Compte rendu de la séance avec Stéphane Beaud

Lundi 14 janvier 2019, le séminaire Re/lire les Sciences Sociales a accueilli le sociologue Stéphane Beaud pour échanger autour de son ouvrage La France des Belhoumi, Portait de famille (1977-2017) sorti en 2018 aux éditions La Découverte. La discussion a été menée par la sociologue Christine Détrez (ENS de Lyon) et le politiste Ivan Bruneau (Université Lyon 2).

Monsieur Beaud commence par contextualiser son travail sur la famille Belhoumi : l’histoire de l’enquête et son inscription dans son cheminement intellectuel sont nécessaires à la compréhension de La France des Belhoumi.

Il commence ainsi par rappeler les spécificités sociodémographiques de l’immigration algérienne en France, qu’il qualifie d’« immigration de prolétaires» : les immigrés venus d’Algérie ont des liens forts avec la classe ouvrière, sont concentrés en Ile-de-France, à Lyon et à Marseille, et représentent une immigration plutôt ancienne et religieusement assidue. Une nouvelle classe moyenne constituée d’enfants d’immigrés semble émerger aujourd’hui. L’histoire de la famille Belhoumi est ainsi une « histoire classique » de famille de troisième génération d’immigrés algériens, et étudier cette histoire permet de contrebalancer la sur-visibilité des membres de « la minorité du pire » (N. Elias), c’est-à-dire le groupe des individus radicalisés.

L’intérêt de Stéphane Beaud pour la question de l’intégration des familles d’origine immigrée remonte aux années quatre-vingt.  Il est alimenté par son travail de thèse, qui l’a amené à fréquenter des étudiants et des lycéens de banlieues ouvrières (par exemple à Sochaux-Montbélliard) ; ces jeunes d’origine immigrée viennent spontanément à la rencontre du chercheur, désireux d’échanger avec lui. La France des Belhoumi s’inscrit donc dans la continuité des travaux du sociologue[1] et à la suite des travaux d’Abdelmalek Sayad[2].

Stéphane Beaud rencontre pour la première fois trois des sœurs Belhoumi en 2012, lors de la célébration des trente ans de la Mission locale pour l’emploi de Monville (Seine-Saint-Denis). L’intérêt des sœurs pour la perspective du sociologue sur la situation des enfants d’immigrés en France réveille leur envie de se raconter et de raconter l’histoire de leur famille. La France des Belhoumi devient vite une « co-production » avec les sœurs de la famille. En particulier, la sœur ainée Samira joue le rôle d’«alliée d’enquête»[3], en convaincant sa famille de se dévoiler grâce à la légitimité et l’autorité dont elle jouit en tant que soutien financier, symbolique et psychologique indéfectible (notamment pour ses frères). La France des Belhoumi est le livre « que Samira aurait voulu écrire » afin de transmettre son histoire et celle de sa famille à ses enfants.

 Le sociologue doit ainsi faire un travail constant pour gagner la confiance de ses enquêtés, en restant attentif aux « conditions sociales de prise de parole ». Les différentes positions des enfants Belhoumi par rapport à son enquête peuvent se comprendre par les disparités dans leurs trajectoires respectives : la deuxième sœur, Leïla, semble par exemple plus réticente à l’enquête que Samira ; elle paraît plus portée à parler de politique qu’à parler d’elle, du fait de sa socialisation précoce au monde militant par les organisations communistes de la petite ville dans laquelle elle a grandi[4]. L’absence de diplôme des frères a aussi beaucoup influencé leur perception de l’enquête. Ce manque de titres scolaires a rendu l’insertion des hommes Belhoumi sur le marché du travail bien plus complexe que pour leurs sœurs, toutes diplômées et désormais cadres. Les frères sont cependant tous parvenu à obtenir un emploi, notamment grâce à l’aide de leurs sœurs : Leïla accueille par exemple Azzedine chez elle, à Paris, lui offrant ainsi un « sas de décompression spatial et mental ». Elle l’aide également à décrocher un poste à la RATP, en relisant son CV et en lui faisant passer des entretiens blancs.

Dans la discussion, Christine Détrez montre que c’est d’abord le projet de Stéphane Beaud de raconter l’histoire ordinaire d’une famille algérienne ordinaire en France qui fait l’originalité de son enquête. Cette démarche est à mettre en regard avec la capacité de la sociologie qualitative de dire des choses sur le monde social sans avoir les mêmes ambitions à la représentativité que des enquêtes plus quantitatives. La France des Belhoumi est l’histoire d’une ascension sociale qu’il faut replacer à la fois dans une sociologie de l’immigration et dans une sociologie des classes populaires. L’ouvrage étudie l’imbrication de diverses socialisations : la famille existe par la juxtaposition de destins individuels et par le déploiement de focales différentes, mettant en avant des socialisations singulières. Par exemple, parler de « huit enfants » ou de « trois frères et cinq sœurs » ou encore « deux sœurs aînées et le reste de la fratrie » revient à privilégier une configuration plutôt qu’une autre.

Christine Détrez souligne que la démarche de Stéphane Beaud consiste à proposer des hypothèses de compréhension des phénomènes, dans une perspective de résolution d’énigmes caractéristique de la sociologie. Par exemple, il s’agit de comprendre pourquoi les garçons réussissent moins que les filles, scolairement et professionnellement parlant. De nombreux facteurs peuvent être avancés : la moindre exigence maternelle à leur égard, l’évolution sociale du quartier, les normes hégémoniques de masculinité incompatibles avec la bonne volonté scolaire ou encore les stéréotypes de « l’Arabe » qui stigmatisent les garçons bien davantage que les filles.

Cet ouvrage illustre bien l’articulation entre la description de lois sociales et la prise en compte de destins individuels. Effectivement, dans un contexte marqué par les inégalités, il faut prêter attention aux déterminismes sociaux d’un côté et aux trajectoires individuelles de l’autre, notamment à travers la place des individus dans les réseaux et les relations qu’ils nouent avec d’autres. L’un des exemples les plus révélateurs concerne Madame Belhoumi-mère, qui se sert de son poste de femme de ménage chez un inspecteur d’académie pour faire pression sur le proviseur afin d’empêcher l’exclusion de sa fille Amel.

Christine Détrez termine sur l’idée que ce livre rompt avec les stéréotypes sur les enfants immigrés et avec le sentiment d’une intégration fragile, grâce à la familiarité qui se crée entre l’enquêteur et les enquêtés. On peut y lire en filigrane une réflexion constante sur le métier de sociologue qui tâtonne et se remet en cause au fil de ses entretiens. Ainsi, La France des Belhoumi retrace l’histoire de « ceux qui ne sont rien [et qui] deviennent tout »[5].

Ivan Bruneau, à son tour, définit l’ouvrage comme un projet original, et un livre exemplaire, qui s’adresse à un public large en proposant une « autre histoire » de l’immigration algérienne, plus positive, car retraçant des trajectoires d’ascension sociale (des « petites mobilités ascendantes »), même si certaines sont fragiles. Il questionne les méthodes d’écriture d’un tel ouvrage, qui refuse les raisonnements complexes, et qui suppose une relation particulière avec les enquêtés (la volonté de ne pas créer de conflits mènent-t-elle à renoncer à dire certaines choses ?). Le refus de se tenir à distance des sociologies spécialisées, déjà présent dans les travaux précédents, encourage à établir des relations entre les domaines, et c’est dans cette imbrication que réside l’originalité du livre, car c’est elle seule qui permet d’approcher des réalités souvent invisibles, comme les relations intrafamiliales et les ressources que cela constitue. De plus, cela permet de mettre en évidence certaines réalités contre-intuitives (le rapport à l’école des parents, par exemple). Les bienfaits de la longue durée sont soulignés, permettant de vivre au plus près des expériences que les enfants vivent. Cela permet à Stéphane Beaud d’aborder des sujets tels que l’imposture du CV de Rachid (les fausses informations renseignées sur son CV avaient été repérées par son employeur, lui coûtant son emploi), l’expérience d’Amel comme assesseur d’un bureau de vote… L’ouvrage, alors, permet d’avoir accès à une parole rare, à la lucidité des sœurs aînées. Enfin, il lui semble nécessaire de se poser la question des relations entre les expériences vécues par ces familles immigrées et les espaces géographiques, et donc, de se demander comment les espaces sociaux structurent ces expériences. La connaissance pratique de Paris des sœurs aînées mérite d’être étudiée comme véritable ressource, ce que Stéphane Beaud ne fait pas suffisamment, d’après I. Bruneau. L’histoire racontée par Stéphane Beaud lui semble très liée au point de vue des deux aînées, et souvent s’en remettre trop à la parole des enquêtés.

Dans sa réponse, Stéphane Beaud explique qu’il a écrit beaucoup sous contrainte et en devant faire des choix face à l’abondance du matériau. Il confirme l’effet décisif des lieux souligné par I. Bruneau, dans la socialisation des enfants, et dans leurs trajectoires. Les enfants ont eu deux lieux de socialisation résidentielle (l’Algérie et Sardan), et Samira a développé une connaissance pratique de Paris dans ses hauts lieux culturels (IMA, Louvre, etc.) en venant à Paris pour s’éloigner des pressions familiales (notamment sur le mariage), dès qu’elle obtient son diplôme d’infirmière. Quand les garçons viennent vivre à Paris, ils n’auront pas les mêmes lieux de socialisation (Porte de la Chapelle pour le street basket par exemple). Il reconnaît pouvoir être trop proche des enquêtés parfois et voudrait montrer statistiquement les évolutions de la population des quartiers HLM décrites par les filles Belhoumi qu’il reprend dans son livre, pour aller plus loin que le témoignage de celles-ci.

Viennent enfin les questions du public. La première porte sur l’effet des attentats de 2015 sur l’enquête sociologique ; en effet, ces attentats ont soulevé avec force la question de l’intégrisme religieux dans l’enquête sur les Belhoumi. Cet « effet d’enquête » a d’ailleurs mené le sociologue à demander à ses enquêtés de raconter « la présence du religieux » dans leurs trajectoires, en se concentrant notamment sur son évolution dans le temps.

            Une autre question porte sur le rapport de la CGT au radicalisme religieux, à travers la trajectoire d’Azzedine, un des frères Belhoumi chauffeur de bus à la RATP. Historiquement, la CGT a beaucoup syndiqué de travailleurs immigrés et dans les années 2000, des organismes comme la RATP ou la SNCF ont tenté de recruter plus de « jeunes de banlieue ». Cependant, certains de ces jeunes se sont peu à peu radicalisés religieusement. Dans le dépôt de bus d’Azzedine, les membres de la CGT réagissent à cette radicalisation en se tournant vers l’extrême droite. Cela pousse Azzedine à se syndiquer à la CFDT, puis à SUD.

            Un membre de l’assistance s’interroge ensuite sur la place du politique et du vote dans la famille. Il apparait clairement que Leïla est la « tête politique » de la famille, qui ancre la famille à gauche (position politique classique pour des jeunes d’origine maghrébine) et pousse tous ses frères et sœurs à aller voter – voire leur indique pour qui voter. Cet encadrement politique de la fratrie par Leïla est un cas de « remise de soi » semblables à ceux étudiés par Bourdieu. Le cas de Nadia, la fille cadette, est cependant un peu plus complexe : déçue par la gauche, elle est en effet la seule de sa famille à « passer à droite ». Cependant, aux élections présidentielles de 2017, son choix se porte sur J-L. Mélenchon, du fait de son éthique morale qui l’empêche de voter pour F. Fillon et de son éthique anticapitaliste qui l’empêche de voter pour E. Macron.

Sont également abordés les travaux de S. Beaud sur le football (la méthodologie utilisée dans La France des Belhoumi peut-elle être aussi appliquée danse ce champ ?) ; ces travaux sont une porte d’accès à des données intéressantes pour sortir de la victimisation sur les cités, même si cela est vu comme une question illégitime en sociologie.

Des précisions sur le rapport des frères au quartier sont demandées. Il revient ainsi sur l’effet de censure dans les entretiens des garçons sur le sujet du quartier, plus encore car il s’agit de traiter rétrospectivement le passé, ce qui conduit à des hésitations. L’investissement de Samira pour ses frères peut être expliqué par la connaissance de l’histoire et des fragilités de ceux-ci (le stigmate porté par Rachid par exemple, en raison de ses comportements violents dès l’école maternelle).

Enfin, on interroge la règle du mariage endogame et précoce pour les filles et le rôle que cela a pu jouer dans leurs trajectoires ascendantes (notamment scolaires). La norme du mariage endogame (se marier avec un musulman algérien) est martelée en situation d’émigration, et en fin de compte, si les filles l’ont toutes respectée (parfois tardivement, particulièrement pour les aînées, qui ont été des secondes mères de 15 à 25 ans, et qui souhaitent alors retarder leur mise en couple, et leur maternité), tous les garçons sont avec des femmes françaises. Sur le sujet du mariage, le contrôle du groupe, qui est très fort pour les immigrés, s’exerce dans des lieux tels que la cuisine de Mme Belhoumi où se retrouvent des nombreuses femmes algériennes. De fortes attentes envers les filles Belhoumi, qui ont scolairement réussi, y sont exprimées.

Selma Kheder, Cécile De La Broue, Hannah Gautrais, élèves à l’ENS de Lyon


[1] BEAUD Stéphane, « Un ouvrier, fils d’immigré, « pris » dans la crise : rupture biographique et configuration familiale », Genèses, 1996 et BEAUD Stéphane, Pays de malheur ! Un jeune de cité écrit à un sociologue, Paris, La Découverte, 2005

[2] SAYAD Abdelmalek, « Les enfants illégitimes », Actes de la recherche en Sciences Sociales, 1979

[3] WEBER, Florence, Le travail à côté. Étude d’ethnographie ouvrière, Paris, EMESS et INRA, 1989

[4] Pour approfondir, voir : BEAUD, Stéphane, « Les trois sœurs et le sociologue. Notes ethnographiques sur la mobilité sociale dans une fratrie d’enfants d’immigrés algériens », Idées économiques et sociales, 2014

[5] RANCIERE, Jacques, Les bords de la fiction, Seuil, 2017


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.