définit l’ouvrage comme un projet original, et un livre exemplaire, qui s’adresse à un public large en proposant une « autre histoire » de l’immigration algérienne, plus positive, car retraçant des trajectoires d’ascension sociale (des « petites mobilités ascendantes »), même si certaines sont fragiles. Il questionne les méthodes d’écriture d’un tel ouvrage, qui refuse les raisonnements complexes, et qui suppose une relation particulière avec les enquêtés (la volonté de ne pas créer de conflits mènent-t-elle à renoncer à dire certaines choses ?). Le refus de se tenir à distance des sociologies spécialisées, déjà présent dans les travaux précédents, encourage à établir des relations entre les domaines, et c’est dans cette imbrication que réside l’originalité du livre, car c’est elle seule qui permet d’approcher des réalités souvent invisibles, comme les relations intrafamiliales et les ressources que cela constitue. De plus, cela permet de mettre en évidence certaines réalités contre-intuitives (le rapport à l’école des parents, par exemple). Les bienfaits de la longue durée sont soulignés, permettant de vivre au plus près des expériences que les enfants vivent. Cela permet à Stéphane Beaud d’aborder des sujets tels que l’imposture du CV de Rachid (les fausses informations renseignées sur son CV avaient été repérées par son employeur, lui coûtant son emploi), l’expérience d’Amel comme assesseur d’un bureau de vote… L’ouvrage, alors, permet d’avoir accès à une parole rare, à la lucidité des sœurs aînées. Enfin, il lui semble nécessaire de se poser la question des relations entre les expériences vécues par ces familles immigrées et les espaces géographiques, et donc, de se demander comment les espaces sociaux structurent ces expériences. La connaissance pratique de Paris des sœurs aînées mérite d’être étudiée comme véritable ressource, ce que Stéphane Beaud ne fait pas suffisamment, d’après I. Bruneau. L’histoire racontée par Stéphane Beaud lui semble très liée au point de vue des deux aînées, et souvent s’en remettre trop à la parole des enquêtés.

Dans sa réponse, Stéphane Beaud explique qu’il a écrit beaucoup sous contrainte et en devant faire des choix face à l’abondance du matériau. Il confirme l’effet décisif des lieux souligné par I. Bruneau, dans la socialisation des enfants, et dans leurs trajectoires. Les enfants ont eu deux lieux de socialisation résidentielle (l’Algérie et Sardan), et Samira a développé une connaissance pratique de Paris dans ses hauts lieux culturels (IMA, Louvre, etc.) en venant à Paris pour s’éloigner des pressions familiales (notamment sur le mariage), dès qu’elle obtient son diplôme d’infirmière. Quand les garçons viennent vivre à Paris, ils n’auront pas les mêmes lieux de socialisation (Porte de la Chapelle pour le street basket par exemple). Il reconnaît pouvoir être trop proche des enquêtés parfois et voudrait montrer statistiquement les évolutions de la population des quartiers HLM décrites par les filles Belhoumi qu’il reprend dans son livre, pour aller plus loin que le témoignage de celles-ci.

Viennent enfin les questions du public. La première porte sur l’effet des attentats de 2015 sur l’enquête sociologique ; en effet, ces attentats ont soulevé avec force la question de l’intégrisme religieux dans l’enquête sur les Belhoumi. Cet « effet d’enquête » a d’ailleurs mené le sociologue à demander à ses enquêtés de raconter « la présence du religieux » dans leurs trajectoires, en se concentrant notamment sur son évolution dans le temps.

            Une autre question porte sur le rapport de la CGT au radicalisme religieux, à travers la trajectoire d’Azzedine, un des frères Belhoumi chauffeur de bus à la RATP. Historiquement, la CGT a beaucoup syndiqué de travailleurs immigrés et dans les années 2000, des organismes comme la RATP ou la SNCF ont tenté de recruter plus de « jeunes de banlieue ». Cependant, certains de ces jeunes se sont peu à peu radicalisés religieusement. Dans le dépôt de bus d’Azzedine, les membres de la CGT réagissent à cette radicalisation en se tournant vers l’extrême droite. Cela pousse Azzedine à se syndiquer à la CFDT, puis à SUD.

            Un membre de l’assistance s’interroge ensuite sur la place du politique et du vote dans la famille. Il apparait clairement que Leïla est la « tête politique » de la famille, qui ancre la famille à gauche (position politique classique pour des jeunes d’origine maghrébine) et pousse tous ses frères et sœurs à aller voter – voire leur indique pour qui voter. Cet encadrement politique de la fratrie par Leïla est un cas de « remise de soi » semblables à ceux étudiés par Bourdieu. Le cas de Nadia, la fille cadette, est cependant un peu plus complexe : déçue par la gauche, elle est en effet la seule de sa famille à « passer à droite ». Cependant, aux élections présidentielles de 2017, son choix se porte sur J-L. Mélenchon, du fait de son éthique morale qui l’empêche de voter pour F. Fillon et de son éthique anticapitaliste qui l’empêche de voter pour E. Macron.

Sont également abordés les travaux de S. Beaud sur le football (la méthodologie utilisée dans La France des Belhoumi peut-elle être aussi appliquée danse ce champ ?) ; ces travaux sont une porte d’accès à des données intéressantes pour sortir de la victimisation sur les cités, même si cela est vu comme une question illégitime en sociologie.

Des précisions sur le rapport des frères au quartier sont demandées. Il revient ainsi sur l’effet de censure dans les entretiens des garçons sur le sujet du quartier, plus encore car il s’agit de traiter rétrospectivement le passé, ce qui conduit à des hésitations. L’investissement de Samira pour ses frères peut être expliqué par la connaissance de l’histoire et des fragilités de ceux-ci (le stigmate porté par Rachid par exemple, en raison de ses comportements violents dès l’école maternelle).

Enfin, on interroge la règle du mariage endogame et précoce pour les filles et le rôle que cela a pu jouer dans leurs trajectoires ascendantes (notamment scolaires). La norme du mariage endogame (se marier avec un musulman algérien) est martelée en situation d’émigration, et en fin de compte, si les filles l’ont toutes respectée (parfois tardivement, particulièrement pour les aînées, qui ont été des secondes mères de 15 à 25 ans, et qui souhaitent alors retarder leur mise en couple, et leur maternité), tous les garçons sont avec des femmes françaises. Sur le sujet du mariage, le contrôle du groupe, qui est très fort pour les immigrés, s’exerce dans des lieux tels que la cuisine de Mme Belhoumi où se retrouvent des nombreuses femmes algériennes. De fortes attentes envers les filles Belhoumi, qui ont scolairement réussi, y sont exprimées.

Selma Kheder, Cécile De La Broue, Hannah Gautrais, élèves à l’ENS de Lyon


[1] BEAUD Stéphane, « Un ouvrier, fils d’immigré, « pris » dans la crise : rupture biographique et configuration familiale », Genèses, 1996 et BEAUD Stéphane, Pays de malheur ! Un jeune de cité écrit à un sociologue, Paris, La Découverte, 2005

[2] SAYAD Abdelmalek, « Les enfants illégitimes », Actes de la recherche en Sciences Sociales, 1979

[3] WEBER, Florence, Le travail à côté. Étude d’ethnographie ouvrière, Paris, EMESS et INRA, 1989

[4] Pour approfondir, voir : BEAUD, Stéphane, « Les trois sœurs et le sociologue. Notes ethnographiques sur la mobilité sociale dans une fratrie d’enfants d’immigrés algériens », Idées économiques et sociales, 2014

[5] RANCIERE, Jacques, Les bords de la fiction, Seuil, 2017