Compte rendu « Le prix des sentiments. Au cœur du travail émotionnel », Arlie Russell Hochschild, trad. Salomé Fournet-Fayas et Cécile Thomé, coll. « Laboratoire des sciences sociales », Paris, La Découverte, 2017

Sujet de recherche puisé dans son enfance[1], The Managed Heart , titre original du prix des sentiments, est paru pour la première fois aux Etats-Unis en 1983. Son autrice, Arlie Russel Hochschild, est célèbre pour avoir ouvert la voie à la sociologie des émotions. Sociologue critique, elle montre à travers cet ouvrage comment la gestion des émotions au cœur du travail émotionnel est passée d’une logique privée à une logique marchande via les exigences du capitalisme dans les années 1970. Le livre, qui était déjà un classique de la sociologie du travail, a été traduit pour la première fois en français en 2017. Il s’attèle à définir, page après page, le concept de travail émotionnel et ses conséquences. Consciente du tournant que prend le monde du travail à cette période, avec le plein essor des métiers de services en contact avec le public ou ceux du soin, Arlie Russell Hochschild mène alors une enquête ethnographique, entre autre auprès d’hôtesses de l’air de la compagnie Delta Airlines.

La première partie de l’ouvrage s’intéresse à la gestion des émotions dans « la vie privée ». Rappelons en effet que le concept de « travail émotionnel » n’est pas propre au monde professionnel. Il correspond à « un écart entre un sentiment authentique -mais mal vu-, d’un côté, et un sentiment idéalisé de l’autre ».

Tout d’abord, A. R. Hochschild distingue deux concepts pour différencier le travail émotionnel qui a lieu dans la vie privée de celui qui a lieu dans la sphère publique. Les notes de traduction nous donnent les clés de cette distinction. D’une part, « emotion work » ou « emotion management », correspond à une gestion des émotions ayant lieu dans la sphère privée, c’est-à-dire quand un individu « déclenche ou refoule » une émotion pour être conforme à « l’état d’esprit adéquat », comme par exemple avoir l’air triste lors d’un enterrement, mobilisant ses larmes en se remémorant des instants vécus avec le défunt. D’autre part, l’« emotional labor » correspond à un travail émotionnel de même nature mais ce dernier s’effectue en échange d’un salaire. Il a donc une valeur d’échange pour des entreprises qui espèrent en faire une ressource afin de gagner de l’argent. Contrairement au premier, l’« emotionnal labor » est commandé par des mécanismes institutionnels qui imposent aux employés des techniques pour réellement ressentir ces émotions, leur retirant par la même toute autonomie dans la gestion des sentiments.

Dans cette première partie, l’autrice nous présente également rapidement la méthodologie de sa recherche. Trois sources principales constituent l’échantillon de son enquête. D’une part, 261 étudiants de Berkeley ont été interrogés pour entrevoir la gestion de leurs amours et de leurs haines afin de révéler la face privée de ce « système émotionnel ». La sociologue s’est aussi immergée dans le monde des hôtesses de l’air pour étudier la dimension professionnelle de ce travail : Delta Airlines a été choisie en raison de l’importance accordée à la qualité du service par la compagnie. Enfin, une étude des agents de recouvrement est un contre-point efficace à l’étude des hôtesses car leur travail consiste, au contraire, à exprimer une agressivité afin de placer l’interlocuteur en situation d’infériorité. Par cette recherche, A. R. Hochschild souhaite faire reconnaître le coût associé à ce travail émotionnel comme un travail à part entière. Le concept de « transmutation » (p.39) montre que la façon dont nous gérons nos sentiments en privé « tombe souvent, de nos jours, sous la coupe des grandes entreprises et est l’objet d’une ingénierie sociale » (p.40).

La sociologue analyse ensuite le rôle du sentiment dans notre quotidien. Elle propose alors une synthèse entre la théorie organiciste et la théorie interactionniste. Concernant l’aspect organiciste, elle s’appuie sur les travaux de Freud qui place l’émotion du côté du biologique et de l’instinct : l’émotion est produite par des stimulus externes reçus passivement. Hochschild conserve de cette analyse l’idée que l’émotion est une réaction à valeur d’ « indice » qui va être un outil pour agir de manière appropriée et rationnelle. Elle remet en question le côté instinctif de la conception freudienne de l’émotion en s’appuyant cette fois-ci sur la théorie interactionniste et les travaux de Goffman qui considèrent que les émotions sont malléables. Les individus peuvent feindre une émotion par un travail de figuration permis par le jeu de « façade » de « l’acteur », « la façade » étant ce qui est donné à voir à l’observateur. Hochschild prolonge cette conception goffmanienne en proposant de compléter ce travail de surface (« surface acting ») par celui de « jeu en profondeur ». En s’appuyant sur l’approche du jeu d’acteur théorisé par Stanislavski, elle montre que ce travail sur les émotions est en réalité beaucoup plus profond (« deep acting ») en ce que les individus cherchent vraiment à ressentir l’émotion appropriée en remobilisant des souvenirs antérieurs. L’émotion n’est alors plus du côté de la feinte puisque l’individu a la possibilité de façonner lui-même un sentiment bien réel. Ce dernier point cristallise la synthèse entre la théorie organiciste et interactionniste de l’émotion : elle est bien malléable selon le contexte social mais elle engage également le corps dans une réaction (stimulus freudien) « à un acte imaginaire ».

 La fin de cette partie analyse de manière détaillée le système émotionnel mobilisé dans la sphère privée. Elle étudie tout d’abord les « règles émotionnelles » qui peuvent être définies comme les « conventions émotionnelles » qui s’exercent dans la vie quotidienne. Comme on l’a vu, il existe un certains nombres de règles concernant la façon de se sentir au cours d’un enterrement. A l’inverse, on peut parler de « déviance émotionnelle » lorsque l’individu se libère des conventions. Ces règles de sentiments s’actualisent au sein d’échanges sociaux : en les respectant ou non, on montre ce que l’on doit à l’autre lors d’un échange avec lui. Par exemple, la culpabilité serait « la reconnaissance interne d’une dette psychologique impayée » (p.102). Faire semblant de ressentir quelque chose pour quelqu’un c’est payer « un tribut émotionnel » qui permet de lui affirmer une marque de respect : le travail émotionnel s’inscrit donc dans un système de don et de contre-don.

La seconde partie de l’ouvrage, « La vie publique », est consacrée à l’étude du lien plus ou moins distant qu’il existe entre les attentes émotionnelles des compagnies aériennes vis-à-vis des hôtesses de l’air, et la manière dont les hôtesses s’approprient ces règles sous la forme d’un travail émotionnel, ici emotional labo.

Se pose alors la question suivante : si les sentiments sont susceptibles de correspondre à une marchandise vendue, qu’advient-il de la façon dont une employée s’identifie à ses propres sentiments ? Autrement dit, comment passe-t-on d’un usage privé des émotions à un usage marchand. « Ce qui est vendu c’est seulement l’affichage (display) ; mais à long terme, un lien finit par exister entre celui-ci et les émotions » (p. 110), ce lien est à l’origine d’une « dissonance émotive » ; il ne s’agit plus alors de maintenir l’écart entre le ressentir et le faire semblant mais de faire converger ces deux dimensions. C’est dans cette perspective qu’A. R Hochschild parle d’une « transmutation du système émotionnel intime » dans le monde des hôtesses de l’air. Le si de Stanislavski[2] passe de la scène à la cabine : « comportez-vous comme si la cabine était votre propre salon ». Pour obtenir des parts de marché – à savoir des passagers – la Delta Airlines vend, via des campagnes publicitaires, un imaginaire sexualisé des hôtesses qui coïncide avec le fantasme dont elles font l’objet. Ce que l’on montre des hôtesses est aussi ce que l’on attend d’elles. Cet imaginaire est pourtant à l’antipode de la réalité des conditions de voyages, plutôt calmes, à bord d’un avion. Plus concrètement, les hôtesses sont tenues de répondre aux exigences des passagers et de gérer les insatisfactions résultantes. Les règles du jeu des sentiments sont d’emblées présentées aux candidates. Avoir des expressions « sincères » et « naturelles » dès l’entretien pour l’embauche est nécessaire et présuppose qu’il est honorable d’être convaincue par ce jeu émotionnel. D’ailleurs, l’« hôtesse professionnelle » est celle qui a totalement accepté les règles de standardisation, notamment physiques. Ainsi, la compagnie peut jouer sur ces [et ses] normes physiques : embaucher une femme qui s’écarte de la norme et le lui faire comprendre peut s’avérer une stratégie pour qu’elle travaille davantage. Les apprenties sont invitées à penser aux passagers comme à des invités de leur propre maison. L’analogie entre la maison et la cabine renforce l’attachement de l’employé mobile à son entreprise. Mais personnaliser une relation impersonnelle soulève l’enjeu d’une personnalisation à sens unique : par exemple, si un individu agresse une hôtesse – ce qui en soit est déjà le signe que le passager ne se considère pas comme l’hôte de l’hôtesse – celle-ci est invitée à considérer que c’est l’uniforme qui est attaqué, et non pas sa personne. Pour pallier ces difficultés, l’emotional labor des hôtesses peut prendre la forme d’un travail émotionnel collectif afin qu’elles partagent leurs rancœurs envers les passagers. Celui-ci est d’ailleurs reconnu par la compagnie qui, pour le contrôler, le reprend à son compte en encourageant l’esprit de groupe. Cela pose la question des marges de manœuvre des travailleuses. Lorsque « le travail émotionnel » réglé par la hiérarchie est effectué, si les «  règles de sentiment » sont acceptées et si l’orientation des échanges sociaux est respectée, l’autrice parle d’une « transmutation réussie » qu’il est possible de définir comme la standardisation et la spécification par l’entreprise des attitudes à avoir. En revanche, et ça a été le cas lors de la récession du début des années 1970 qui s’est traduit par une accélération du travail des hôtesses, il est possible que la transmutation échoue. Le manque d’enthousiasme devient alors public : les hôtesses se contentent d’un jeu de surface perceptible par les passagers et non plus d’une travail en profondeur afin de « renverser les rôles du script de la compagnie ».

Dans un second temps, A. R. Hochschild propose de confronter le travail émotionnel des hôtesses de l’air à celui des agents de recouvrement. Cela lui permet de montrer qu’une seule et même compagnie réserve à ses employés des rôles parfois opposés qui peuvent se comprendre en terme de socialisation passée. En effet, contrairement à l’hôtesse, l’agent de recouvrement a le droit de rabaisser son interlocuteur à son statut de client pour qu’il paye. L’agressivité est alors la règle. Entre ces deux extrêmes se trouvent de nombreux métiers qui impliquent un travail émotionnel. L’autrice trouve à ces métiers trois caractéristiques communes : ils placent l’employé au contact d’un public (1), le contraignent à susciter de l’émotion chez un tiers (2) et autorisent l’employeur à exercer un contrôle sur ses activités émotionnelles (3). S’il existe des métiers qui placent des « fardeaux émotionnels » sur les épaules de leurs employés, ils ne fournissent pas pour autant un travail émotionnel. Cette distinction permet à l’autrice d’introduire dans on propos une analyse en termes de classes sociales. Selon elle, les métiers définis plus haut ne concernent pas les classes populaires qui n’ont pas été autant socialisées au sens du contact que les individus issus des classes moyennes qui y sont majoritairement recrutés pour des postes d’hôtesses de l’air ou d’agent de recouvrement par exemple. Pour y voir plus clair, elle affirme que « [c]’est d’abord dans la famille que certains enfants s’accoutument aux objectifs commerciaux et se préparent pour le casting général » des emplois liés au travail émotionnel. Gérer ses émotions se fait globalement plus facilement dans les familles de classes moyennes, et encore plus aisément  pour les individus issus des classes supérieures ; ceux-ci occupent le haut de la hiérarchie des métiers qui nécessitent un travail émotionnel.

La troisième partie de l’ouvrage propose de montrer en quoi une éducation différente sur le plan émotionnel amène à penser un travail émotionnel genré. Les hôtesses de l’air, à l’inverse des agents de recouvrement, convoquent des ressources relationnelles en utilisant par exemple leur charme, et non la colère. Les femmes seraient culturellement et socialement perçues comme des gestionnaires de l’émotion ; plus aptes à gérer les émotions des hommes car pensées comme « naturellement » plus sensibles. Dans la vie quotidienne, les émotions des hommes sont prises avec plus de sérieux que celles des femmes, considérées comme « émotives », « instables » et par là toujours rattachées à leur genre. La « théorie des sentiments »  considère que « l’importance des sentiments se mesure exactement à l’importance de ceux qui les éprouvent » (p. 203). Dès lors, considérer que les femmes ont moins d’importance que les hommes revient à accorder plus de crédit aux émotions masculines, ce qui participe de la production et de la reproduction des inégalités genrées dans le monde du travail. Il est attendu des hôtesses qu’elles représentent à la fois la mère et la femme d’affaire glamour. L’autorité masculine fonctionne comme un bouclier lié à leur statut, ce dont les femmes sont dépourvues : par conséquent, elles ne peuvent pas se prémunir de la « théorie des sentiments ». L’image qu’elles sont censées renvoyer – celle de la mère de famille ou de la jeune fille sexy – est exploitée par l’entreprise. Cela n’est pas sans poser problème ; en s’attachant à ce modèle, elles se privent de la possibilité d’explorer toutes les facettes de leur identité.

Enfin, la sociologue montre que les « échanges émotionnels » sont désormais « standardisés et inévitables », ancrés dans la culture du monde du travail et intériorisés par les clients qui conçoivent désormais ces échanges comme faisant partie du « boulot » des travailleurs. En transformant l’émotion en marchandise, le capitalisme a ouvert la voie à sa mise en concurrence : le travail émotionnel devenant une norme dans le secteur des services, la concurrence entre les entreprises se joue alors sur le degré de « sincérité » de ces émotions, l’émotion bien perçue par le public étant désormais celle dénuée de tout calcul. Hochschild pointe du doigt les dangers de cette marchandisation qui brouille les repères et pousse de plus en plus loin l’ingénierie pour contrôler ses émotions. La mise en garde qui ressort le plus en cette fin d’ouvrage concerne « les coûts humains » pour les employés. Selon le degré d’identification de l’employé à son travail, celui-ci est exposé soit au « burn-out », soit à la culpabilisation de jouer un jeu « cynique » (« Nous ne faisons que créer des illusions »). Dans cette course à la sincérité, les entreprises tentent d’importer le « vrai-moi » des employés dans leur travail, pour faire de « cette ressource personnelle un atout ». Or, en psychanalyse, le « faux-moi » se distingue du « moi » en se définissant justement comme ce qui n’est pas « vraiment moi », quelque chose que le sujet considère comme ne lui appartenant pas. La sociologue dresse ainsi le tableau d’une mise en concurrence des émotions comme une course infernale qui vient brouiller chez les travailleur les outils d’interprétation du monde : « plus l’entreprise commercialise le « vrai moi »  d’un employé, plus ce « moi » risque de paraitre faux au travailleur, et plus il deviendra difficile à ce dernier ou cette dernière de savoir quelle partie du « moi » revendiquer » (p°217).

L’œuvre d’Hochschild, par sa traduction française tardive, se révèle en France comme une sociologie précurseuse du champ des émotions, que celles-ci soient privées ou publiques.  Plus encore, cette étude des hôtesses de l’air peut constituer une référence en sociologie du travail et plus particulièrement pour des chercheurs intéressés par les transformations managériales du monde du travail et par l’impact des logiques capitalistiques : ceux qui accomplissent un travail émotionnel lorsqu’ils fournissent un service sont comme ceux qui accomplissent un travail physique lorsqu’il fabriquent des objets : les deux sont soumis aux règles de la production de masse. » (p. 219). C’est donc aussi l’aspect critique de l’ouvrage qu’il semble intéressant de noter ici. Car Arlie Russel Hochschild fait partie de ces sociologues qui nous dépeignent un monde du travail qui nous parle encore.

Valentin ALIBERT, Emilie DAUVERGNE, Léna PAMBOUTZOGLOU, élèves à l’ENS de Lyon, dans le cadre du séminaire re/lire les sciences sociales

Voir la page du site SES/ENS consacrée à la séance du séminaire « re/lire les sciences sociales »

[1]  Cet ouvrage naît de l’intérêt de l’autrice pour la matrice sociale des émotions, développé dès son enfance du fait de son expérience des dîners mondains tenus par son père ambassadeur. Rétrospectivement, Arlie Russell Hochschild dit avoir pris conscience à ce moment là du hiatus entre les émotions réelles d’une personne et les sentiments de convenance exprimés sur la scène sociale, relevant de ce qui serait du côté du jeu d’acteur. C’est pourquoi il est facile de l’affilier à un auteur tel que Goffman.

[2] Il s’agit ici d’une référence faite par l’autrice à la méthode Stanislavski au théâtre. Une des techniques suggérées par Stanislavski pour stimuler l’imagination de l’acteur est de ce poser la question suivante : « Que ferais-je si je me trouvais à la place du personnage ? La profondeur du jeu au théâtre revient ici à se tromper soi-même pour être le plus efficace (La formation de l’acteur, 1938)

Compte-rendu de la séance du lundi 19 mars 2018  : Olivier Milhaud, « Séparer et punir. Une géographie des prisons françaises »

Lundi 19 mars 2018, le séminaire Re/lire les Sciences Sociales recevait le géographe Olivier Milhaud pour discuter de son ouvrage Séparer et punir, une géographie des prisons françaises publié en 2017, qui est le remaniement de sa thèse soutenue en 2009. La discussion a été menée avec la géographe et sociologue Lucie Bony, auteure d’une thèse intitulée « De la prison peut-on voir la ville ? Continuum carcéral et socialisation résidentielle ».

La séance est ouverte par Olivier Milhaud, qui annonce vouloir présenter à la fois la manière dont il en est venu à aborder un sujet qui, de son temps, n’était pas pensé comme “géographique” ainsi que ses méthodes de travail. Pour le géographe, cette séance est aussi l’occasion de “re/lire” son travail. L’auteur a en effet proposé toute une série de réflexions plus actuelles sur les limites de sa thèse, notamment autour du concept de dispositif spatial contradictoire.

Son projet, à savoir faire une géographie de la prison, posait un enjeu de légitimation et plus largement un enjeu disciplinaire, parce qu’il fallait faire entrer un nouvel objet dans le champ de la recherche française, tout en lui appliquant les outils de la géographie. La prison avait été plus anciennement étudiée par la sociologie ou l’histoire, alors même que c’est avant tout par la distance que l’institution punit, et cela dans un espace spécifique. C’est seulement le jour de sa soutenance de thèse qu’il a réalisé qu’il n’était plus nécessaire de chercher à légitimer son objet de recherche, nous raconte-t-il.

Il s’agissait donc dans sa thèse d’aborder la prison comme une punition par l’espace, une mise à distance des incarcérés vis-à-vis du reste de la société (séparations physiques, retrait des centres-villes). Or la peine carcérale a aussi pour vocation, in fine, à réinsérer les détenus dans la société. Cette double intention est selon O. Milhaud totalement contradictoire puisque la mise à l’écart par la prison abîme les liens sociaux, familiaux, économiques et professionnels. La prison reste pourtant un espace poreux, ouvert en partie sur l’extérieur (parloir, relations de voisinage…), tout en regroupant une population qui reste marginale composée en majorité d’hommes issus des classes populaires et non-diplômés. Pour mieux comprendre cette impossible articulation, le géographe doit mener un raisonnement multiscalaire tout en s’intéressant à toutes les dimensions de l’institution (architecture, vécu des prisonniers, liens avec l’extérieur…).

C’est dans cette perspective de travail qu’Olivier Milhaud a placé le concept de “dispositif” au centre de sa réflexion. Le terme, proposé par Foucault, fait référence à un “ensemble résolument hétérogène comportant des discours, des lois, des mesures administratives, des énoncés scientifiques, des propositions philosophiques…” Ce concept a été repris par M. Lussault, qui invente le “dispositif spatial légitime”, lequel correspond à un “agencement spatial produit par un acteur à capital social élevé doté d’une fonction opérationnelle et normative.” Le concept semble en effet correspondre parfaitement à l’objet étudié par O. Milhaud : la prison joue un rôle de délégation, en tant que lieu arrangé pour servir des objectifs sociaux particuliers. Elle est un espace punitif qui est rendu neutre par son retrait de l’espace public. O. Milhaud a donc voulu étudier la prison, institution à la fois dissuasive et prônant la réinsertion, comme un dispositif : elle ne peut pas être appréhendée par la seule étude de son architecture, et sa compréhension nécessite l’analyse des discours et des différentes fonctions qu’elle se donne.

O. Milhaud s’est alors proposé de revenir plus en détail sur les différentes contradictions de ce dispositif spatial carcéral. Il évoque notamment le problème de la carte pénitentiaire, puisque la localisation des établissements pénitentiaires est essentiellement périurbaine. Il y a donc une stratégie de relégation, à savoir loin des centres-villes, mais tout l’enjeu de la localisation réside pourtant aussi dans l’accessibilité et la proximité avec les tribunaux et hôpitaux. De plus, la question de l’image et de la perception d’une telle bâtisse par les riverains se pose également en des termes ambivalents : si certaines communes accueillent positivement la construction d’une prison pour les emplois qu’elle génère, d’autres s’y opposent pour éviter tout stigmate social.

Le vécu des détenus témoigne par ailleurs d’un pervertissement du dispositif spatial par son propre fonctionnement : l’appropriation des dispositifs de réinsertion a avant tout un simple rôle de compensation du dispositif spatial. Pour étayer cette idée, O. Milhaud s’appuie sur une anecdote personnelle, datant de son expérience en tant que bénévole pour le Genepi où il animait un atelier d’écriture journalistique avec une autre collègue. Il nous raconte que le jour où sa collègue a été absente, aucun détenu n’est venu à l’atelier. En d’autres termes, la réinsertion proposée par le dispositif est détournée dans la mesure où l’atelier devient prétexte à retrouver une mixité quasiment inexistante en prison.

Enfin, la contribution de l’architecture à la séparation des détenus renforce cette contradiction. En effet, Olivier Milhaud rappelle le paradoxe d’un dispositif très segmenté et éloigné du reste de la population qui entend pourtant réinsérer les détenus par la suite.

Le géographe porte néanmoins un regard critique au moment de la présentation sur ce concept clé de “dispositif spatial contradictoire” qui est pourtant au centre de son ouvrage ; la notion lui apparaissant aujourd’hui infiniment extensible, à tel point que tout dans la vie sociale pourrait être analysé comme un dispositif. De la même manière, tout pourrait être analysé comme étant contradictoire, tant et si bien qu’il nous avoue que la seule vraie contradiction qu’il a finalement observée est celle qui œuvre entre le discours et la réalité.

L. Bony a ensuite pris la parole pour faire part de son regard sur la recherche d’O. Milhaud avant de discuter et de confronter leurs recherches respectives sur l’objet commun de la prison.

Elle a premièrement expliqué qu’Olivier Milhaud avait développé une approche géographique “classique” de la prison, nécessaire, selon elle, à la légitimation d’un objet “original” en géographie. Il mêle dans son ouvrage géographie historique, géographie de la population, géopolitique (pour étudier les jeux d’acteurs qui déterminent les choix de localisation des prisons), géographie sociale (pour analyser les relations entre intérieur et extérieur et les expériences de riverains et de détenus). Cette manière de faire a finalement abouti à la légitimation de l’approche géographique dans le champ plus large des études carcérales. Elle a contribué à établir ce que Lucie Bony appelle un “tournant spatial” dans ce champ, où la plupart des grandes questions passent désormais par une réflexion sur l’espace. Par exemple, à propos des fonctions de l’enfermement (expiation, dissuasion, neutralisation, réadaptation), les chercheurs se préoccupent de la matérialisation de ces fonctions dans l’espace carcéral. La réinsertion, ou, à défaut, le frein à une désinsertion trop prononcée, est censée être préparée par la ressemblance de l’espace carcéral avec l’espace extérieur, avec plus ou moins de réussite et de contradictions.

L. Bony a complété son intervention en parlant de ses travaux, dont l’analyse repose sur la mise en évidence d’un continuum entre milieu social extérieur et milieu carcéral, contrairement à O. Milhaud qui avait souligné les discontinuités entre les deux. Pour les détenus qu’elle interroge, la prison est un passage obligé (un équivalent fonctionnel au lycée dans d’autres milieux sociaux) et ne représente pas une rupture dans leur parcours de vie. La prison fait partie de leur “espace vécu”, elle est, à la limite, un équipement de quartier “comme un autre”. Ainsi circulent continuellement des biens entre la prison et le quartier, ainsi une identification par ville ou quartier au sein de la prison permet de mettre à distance la situation carcérale et de la considérer comme un destin collectif.

La géographe et sociologue est ensuite brièvement revenue sur le concept de “dispositif spatial contradictoire” en insistant sur sa pertinence et l’intérêt de son emploi dans les sciences sociales, non seulement à propos de la prison, mais aussi lorsqu’il est appliqué à de nombreux autres objets (ville en guerre, habitat sur cour, ambassade…). Le rapprochement avec les concepts voisins d’anti-monde et d’hétérotopie peut ainsi se montrer particulièrement fécond.

La séance s’achève sur une série de questions posées par le public. Certaines se concentrent sur la prison en tant qu’institution, et interrogent par exemple l’évolution de ses logiques spatiales à travers le temps. Selon O. Milhaud, la prison a connu une standardisation architecturale, avec des cahiers des charges plus contraignants, qui s’accompagne d’un certain effort cosmétique (couleurs, fenêtres qui ne s’ouvrent plus et qui sont donc débarrassées de leurs barreaux). La prison accueille par ailleurs de nouveaux dispositifs techniques et électroniques qui verrouillent l’organisation et la régulation interne, écartant les surveillants de leurs anciennes marges de manœuvre, mais aussi plus largement du contact avec les détenus. Les surveillants sont alors plus en sécurité, mais ont une vision moins fine de leurs détenus, et la prison apparaît moins “humaine”.

La séance s’est conclue autour d’une question posée aux deux intervenants : lorsque l’on fait de la recherche sur un objet aussi politique et polémique que la prison, peut-on rester neutre et ne pas s’engager ? O. Milhaud et L. Bony ont tous les deux répondu que l’exigence de de neutralité du chercheur n’était pas incompatible avec un engagement personnel dans une cause, tout en gardant dans le milieu académique le ton neutre de l’objectivité : O. Milhaud a ainsi été bénévole au sein de l’association Genepi, mais n’a pas confronté les revendications militantes de cette association avec son travail de chercheur. L. Bony a ajouté qu’elle ne s’est pas privée d’observations personnelles et de nouer un réel dialogue avec les personnes du milieu carcéral qu’elle a pu interroger au cours de son travail de terrain.

Cette séance de Re/Lire les Sciences Sociales, qui avait accueilli O. Milhaud et L. Bony, a eu pour objet un sujet parfois tabou en société en montrant au public les différentes dynamiques de la recherche actuelle dans les études carcérales. Mettre l’accent sur l’apport de la géographie à la question a aussi permis de revenir sur la question de la légitimité d’une science sociale à s’approprier un objet de recherche donné : si O. Milhaud a été pionnier dans sa démarche, il a permis à des générations futures de chercheurs en géographie de prendre la prison pour objet d’étude, quitte à voir sa thèse parfois contredite dans certains de ses aspects donné ; le travail de L. Bony peut donc être salué comme une actualisation de cette thèse fondatrice via le dépassement de l’idée des discontinuités au sein de la prison.

Léa Ferreira, Zoé Lambert, Augustin Suneux, Loéna Trouvé, élèves à l’ENS de Lyon

Séance sur la collection « Sociorama » (27/02/17) : une BD sociologique est-elle possible ?

Voir la conférence filmée

 « Sociorama » est une jeune collection (les deux premières bandes-dessinées étant parues en janvier 2016) qui invite à lire ou relire la sociologie à travers la BD. Nous avons eu le plaisir d’accueillir lors de cette séance, Yasmine Bouagga, codirectrice de la collection, Anne Lambert, sociologue à l’INED et co-auteure de Turbulences, et Julien Guerri, auteur-dessinateur sous le pseudonyme d’Helkarava et auteur de La banlieue du 20h. Chacun des intervenants incarnait un point de vue sur l’ « aventure Sociorama », et une place dans le processus de création. La conférence a commencé par une présentation générale de la collection par Yasmine Bouagga ; puis Anne Lambert et Helkarava ont parlé de leur contribution à leur ouvrage respectif.

Présentant ici le projet et les différentes interventions, nous chercherons à montrer l’enjeu et le défi de la collection « Sociorama » : comment la scientificité de la sociologie peut être réinsérée, réinscrite dans le support a priori non scientifique qu’est la BD ?

Le projet de la collection « Sociorama » (Yasmine Bouagga)

Yasmine Bouagga est sociologue et codirectrice de la collection avec Lisa Mandel, dessinatrice.

La collection résulte du projet conjoint de plusieurs sociologues de l’ENS Ulm qui ont constaté la proximité entre leurs recherches ethnographiques et la BD : la prise de notes ethnographique vise à rendre le plus fidèlement possible ce qui a été observé sur le terrain, et le dessin peut s’avérer un outil très efficace. De plus, la BD comme le travail ethnographique portent une attention toute particulière aux dialogues, qui sont des illustrations sur les relations sociales entre les agents (les personnages) La collection est financée par Casterman, et chaque BD est tirée à 5000 exemplaires. Le projet est semblable à la bédéthèque des savoirs des éditions Lombard, qui, sur un principe similaire associait un essayiste scientifique avec un dessinateur. Ces BD n’ont pas vocation à être un cours illustré, mais un support de vulgarisation qui vise à intéresser le lectorat de BD à la sociologie. Les BD doivent faire 160 pages, être en noir et blanc, sans notes, ni bibliographie, ni termes scientifiques (notions et  concepts sociologiques). Un autre défi est de ne pas faire de la sociologie une source de gags et de rester fidèle à l’enquête de terrain, ce qui est parfois assez difficile à concilier avec l’autonomie des artistes. Comme en témoigne Helkarava, les contraintes ont été assez fortes pour les dessinateurs : le réalisme sociologique et l’exigence d’objectivité ne s’accordent pas toujours au monde tel que les dessinateurs avaient pour habitude de le représenter.

Le processus type de création d’une BD Sociorama est décrit par Yasmine Bouagga : d’abord l’écriture d’un synopsis (quel personnage fait quoi?),  qui doit mettre en avant les résultats de l’enquête. Le story-board est lu et discuté par un comité scientifique pour s’assurer qu’il remplit les exigences de fidélité à l’enquête. Ensuite le travail est assez long : il y a des allers-retours entre le dessinateur et le comité scientifique pendant 9 à 10 mois avant de sortir un volume fini avec une narration fluide qui restitue les résultats de l’enquête.

Ainsi, choisissant de mettre la sociologie en BD, le projet vise à passer d’un support (académique et scientifique : un texte long, non littéraire, avec des notions théoriques et des concepts, des chiffres et graphiques à l’appui…) à un autre (des planches de BD avec beaucoup d’image et peu de texte, sans usage de notions sociologiques ni références bibliographiques….). Quels arbitrages sont nécessaires pour passer de la recherche à la BD ?

La sociologue et le dessinateur, illustrer l’ethnographie d’un long courrier (Anne Lambert)

Turbulences est la mise en BD du travail ethnographique d’Anne Lambert : c’est une de ses premières recherches post-doctorales, une enquête ethnographique sur les longs et courts courriers à Air France. L’idée d’enquêter sur ce terrain lui est venue en suivant une formation anti-stress pour les phobiques de l’avion. Elle s’est intéressée aux deux groupes sociaux constitutifs du personnel naviguant, les pilotes d’un côté, les hôtesses et stewards de l’autre. Ces deux groupes travaillent côte-à-côte dans des conditions très différentes : la sociologue analyse les effets de classe et de genre sur le temps et les conditions de travail.

La BD nous livre trois points de vue sur le vol d’un long courrier, celui des pilotes, d’une passagère phobique de l’avion, et celui des hôtesses et stewards. La présentation d’Anne Lambert met d’abord l’accent sur le travail de coopération avec le dessinateur Baptiste Virot. Pour traduire en dessins son travail ethnographique, Anne Lambert a beaucoup utilisé le support photographique (qui ne peut pas forcément être rendu dans les publications classiques) pour donner un support solide au dessinateur. La scénarisation de l’enquête permet de mettre en scène de façon synthétique un certain nombre d’idéaux-types observés par l’enquêtrice, et de décrire les rapports sociaux à travers la BD sans employer de concepts sociologiques. On notera que la sociologue est absente de la BD : si Anne Lambert a clairement inspiré le personnage de la jeune passagère phobique de l’avion, le travail de médiation scientifique et scénaristique a pris le parti d’effacer la personne de l’ethnographe de la BD.

Anne Lambert explicite l’enjeu de la vulgarisation dans le monde de la recherche : elle compare les champs académiques français et canadien, où dans ce dernier 20% de l’évaluation du CV d’un chercheur sont consacrés au « transfert de connaissance ». C’est pour Anne Lambert une dimension importante du travail de chercheur, qu’il faudrait encourager davantage. Une reconnaissance institutionnelle des œuvres comme Sociorama permettrait de prendre en compte et de valoriser les efforts pour rendre accessible la recherche scientifique.

 La publication de la BD met l’enquêtrice face à un autre enjeu de la diffusion scientifique : elle est beaucoup plus susceptible d’être lue par ses enquêtés. Pour les ressources humaines d’Air France cela a posé quelques problèmes ; ils n’avaient certes pas droit de regard sur la publication, mais ont réagi en fermant le terrain, alors que l’enquête n’était pas terminée ! La BD a cependant été bien reçue par le personnel naviguant, malgré la caricature qui a pu en être fait ; les pilotes, par exemple, y sont représentés comme étant extrêmement virils. L’autre conséquence de la publication en BD est liée à l’effet du dessin, qui contribue à la caricature : l’oralisation des discours et la caricature présentent certes l’intérêt de donner à voir des éléments saillants, mais ils posent la question de la montée en généralité et de la représentativité de ce qui est dessiné. Un élément de réponse peut être apporté par la démarche de représentation d’idéaux types pour mettre en scène par le dessin des concepts sociaux, qui sont un premier pas vers cette montée en généralité.

Le regard sociologique et le travail créateur, dessiner La banlieue du 20h (Helkarava)

Si dans le cas de Turbulences, sociologues et dessinateurs travaillaient ensemble, La Banlieue du 20h est davantage le résultat des multiples retours sur les choix esthétiques d’un dessinateur, commentés, revus et corrigés par Jérôme Berthaut (auteur de la thèse à l’origine de La Banlieue du 20h). La présentation d’Helkarava nous livre ainsi un autre point de vue sur le travail de création, nous permettant de comprendre plus encore quels arbitrages sont nécessaires pour passer de la recherche à la BD. Le dessinateur raconte comment il a vécu tout le processus énoncé précédemment par Y. Bouagga (proposition d’un scénario, évaluation par la direction de la collection, puis par un comité scientifique, mise au point du story-board, multiples relectures…), illustrant ainsi le long processus de création et d’adaptation. Par son témoignage, nous voyons comment le travail artistique est critiqué par l’œil sociologique ; comment la scientificité de la sociologie est réinsérée dans la BD.

Le contrôle scientifique : la thèse (en amont) et le comité de sociologues (en aval).

D’abord les dessinateurs doivent lire la thèse (ou l’ouvrage sociologique) à adapter en BD – lectures auxquelles ils sont souvent peu familiers – afin de connaitre le propos à illustrer. Puis, le travail de scénarisation commence : le dessinateur doit rendre l’histoire intéressante, « qu’on ne s’ennuie pas à la lire » ; même si le scénario finalement choisi est souvent assez plat car différents points de vue sur un « monde social » doivent apparaître[1]. Pour arriver à la version finale de la BD, les dessins et textes sont revus de près par un comité scientifique : les sociologues veillent à ce que les dessins et bulles soient sociologiquement vraies, du moins probables. Par exemple, le sociologue sera sensible aux registres d’expression des différents personnages, qui sont toujours socialement situés. Ces retours et critiques sont parfois difficiles à recevoir par les artistes : le regard scientifique du sociologue serait-il incompatible avec le point de vue esthétique de l’artiste-dessinateur ? Pour faire une BD sociologique, l’artiste ne serait-il pas le premier à être sensibilisé à la sociologie ; voire converti, jusque dans sa façon de représenter le monde social ?

Avoir un point de vue sociologique sur le monde.

Pour illustrer La banlieue du 20h, Helkarava a réalisé un stage dans un JT afin d’avoir un aperçu visuel et découvrir l’univers professionnel du JT, et des observations pour avoir une « image » de la banlieue. Car l’image qu’il avait de la banlieue posait problème : son approche artistique de la ville ne convenait pas à J. Berthaut, car elle donnait à voir une ville (et surtout, une banlieue) « torturée, salle, sombre ». Aussi a-t-il dû convertir son regard, et abandonner sa vision négative et « sécuritaire » de la banlieue (celle-là même que construisent et présentent les JT), et dessiner des immeubles plus propres, plus accueillants.

L’artiste a donc dû convertir son regard, afin de représenter le monde social tel que le sociologue l’a observé et décrit dans son travail de recherche. Passer d’un support à un autre c’est donc aussi passer d’un univers académique d’initiés (les sociologues ou apprentis sociologues) à un univers « profane » de non-initiés à la sociologie (les dessinateurs). L’illustrateur doit donc en un sens se socialiser à la discipline, afin d’avoir une façon de voir, de penser, et de dessiner plus proche de la réalité sociologique.

L’enjeu et le défi de « Sociorama » est de « résumer » par des dessins (et des bulles de dialogue) une thèse sociologique, sans caricaturer les résultats et en restant fidèles à ceux-ci. Il s’agit donc de transmettre une connaissance sociologique via une histoire (et non uniquement par du texte, des chiffres, et des concepts), et d’initier ainsi à la sociologie, et peut-être surtout au regard sociologique. Mêler sociologie et BD, c’est mêler deux regards sur le monde social, celui du sociologue et celui du dessinateur-auteur. Tous deux doivent faire des « compromis mutuels » : le dessinateur ne peut pas représenter sa propre vision artistique et bien souvent remettre en cause son point de vue esthétique (du moins dans le cas de La banlieue du 20h) ; mais le sociologue ne doit pas oublier qu’il y a une histoire à raconter, des personnages à faire vivre, des lecteurs à  captiver, au-delà de la simple érudition. En tout cas, le projet est bien sous le signe d’une diffusion du savoir sociologique, puisque le lecteur est placé au centre des arbitrages et négociations entre sociologues et dessinateurs.

[1] Par exemple, dans La banlieue du 20h, le lecteur suit un jeune journaliste qui part enquêter sur la banlieue ; et c’est par ce personnage que nous entrons dans l’univers du Journal Télévisé (JT), saisissons son fonctionnement et les rapports entre les salariés (rapports de hiérarchie entre chefs, rédacteurs en chef, présentateurs, pigistes précaires…).

Baptiste Bailly et Théoxane Camara (élèves à l’ENS de Lyon)

Compte rendu de la séance du 13 mars 2017 : Bernard FRIOT, « Émanciper le travail, entretiens avec Patrick Zech »

« Un chercheur en sciences sociales, on lui demande d’épier l’émancipation. S’il ne fait pas ça, il ne sert à rien. » Si le constat paraît de bon sens, il fait pourtant l’originalité de la démarche de Bernard Friot, économiste et sociologue du travail à l’Université Paris-10 Nanterre, qui a publié en 2014 Émanciper le travail, entretiens avec Patrick Zech[1]. Ces mots, il les a prononcés le lundi 13 mars 2017, lorsqu’il a été invité à l’ENS de Lyon, dans le cadre du séminaire « Re/lire les sciences sociales », pour revenir sur son livre ou, plus précisément, sur la théorie de la valeur qu’il construit dans cet ouvrage et l’articulation entre recherche et militance qui lui est propre. Pour discuter avec lui de cette tension réactualisée entre le savant et le politique, Usul, vidéaste et auteur de la web-série « Mes chers contemporains », a proposé une réflexion sur son travail de vulgarisateur, de « passeur d’idées », de « pont » entre la recherche académique, la militance de type CGTo-communiste et les forces vives qui se font de plus en plus entendre chez la jeunesse. Nous présenterons ici les points essentiels du contenu des interventions de Bernard Friot et d’Usul dans l’ordre où elles ont été prononcées.

La démarche de Bernard Friot a pour point de départ un contre-postulat. Selon lui, la science sociale critique postule qu’il n’y a qu’une classe pour soi, la classe bourgeoise dominante, et qu’il n’y a en face d’elle que des dominés, des « victimes » dont elle se donne pour objectif d’être « solidaire » en en dénonçant la misère. Ce postulat, dominant en sociologie à la suite de l’oeuvre de Pierre Bourdieu, participe en réalité d’un récit du réel qui fait l’hégémonie de classe dominante. Il s’agit donc pour lui de pratiquer le postulat inverse, c’est-à-dire qu’il a bien existé et existe encore une classe révolutionnaire, qui, d’une part, a subverti à son profit les institutions capitalistes du travail, et dont, d’autre part, il s’agit pour le chercheur de donner à voir les luttes pour « l’émancipation ». Friot propose donc de faire voir, grâce à ce contre-postulat, le « vol de l’histoire populaire » auquel contribue le postulat de la science sociale critique, en retraçant trois des grandes étapes des conquêtes ouvrières.

La première institution du travail que Friot nous propose de relire à l’aune de son postulat, c’est le marché du travail et le contrat de travail. Se basant sur l’ouvrage de Claude Didry, L’institution du travail. Droit et salariat dans l’histoire[2], Friot montre que le contrat de travail doit être lu comme une conquête ouvrière et non comme une défaite. Contre le modèle proto-industriel du louage d’ouvrage dans lequel des marchands achètent à des marchandeurs de l’ouvrage fait et dans lequel les ouvriers sont invisibilisés, le mouvement ouvrier a imposé, à travers le principe de subordination du contrat de travail, aux capitalistes l’obligation d’être des employeurs, responsabilité à laquelle ils se dérobaient. De plus, le contrat de travail crée, contre le salaire « prix de la force de travail » du louage d’ouvrage, le salaire à la qualification. Contre le premier qui ne reconnaît les ouvriers que comme des êtres de besoins dont il faut laisser de quoi reproduire la force de travail, le second, lui, reconnaît, par la qualification du poste, une participation à la production de valeur économique.

Toutefois, il ne s’agit que d’une « conquête à demi » – en effet, c’est le poste, qui appartient encore aux capitalistes, qui est qualifié – en regard de la seconde institution du travail que subvertit le mouvement ouvrier : le statut de la fonction publique. Il trouve son origine dans les conquêtes coloniales : c’est pour pouvoir muter à volonté les officiers de marine, qu’est institué la qualification du grade et non du poste. Par le grade, c’est la personne même qui est qualifiée. Dès lors qu’il n’y a plus de poste, qu’il y a un grade, il n’y a plus d’emploi, et donc plus de marché du travail. Le statut de la fonction publique de Maurice Thorez de 1947 sort les fonctionnaires du marché du travail et institue, selon Friot, le salaire à vie, c’est-à-dire un salaire basé sur le grade – qui est un attribut de la personne – et versé à vie – car le régime des retraites de la fonction publique, selon lui, est, plus qu’un revenu différé, la continuation du salaire.

La marque du « vol de l’histoire populaire » s’observe encore dans la lecture de la création du régime général de la sécurité sociale de 1946. N’y voir que « la création de la sécurité sociale », c’est nier la subversion qu’institue le mouvement ouvrier. En effet, la sécurité sociale existe avant 1946 à travers un très grand nombre d’institutions dont la gestion n’est pas accessible aux travailleurs. Ambroise Croizat, en 1946, non seulement unifie le système mais surtout confie la gestion des caisses aux travailleurs qui ont, en 1960, géré jusqu’à l’équivalent du budget de l’État. Il s’agit donc fondamentalement d’un changement de la pratique de la valeur et non pas seulement d’un changement de la répartition de la valeur si l’on veut bien entendre qu’il n’y a pas qu’une « valeur » sans qualificatif et si l’on veut bien voir que la production de santé est, de ce fait, sortie des logiques capitalistes.

Pour Bernard Friot, il s’agit là, dans ces trois « conquêtes » de gestes « révolutionnaires », étant entendu que la révolution, contrairement à l’idée que l’on s’en fait souvent, ne tient pas dans le changement de régime politique, qui n’en n’est que l’aboutissement, mais dans le changement des modes de production. Elles instituent, petit à petit, une nouvelle définition du travail. À ce titre-là, Bernard Friot n’hésite pas à affirmer que la production de santé est communiste : elle est le produit d’une part d’investissements décidés par les travailleurs eux-mêmes et financés par une socialisation d’une partie de la valeur par les cotisations – ce qui fait de ces investissements des biens collectivement possédés – et d’autre part d’un travail payé par des salaires à vie.

Si les thèses de Bernard Friot font de lui, par certains aspects, une figure hybride entre le chercheur et le militant, Usul, qui a mis en vidéos la pensée de Friot, se trouve lui entre le chercheur et le militant au sens littéral. Dans cette intervention, qui est comme un retour réflexif sur une pratique de vidéaste-vulgarisateur qui a plus de profondeur qu’on ne le croit souvent, la question de départ d’Usul porte sur la manière de faire passer les idées que produisent les milieux universitaire et intellectuel aux milieux militants et à la société civile. Il pose la question du théorique et du politique au sein des trois champs médiatique, universitaire et politique. Partant de l’opposition entre émotion et raison, il montre que cette tension est bien moins convenue qu’il n’y paraît au premier abord et qu’elle est en réalité hautement politique.

Sa démarche de vulgarisation est d’abord présentée comme un abaissement des coûts culturels des théories politiques. Le vocabulaire technique dans lequel elles trouvent, sauf rares exceptions, leur formulation exclut de fait les non-initiés. Les idées abstraites issues de la réflexion théorique et d’une conceptualisation élaborée sont exprimées dans une grammaire qui leur est propre. Le travail du vulgarisateur est alors d’opérer une traduction, non pas uniquement lexicale, mais aussi formelle. La mise en récit, la mise en image, l’exemplification, mais aussi les schémas sont autant de manières de faire « passer les idées ». En particulier, les formats type « schéma froid » selon le mot d’Usul, sont beaucoup utilisés par les partis politiques et les médias « traditionnels ».

En réalité, cette manière de penser la communication politique, par ces « schémas froids » qui ne sont, somme toute, que des sortes de Power Points un peu plus ludiques et élaborés[3], est très socialement située. Elle relève d’un « snobisme de classe » : ce format est de fait très professoral, paternaliste, voire infantilisant. Il s’agit, d’une part, de montrer aux masses de manière ludique des faits et des raisonnements qu’ils vont pouvoir « se repasser s’ils n’ont pas compris » pour les partis politiques qui présentent leurs programmes ou, d’autre part, de leur pointer simplement le vrai du faux dans les propositions des candidats pour certains médias, qui donnent par là à leur activité de « fact-checking » une « mission de salut public ». L’objectif qu’il y a derrière cette démarche est de ramener la masse, elle qui réagit épidermiquement et irrationnellement, à « la raison » des élites. Or cette raison est socialement située, elle est bourgeoise : elle assimile la politique au calcul froid et rationnel de l’homo œconomicus, la réflexion abstraite de l’esprit pur, sans corps et sans passion.

Il s’agit bien plutôt de reconnaître et d’assumer corps et passions. Citant Frédéric Lordon, il s’agit de « charger en affects les idées », sans quoi elles n’ont aucune consistance. Il s’agit d’un parti pris à la fois honnête intellectuellement et efficace que de montrer les corps : montrer les corps des chercheurs que l’on cite pour dénaturaliser leur autorité et rendre vivante leur pensée, montrer les corps des dominants qui ne sont pas qu’esprits purs mais eux aussi des êtres passionnels – comme par exemple Jean-Marie Rouart qui se contorsionne devant la subversion des thèses de Friot et leur « égalitarisme fou » –, ou encore montrer les corps des dominés pour leur rendre leur humanité – comme par exemple les « corps qui se redressent » dans La Sociale de Gilles Perret. Le rire, l’humour, joue aussi un grand rôle subversif : il crée de la connivence dont la force ne doit pas être sous-estimée. L’exemple de la campagne de « mèmes » sur internet en faveur de Donald Trump[4] est à ce titre tout à fait représentative : sans pour autant cautionner leur contenu, on ne peut nier que la « haine de l’émotion » des médias traditionnels, qui ont voulu « fact-checker », s’est révélée inefficace. En définitive, le travail d’Usul montre que l’on peut mettre à contribution ces outils communicationnels pour mieux participer d’une diffusion plus large et plus utile des méthodes, des concepts et des résultats des sciences sociales, autrement dit, pour faciliter la lecture ou la relecture les sciences sociales.

[1]     B. Friot et P. Zech, Émanciper le travail: entretiens, Paris, La Dispute, 2014

[2]     C. Didry, L’institution du travail: droit et salariat dans l’histoire, Paris, La Dispute, 2016. Voir le compte rendu de Jonathan Louli pour Lectures

[3]     Voir notamment celle de la campagne de Benoît Hamon « Dessine-moi la gauche ».

[4] Voir l’article de Politico Magazine

Quentin BRCIC, Maxime FARON, Léo ROSELL, Victor VEY (Elèves à l’ENS de Lyon)

Compte rendu de la séance du lundi 12 décembre 2016 : Hervé Le Bras, « Anatomie sociale de la France. Ce que les big data disent de nous »

Lundi 12 décembre 2016, le séminaire « Re / lire les sciences sociales » recevait le démographe Hervé Le Bras pour discuter de son dernier ouvrage, Anatomie sociale de la France. Ce que les Big data disent de nous, Paris, Robert Laffont, 2016. La séance était co-organisée par le physicien Pablo Jensen, également second intervenant.

Voir la vidéo de la séance 

L’intervention de l’invité : Hervé le Bras

Le propos général d’Hervé Le Bras dans son intervention était de présenter et d’illustrer, au travers de quelques exemples biens choisis, la méthode qu’il a déployée dans Anatomie sociale de la France.

 Il s’agissait dans un premier temps de montrer la nécessité de croiser les données statistiques, au lieu de les utiliser individuellement, afin de mieux comprendre les comportements sociaux. Ainsi, à regarder les chiffres de loin, une différence sensible entre les hommes et les femmes semble s’exprimer dans le vote en faveur de l’extrême droite : aux dernières élections françaises, 30% des hommes et 26% des femmes ont voté pour le Front National. S’agit-il d’une différence de sexe ? A priori seulement, car il faut regarder la composition de l’électorat : parmi les personnes âgées, les femmes sont plus nombreuses que les hommes. Or, les personnes âgées votent moins pour le FN. En rectifiant avec une structure d’âge égale pour les deux sexes, on obtient 28,3% et 27,7%. L’effet du sexe et de l’âge se composent donc : en ne prenant en compte qu’un seul d’entre eux, on risque de masquer la véritable structure de la société.

Un autre exemple convoqué par H. Le Bras permet de comprendre le jeu complexe de composition des données : le rapport entre catégorie sociale et vote. Il est en effet tentant de penser que la Profession et Catégorie Sociale (PCS) détermine le vote. Hervé Le Bras présente alors un de ces outils de modélisation. Il simule un vote avec pour seule variable explicative la PCS, et attribue à chaque PCS la probabilité de voter pour tel ou tel candidat. Il apparaît que les résultats de la simulation sont très éloignés des résultats empiriques, et qu’il n’est pas possible de trouver les bons coefficients de probabilité.

Ce passage par la formalisation permet ainsi de montrer qu’il est faux de considérer que le vote est déterminé (uniquement ou même principalement) par les PCS.

Après cette première présentation, Hervé Le Bras s’est arrêté un moment sur quelques outils de statistique formelle qu’il utilise dans son livre. Dans un souci de synthèse, nous ne présentons pas ces outils dans le détail ici. Contentons-nous de noter l’idée générale de l’auteur : les méthodes statistiques traditionnelles présupposent des relations de composition trop simples entre les effets des variables. M. Le Bras a notamment souligné le fait que les régressions logistiques supposaient souvent une cumulativité des effets, alors que dans certains cas, selon lui, les effets ne se composent pas par l’addition, mais par la multiplication (il a notamment pris l’exemple du chômage).

Finalement, Hervé Le Bras conclut son intervention par un retour sur ce que permet l’exploration des « Big Data », sous-titre de son ouvrage. Il reconnait qu’il n’utilise pas vraiment de big data, puisque les « big data » sont de l’ordre du milliard de données tandis que celles de l’INSEE sont de l’ordre du million. Mais qu’importe : ce grand nombre de données permet de gagner de la prévision.

Sa démarche, nous dit-il, est rendu possible par l’accès à de nombreuses données de l’INSEE : le croisement des données permet de donner une description fine de la société, grâce aussi à la taille considérable des échantillons. Il prend l’exemple du taux de chômage, expliqué à la fois par l’âge, le niveau d’étude, la présence ou l’absence d’un événement migratoire dans le parcours de vie : les résultats sont dès lors précis et contrastés. Cependant, il ne faut croire que seul le nombre des données peut suffire pour arriver à tout expliquer. La décroissance de l’erreur de prévision est très lente (une seule donnée est associée à 100% d’erreur, mais 100 000 données ne réduit ce pourcentage que de 10 points).

Ainsi, H. Le Bras conclut sur une note optimiste : nos craintes d’un Big Brother, qui à l’aide de nombreuses données, anticiperait nos comportements semblent infondées ; les comportements individuels ne sont pas prévisibles, seuls le sont les comportements agrégés.

L’intervention du discutant : Pablo Jensen

Pablo Jensen a ensuite pris la parole et articulé un propos rapide autour des sciences sociales et de la question de leur formalisation. En effet, aujourd’hui, les big data semblent renouveler les sciences sociales : quelques informaticiens, physiciens (pas tous !) sont attirés par ces données et s’intéressent à la « modélisation du social », avec peut-être pour projet d’une science de la société (enfin !) positive.

Pablo Jensen, lui-même physicien, se détache d’une telle posture. Les sciences sociales sont en effet perturbantes si on les approche de la même manière que les objets traditionnels de la physique: les mêmes causes ne provoquent pas forcément les mêmes effets (le taux de chômage diminue avec le diplôme pour les jeunes… mais ce même taux augmente avec le diplôme pour les plus âgés), et l’expérimentation est en sciences sociales plus complexe.

Pour conclure sur les big data, Pablo Jensen se place du point de vue de Google, plutôt que celui de l’État : cette avalanche de données sert moins au bien commun qu’à celui de l’entreprise. Ainsi, Google, grâce aux données informatiques (historiques des recherches sur le site, « cookies », et autres « traces » que nous laissons sur le web), peut essayer de deviner si un individu est au chômage, et ainsi placer une publicité adaptée à nos « préférences révélées » (pour un travail ou des vacances).

Discussion avec la salle

La question de l’imprécision des catégories en général, et des PCS en particulier, a été plusieurs fois soulevée. H. Le Bras est d’accord, mais souligne que plus les catégories sont fines, moins on gagne d’information… Quant à P. Jensen, il explique la nécessité des catégories génériques : il n’existe pas de catégories pertinentes en soi. Il peut néanmoins être utile d’utiliser des catégories plus fines sur un cas précis.

Lorsque l’un des participants a demandé à H. Le Bras d’expliquer les raisons d’un fait (le vote FN par les personnes âgées) mis en avant dans le livre, le démographe en a profité pour rappeler que son livre n’est pas fait pour expliquer sociologiquement. Le but de son livre est avant de l’ordre du constat : il s’agit de « mesurer », de faire une « anatomie sociale » de la France.  Ce thème de la démarche de H. Le Bras a permis d’aborder la question du public auquel il s’adresse, puisque son livre n’est ni tout à fait de la vulgarisation, et ni vraiment à l’usage d’universitaire. Le démographe avoue alors regretter le manque de lisibilité de son ouvrage (toutefois toute relative, et malgré ses efforts, notamment sur la mise en page des graphiques) : il est difficile de maîtriser 22 millions de données…

La présence d’un démographe et d’un physicien à la même table, et même, une certaine harmonie, a pu surprendre. En témoigne un assez long moment d’échange avec la salle sur la possibilité d’un dialogue entre des disciplines a priori éloignées, ainsi que sur la question de l’interdisciplinarité. P. Jensen nous met en garde : sa propre ouverture disciplinaire et celle de H. Le Bras lui semblent exceptionnelles. Le dialogue ne se passe pas, en général, et il faut le forcer un peu. A chaque fois que le dialogue a lieu, il s’appuie d’ailleurs des opportunités, sur des cas spécifiques. H. Le Bras se méfie lui aussi de la fameuse « interdisciplinarité » : selon lui, c’est à l’intérieur de l’individu qu’elle doit d’abord avoir lieu. Il prend son propre parcours, qui, après une formation à Polytechnique, lui a permis d’approfondir la démographie et de s’intéresser également aux mathématiques, à la sociologie et même à l’architecture. Les deux intervenants sont d’accord pour souligner le principal risque de l’interdisciplinarité : le survol artificiel de la discipline qu’on ne connaît pas. Il s’agit en effet de s’ancrer dans une tradition, de maîtriser des outils qui ont une longue histoire.

Enfin, les big data ont suscité quelques interrogations de la part du public, qui a souhaité approfondir ce thème. Que nous permettent-elles de comprendre ?

Le Bras et P. Jensen sont d’accord pour y voir parfois un effet de mode : les conférences sur les big data sont souvent creuses, et les enquêtes les utilisant peuvent reposer sur des effets de manche. Pourtant, l’utilisation des big data a bien des effets, mais davantage pour des entreprises privées sur Internet, comme Google, Amazon, qui s’en servent pour proposer des produits adaptés aux goûts, besoins, etc. de chaque utilisateur.

Notre rapport aux big data est lui-aussi intéressant. Elles suscitent des réactions très différentes : on peut craindre le pouvoir qu’elles donnent à Google, on peut redouter l’émergence d’un Big Brother, on peut considérer qu’elles vont révolutionner le monde… Toutefois, P. Jensen relativise l’importance de ces big data : spécialiste des systèmes complexes, il explique que les « données complexes » ainsi que l’accumulation immense des données, ne donnent pas forcément de meilleurs résultats. C’est un point qui avait déjà été abordé par H. Le Bras : la capacité à « déterminer » est décroissante avec le nombre de données. Même si on double les données accessibles, on n’augmentera pas tellement la précision de notre connaissance. Le big data, ce n’est donc pas la panacée. En revanche, il considère la « révolution numérique »  comme quelque chose de plus large, à la fois économique, social, politique, et qui peut, elle, davantage révolutionner l’univers de la connaissance.

Robin Lenoir et Tom Cluzeau (élèves à l’ENS de Lyon)