Une Histoire populaire de la France : de la Guerre de Cent ans à nos jours de Gérard Noiriel avec Mathilde Larrère et Usul

La quatrième séance du séminaire re/lire les sciences sociales accueillait Gérard Noiriel pour parler de son livre Une Histoire populaire de la France : de la Guerre de Cent ans à nos jours paru en 2018, synthèse à la fois de ses propres recherches sur la classe ouvrière, sur l’immigration, ou encore sur la notion de nation, et des travaux d’autres chercheurs portant sur la fin du Moyen Âge et sur l’époque moderne, périodes dont il est moins familier. Que cela soit l’extension de la lutte contre le vagabondage du modèle communal au niveau national ou l’étude précise des formes politiques qui ont prétendu incarner les classes dominées, G. Noiriel cherche l’existence d’un concept plus englobant : le « populaire », à savoir la place du peuple, sa structuration et sa capacité d’action au sein d’une unité déterminée, l’État français. Pour discuter avec lui, étaient également invités Mathilde Larrère, historienne spécialiste des mouvements sociaux au XIXe siècle et chroniqueuse à Arrêts sur Image et Mediapart, ainsi qu’Usul, vidéaste engagé, actif dans les luttes sociales depuis de nombreuses années.

            Lors de la conférence, G. Noiriel est revenu sur la construction de son ouvrage. Supposant que son livre ne serait pas lu par un lectorat « populaire », son objectif était de viser un public intermédiaire, ce qui explique certaines adaptations au niveau du style (choix du passé) ou des normes (pas de notes de bas de page, moins de développements sur les sources). L’ouvrage selon lui doit beaucoup à Howard Zinn et à son Histoire populaire des Etats-Unis (1980), qui l’a conduit à choisir la forme du récit, et à Norbert Elias, cité de nombreuses fois, précurseur de la socio-histoire. Les relations de pouvoir qui structurent la société française sont le fil conducteur du livre. La complexité des identités sociales des acteurs pour chaque période et les choix qu’il a dû faire par impossibilité d’être exhaustif, sont les deux problèmes principaux que G. Noiriel a rencontrés durant le travail d’écriture.

L’héritage intellectuel de l’historien est visible dans son Histoire populaire. Le début de sa formation a été marqué par l’influence marxiste, mais il a pris par la suite ses distances avec le parti communiste. Pour autant, il a bien recours au prisme de la lutte des classes dans ses analyses. Il s’intéresse beaucoup aux questions économiques, qui sont pour lui de plus en plus mises au second plan aujourd’hui, tout en reconnaissant deux lacunes au marxisme : la question de l’´État (N. Elias) et la domination culturelle (P. Bourdieu) qui sont présentes dans les chapitres sur la nationalisation de la société française ou sur les divisions culturelles au sein même des classes populaires. Le livre trace alors une dialectique historique qui fait avancer, par l’opposition des contraires, la définition du populaire. Pour lui, ce populaire est une relation de pouvoir. Les luttes transforment le regard des élites sur les classes populaires. La domination économique est prééminente pour lui, mais il souligne aussi les dominations genrée et raciale qui traversent les classes populaires.

Le propos de G. Noiriel est organisé selon un plan chronologique. Il a décidé de commencer son histoire durant le bas Moyen Âge car selon lui c’est à ce moment que le peuple français, alors assujetti à l’État, cesse d’être une population sans lien entre ses membres. La force armée et l’impôt seraient les piliers de l’´État français à partir de la guerre de Cent Ans. Or, les luttes antifiscales sont une forme de mobilisation populaire et structurante de l’identité des classes dominées.

La première partie de l’ouvrage est un tableau des relations de pouvoir sous le féodalisme, période où la légitimité du pouvoir repose sur une essence prétendument royale. Le XVIIIe siècle marque une rupture : il reprend les thèses d’Habermas sur la fondation d’un espace public et surtout d’une opinion publique qui peut constituer un contre-pouvoir à la monarchie et triomphe par la suite sous la forme du modèle parlementaire. La seconde partie du livre se concentre sur les luttes pour la citoyenneté. G. Noiriel oppose la vision bourgeoise de la représentation civique ou du gouvernement des capacités à la démocratie directe des Sans-Culottes ou des Canuts. La troisième époque retenue recouvre la IIIème et la IVe République. La question de la démocratie directe est réactivée par le mouvement ouvrier. L’historien s’intéresse ici au processus de nationalisation de la société française, traité dans ses travaux précédents, à travers la forte augmentation de l’immigration, l’extension des colonies françaises et la structuration de la grande industrie française. Sa quatrième partie porte sur la Vème République et se concentre sur la rupture des années 70-80 qui marque l’avènement de la démocratie d’opinion, de nouveaux médias et de nouvelles formes d’engagement. Sa conclusion se concentre sur ces questions contemporaines et surtout sur le programme du président Macron qui ne fait pas des classes populaires des agents actifs de l’histoire.

Mathilde Larrère a ouvert la discussion en parlant de la réception du livre, de la diffusion du savoir historique en France et de sa vulgarisation. La chercheuse a élargi son propos à la question de l’histoire populaire en général, qui renvoie ici à la popularité. Elle fait notamment référence aux livres de Stéphane Bern et Lorànt Deutsch, tous deux largement critiqués par la communauté scientifique. M. Larrère a opposé à ces tenants d’un nouveau roman national excessivement simpliste voire déformant, la conception d’une histoire « émancipatrice » qui vise à fournir aux dominés des éléments de compréhension de leur situation et de la société, pour qu’ils s’en servent en vue de l’action. À cette occasion, elle a tenu à rappeler l’importance « d’objectiver le point de vue d’où l’on parle » afin de respecter ces objectifs.

Elle a par la suite développé la progression qui conduit pour elle à une histoire proprement émancipatrice dont elle se veut la promotrice. Chacune de ces trois étapes est conçue comme une opposition plus nette que la précédente à l’archétype du roman national. La première étape est de faire l’histoire « des sans-histoire, des sans-grade, des sans-voix », en réhabilitant leur rôle dans le processus historique, tout en restituant la complexité des dominations internes en particulier par les femmes, les minorités sexuelles, les personnes d’origine étrangère… La deuxième met l’accent sur l’agency, cette capacité d’agir chère à Edward Thompson, à travers les luttes des dominés, leurs idéaux politiques : elle prend l’exemple de grandes femmes qui se sont opposées au système social et patriarcal de leur temps (tout en rappelant l’importance de ne pas cacher les mouvements historiques profonds derrière de grandes figures). L’Histoire populaire de la France de Noiriel représente pour Mathilde Larrère l’aboutissement de ce processus, dans la mesure où la perspective de très longue durée qu’il adopte démontre que tout pouvoir est un jour ou l’autre détruit, qu’il est par nature éphémère.

Usul a relayé M. Larrère dans une intervention à teneur politique encore bien plus marquée, revenant sur son passé de militant d’extrême-gauche et sur la conception de l’histoire que cette expérience lui a laissée, qu’il qualifie de pessimiste et monolithique. Il préfère désormais mettre en avant ce qu’il définit comme des « succès » et même des « institutions révolutionnaires », par exemple les différentes composantes de l’État social. La question qu’il a posée à G. Noiriel portait sur l’union (ou plutôt la désunion) de la gauche française, et notamment sur l’axe identifié comme le point de clivage, à savoir la question nationale et celle, corrélative, des institutions européennes : le regard objectif de l’historien permet-il de mieux comprendre voire de prendre position sur ce sujet dans le débat public ?

La réponse de G. Noiriel a davantage porté sur la dimension du populaire, trop souvent invisibilisée et qu’il a voulu remettre sur le devant de la scène dans son ouvrage. Il a en partie rejoint Usul en pointant la crise du lien entre local et national au sein des partis de gauche comme un facteur essentiel de désunion de la gauche. Pour lui, l’historien a un rôle à jouer en ce sens, à travers les nouvelles pédagogies ou encore les humanités numériques.

La troisième partie de la séance a été consacrée à la discussion avec le public. Beaucoup de questions ont porté sur la place de la recherche, sur le rôle de l’historien et la fonction du savoir historique. Les trois intervenants défendent un usage civique de l’histoire qui passerait par la mise en place de passerelles entre le supérieur et le secondaire ou par des tentatives de clarification d’évènements contemporains. G. Noiriel et M. Larrère sont revenus sur la relation délicate entre engagement, rigueur scientifique et vulgarisation dans le cadre de la recherche française, qui est un système qui favorise peu la diffusion de la recherche dans un but civique. D’autres questions se sont portées sur la définition du populaire par G. Noiriel, sur la possibilité de la discuter ou de la complexifier, et sur les éventuelles dominations internes qu’elle pourrait dissimuler.

Cette séance consacrée à l’Histoire populaire de la France aide à comprendre l’articulation entre le savoir historique et le discours politique ou l’enseignement. Plus que le travail sur le populaire, c’est la diffusion et l’enjeu politique de l’histoire qui ont animé les discussions. La publication d’un ouvrage de synthèse tel que celui de G. Noiriel ne correspond pas aux pratiques actuelles en sciences sociales, bien plus tournées vers les revues ou les ouvrages collectifs. Cette conférence permet d’appréhender les nombreux problèmes que pose la place de chercheur dans la vie sociale, que cela soit par rapport à sa prise de parole, la diffusion de son discours ou l’accessibilité du savoir historique.

Arthur Kramer, Cyrille Bonafous-Murat et Morgan Le Calvez, élèves à l’ENS de Lyon


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.