Compte-rendu de la séance 3, Julia Cagé, “Le prix de la démocratie”

À l’occasion de sa troisième séance, le séminaire Re/lire les sciences sociales avait le plaisir d’accueillir Julia Cagé, économiste et professeure à l’IEP de Paris. Elle est venue présenter son dernier ouvrage, Le prix de la démocratie, paru chez Fayard en 2018. La publication du livre s’accompagne de la mise en place d’un site internet, dont l’autrice a eu à cœur de rappeler l’existence. Le prix de la démocratie embarque le lecteur dans un « tour du monde » – essentiellement occidental, reconnaît l’auteure elle-même – et lui offre un « voyage dans le temps », au sein d’un ouvrage qui renferme une étude des financements publics et privés dans une dizaine de pays sur plus de cinquante ans. La dernière partie de l‘ouvrage est marquée par l‘exposition de propositions politiques, au premier rang desquels les Bons pour l‘Égalité Démocratique (BED), qui se veulent une solution possible aux dysfonctionnements préalablement mis en lumière dans le texte.

L’ouvrage, commence par expliquer l’économiste, est né d’un constat : la crise de la représentation est en partie liée à la capture du jeu démocratique par les intérêts privés. Les plus riches sont ceux qui, ayant le plus de moyens, financent le jeu démocratique, entretenant l’impression d’inégalité face au vote. Selon Julia Cagé, le phénomène des gilets jaunes n’est qu’une conséquence de cette demande supplémentaire de démocratie.

Julia Cagé critique l’actuel système français de financement des partis politiques, du fait de son caractère régressif et injuste. Pour elle, les dons apparaissent comme un véritable phénomène de classe : « Ce sont les plus pauvres qui paient pour satisfaire les préférences des plus riches », martèle-t-elle. Exemple à l’appui, elle achève sa démonstration en soulignant ceci qu’un individu (aisé) qui donnerait le montant maximum, soit 7 500 €, au parti de son choix ne débourserait, in fine, que 2 500 €, du fait des réductions fiscales à hauteur de 66%. Les deux tiers du don, 5 000 €, étant remboursés par l’État, sont de fait assumés par l’ensemble des contribuables. À l’inverse, le coût réel serait égal au montant de son don pour un Français non imposable qui déciderait de financer un mouvement politique. Aussi Julia Cagé propose-t-elle de supprimer les réductions fiscales, qui ne bénéficient qu’aux plus favorisés.

Plus globalement, Julia Cagé souligne le fait que le fait de donner à un parti politique reste un phénomène de classe. En effet parmi les 0,01% des Français les plus riches, 10% donnent aux partis politiques :

La deuxième partie de la séance a été consacrée à la discussion de l’ouvrage de Julia Cagé par Liêm Hoang-Ngoc, économiste et acteur politique. Il a commencé par saluer le travail accompli par l’auteure dans son ouvrage, qu’il a d’emblée qualifié de « mine ». Il a également souligné la perspective comparative de l’auteure, qui permet aisément de dresser une typologie des modes de financement de la démocratie, qu’il a lui-même présentée sous la forme d’un tableau :

Afin d’expliquer le problème de notre modèle démocratique, l’auteure résume malicieusement : « c’est à qui paie gagne ». Partant de là, les femmes et les hommes politiques ne répondent plus qu’aux préférences des plus favorisés dans une course au financement, autrement appelée « la chasse au chèque ». Aussi, Julia Cagé parle-t-elle de « démocratie par coïncidence », qui entretient ipso facto la crise de la démocratie qui s’observe aujourd’hui.

Julia Cagé a achevé sa présentation de manière analogue à la conclusion de son ouvrage : tout en tirant les leçons des expériences passées exposées dans les chapitres précédents, l’auteure propose trois solutions majeures, destinées à enrayer la crise démocratique actuelle. Tout d’abord, Julia Cagé suggère de limiter les dons privés avec l’instauration d’un plafond fixé à 200€. L’économiste suggère en outre la mise en place de « Bons pour l’Égalité Démocratique » (BED). Dans ce système, chaque citoyen pourrait choisir chaque année le mouvement politique de son choix auquel attribuer un bon d’une valeur de 7€. Les citoyens ne seraient toutefois pas tenus de choisir un mouvement politique et les BED de ceux qui choisiraient de s’en abstenir seraient alors répartis sur la base des dernières élections législatives, les fonds des BED seraient alors proportionnellement répartis entre ces partis. Enfin, Julia Cagé propose la création d’une « Assemblée mixte », afin de garantir la parité sociale. L’auteure présente elle-même cette éventuelle mesure comme « une solution radicale, à la mesure de l’exclusion radicale des catégories populaires ».

Liêm Hoang-Ngoc a ensuite fait part de la synergie de son point de vue et de celui de Julia Cagé quant à l’analyse de la crise de la représentation politique actuelle. Celle-ci, qui se traduit par la montée de l’abstention et la croissance dans les urnes des mouvances dites « populistes », se décline en deux grands aspects : d’un côté, le mode de financement des partis politiques, souvent inégalitaire, et, de l’autre, le mode de représentation du corps électoral, à l’égard duquel il apparaît aujourd’hui un grand hiatus dans nos sociétés.

 La dernière partie de la séance a été rythmée par un échange entre les deux intervenants avant de se clore avec les questions du public. Julia Cagé a ainsi été interrogée sur les raisons qui l’avaient conduite à fixer le montant des BED à 7€ par citoyen. L’économiste a insisté sur le travail de pédagogie au cœur duquel s’inscrivait sa proposition et a témoigné de son optimisme : « Il est encore possible de changer le système, de recréer un lien de confiance » entre les citoyens et leurs représentants, assure-t-elle.

L’ancien conseiller économique de Jean-Luc Mélenchon, cependant, a exposé certaines réserves sur les propositions plus politiques, formulées par son ancienne homologue hamoniste à la fin de son ouvrage. S’il a salué le système des BED comme « un système assez judicieux pour financer les nouveaux emprunts », il a regretté l’absence de remise en cause de la logique de la Ve République dans la nouvelle assemblée, pour deux tiers inchangée, qu’imagine Julia Cagé. Liêm Hoang-Ngoc a estimé que le tiers d’élus qui seraient élus sur une liste régie par des quotas sociaux comme s’inscrivait au cœur d’une « logique communautariste », contraire à l’universalisme caractéristique de la République en France. Il a toutefois affirmé avoir bon espoir quant à une prochaine unification à gauche et reconnu qu’un travail en commun était nécessaire pour l’emporter, saluant en même temps le caractère particulièrement novateur et stimulant de certaines des propositions de Julia Cagé.

Ainsi, durant quelque deux heures et demi, Julia Cagé a achevé de démontrer que le bandeau ornant la couverture de son ouvrage était tout sauf usurpé : « une démonstration implacable ».

Par Alexandre Chabert, Flora Lecomte et Bérénice Santoro, Elèves à ENS de Lyon