Compte rendu de la séance autour de l’ouvrage “Les filles du coin : vivre et grandir en milieu rural ” de la sociologue Yaëlle Amsellem-Mainguy

Margot Imbert, Simon Le Roux, Pauline Mailloux et Juliette Rousselet, élèves à l’ENS de Lyon

Lundi 10 janvier 2022, le séminaire Re/lire les Sciences Sociales a accueilli la sociologue Yaëlle Amsellem-Mainguy (INJEP, CERLIS, INED) pour échanger autour de son ouvrage Les filles du coin : vivre et grandir en milieu rural paru en 2021 aux Presses de Sciences Po. La discussion a été menée par le sociologue Benoît Coquard (INRAE, CESAER).

Intervention de Yaëlle Amsellem-Mainguy

L’enquête

Yaëlle Amsellem-Mainguy commence par souligner l’écho du titre de son ouvrage à celui de Nicolas Renahy Les gars du coin : enquête sur une jeunesse rurale (2010). Et qu’il aurait pu s’appeler Les filles du coin : celles qui restent pour faire aussi écho au livre de Benoît Coquard Ceux qui restent : Faire sa vie dans les campagnes en déclin (2019). Cependant elle souligne la différence de dispositif qui se trouvent entre ces enquêtes.

L’objectif de départ de cette enquête était de creuser la question des jeunes ruraux et des jeunesses populaires, de poursuivre la connaissance sur ces jeunes en matière d’âges de la vie et de processus de socialisation. Elle voulait mieux comprendre les sociabilités existantes au prisme du genre et des classes sociales, comme le rapport que les jeunes femmes entretiennent avec leur famille, avec leur mère en particulier. Elle a donc observé la place des filles dans les villages, dans l’espace public et privé, selon les âges. Elle a, pour cela, retravaillé sur les conditions de vie de ces jeunes femmes : les enjeux de la formation et de l’insertion professionnelle ; les tensions sur le territoire ; mais aussi l’image d’elles-mêmes sur ce dernier. De plus, elle a creusé la question du couple afin de voir la manière dont les filles peuvent construire leurs relations et l’ensemble de leur vie avec et autour de la conjugalité.

L’enquête s’inscrit sur quatre territoires définis subjectivement comme ruraux : deux territoires touristiques : la Chartreuse et la Pointe du Finistère ; un “territoire oublié” : les Ardennes ; et “un territoire que l’on traverse mais où on ne s’arrête pas” : Parthenay dans les Deux-Sèvres. Le terrain s’est divisé entre temps formels comme les entretiens et temps informels où la sociologue pouvait se déplacer sur le territoire avec les enquêté-es comme lors de visites de parties du territoire. La population d’enquête est constituée de filles quasiment toutes issues des mondes populaires, de familles monoparentales (souvent seule avec leur mère), et ayant un des deux parents qui peut être issus de la petite classe moyenne.

Être “du coin”

La sociologue explique que l’expression “être du coin” est revenue souvent que ce soit par les jeunes et les plus âgées. Pour “être du coin”, il y a une forte importance de l’histoire familiale, il faut être reconnu socialement comme appartenant à l’espace où ces filles vivent à travers les sociabilités. Cela passe par la présence de pères et de mères dans la vie locale (clubs, associations…). Il faut être légitime à participer aux fêtes de village et donc ne pas être un “cassos”. Pour la population être “du coin” c’est aussi être légitime pour être enquêté-e. Ainsi les sociabilités traditionnelles ne sont pas celles des néoruraux qui fréquentent des lieux différents comme des bars alternatifs, que les filles du coin ne fréquentent pas. Pour être reconnu-e, il faut se trouver dans un groupe d’ami-es qui l’est socialement et avec qui “cela se fait d’être”, c’est-à-dire composé de “gens fréquentables”. De là, se construit un discours entre soi et les autres, les bonnes personnes et les autres, lié aux manières d’être dans l’espace public notamment.

Le couple: normes et reconnaissance sociale

Dans les discours, ce qui fait point commun entre les enquêtées de 15 à 25 ans, c’est l’entrée dans la vie amoureuse. Pour nommer la place, le rôle d’une fille et la reconnaissance sociale de son couple, on la nomme par rapport à cela :  “Elle est la petite amie, la femme “de””. Dans un couple reconnu et légitime, les filles ne sont plus présentées par leur prénom mais par leurs sociabilités, par leur couple. De cette manière, la chercheuse souligne comment les adultes participent à la construction des couples. L’expression de couple est intime et personnelle mais aussi fortement publique, elle est reprise par les ami-es, les connaissances et les réseaux sociaux. Le couple est fortement ancré dans les normes d’hétérosexualité et l’exclusivité. Il existe différents enjeux autour du couple en fonction de l’âge et du rôle que l’on assigne aux femmes. Les filles de 14 à 16 ans peuvent être encore célibataires mais elles doivent montrer qu’elles ont refusé certaines avances, qu’elles “valent” donc quelque chose. Il n’y a alors pas de suspicion d’homosexualité cachée (du moins, moins que pour les garçons). Autour des 20 ans, les filles doivent être “posées”, “casées” en couple et cela renvoie aux autres leur célibat autour duquel elles devront construire un discours. Les filles célibataires participent encore aux sociabilités dans l’espace social mais devront faire face aux injonctions de se mettre en couple, à se “caser”. La norme de conjugalité est une pratique majoritaire ; être chez soi seule (sans être chez ses parents) est plutôt mal vu. Les filles de l’enquête rendent compte de l’importance d’être en couple mais pas avec n’importe qui : tous les garçons ne sont pas fréquentables, selon les histoires de familles ou la réputation (“coureur de jupons”). La réputation du petit ami ou du conjoint a des conséquences sur elles et leurs familles, or elles sont aussi garantes de la réputation de la famille (tout ce qui se dit revient aux oreilles des mères). Il se dit que “les meilleurs partis partent en premier”, si les filles restent seules, on leur reproche de ne pas avoir choisi le bon “mec au bon moment”.

Le rôle de la reconnaissance sociale du couple au prisme de l’accident de voiture

Les filles s’installent souvent avec leur partenaire, dans la famille de ce dernier. Or on reproche aux filles le fait qu’elles ne soient pas “mobiles” alors même qu’elles changent de lieu, de famille à leur mise en couple. A ce passage-là, les filles vont largement rentrer dans les groupes et cercles de leur petit ami. Cette place est importante mais est fragile car lorsque la relation casse, elles perdent cette place en étant dans des espaces différents de leur origine. Yaëlle Amsellem-Mainguy donne alors l’exemple de deux accidents de voitures. C’est un phénomène redouté mais aussi attendu dans la population d’enquête. Il existe une sorte de fatalité face à cela de par la fréquence des accidents. Cela suscite une forte émotion, chez les jeunes et les adultes, les filles et les garçons. Lors de ces évènements, les individus vont chercher à savoir qui est mort, de quoi, avec qui et pourquoi. On retrouve cela dans deux couples :

Dans le premier, Mila a 20 ans. Elle est fille d’ouvrier-es et en couple avec Steven. Leur couple est très populaire dans le village. Iels sont ensemble depuis un an et ont les mêmes cercles d’ami-es et amitiés. Steven meurt dans un accident de voiture. Les rumeurs disent qu’il a bu de l’alcool, or non. Mila critique les commérages qui viennent salir la mémoire de son petit copain. Elle assure alors son deuil en construisant un discours qui pointe la faute d’un travail trop dur qui serait la cause de l’accident. Elle répond au rôle de conjointe de défunt, en assurant la réputation de son couple, de la famille de son petit copain et de la sienne (par le couple). Aujourd’hui, elle aide encore la famille de Steven. Elle la soutient, ce qui permet la reconnaissance de sa place dans la famille, dans le village et de pouvoir recevoir la gourmette du garçon.

Dans le second, Laure a 25 ans. Elle est la fille d’une mère ouvrière et d’un père maçon. Elle travaille à l’usine et habite dans le village de sa famille après deux ans de vie “en ville” dans le 94 entre 16 et 18 ans. Elle était en couple avec Michaël. Elle a eu deux enfants avec ce dernier et deux autres avec un autre homme. Michaël venait donc de la ville et était le premier “Noir des environs” quand iels reviennent au village (“Mais ici les gens ne sont pas racistes” soutenait l’enquêtée). Cependant, pour le travail, il dû aller vivre à 45 min, ne pouvait pas faire les aller-retours tous les jours et iels ne se voient que le week-end. C’est un problème pour les autres filles car “elle ne tient pas son mec”, il fait trop la fête, il boit trop d’alcool et il a l’alcool mauvais. Laure avoue qu’il était violent sous alcool. Elle a eu l’idée de partir mais cela ne se fait pas socialement d’être une mère seule et de quitter son mari. Elle accepte alors la violence, l’alcool et les infidélités. Petit à petit, Laure est isolée par les autres filles car elles craignent que le comportement de Michaël se diffuse chez les autres petits amis. Lors de l’accident, iels n’étaient plus vraiment ensemble selon elle, mais encore proches, pour les enfants notamment. L’accident advient après 4 années de couple, quelques temps après avoir eu son permis : Michaël et son frère meurent ensemble. Laure accuse la boîte de nuit et c’est la vie de débauche de la victime qui est pointée du doigt par les autres. Le contrôle social n’aurait donc pas fonctionné dans son cas : ce n’était pas un gars du coin, mais un “homme à histoires” que Laure n’a pas “tenu”.  Elle, qui a pourtant grandit ici, a été mise de côté car elle est revenue avec un homme qui n’était pas du coin, un Noir qui “cherchait les embrouilles”. De plus, on lui a rapproché la fermeture de la boîte de nuit pendant l’enquête.  Contrairement à l’enterrement de Steven, les individus ne sont pas venus pour accompagner les familles mais juste pour “voir”. Au moment de l’entretien, elle dit qu’elle n’a plus de relations, qu’elle est marginalisée et sans soutien.

On voit dans ces exemples comment les femmes apprennent les rôles que l’on attend d’elles lors de tel évènement et comment la place du mari vient caractériser la légitimé de la conjointe. Cela montre les limites des solidarités idéalisées de la campagne si on vient déroger à certaines normes. Le couple est constitutif de la place des filles, même jeunes, et va avoir un impact sur leur insertion professionnelle. Pour Mila, avoir été avec Steven a eu des impacts positifs là-dessus.

Discussion avec Benoît Coquard et réponses de Yaëlle Amsellem-Mainguy

Après cette présentation, Benoît Coquard a pris la parole. Il souligne premièrement l’ampleur d’une enquête inédite (193 femmes rencontrées). Au début des travaux sur la ruralité, ce sont des femmes qui travaillaient pour Levi-Strauss qui sont allées enquêter auprès de femmes rurales, en 1979 : “Les dames de Paris”. Elles ont fait émerger une parole qui ne se fait pas forcément entendre au sein des populations “du coin”. Il souligne le fait qu’étant un homme, il n’a pas pu avoir accès à certains discours que les femmes ont délivré à Yaëlle Amsellem-Mainguy. Il souligne ensuite que les Gars du coin de Nicolas Renahy est vu comme un livre pionnier pour les sociologues des mondes ruraux mais a participé à la construction de cette sociologie de manière très masculine.

Au niveau de la réception des normes légitimes, avec le contrôle social, comment les normes juvéniles se construisent autour des hommes et qu’est-ce qui amène les jeunes “à n’avoir rien fait ?“

Concernant les jeunes qui “ne font rien”, c’est un discours qu’elle a souvent croisé dans les entretiens. Elle dit que c’est intéressant car finalement “que font les gens qui disent ne rien faire ?“. Qu’est-ce qui est légitimé et vu comme tel à raconter à une sociologue ? C’est une construction dépréciative des femmes, elles ne font pas du tout rien. Elle donne l’exemple d’une fille qui disait ne rien faire au-delà de son travail et de sa fille. Or elle a une occupation : elle fait des bijoux. Elle y passe du temps : sur Internet pour regarder des tutoriels, acheter des métaux, pour faire de la soudure, pour faire les bijoux, etc. Elle a donc une activité nécessitant l’acquisition de nombreuses compétences. Le travail est défini autour du sens de l’apport économique. Le travail domestique est donc lui aussi vu comme “rien”. Les filles peuvent par exemple “ne rien faire” alors qu’elles cuisinent depuis trois jours pour une fête de village sans être félicitées alors que le barnum monté par les hommes est très remarqué. Autre exemple mettant en avant des postures de légitimité face à d’autres d’illégitimité : le jeu vidéo. Pour les enquêtées, c’est du “rien” car cela est vu comme tel par les adultes, les relations virtuelles ne sont pas reconnues.

Au niveau de la méthode, Benoît Coquard fait la remarque qu’il y a 4 territoires mais qu’ils ne sont pas mentionnés au fil du livre à part pour les loisirs. Comment la comparaison territoriale a-t-elle aidé dans cette enquête ? Car ces espaces, plus ou moins différents, avec leurs particularités, leurs différences de représentation sociales, influent sûrement sur la mise en couple, l’insertion, la construction de soi en tant que femme du coin. De plus, il demande si des différences ont-été notées entre les villages et les bourgs.

Yaëlle Amsellem-Mainguy explique que les quatre territoires ont été anonymisés pour plus de confidentialité. En effet, cela lui a permis de cacher les particularités et les trajectoires singulières. Lorsqu’elle parle des filles, elle ne parle pas des territoires et inversement, pour qu’on ne puisse pas identifier les filles. Elle parle parfois “d’une fille” et non d’un prénom pour protéger les enquêtées et l’espace d’enquête. Il est vrai que les quatre territoires n’ont rien à voir : en taille d’intercommunalités mais aussi en termes de classes sociales et de professions. Il y avait des espaces où il y a eu une désindustrialisation (Ardennes) avec des populations en recherche d’emploi de longue durée. D’autres où il y a des tensions entre les classes populaires et les personnes avec de fortes qualifications professionnelles (Chartreuse). Ces territoires permettent de travailler en complémentarité et ont aussi été décidés selon les connaissances qu’elle avait sur les territoires : des ancrages, des connaissances mais pas de famille. Pour l’enquête, elle s’est fait connaître par l’intermédiaire des MFR, écoles, missions locales, afin que les populations soient au courant et puissent être accostables. Elle ajoute que dans son terrain, il y avait des filles vivant dans les bourgs mais aussi “au bout” des villages.

Benoît Coquard continue en disant qu’il y a différentes formes de féminités et que la place que ces filles ont dans les interconnaissances définit les comportements possibles de ces dernières. Il aborde la question de l’autonomie des femmes : celles qui ont une place, fréquentent toujours les hommes, elles osent parler. Elles sont aussi “fille de”, liée à leur père.

Les hommes semblent construire les normes féminines en décidant ce qui est légitime ou non. Y-a-t-il des situations où Yaëlle a vu un renversement de cette norme ?

De plus au niveau du couple, les filles ne sont pas dans le maintien du capital familial comme les hommes. Est-ce lié à l’effet de l’écart d’âge dans les couples ? Les styles conjugaux, laisser l’homme sortir, qu’il soit le seul à travailler, etc. Ont-ils été des sujets de débat dans les entretiens collectifs concernant cela ? Y a-t-il des différences de conjugalités ?

Enfin de manière méthodologique, comment les filles ont compris que Yaëlle pouvait les comprendre, qu’elles ne parlaient pas dans le vent alors qu’elles ont pu la voir comme une “femme de Paris”, porteuse d’un contrôle social?

Yaëlle Amsellem-Mainguy réagit au niveau des styles de féminité. Pour expliquer qui elles sont, les filles parlent des groupes dont elles ne font pas partie. Il y a aussi les filles qui ont décidé de ne plus s’occuper du regard des autres car elles ne sont pas ancrées dans les normes hétérosexuelles ou autres. La reconnaissance de ces filles qui ont une bonne place peut être un contre modèle comme l’animatrice d’un centre. Elle est l’exemple de femmes qui “peuvent tenir la baraque” mais dans l’emploi publique. Les 14-25 ans aspirent à un couple biactif : l’importance est de travailler pour accéder à une indépendance économique. Lors des premières sorties, elles doivent montrer qu’elles sont des femmes, tiennent l’alcool, ce qui est valorisé. Les femmes qui tiennent malgré les discours (comme une femme qui tient le PMU et dont on a dit qu’elle couchait avec tout le monde), celles qui arrivent “à faire bouffer leurs mômes et c’est tout”, sont tout de même valorisées : ce ne sont pas des “cassos”.

Au niveau du couple, du maintien du capital familial et de l’écart d’âge, si le garçon est plus vieux et a le permis, il peut devenir alors une pièce maîtresse des sociabilités de sa petite amie et de ses amies. Les garçons peuvent être en-dehors des réseaux de formation plus tôt que les filles et de plus il y a une injonction plus faible pour les garons d’être en couple par rapport aux filles. Chaque naissance, mariage, mise en couple rappelle que les célibataires ne font pas partie de ce groupe. Le marché de travail est la clé de l’autonomie financière. Or les filles ont moins de chance d’avoir un CDI donc moins de chance d’avoir de prêts.

Concernant son statut de “Femme de Paris”, la sociologue a mis un protocole d’enquête qui mettait en jeu les restitutions de ses analyses au cours de la recherche afin de faire discuter les filles sur les premiers résultats et cela entre les territoires. Cela a pris de nombreuses formes : pièces de théâtres, soirées débat, puis après elle est revenue présenter son ouvrage. Elle dit qu’il lui fallait d’abord assumer sa place de parisienne en répondant aux questions des enquêté-es sur Paris, montrer des photos, raconter sa vie quotidienne, tout en parlant de ses origines et de ses cousines à la campagne. Elle a donc enquêté la population comme tout autre population juvénile. Ses approches afin de restituer et se présenter à sa population ont pu aussi prendre la forme d’interventions dans des établissements scolaires afin de présenter la sociologie. Elle y présentait ses données et cela a permis des échanges et des réactions sur les conditions de vie. Cela permettait donc d’avoir un nouvel espace d’observation de discours. Ce fut la même chose lors des discours des actrices et des spectateur-ices durant la pièce de théâtre.

Échanges avec le public

Suite à une première question sur le sujet, la sociologue confirme que les filles réussissent mieux à l’école et ces dernières partent plus facilement du territoire. Cela dit, son travail portait sur celles qui restent, qui ne sont pas partie et donc celles qui étaient moins à l’aise scolairement. Il y a chez ces filles une concurrence entre l’école qui est importante et l’insertion professionnelle qui se joue aussi avec le réseau d’interconnaissance et l’entre soi.

Une seconde question portait sur l’existence ou non de trajectoires différentes dans les zones où les néo-ruraux arrivent ? Et s’il existe des changements de cercles de sociabilités ? Yaëlle Amsellem-Mainguy répond en soulignant que les filles définissent ces néo-ruraux comme n’étant pas comme “elles” : ce sont des “babos qui fument des joints”. Elles ont l’impression d’être méprisées par cette nouvelle population qui ne vient pas dans les lieux de sociabilité traditionnelle. Elles disent “qu’ils jugent”. A l’école, il y a cette mixité sociale mais elles se reconnaissent entre elles et ne se mélangent pas.

Une dernière personne demande si la sociologue a pu observer des sociabilités maghrébines. Dans les Ardennes, la sociologue explique que l’arrivée d’immigré-es y a été largement organisée pour travailler dans les usines : les filles issues de cette immigration étaient donc dans les enquêtées de ce territoire. Moins isolées là-bas, elles vont discuter de la question du racisme, d’être arabes dans des territoires ruraux où elles se sentent aussi des “filles du coin”. Elles participent à déconstruire l’idée d’histoire dans la définition “d’être du coin” mais renforcent les mécanismes de légitimité de comportement et de sociabilités.

Yaëlle Amsellem-Mainguy clôture la séance en expliquant que son travail allait continuer autour des enjeux de sexualité, notamment de la contraception en milieu rural.

Références :

Amsellem-Mainguy, Y. (2021). Les filles du coin : vivre et grandir en milieu rural. Presses de Sciences Po.

Coquard, B. (2019). Ceux qui restent : faire sa vie dans les campagnes en déclin. La Découverte.

Renahy, N. (2010). Les gars du coin. La Découverte.



Citer ce billet
afifazenati (2022, 2 mai). Compte rendu de la séance autour de l’ouvrage “Les filles du coin : vivre et grandir en milieu rural ” de la sociologue Yaëlle Amsellem-Mainguy. re/lire les sciences sociales. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tl62

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search