Pour une « histoire à parts égales »

La prochaine séance du séminaire « re/lire les sciences sociales », qui aura lieu le lundi 6 février prochain, sera consacrée au récent, L’histoire à parts égales [1]. La discussion réunira Romain Bertrand, Patrick Boucheron (université Paris-I) et Dorothée Rihal (IAO), et sera animée par Igor Moullier (maître de conférences à l’ENS de Lyon), Alexandre Jubelin et Noémie Recous  (Elèves à l’ENS de Lyon).

En préparation de cette séance, Noémie Recous vous propose ici une présentation détaillée de l’ouvrage

Le 22 juin 1596, quatre navires hollandais mouillent dans la rade de Banten, ville portuaire située au nord-ouest de l’île de Java. C’est ce que l’historiographie traditionnelle nomme la « Première Navigation », le premier contact entre les Hollandais envoyés sous la protection de Maurice de Nassau et les populations javanaises. Leur objectif est de concurrencer les réseaux commerciaux portugais et espagnols et de se fournir en précieuses épices, notamment en poivre. Ce premier contact a été largement relaté, célébré et glosé par les chroniques hollandaises de l’époque, que ce soient les chroniques orangistes ou celles du commerce maritime, qui en ont fait un moment essentiel de la rencontre entre Orient et Occident. Fernand Braudel a même évoqué un « périple triomphal[2] ».

Toutefois, Romain Bertrand constate que si l’on s’intéresse aux sources les plus proches dudit « événement », on s’aperçoit très vite que ce premier contact n’a rien eu de triomphal, et surtout pas du côté hollandais. En effet, dès le premier chapitre de son ouvrage, l’auteur analyse le récit qu’en a fait William Lodewijcksz, marchand-junior sur le navire amiral, et s’aperçoit que malgré le travail de réécriture, les impératifs éditoriaux et idéologiques liés à la parution de l’ouvrage, l’aventure telle qu’elle a été publiée n’a rien de glorieux. Il note notamment la cruauté des marins hollandais qui, se croyant (peut-être à juste titre cependant) victimes d’un complot fomenté entre les Portugais et les autorités de Banten, ont attaqué des navires marchands, bombardé la ville, pris la fuite et effectué des rapines sur des navires chinois. On est bien loin de l’image des héroïques européens apportant la civilisation.

Surtout, Romain Bertrand souligne que les sources javanaises n’ont pas, ou quasiment pas relaté cet épisode hollandais. Ce silence a longtemps été considéré comme la preuve de l’incapacité des populations locales à relater précisément le réel, et aucun intérêt n’a été porté aux textes existants et à leur contenu. Mais cette interprétation péjorative n’a rien de satisfaisant. L’auteur souligne l’importance qu’il y a de respecter ce silence, sans chercher à en donner une cause ou une interprétation, mais en le prenant comme un fait assumé. Que les Javanais aient été indifférents à cette arrivée des Hollandais paraît impossible si l’on part du principe que ces derniers sont arrivés en colonisateurs triomphants, porteurs de « la » modernité. Mais on a vu qu’évidemment, il n’en est rien.

Le « respect » de ce silence des sources javanaises sur ce qui, pour les populations locales, a été de fait un non-événement, ou un épi-événement dans le champ très large de leurs connexions avec les grands empires étrangers (notamment avec la Chine impériale, mais aussi les péninsules arabique, indochinoise) se double d’une prise en considération égale pour les sources des deux côtés. En effet, traditionnellement, les sources des « colonisés » (avec tout ce que cela implique de conception téléologique de l’histoire) ne servaient qu’à étayer, voire illustrer, les faits narrés par les sources européennes, seules jugées dignes de porter un discours de vérité. L’histoire « à parts égales » entend restaurer la dignité de ces sources qui certes nous semblent étranges et étrangères, à nous européens, mais ne sont que les émanations d’un paradigme historiographique autre, d’un « régime d’historicité différent[3] », qu’il ne convient pas de placer sur une échelle de valeurs. Il est évident que ce respect des sources locales a pour corollaire un travail très dense de traduction, qui fait la difficulté et la richesse de l’entreprise.

Si cette histoire s’écrit « à ras des flots [4]», au sens où elle a  pour point de départ les récits les plus proches de l’événement même, elle ne se cantonne pas à ce moment du contact, somme toute ponctuel, et très réduit dans le temps, l’espace et le nombre d’acteurs présents. Afin de pouvoir envisager au mieux les enjeux, présupposés, attentes, incompréhensions et conflits qui ont été à l’œuvre dans la rencontre, il convient de réaliser une analyse plus poussée et précise des contextes politiques, sociaux, religieux, culturels desquels sont issus les acteurs. Et cette analyse doit concerner de la même manière les deux « camps ». Il est cependant nécessaire d’accepter de réaliser un réel « voyage en incertitude, en intranquillité[5] », qui seul permet de se débarrasser des préjugés que nous portons sur les populations insulindiennes d’une part, et sur notre histoire européenne du XVIème siècle d’autre part. Force est alors de constater que cette étrangeté, que l’auteur souligne largement dans ses conclusions, est liée au temps, à cette époque très spéciale qu’est la fin du XVIe siècle, beaucoup plus qu’à l’espace[6].

Afin de mieux comprendre les attitudes respectives lors de la rencontre, l’auteur propose aussi des comparaisons entre les deux mondes, les deux univers des acteurs. Toutefois, il condamne fermement la comparaison structurelle terme à terme, systématique. Pour lui, la comparaison comme méthode historique doit s’appuyer sur « l’ici et maintenant » du contact, de l’interaction, et non amont[7]. Ces éléments comparables doivent se loger en arrière-plan de la rencontre, et expliquer les motivations et angoisses de chacun. Par exemple, il semble que les marins hollandais et les populations javanaises aient été assez proches dans leur rapport à la mer. Egalement dans leur attachement à l’étiquette et au rang social. Cet attachement à l’étiquette explique les tensions qui ont existé lors du premier contact, qui a mis en présence des marins hollandais, qui malgré leurs déguisements n’ont pas fait illusion, et une haute aristocratie javanaise soucieuse de convenances. L’auteur avance l’hypothèse selon laquelle les incompréhensions et les différences auraient été d’autant plus insupportables que les ressemblances sur certains points auraient été fortes.

En partant des faits, et en retissant petit à petit la trame de deux mondes très denses, multiples, fracturés (sur les questions religieuses notamment), mouvants, Romain Bertrand souligne le fait que ce ne sont pas deux « civilisations » homogènes qui sont entrées en contact en 1596, mais des hommes aux comportements et systèmes de croyance complexes, « fragments instables [8]» et jamais parfaitement représentatifs des mondes dont ils sont issus.

Les enjeux de la nouvelle histoire globale

Ce travail monumental, et largement salué tant par le monde universitaire que par un public plus vaste[9], s’inscrit dans une volonté actuelle de renouveau de l’histoire globale.            L’auteur reconnaît bien volontiers les rôles joués respectivement par Fernand Braudel[10], Pierre Chaunu[11] et Denys Lombard[12], dans l’ouverture de l’histoire française au reste du monde, et à la sortie d’une histoire purement nationale. Toutefois, il déplore que cette porte poussée ait été rapidement refermée, et que le « monde de l’histoire-monde reste un gentlemen’s club européen[13]», et surtout anglophone.  En effet, pour lui, et pour d’autres historiens tels Patrick Boucheron, Serge Gruzinski et Sanya Subrahmanyam, (pour ne citer que ceux qu’il évoque directement) l’histoire globale n’en est qu’à ses débuts et mérite d’être renouvelée.

Il s’agit tout d’abord de se détacher d’un eurocentrisme encore bien présent dans les travaux d’histoire coloniale et globale, même si c’est de manière moins évidente qu’auparavant. En effet, pendant longtemps a prédominé le regard des européens sur les peuples colonisés, avec toute la suprématie orgueilleuse que supposait ce discours des vainqueurs. Depuis, évidemment, les choses ont évolué, et le point de vue des indigènes a de plus en plus été pris en compte et étudié. Toutefois, c’est toujours avec pour référant l’européen, le colonisateur que ce regard a été travaillé. Au fin fond de l’empire colonial, comment les populations voyaient-elles le colonisateur ? A croire que lesdites populations n’avaient d’yeux et de pensées que pour ces poignées d’hommes qui voulaient (et on souvent réussi, au moins politiquement) les contrôler. C’est ce que dénoncent ces historiens, et notamment Romain Bertrand, qui montre bien dans son ouvrage que les Européens ne représentaient aucun intérêt pour les Javanais, suffisamment occupés alors avec la Chine Impériale, et leurs échanges commerciaux à travers le monde « de conversation [14]» qu’était alors le Pacifique.

Mais changer réellement de point de vue implique de redéfinir les cadres, aussi basiques et pourtant essentiels que sont l’espace et le temps. C’est ce que propose Romain Bertrand, qui analyse la superposition de trois calendriers pour notre fameux événement[15]. S’interroger sur le rapport au temps et à l’espace permet de comprendre éventuellement un climat d’attentes eschatologiques ou millénaristes par exemple. Et c’est le cas à Java, puisque selon le calendrier musulman, 1596 correspond à l’année 1004 de l’ère de l’Hégire. Le passage d’un millénaire quelques années auparavant a soulevé d’importants questionnements religieux et millénaristes, qui sans doute ont continué à avoir de l’incidence dans la Java de ces années-là.

La redéfinition de ces cadres, et l’insistance sur leur diversité selon le point de vue duquel on se place, s’accompagne chez R. Bertrand d’un jeu d’échelle, point essentiel de cette nouvelle histoire globale. En effet, pour l’auteur comme pour Patrick Boucheron, directeur de la colossale Histoire du monde au XVe siècle[16], cette histoire ne peut s’écrire linéairement, ni de manière homogène ; le temps des grandes fresques est révolu, qui peignait des civilisations bien définies, unifiées, sûres de leur identité. Le « choc des civilisations », élaboré par les sources européennes au fil du temps, n’a pas eu lieu. La seule peinture possible ne peut qu’être impressionniste, formée d’une « dizaine de milliers d’éclats[17] » qui réfractent la complexité d’un objet multiple et insaisissable dans sa globalité. Tous les historiens de cette histoire s’accordent à dire que l’opposition entre histoire globale et micro-histoire (qui a connu en France un franc succès ces dernières années) est un faux débat dommageable pour l’historiographie. Le jeu des échelles a beaucoup à apporter. Pour reprendre une phrase de Sanjay Subrahmanyam citée par Patrick Boucheron[18], « les généralisations sont trop importantes pour être laissées aux mains des généralistes. »

La pluridisciplinarité, et les concepts venus des autres sciences sociales occupent également une place essentielle dans l’histoire globale, il n’est pas inutile de le rappeler. Comme le dit Romain Bertrand[19], l’histoire aujourd’hui ne peut se passer des concepts de la sociologie, et pourquoi pas de l’anthropologie. Toutefois, et il le souligne bien, il convient de se méfier des « bricolages » : l’histoire globale ne se justifie pas en tant que telle, et il convient de ne pas oublier de poser les questions de base sur la manière de mettre en œuvre une recherche légitime et acceptable, avec une méthode. Si le « bricolage » est possible, voire souhaitable pour sortir de certaines ornières, il faut se méfier de « l’exceptionnalisme ».

Mais la réflexion d’historiens comme Romain Bertrand va au-delà d’une « simple » manière d’écrire l’histoire. C’est toute la profession d’historien, et son engagement, qui sont réinterrogés par ces réflexions. En effet, au-delà de rétablir une justice historique et de redonner voix à des points de vue oblitérés pendant des siècles, il s’agit d’adopter un regard critique sur les idéologies triomphantes qui ont déterminés les axes historiographiques, et de souligner leur caractère contingent, et conjoncturel. En somme, il s’agit de « recouvrer les possibles historiques disqualifiés [20]», de mettre en lumière les « possibles d’une autre histoire[21]. » Et d’avoir un regard critique sur toute historiographie dominante.

Pour Patrick Boucheron, Romain Bertrand et son œuvre sont des moyens de lutte contre une forme de pessimisme ambiant, teinté de nostalgie, qui actuellement plombe le ciel de l’histoire  « à la française »[22]. Il promeut quant à lui le « désarroi joyeux », qui pousse les historiens à aller voir ailleurs, à réfléchir autrement, à trouver de nouvelles méthodes, de nouveaux objets, à une époque où s’affaiblissent les grands paradigmes explicatifs, et où l’histoire semble en recul tant dans le monde universitaire que dans le reste de la société. Ecrire une histoire ouverte aux sciences sociales, réflexive, décentrée, multi-scalaire, connectée, telles sont les propositions de cette école française en devenir de l’histoire globale.

Romain Bertrand est directeur de recherches à la Fondation nationale des sciences politiques, et membre du Centre d’Etudes et de recherches internationales de Sciences Po. Il est spécialiste de l’Indonésie néerlandaise à l’époque moderne, mais il a également beaucoup travaillé sur les questions d’empire, à l’époque moderne et aux XIXe et XXe siècles.

Patrick Boucheron est maître de conférences en histoire du Moyen-âge à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, et membre de l’Institut universitaire de France. Il est spécialiste de l’Italie médiévale, notamment d’un point de vue politique et urbain, mais il s’intéresse également de très près à l’historiographie, à la pratique et à l’écriture de l’histoire.

Noémie Recous


[1] Romain Bertrand, L’histoire à parts égales. Récits d’une rencontre Orient-Occident, XVIe-XVIIe siècles. Paris, Seuil, 2011.

[2] Fernand Braudel cité par Romain Bertrand dans l’émission La suite dans les idées sur France Culture, le 17 décembre 2011.

[3] François Hartog, Régimes d’historicité : présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, 2003. Cité par R. Bertrand dans « Histoire symétrique », Les Lundis de l’Histoire sur France Culture, le 10 octobre 2011.

[4] Romain Bertrand, op. cit. p. 22.

[5] Romain Bertrand dans  « Histoire symétrique », émission citée ci-dessus.

[6] Id.

[7] Id.

[8] Romain Bertrand, op. cit. p. 445

[9] Voir les articles élogieux dans Le Nouvel Observateur du 6 décembre 2011, dans le Monde des Livres du 29 septembre 2011. Voir aussi les interviews de Romain Bertrand par le site d’information Médiapart le 28 septembre 2011, un entretien dans Sud-Ouest le 20 novembre 2011, les deux émissions qui lui sont consacrées sur France culture, respectivement les Lundis de l’Histoire du 10 octobre 2011, et La suite dans les idées du 17 décembre 2011.

[10] Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, A. Colin, 1949.

[11] Pierre Chaunu et le « désenclavement planétaire ».

[12] Denys Lombard, Le carrefour javanais : essai d’histoire globale. Paris, Editions EHESS, 1990.

[13] R. Bertrand, op. cit. p. 13

[14] Romain Bertrand, dans La suite dans les idées, émission diffusée sur France Culture le 17 décembre 2011.

[15] Le calendrier grégorien des marins hollandais (1596), le calendrier musulman (1004) et un calendrier traditionnel indo-bouddhiste (1517-18).

[16] Patrick Boucheron (dir.), Histoire du monde au XVe siècle. Paris, Fayard, 2007.

[17] Patrick Boucheron, Faire profession d’historien. Paris, Publications de la Sorbonne, 2010.

[18] Patrick Boucheron dans « La nouvelle histoire », émission des Lundis de l’histoire sur France Culture du 12 septembre 2011.

[19] Romain Bertrand dans l’émission La suite dans les idées, sur France Culture, le 17 décembre 2011.

[20] Romain Bertrand, Vérités d’empire(s). La question des continuités du colonial au prisme de l’histoire impériale comparée. Paris, Les Rapports du FASOPO, 2006, p. 54.

[21] Romain Bertrand, L’Histoire à parts égales,… op. cit. p. 22.

[22] Patrick Boucheron dans « La nouvelle histoire », émission des Lundis de l’histoire sur France Culture du 12 septembre 2011.


2 réflexions au sujet de « Pour une « histoire à parts égales » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *