Et pourtant ils lisent… des sciences économiques et sociales ! Une centaine de lycéens remettent le 11ème prix du livre de SES à Akram Belkaïd

La 11ème édition de la cérémonie de remise du prix lycéen du livre de Science Économique et Sociales s’est tenue le 22 novembre 2012 dans les locaux de l’ENS (École Normale Supérieure), à Lyon.  Cette manifestation a rassemblé des lycéens provenant des différentes régions de France, accompagnés de leurs professeurs,  venus remettre le premier prix à Akram Belkaïd, pour son ouvrage Être arabe aujourd’hui (Ed. Carnets Nord, 2011).

L’engouement des professeurs de SES et de leurs élèves pour le « prix lycéen de SES » ne cesse de croître, et il confirme l’intérêt des jeunes pour les sciences économiques et sociales, en révélant leurs capacités et leur implication pour traiter de sujets économiques et sociaux d’actualité. En effet, les lycéens ont dû, dans le cadre de ce concours, lire et discuter une dizaine d’ouvrages sélectionnés par les partenaires du prix (Liens Socio et Alternatives Économiques), afin d’élire celui qu’ils ont le plus apprécié : une démarche qui valorise les jeunes, en leur donnant un statut de jury. Né en 2002 à l’initiative d’un seul groupe d’élèves du lycée Modeste Leroy d’Evreux et de leur professeur, Arnaud Catala,  le prix du livre de sciences économiques et sociales a connu cette année  un record de participation puisque cette dernière édition a impliqué environ un millier d’élèves en provenance d’une soixantaine de lycées différents.

La cérémonie de remise du prix elle-même s’est déroulée dans la convivialité, sous le signe de l’actualité des sciences sociales. Tout a commencé par une présentation de l’ENS, puis du prix, suivies de l’intervention de Célia Poulet, jeune sociologue,  qui a  présenté son parcours scolaire, et sa récente thèse, qui vient de déboucher sur un premier emploi à l’ENS. Son sujet de recherche, intitulé « L’apprentissage d’une pratique démocratique : l’exemple de la prise de parole en Franc-maçonnerie », a su intriguer les lycéens. La matinée s’est terminée par un temps laissé aux lycéens pour échanger avec les intervenants. La thèse de Célia Poulet a suscité la curiosité des jeunes, qui ont posé de nombreuses questions à la suite de son intervention : « Le sociologue doit-il ou peut-il être politique ? », « Pour quelles raisons devient-on sociologue : pour faire évoluer les choses ou est-ce seulement une motivation personnelle ? », « Le sociologue peut-il réaliser une étude malgré sa proximité et son implication sur un terrain d’enquête ? », « Quels rapports la sociologie entretient-elle avec la philosophie ?  »…  Enfin les lycéens ont eu l’occasion  d’évoquer et de  recommander des ouvrages de  sciences sociales, lus et appréciés en dehors du cadre du prix.

L’après-midi, les jeunes ont pu décerner  leur prix au lauréat du concours, Akram Belkaïd. Cet auteur, spécialiste du monde arabe, a alors exprimé d’une part son enthousiasme pour cet évènement, constatant que les jeunes continuent à lire et à s’intéresser au monde contemporain, et d’autre part sa fierté de recevoir un prix attribué par la jeunesse,  qui d’après lui dispose « d’un important capital de sincérité ». Il a ensuite pu présenter plus en détail, à un public particulièrement attentif, les grandes lignes du travail et des réflexions qui ont conduit à la rédaction et la publication du livre lauréat. Permettant de mieux comprendre les évènements du Printemps arabe, sa genèse et  les bouleversements qu’il a engendrés, cet ouvrage offre des outils précieux pour appréhender  les devenirs possibles de ces sociétés. Puis la parole a de nouveau été donnée aux élèves qui ont ainsi eu l’occasion de poser de nombreuses questions à cet auteur passionné et passionnant. Son parcours scolaire, son positionnement objectif, l’actualité du monde arabe, la place des médias d’aujourd’hui, ainsi que le rapport entre l’occident et le monde arabe,  sont autant de sujets qui ont été abordés lors de cet échange.

La journée s’est terminée par une intervention de Pierre Mercklé (maître de conférences en sociologie à l’ENS de Lyon), intitulée «faire de la sociologie ». À cette occasion ce sociologue spécialiste des réseaux sociaux et des pratiques culturelles des adolescents, et qui est aussi le créateur de Liens Socio, a proposé un panorama des objets de la sociologie et des multiples tâches qui incombent au sociologue dans le cadre de son travail. Enfin  il a présenté à titre illustratif quelques études sur les inégalités sociales. Parmi les travaux ainsi évoqués, un graphique  qui montrait les variations  du pourcentage de mentions « très bien » au baccalauréat en fonction du prénom des élèves, tirés des travaux du sociologue Baptiste Coulmont, a particulièrement plu à l’auditoire. Les lycéens, futurs bacheliers et donc directement concernés par cette étude, se sont amusés à rechercher sur le graphique leur propre prénom, leur propre rapport à cette réalité sociale, ou celui de leurs amis… quitte à être parfois horrifiés par le résultat !

Bien loin de la salle de classe, cette journée de remise du prix lycéen de SES a su mettre l’accent sur des temps d’échanges et de discussions entre les intervenants, l’assemblée des lycéens et leurs professeurs. Il n’y a probablement pas de meilleure preuve de l’intérêt porté par les jeunes à l’actualité économique, sociale et politique du monde dans lequel ils vivent !

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.