Le travail pornographique : compte rendu de la séance du séminaire Re/lire du 9 novembre 2013 avec Mathieu Trachman, Judy Minx et Béatrice Damian-Gaillard

Par Sophie Iffrig

C’est par une séance très vivante et riche en échanges que s’est ouvert le cycle 2013-2014 de Re/lire les Sciences sociales. Celle-ci a été pour nous l’occasion de réfléchir à la manière dont le sociologue peut aborder un sujet d’une part a priori illégitime dans l’espace universitaire et d’autre part engageant sa propre intimité.  Autour de l’enquête de  Mathieu  Trachman,  Le travail pornographique : Enquête sur la production des fantasmes((Le travail pornographique. Enquête sur la production de fantasmes, La Découverte, collection « Genre et sexualité », 2013. Voir le compte rendu de Pierre Brasseur sur Lectures : http://lectures.revues.org/11591.)), les trois intervenant-e-s ont pu débattre du rapport entre enquêteurs, enquêtrices et enquêté-e-s dans le cadre de travaux sur le monde pornographique. Ainsi, pour discuter la présentation de Mathieu Trachman étaient présentes Judy Minx, actrice pornographique, qui nous a permis d’avoir le point de vue critique d’une enquêtée sur le travail du sociologue, et Béatrice Damian-Gaillard, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, qui a mené une enquête sur la presse pornographique.

Mathieu Trachman : « Le chercheur est toujours pris dans son terrain »

Mathieu Trachman ouvre la séance en présentant les deux axes qui ont structuré son enquête. D’une part, il a décidé d’aborder la pornographie sous l’angle du travail, l’inscrivant ainsi dans les processus capitalistiques et l’émergence de nouveaux marchés. D’autre part, il a voulu prendre au sérieux la définition « d’hétérosexuels » professionnels, analysant ainsi la capacité des travailleurs de la pornographie à représenter les fantasmes des hommes hétérosexuels.

Mathieu Trachman
Mathieu Trachman

Très rapidement, Mathieu Trachman fait le lien entre ses axes de recherche et ses propres appartenances : à la fois savant, mais aussi homme et gay. Illustrant sa présentation de nombreuses lectures et commentaires de ses notes de terrain, il montre comment les échanges avec les enquêté-e-s l’ont amené à changer son rapport au terrain. En effet, il a dans un premier temps abordé le terrain comme un espace désexualisé, pensant que le fait d’être gay dans l’espace de la pornographie hétérosexuelle  lui permettrait de rester à distance. Il est ainsi parti d’une position neutre qui met le désir hors du champ de l’analyse.  Pourtant les entretiens avec les enquêté-e-s rappellent au chercheur qu’il est toujours pris dans son terrain, et ici sa sexualité est également mobilisée dans la mesure où il est mis en demeure d’expliciter ses propres fantasmes. Ce changement de position est bénéfique à l’enquête car par effet de boomerang, il amène également les enquêté-e-s, actrices comme réalisateurs, à se repositionner face à l’enquêteur et à redéfinir leur sexualité, notamment par rapport à l’homosexualité.

Judy Minx : « Si je faisais une enquête, je la ferais sur les personnes qui m’ont interrogée »

L’intervention de Judy Minx, actrice depuis 2007, d’abord dans le main stream, ensuite également dans un cinéma pornographique plus alternatif, fait suite à la présentation de Mathieu Trachman. Elle a quitté le monde universitaire pour faire du porno et pour militer, mais elle y intervient et répond souvent à des chercheurs : elle avait ainsi répondu à l’enquête de Mathieu Trachaman il y a quatre ans. Mais elle explique que depuis, elle a beaucoup changé de regard et pris de la distance. Elle tient tout d’abord à revenir sur le rapport enquêteur/enquêté-e et explique que si elle faisait de la sociologie, elle ferait une enquête sur les enquêteurs. En effet, elle est parfois énervée de voir la manière dont la parole des actrices est confisquée par les chercheurs, dans un milieu où elles n’ont habituellement pas vraiment de légitimité pour répondre. Il y a ainsi un rapport de pouvoir entre chercheur et enquêté-e-s qui s’instaure, et qui reste malheureusement bien souvent hors-champ dans la recherche. Il faut que la recherche soit plus réflexive, à la manière du travail et de la présentation de Mathieu Trachman.

Judy Minx
Judy Minx

Puis elle revient sur deux aspects de la présentation du sociologue. Dans un premier temps, elle se montre surprise que la notion d’« industrie » pornographique ne soit jamais été évoquée, alors qu’elle semble plus appropriée pour mettre l’accent sur le moment du travail. Elle permet notamment d’éclairer le processus de désexualisation qui n’est pas seulement fait par le chercheur, mais aussi par le producteur et l’acteur ou l’actrice, qui met à distance la pornographie en se disant que « ça fait partie du travail, de l’industrie », tout en ne pouvant pas complètement désexualiser les situations toutefois, sous peine de ne pas pouvoir tourner. Et le fait de considérer le cinéma pornographique comme une industrie permet aussi de mieux expliquer comment il norme la sexualité qu’il représente, dans la mesure où l’idéologie du marché entretient l’illusion que la sexualité pornographique « répond à la demande ». Mais comme pour l’exemple du chercheur développé par Mathieu Trachman, ce rapport est toujours compliqué et troublé.

Dans un deuxième temps, Judy Minx revient sur l’homosexualité dans le champ de la pornographie hétérosexuelle, en discutant le point de vue exprimé par Mathieu Trachman précédemment. Elle indique ainsi qu’en tant qu’actrice, elle a régulièrement à défendre la distinction entre son corps public et son corps privé aussi bien face à des hommes que des femmes, aussi bien face à des hommes homosexuels que face à des femmes hétérosexuelles – et donc pas seulement face à des hommes hétérosexuels ou des femmes homosexuelles. Elle n’est donc pas sûre que les actrices qu’a rencontrées le sociologue pensaient nécessairement que l’homosexualité des hommes les protègeaient. Sur les tournages et dans le milieu pornographique hétérosexuels, l’homosexualité est peut-être un objet de trouble plus grand qu’on ne le pense, qu’il y a sans cesse le besoin de mettre à distance, souvent par la dérision.

Béatrice Damian-Gaillard : « Une fille qui n’est pas du métier »

L’intervention de Béatrice Damian-Gaillard nous a permis de voir une autre manière d’aborder le terrain de la pornographie, cette fois-ci du point de vue d’une chercheuse plutôt que d’un chercheur, montrant que dans le rapport de pouvoir entre les enquêté-e-s et en l’occurrence une enquêtrice, d’autres facteurs rentrent en compte, tels que le genre.  Béatrice Damian-Gaillard a effectué un travail d’enquête de deux ans sur la presse pornographique hétérosexuelle masculine. Elle a pris cet objet illégitime et y a appliqué les principes de la sociologie du journalisme, des médias et du genre. Pour la femme qu’elle est, il s’agit alors de traverser le miroir afin de se demander comment les corps féminin sont perçus dans une telle industrie.  Pour cela, l’enquêtrice avait fait le choix de ne pas affirmer sa sexualité, ce qui pousse les enquêtés-e- à la requalifier sans cesse.

Béatrice Damian-Gaillard
Béatrice Damian-Gaillard

Bien que la chercheuse bénéficie d’une « présomption de distance », à la fois en tant qu’universitaire et en tant que femme qui ne pourrait pas être excitée par du porno pour homme, il est impossible de faire comme si l’appartenance genrée n’existait pas. Cela amène l’enquêtrice à réfléchir à sa présentation face à l’enquêté-e, afin d’enlever les signes qui pourraient accentuer une dimension érotique sans la désexualiser entièrement : en découlent la question de l’effet des poses, du maquillage ou encore des choix d’habillement dans la construction de la situation d’entretien. Ce processus de présentation face à l’enquêté-e est important, car il influence la manière dont celui-ci va se définir par rapport à l’enquêtrice : soit en cherchant à identifier les désirs de celle-ci, soit en les mettant à distance à travers une stigmatisation de la pornographie, associée alors à une sexualité populaire et méprisée. L’enquêtrice bien souvent va être assimilée à « une fille qui n’est pas du métier », face à laquelle les enquêteurs déploient des tactique de « protection », en présentant son accès à l’espace de la pornographie, et notamment aux plateaux de tournage, comme un risque.

Mais la tactique la plus forte consiste, en particulier pour les enquêtés masculins (acteurs, réalisateurs, producteurs), à essayer de « corporiser » l’échange. Béatrice Damian-Gaillard explique ainsi l’importance de la déjouer à travers la maîtrise des mimiques et des expressions, et à travers la mise en place d’échanges académiques, reposant sur des cadres d’analyse précis tels que des modèles économiques ou la division du travail,  montrant ainsi que l’on prend au sérieux l’objet de recherche. Elle insiste également sur la variabilité de la frontière entre l’intime et le professionnel. Pour les enquêtés, parler de questions financières et économiques est beaucoup plus intime que parler de sexualité, et ils sont déstabilisés qu’une femme puisse maîtriser ces logiques industrielles, économiques. Bien préparer son terrain, autant par une bonne connaissance des modes de présentation que du travail des enquêtés permet à la chercheuse d’objectiver l’échange et de reprendre une position dominante.

Après ces présentations qui ont permis de faire dialoguer trois manières d’aborder le travail pornographique, le public nombreux a permis d’engager un débat animé, notamment sur la pornographie de manière plus générale, sur les processus de désexualisation mis en œuvre dans ces travaux, sur la place des femmes non actrices face à la pornographie hétérosexuelle masculine et sur le travail de légitimation du cinéma pornographique. Ces échanges ont pu montrer que c’est en prenant des angles sociologiques précis et rigoureux, tels que celui de la sociologie du travail ou de la sociologie des médias, que le chercheur dépasse les prénotions et légitime son objet et sa recherche.

Judy Minx, Mathieu Trachman et Béatrice Damian-Gaillard
Judy Minx, Mathieu Trachman et Béatrice Damian-Gaillard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.