Fabien Truong, “Loyautés radicales”, Paris, La Découverte, 2017

La séance de clôture du séminaire Re/Lire les Sciences sociales, le 1er avril 2019, s’est déroulée en présence de Fabien Truong venu présenter son dernier ouvrage, Loyautés radicales. L’islam et les « mauvais garçons » de la Nation, publié en 2017. Le sociologue, qui travaille actuellement au centre de Recherches Sociologiques et Politiques de Paris, est également professeur agrégé au département de sociologie et d’anthropologie de l’Université de Paris VIII. Pour discuter de ce livre, nous avons accueilli Laurent Dartigues, socio-anthropologue et chargé de recherches au CNRS. Il a notamment produit plusieurs travaux synthétiques sur les recherches de David Thompson ou encore de Xavier Crettier et Bilel Ainine autour de la religion et des individus qui partent pour le djihad et parfois cherchent à en revenir. Concepteur et rédacteur des Carnets Vagabonds, il participe également au carnet de recherche Janvier/Novembre 2015 : réfléchir après…

De par son format et son contenu, l’ouvrage de Fabien Truong s’inscrivait dans la vocation du séminaire, en raison des nombreuses références à une grande lignée de travaux abordant la question de la religion, de l’intégration politique, mais aussi de la jeunesse et de la sociologie urbaine. Son ouvrage s’attache ainsi à un minutieux travail de déconstruction des catégories et de conceptualisation. Le travail du profil des « terroristes maison » l’amène à démêler les logiques de la « radicalité » : comment le fait de vivre dans la « seconde zone » forge des subjectivités particulières ? Comment des questions sociétales telles que la politique et la religion viennent-elles entrer en résonance ou en confrontation avec des situations individuelles, des questions personnelles et des quêtes intérieures ? Pour ce faire, l’ouvrage alterne entre des parties de réflexion conceptuelle et les paroles rapportées de six garçons : Radouane, Adama, Hassan, Tarik, Marley et Amédy. À partir de ces témoignages, F. Truong s’attache à analyser comment le « désir d’Islam » vient proposer des réponses à des questions, parfois très concrètes, que d’autres médiums (tels que l’école) n’ont pas été capables d’accueillir ni même d’écouter.

Comme l’écrit F. Truong, il s’agit de revenir sur la « coupure socialisatrice » que connaissent ces jeunes dont l’analyse du cycle de vie et des trajectoires invite à remettre en question la fabrique de la notion de « radicalité » ou « radicalisation » (comme l’ont fait également par la suite Laurent Bonelli et Fabien Carrié dans leur livre La fabrique de la radicalité, publié en 2018).

Présentation de Fabien Truong

Dans un premier temps, l’auteur est revenu sur la genèse des recherches qu’il mène depuis une petite dizaine d’années. Jeune professeur de SES au lycée en Seine-Saint-Denis au début de sa carrière, il a voulu enquêter pour « dépasser ce qu’il percevait dans la salle de classe ». Ses travaux l’ont mené à l’obtention d’un poste d’enseignant-chercheur en 2010 à l’université Paris VIII.

Les enquêtes ethnographiques qu’il mène portent sur des thématiques différentes (l’éducation, la mobilité sociale, la violence), mais elles ont pour point commun une approche par le temps long. Cela lui permet d’« envisager les phénomènes sociaux comme des processus », et les parcours individuels comme des « trajectoires non-linéaires ».

L’enquête s’est établie sur deux terrains : d’une part, en Seine-Saint-Denis (qu’il fréquente donc depuis quelques années), et d’autre part, à Grigny, en Essonne. F. Truong a notamment évoqué sa première journée dans la ville, dans le cadre du travail réflexif du rapport du chercheur au terrain, qui constitue une part importante du travail ethnographique. Venu le 13 novembre 2015 pour épauler un collectif d’habitants qui avait recueilli des paroles à la suite des attentats de janvier 2015, il se trouve donc, le soir de l’attentat à Paris, dans cette ville où a grandi Amédy Coulibaly.

Son exposé a ensuite porté sur la distinction entre comprendre ou expliquer et excuser les faits sociaux. Le sociologue a ainsi tenté de démêler le « nœud » formé par l’islam, la question politique, celle de la violence et enfin celle de la masculinité, qu’il analyse à travers une sous-population minoritaire des « banlieues », celle dont on parle le plus mais que l’on étudie finalement assez peu : les jeunes garçons qui ne sortent pas de la délinquance et qui, comme l’a rappelé F. Truong, constituent une exception statistique.

L’auteur a pris le temps de récuser certaines idées associées au terme « radicalisation ». Tour à tour, il a critiqué la conception de la radicalité comme l’affaire de l’Autre (l’idée d’une altérité radicale, d’un choc des civilisations), la théorie de la radicalité en escalier (problématique en raison de sa reconstruction a posteriori), l’idée d’une efficacité absolue de l’idéologie radicale (faisant l’économie de la réception de cette idéologie), et enfin celle expliquant que derrière la radicalisation se cacherait un nihilisme. L’auteur souligne également l’importance de distinguer plusieurs catégories d’individus : les « terroristes-maison », les personnes partant en Syrie, les « revenants », et les individus tenant des discours inconvenants dans l’espace public ou qui présenteraient une certaine orthopraxie religieuse.

La question du livre deviendrait alors : « quelle est la logique sociale propre à la fabrique du guerrier ? ». Pour y répondre, l’auteur a choisi de prendre un nombre de cas limité car « c’est dans le détail ethnographique que se cache le diable sociologique ». Bien entendu, les enquêtés n’ont pas été choisis au hasard : il faut pouvoir trouver une certaine heuristicité dans la comparaison, c’est-à-dire suivre les trajectoires biographiques en parallèle afin de saisir les facteurs explicatifs des parcours individuels qualifiés d’atypique ou au contraire de « normaux » (au sens sociologique du terme). Il connaît deux des six enquêtés depuis huit ans, ce qui lui permet également de contrôler les problèmes liés à l’illusion biographique. Cette attention portée à leurs « cycles de vie » se double d’un travail sur les expériences de socialisation de ces jeunes, qui sont historiquement ancrées. Il s’agit de ne pas essentialiser « le quartier » pour le considérer comme un espace en évolution.

F. Truong finit par présenter en quoi « le désir d’islam vient répondre à une série de questions très concrètes auxquelles d’autres instances de socialisation n’ont pas réussi à répondre ». Un désir d’intelligence d’abord (qui renvoie à l’amour éconduit de l’école), mais également à des questions métaphysiques (et notamment la question du rapport à la mort, qu’ils ont tous côtoyée dans leur vie), esthétiques, sociologiques (rapports aux parents, position dans l’espace social, etc.) et enfin politiques.

Intervention de Laurent Dartigues

Dans un premier temps, Laurent Dartigues a dressé un panorama de la littérature existante sur la question de la radicalité pour faire état des différentes qualités des travaux réalisés sur le sujet. Il a insisté tout d’abord sur les dérives psychologisantes auxquelles la question de la radicalité peut conduire, notamment du fait de la manière dont la thématique peut être saisie par différents acteurs, en particulier les islamologues qui participent à la controverse factice entre « radicalisation de l’islam » et « islamisation de la radicalité », pour traiter le désir d’islam comme un problème individuel d’ordre cognitif. Il a convoqué également des travaux plus difficiles à classer, notamment ceux de Tobie Nathan qui considère que, pour un individu, la coupure avec le milieu d’origine peut fragiliser et susciter davantage de sensibilité à la radicalisation.

L. Dartigues est ensuite revenu sur le contenu de ces recherches, qui ne donne pas suffisamment accès au matériau récolté sur le terrain ou d’autres essais qui ne répondent pas, selon lui, aux critères de scientificité d’une enquête proprement sociologique, comme les recherches d’Olivier Roy par exemple. Il a souligné cependant la pertinence des approches de Laurent Bonelli et Fabien Carrié, auteurs de La Fabrique de la Radicalité, ou encore de David Thomson dans Les Revenants, Ils étaient partis faire le jihad, ils sont de retour en France, publié en 2016, en terminant sur les apports de l’ouvrage de F. Truong, notamment dans son traitement de la question du rapport de ces jeunes à l’école, et de la considération de l’islam qui y apparaît comme un objet parmi d’autres. Or, selon lui, c’est bien un travail sur les relations entre les caractéristiques individuelles qui permet de saisir les frustrations de ces jeunes et les différentes solutions ou compensations qu’ils peuvent chercher.

Il a ensuite posé des questions d’ordre méthodologique à F. Truong, sur son rapport au terrain, la manière dont il s’y est investi, physiquement notamment, et sur la position du sociologue dans sa relation avec les enquêtés. Il a conclu sur l’écriture que suppose le travail de recherche, sur les choix de l’auteur pour mettre en récit son étude, mais également sur les personnes qui n’ont pas souhaité parler et qui pourtant ont une place dans l’ouvrage.

Questions

Au cours de la dernière partie de la séance, le public désirait revenir dans un premier temps sur des considérations géographiques, et plus précisément sur la possible généralisation des thèses soutenues dans l’ouvrage (à Molenbeek ou encore à des banlieues de villes françaises moyennes). Ce fut l’occasion pour l’auteur de mentionner que la dimension géographique n’était pas la priorité principale de cet ouvrage, même si elle est présente.

La question de l’intimité a alors été soulevée et accompagne la précédente en raison des déplacements particuliers de ces jeunes qui connaissent l’épreuve de la prison : l’espace prend son importance dans la question du rapport au « dedans » et au « dehors » qu’entretiennent les personnes incarcérées. Leur rapport à l’extériorité se voit métamorphosé par l’évolution historique des peines, désormais caractérisées par leur courte durée et leur répétition. Puis, ont été évoquées les questions de « déradicalisation » des sortants de prisons. La place de l’État et la sécurité morale qu’il doit assurer est ici interrogée quant à l’insertion et la réinsertion des individus. La question des « revenants » a permis à F. Truong de revenir sur la nécessité de prendre en compte les trajectoires sociales individuelles et les expériences de socialisation pour ne pas céder à l’essentialisation.

Pour répondre aux questions d’ordre méthodologique, F. Truong a justifié ensuite l’utilisation de la notion d’« individualisme singulariste » pour souligner les enjeux de l’intellectualisation du rapport à la religion par ces jeunes. Ces derniers seraient amenés à effectuer un « bricolage » individuel vis-à-vis de la religion pour devenir « meilleurs ». Dans une perspective relationnelle, on devient meilleur par rapport aux autres, ce qui pourrait correspondre à l’injonction propre à la compétition capitalistique. La question du passage à l’acte a alors été évoquée, pour revenir sur la notion de « cas » en sociologie, résultat d’un entrelacement de logiques sociales.

Les dernières questions ont été l’occasion de revenir sur les enjeux à la fois politiques et méthodologiques de ces questions, avec l’utilisation du concept du « chacun pour soi de classe » qui traduit à la fois une expérience commune (celle de l’échec scolaire), l’engagement dans ce que F. Truong appelle « la seconde zone », et l’émergence de ce qu’il nomme « une conscience de conditions ». Ce « chacun pour soi de classe » se présente comme un élément pertinent pour comprendre les logiques d’un engagement individuel radical de ces « jeunes » au nom des autres, un combat solitaire muni d’un mandat collectif.

Ilona Cler, Guillaume Paris et Loreena Aubree, élèves à l’ENS de Lyon


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.