Howard Becker est l’invité du séminaire RE/LIRE le lundi 12 octobre 2015 !

BeckerLe séminaire « RE/LIRE LES SCIENCES SOCIALES » reçoit Howard S. Becker (sociologue américain, docteur Honoris Causa de l’ENS de Lyon) pour une rencontre autour de son livre

What about Mozart? What about Murder?
Reasoning from Cases
University of Chicago Press, 2014, trad. fr. Et Mozart, alors, qu’est-ce que vous en faites ?, La Découverte, 2015, à paraître
(lire le compte rendu dans Lectures : http://lectures.revues.org/15949).)

Discutant : Jean Peneff, sociologue, professeur émérite auteur de Howard S. Becker, sociologue et musicien dans l’école de Chicago, L’Harmattan, 2014.

Séance préparée et animée par Julie Blanc, Hadrien Le Mer et Pierre Mercklé (ENS de Lyon)

Lundi 12 octobre 2015 / 13h30-16h

Lieu : ENS de Lyon, site Descartes, Amphithéâtre

plus d’informations sur cette séance :
http://www.liens-socio.org/What-About-Mozart-What-About-Murder

Né en 1928, Howard Becker étudie à Chicago à l’époque où Ernest Burgess, Louis Wirth, Everett Hughes et Herbet Blumer y enseignent, se construisant ainsi dans la filiation directe de l’« École de Chicago », au moment où celle-ci doit faire face à un déclin de sa prééminence. De fait, au moment où Becker étudie, l’enquête par questionnaire (dont les réponses font l’objet d’un traitement utilisant des méthodes statistiques développées, entre autres, par Stouffer à Harvard et par Lazarsfeld à Columbia) tend à se substituer au travail de terrain reposant sur l’observation in situ. Face à ce mouvement, l’interactionnisme considère qu’aucune situation ne peut se déduire mécaniquement d’un système, mais résulte à l’inverse d’une construction du ou des sens en situation, à laquelle on ne peut accéder que par la collecte de données qualitatives. Au structuro-fonctionnalisme d’un Parsons, Becker avait répondu par un ouvrage (Outsiders, 1963) où la déviance apparaissait comme le produit d’étiquetages construits par différents groupes (son étude reposait entre autre sur une connaissance intime des milieux du jazz de Chicago… où il travaillait comme pianiste).

What about Mozart ? What about Murder ? Reasoning from cases, est l’occasion pour le sociologue de revenir sur un parcours jalonné de choix simultanément méthodologiques et épistémologiques. Au moment où l’essor des méthodes quantitatives en sciences sociales et la question des « Big Data » posent avec une acuité nouvelle la question du primat de la quantification, Becker met en place une nouvelle réponse, après celle d’Outsiders, plus générale et systématique cette fois, où il théorise l’intérêt heuristique fondamental d’une méthodologie à laquelle il entend donner toute sa cohérence : « le raisonnement par cas ».
Pour Becker, l’établissement d’une corrélation entre deux variables, toujours susceptible de glisser vers l’établissement d’une causalité, ne peut en aucun cas préciser le rapport qu’elles entretiennent. Elle se borne tout au plus à signaler un hypothétique lien entre un élément A et un élément B. Entre les deux, une boîte noire, qui pour Becker constitue le véritable objet de la sociologie. La quantification requiert un sacrifice dont on ne soupçonne pas l’ampleur… Elle conduit à ignorer la manière dont d’autres variables travaillent le rapport statistique apparent depuis l’intérieur de cette boîte noire. De fait, le recul historique permet de montrer à quel point les relations statistiques qui semblaient être les plus rigoureusement établies sont en réalité régulièrement inversées, précisément par ces variables que la statistique estime ne pas être explicatives. Un seul exemple dans un ouvrage qui en présente un très grand nombre.

Depuis les années 1920, la consommation d’opiacés est particulièrement présente aux États-Unis chez les jeunes hommes noirs des quartiers populaires, conduisant ainsi certains sociologues à faire du « genre », de l’« âge », de « l’ethnicité » et du « statut social », des « causes de l’addiction ». Or, aux États-Unis, l’addiction aux opiacés se rencontre, jusqu’à la fin du XIXème siècle, essentiellement chez les femmes adultes blanches appartenant aux classes moyennes et supérieures. L’« approche corrélationnelle » pose donc problème dans la mesure où elle laisse de côté l’ensemble des éléments qui permettraient de comprendre comment cette relation statistique entre A (la consommation de drogue) et B (certains déterminants sociaux) se construit et évolue. Becker commence par montrer que les modes de diffusion du savoir médical au XIXème siècle conduisaient un certain nombre de femmes aisées à utiliser l’opium pour réduire les inconforts de la ménopause. Après l’interdiction de cette drogue, rappelle Becker, les circuits de distribution, désormais clandestins et non plus pharmaceutiques, se réfugient dans les territoires qui n’ont pas le pouvoir politique suffisant pour demander une protection juridique. C’est dans ces quartiers que le marché des opiacés trouvera à la fois une main d’œuvre et des débouchés, faisant de certains jeunes noirs américains issus des milieux défavorisés des consommateurs potentiels. Becker montre ainsi que des informations concernant à la fois les évolutions de la légalité, des circuits de distribution et de la diffusion du savoir médical apparaissent, pour ce qui est de la consommation d’opiacés, comme des variables indispensables pour établir ce que l’on pourrait appeler une causalité comprise.

L’enjeu, on l’a compris, n’est donc plus de préciser le rapport entre deux variables mais d’identifier l’ensemble des variables que met en jeu ce rapport, en consentant à l’irrémédiable complexité d’un réel en mouvement. Plus le sociologue identifie de nouvelles variables, plus son regard s’éduque et plus il devient capable de repérer des mécanismes similaires dans des domaines apparemment radicalement différents. Les questions méthodologiques se mettent alors à foisonner sur les conditions pratiques d’un tel raisonnement. Comment trouver ces variables cachées qui entrent en jeu ? Comment peut-on généraliser à partir d’un cas dont on a reconnu la radicale spécificité ? Où s’arrête cette quête apparemment infinie vers toujours plus de complexité ? Peut-on aller jusqu’à utiliser des cas imaginaires pour enrichir le regard du sociologue ? Toujours attentif aux angoisses pratiques de l’apprenti chercheur, Becker nous donne dans cet ouvrage un certain nombre de réponses, qui soulèvent peut-être autant de questions.

Jean Peneff, ancien élève de Bourdieu parti goûter l’air de Chicago, est un des spécialistes français de Howard Becker, qu’il côtoie depuis des années. Dans Howard S. Becker, sociologue et musicien dans l’école de Chicago, il trace un portrait où le croquis de cette figure singulière de la sociologie se fait plaidoyer pour une « libération » la discipline. « C’est un cas ! » que ce chercheur-pianiste, improvisant sur le clavier de concepts en partie hérités du pragmatisme américain, refusant les règles d’une pédagogie verticale, nourrissant la sociologie par l’art et réciproquement – et s’appuyant sur l’un et l’autre pour se libérer des deux. À travers ce qu’il identifie comme les trois périodes de la carrière de Becker (le jazzman de Outsiders, « les mondes » de l’art ou de professions variées, le chercheur retraité s’attelant à une réflexion critique sur sa discipline et ses méthodes), Peneff dégage quelques grands thèmes d’enquête parmi lesquels se distingue un intérêt renouvelé pour l’action collective, ni totalement régulée, ni totalement libre mais où se glisse, entre standards et déterminismes, l’improvisation constante des joueurs de cette partition sociale. Sans enfermer l’abondante et protéiforme œuvre de Becker, il désigne entre autres lignes de fuite pratiques, un usage incessant de l’observation qui se confond avec l’exigence d’une étude approfondie des terrains abordés.

Au-delà de l’hommage enthousiaste, les pages que Peneff consacre à Becker sont une interpellation à l’endroit de la sociologie et du fonctionnement institutionnel de la recherche en sciences sociales. « On ne peut qu’improviser face à une réalité volatile et mouvante et il ne faut pas souhaiter que la rechercher se solidifie ou se fonctionnarise. Les procédés de création doivent rester ouverts, y compris aux profanes. La sociologie n’est pas une science, au sens hypothético-déductif ; elle avance par bonds… ou en travers. »

Becker, sociologue émancipé, initiateur amusé, nous invite à quelques pas sur le côté.

Julie Blanc et Hadrien Le Mer

 

Le travail pornographique : compte rendu de la séance du séminaire Re/lire du 9 novembre 2013 avec Mathieu Trachman, Judy Minx et Béatrice Damian-Gaillard

Par Sophie Iffrig

C’est par une séance très vivante et riche en échanges que s’est ouvert le cycle 2013-2014 de Re/lire les Sciences sociales. Celle-ci a été pour nous l’occasion de réfléchir à la manière dont le sociologue peut aborder un sujet d’une part a priori illégitime dans l’espace universitaire et d’autre part engageant sa propre intimité.  Autour de l’enquête de  Mathieu  Trachman,  Le travail pornographique : Enquête sur la production des fantasmes((Le travail pornographique. Enquête sur la production de fantasmes, La Découverte, collection « Genre et sexualité », 2013. Voir le compte rendu de Pierre Brasseur sur Lectures : http://lectures.revues.org/11591.)), les trois intervenant-e-s ont pu débattre du rapport entre enquêteurs, enquêtrices et enquêté-e-s dans le cadre de travaux sur le monde pornographique. Ainsi, pour discuter la présentation de Mathieu Trachman étaient présentes Judy Minx, actrice pornographique, qui nous a permis d’avoir le point de vue critique d’une enquêtée sur le travail du sociologue, et Béatrice Damian-Gaillard, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, qui a mené une enquête sur la presse pornographique.

Mathieu Trachman : « Le chercheur est toujours pris dans son terrain »

Mathieu Trachman ouvre la séance en présentant les deux axes qui ont structuré son enquête. D’une part, il a décidé d’aborder la pornographie sous l’angle du travail, l’inscrivant ainsi dans les processus capitalistiques et l’émergence de nouveaux marchés. D’autre part, il a voulu prendre au sérieux la définition « d’hétérosexuels » professionnels, analysant ainsi la capacité des travailleurs de la pornographie à représenter les fantasmes des hommes hétérosexuels.

Mathieu Trachman
Mathieu Trachman

Très rapidement, Mathieu Trachman fait le lien entre ses axes de recherche et ses propres appartenances : à la fois savant, mais aussi homme et gay. Illustrant sa présentation de nombreuses lectures et commentaires de ses notes de terrain, il montre comment les échanges avec les enquêté-e-s l’ont amené à changer son rapport au terrain. En effet, il a dans un premier temps abordé le terrain comme un espace désexualisé, pensant que le fait d’être gay dans l’espace de la pornographie hétérosexuelle  lui permettrait de rester à distance. Il est ainsi parti d’une position neutre qui met le désir hors du champ de l’analyse.  Pourtant les entretiens avec les enquêté-e-s rappellent au chercheur qu’il est toujours pris dans son terrain, et ici sa sexualité est également mobilisée dans la mesure où il est mis en demeure d’expliciter ses propres fantasmes. Ce changement de position est bénéfique à l’enquête car par effet de boomerang, il amène également les enquêté-e-s, actrices comme réalisateurs, à se repositionner face à l’enquêteur et à redéfinir leur sexualité, notamment par rapport à l’homosexualité.

Judy Minx : « Si je faisais une enquête, je la ferais sur les personnes qui m’ont interrogée »

L’intervention de Judy Minx, actrice depuis 2007, d’abord dans le main stream, ensuite également dans un cinéma pornographique plus alternatif, fait suite à la présentation de Mathieu Trachman. Elle a quitté le monde universitaire pour faire du porno et pour militer, mais elle y intervient et répond souvent à des chercheurs : elle avait ainsi répondu à l’enquête de Mathieu Trachaman il y a quatre ans. Mais elle explique que depuis, elle a beaucoup changé de regard et pris de la distance. Elle tient tout d’abord à revenir sur le rapport enquêteur/enquêté-e et explique que si elle faisait de la sociologie, elle ferait une enquête sur les enquêteurs. En effet, elle est parfois énervée de voir la manière dont la parole des actrices est confisquée par les chercheurs, dans un milieu où elles n’ont habituellement pas vraiment de légitimité pour répondre. Il y a ainsi un rapport de pouvoir entre chercheur et enquêté-e-s qui s’instaure, et qui reste malheureusement bien souvent hors-champ dans la recherche. Il faut que la recherche soit plus réflexive, à la manière du travail et de la présentation de Mathieu Trachman.

Judy Minx
Judy Minx

Puis elle revient sur deux aspects de la présentation du sociologue. Dans un premier temps, elle se montre surprise que la notion d’« industrie » pornographique ne soit jamais été évoquée, alors qu’elle semble plus appropriée pour mettre l’accent sur le moment du travail. Elle permet notamment d’éclairer le processus de désexualisation qui n’est pas seulement fait par le chercheur, mais aussi par le producteur et l’acteur ou l’actrice, qui met à distance la pornographie en se disant que « ça fait partie du travail, de l’industrie », tout en ne pouvant pas complètement désexualiser les situations toutefois, sous peine de ne pas pouvoir tourner. Et le fait de considérer le cinéma pornographique comme une industrie permet aussi de mieux expliquer comment il norme la sexualité qu’il représente, dans la mesure où l’idéologie du marché entretient l’illusion que la sexualité pornographique « répond à la demande ». Mais comme pour l’exemple du chercheur développé par Mathieu Trachman, ce rapport est toujours compliqué et troublé.

Dans un deuxième temps, Judy Minx revient sur l’homosexualité dans le champ de la pornographie hétérosexuelle, en discutant le point de vue exprimé par Mathieu Trachman précédemment. Elle indique ainsi qu’en tant qu’actrice, elle a régulièrement à défendre la distinction entre son corps public et son corps privé aussi bien face à des hommes que des femmes, aussi bien face à des hommes homosexuels que face à des femmes hétérosexuelles – et donc pas seulement face à des hommes hétérosexuels ou des femmes homosexuelles. Elle n’est donc pas sûre que les actrices qu’a rencontrées le sociologue pensaient nécessairement que l’homosexualité des hommes les protègeaient. Sur les tournages et dans le milieu pornographique hétérosexuels, l’homosexualité est peut-être un objet de trouble plus grand qu’on ne le pense, qu’il y a sans cesse le besoin de mettre à distance, souvent par la dérision.

Béatrice Damian-Gaillard : « Une fille qui n’est pas du métier »

L’intervention de Béatrice Damian-Gaillard nous a permis de voir une autre manière d’aborder le terrain de la pornographie, cette fois-ci du point de vue d’une chercheuse plutôt que d’un chercheur, montrant que dans le rapport de pouvoir entre les enquêté-e-s et en l’occurrence une enquêtrice, d’autres facteurs rentrent en compte, tels que le genre.  Béatrice Damian-Gaillard a effectué un travail d’enquête de deux ans sur la presse pornographique hétérosexuelle masculine. Elle a pris cet objet illégitime et y a appliqué les principes de la sociologie du journalisme, des médias et du genre. Pour la femme qu’elle est, il s’agit alors de traverser le miroir afin de se demander comment les corps féminin sont perçus dans une telle industrie.  Pour cela, l’enquêtrice avait fait le choix de ne pas affirmer sa sexualité, ce qui pousse les enquêtés-e- à la requalifier sans cesse.

Béatrice Damian-Gaillard
Béatrice Damian-Gaillard

Bien que la chercheuse bénéficie d’une « présomption de distance », à la fois en tant qu’universitaire et en tant que femme qui ne pourrait pas être excitée par du porno pour homme, il est impossible de faire comme si l’appartenance genrée n’existait pas. Cela amène l’enquêtrice à réfléchir à sa présentation face à l’enquêté-e, afin d’enlever les signes qui pourraient accentuer une dimension érotique sans la désexualiser entièrement : en découlent la question de l’effet des poses, du maquillage ou encore des choix d’habillement dans la construction de la situation d’entretien. Ce processus de présentation face à l’enquêté-e est important, car il influence la manière dont celui-ci va se définir par rapport à l’enquêtrice : soit en cherchant à identifier les désirs de celle-ci, soit en les mettant à distance à travers une stigmatisation de la pornographie, associée alors à une sexualité populaire et méprisée. L’enquêtrice bien souvent va être assimilée à « une fille qui n’est pas du métier », face à laquelle les enquêteurs déploient des tactique de « protection », en présentant son accès à l’espace de la pornographie, et notamment aux plateaux de tournage, comme un risque.

Mais la tactique la plus forte consiste, en particulier pour les enquêtés masculins (acteurs, réalisateurs, producteurs), à essayer de « corporiser » l’échange. Béatrice Damian-Gaillard explique ainsi l’importance de la déjouer à travers la maîtrise des mimiques et des expressions, et à travers la mise en place d’échanges académiques, reposant sur des cadres d’analyse précis tels que des modèles économiques ou la division du travail,  montrant ainsi que l’on prend au sérieux l’objet de recherche. Elle insiste également sur la variabilité de la frontière entre l’intime et le professionnel. Pour les enquêtés, parler de questions financières et économiques est beaucoup plus intime que parler de sexualité, et ils sont déstabilisés qu’une femme puisse maîtriser ces logiques industrielles, économiques. Bien préparer son terrain, autant par une bonne connaissance des modes de présentation que du travail des enquêtés permet à la chercheuse d’objectiver l’échange et de reprendre une position dominante.

Après ces présentations qui ont permis de faire dialoguer trois manières d’aborder le travail pornographique, le public nombreux a permis d’engager un débat animé, notamment sur la pornographie de manière plus générale, sur les processus de désexualisation mis en œuvre dans ces travaux, sur la place des femmes non actrices face à la pornographie hétérosexuelle masculine et sur le travail de légitimation du cinéma pornographique. Ces échanges ont pu montrer que c’est en prenant des angles sociologiques précis et rigoureux, tels que celui de la sociologie du travail ou de la sociologie des médias, que le chercheur dépasse les prénotions et légitime son objet et sa recherche.

Judy Minx, Mathieu Trachman et Béatrice Damian-Gaillard
Judy Minx, Mathieu Trachman et Béatrice Damian-Gaillard

Réseaux, anthropologie, traduction collaborative : rendez-vous le 8 avril pour la dernière séance du séminaire « re/lire » !

Barnes_coverLa dernière séance du séminaire « re/lire les sciences sociales » (ENS de Lyon) approche, elle aura lieu le lundi 8 avril prochain de 13h30 à 16h. Cette séance exceptionnelle sera consacrée à une expérience de traduction collective en ligne d’un article classique de sciences sociales, que nous avions menée à l’ENS de Lyon il y a presque un an jour pour jour : une vingtaine de personnes s’étaient retrouvées en ligne pour traduire ensemble, en direct, l’article de l’anthropologue britannique John A. Barnes considéré comme fondateur de la sociologie des réseaux sociaux, et donc à partir de maintenant intitulé : « Classes sociales et réseaux dans une île de Norvège » (« Class and Committes in a Norwegian Island Parish », Human Relations, 1954).

Une version finale de cet article est désormais prête, qu’il faut relire une dernière fois ! Cette version finale est disponible ici, et vous pouvez y ajouter tous les commentaires que vous souhaitez pour corriger les dernières coquilles, signaler des problèmes, suggérer des améliorations :

https://docs.google.com/document/d/1MY6MH1UfLTJOykcJJMgyWd5Bs5PfylbgFMk8i7Lr8fw

L’objectif de la séance sera, après avoir présenté cet article, son auteur et le rôle qu’ils ont joué dans le développement de la sociologie des réseaux sociaux, de revenir sur cette expérience de traduction collective en ligne, et surtout d’en discuter et d’en finaliser le résultat.

Tous les détails pratiques sont ici :

http://www.liens-socio.org/John-A-Barnes-Classes-sociales-et

Vous êtes évidemment les bienvenue-s, et vos contributions sont même ardemment souhaitées, que ce soit pour relire le texte, participer à l’animation de la séance, ou tout simplement venir y assister !

Si vous souhaitez participer à l’animation de la séance, vous pouvez imaginer et proposer des contributions : présentation de l’article, présentation de l’œuvre ou d’autres travaux de Barnes, présentation de ses usages et de sa postérité dans l’analyse des réseaux, témoignages sur l’expérience de traduction collective en ligne, pistes pour la publication de la traduction, prolongements possibles… N’hésitez pas à contacter Pierre Mercklé le plus rapidement possible pour lui faire des propositions et des suggestions !

Que vous souhaitiez participer à l’animation de la séance, ou simplement y assister, voici quelques liens très utiles, où vous pourrez trouver les différentes étapes de l’expérience :

Les billets présentant les différentes étapes de l’expérience :

https://pierremerckle.fr/tag/john-barnes/

Le texte original en anglais de l’article, au format PDF :

https://pierremerckle.fr/wp-content/uploads/2012/03/Barnes.pdf

La plateforme de traduction collaborative, en lecture seule :

https://docs.google.com/document/d/1Ub24WNcEIw9o3voezPtyYm4PxRgSMZ3RP7isHFaGwhs

La version finale Word commentable (ne pas diffuser) :

https://docs.google.com/document/d/1MY6MH1UfLTJOykcJJMgyWd5Bs5PfylbgFMk8i7Lr8fw

La version finale PDF téléchargeable :

https://docs.google.com/file/d/0B0vJVf1IntUxN25faFRPRS1oNk0/edit

Nous vous attendons toutes et tous très nombreux-ses pour cette séance du lundi 8 avril, qui sera également la dernière séance du séminaire pour cette année 2012-2013, et donc l’occasion de commencer également à réfléchir au programme de l’année prochaine !

 

 

 

Le « Prix lycéen de SES », vu par les lycéens !

Lisa Bouteldja est élève de terminale ES au lycée Beau Jardin de Saint-Dié-des-Vosges. Une première version de ce billet est parue sur le blog du lycée, à cette adresse : http://www.lycee-beaujardin.fr/page/blog.php.

Le jeudi 22 novembre 2012, une centaine de lycéens venus de toute la France avait fait le déplacement jusqu’à l’ENS de Lyon. Ils venaient assister à la remise du prix lycéen du livre de Sciences Économiques et Sociales. Ce prix est organisé tous les ans en partenariat avec le site Liens Socio, Lectures, le magazine Alternatives Économiques, le quotidien Enjeux Les Échos et la MGEN. Cette année, il a été remis au journaliste Akram Belkaïd pour son livre Être Arabe aujourd’hui, qui aborde avec objectivité les origines du Printemps Arabe et ses impacts dans le monde.

Les lycéens rassemblés à l’ENS ont pu ainsi dialoguer avec son auteur. De notre côté, nous étions douze élèves de terminale ES du lycée Beau Jardin de Saint-Dié-des-Vosges à avoir fait le déplacement, accompagnés de Madame Vuillaume, notre professeur de SES, et nous avons pu poser de nombreuses questions à Akram Belkaïd. J’ai même pu moi-même lui remettre le prix en main propre, ce fut un grand honneur ! Pour voir la vidéo, c’est ici.

Mise à part la remise de ce prix, c’était une journée complète axée sur les sciences sociales, et particulièrement la sociologie. Une conférence sur le thème « Qu’est ce que la sociologie ? » devait être animée par Bernard Lahire mais celui-ci n’a malheureusement pas pu venir. Alors une jeune sociologue, Célia Poulet, et un professeur de SES, Igor Martinache, se sont portés volontaires pour traiter le sujet et éclairer les lycéens sur leurs interrogations. Nous avons eu aussi le privilège d’assister à une conférence du sociologue Pierre Mercklé, qui a beaucoup plu aux élèves. Il nous a renseignés sur son métier, sur sa définition de la sociologie et certaines de ses recherches.

Cette journée n’a fait que confirmer mon goût pour les sciences sociales. Je suis particulièrement fière d’avoir pu participer avec mes camarades à ce prix lycéen, j’en garde un très bon souvenir. Ce fut une expérience très enrichissante de pouvoir dialoguer avec des professionnels. Je la conseille fortement en espérant que l’année prochaine nos successeurs auront la chance d’y participer.

J’ai recueilli certains témoignages de mes camarades qui sont tout autant satisfaits de cette journée :

« Très satisfait de cette journée à Lyon, les conférences étaient très intéressantes, en particulier celle d’Akram Belkaïd qui m’a beaucoup plu. Même si on était fatigués, on a beaucoup ri, si c’était à refaire je le referais sans hésiter. Et un grand merci à madame Villaume pour cette sortie palpitante. » (Antonio GONCALVES)

« ABSOLUMENT GENIAL ! Un vrai plaisir! Étudier la sociologie en cours c’est une chose, en parler avec des sociologues en est une autre. On a pu poser des questions et aucune n’est restée sans réponse. Cela me donnerait presque envie d’aller faire de la sociologie à l’ENS de Lyon. Dommage par contre que l’on n’ait pas pu rester un peu plus parce que l’intervention de Pierre Mercklé était fascinante. Merci Mme Villaume. PS aux futurs T°ES : participez au prix du livre, c’est une expérience géniale. » (Eva MARTINUZZI)

« Cette journée à l’ENS fut très intéressante dans la mesure où nous avons pu assister à des conférences sur la sociologie. Celle de Pierre Mercklé m’a particulièrement plu dommage que c’était à la fin car on n’avait pas beaucoup de temps pour échanger avec lui. Le petit reproche que j’ai c’est qu’il n’y a pas de moment de discussion avec les autres lycéens. Chaque groupe est resté dans son coin. Mais sinon c’était TOP et ça donne vraiment envie de faire de la sociologie ! » (Justine PERRIN)

« Notre petit “périple” à Lyon a vraiment été très agréable parce que la bonne humeur était au rendez vous ! Nous avons vraiment pris plaisir à écouter mais surtout participer aux conférences organisées pour nous ! La rencontre avec les sociologues a en quelque sorte concrétisé nos cours de SES. Ca m’a permis de voir que cela n’était pas qu’une leçon à apprendre mais qu’on pouvait bien en faire son métier (même si on ne s’appelle pas Bourdieu ou Karl Marx) ! En bref, je ne regrette vraiment pas de m’être lancée dans cette expérience et je vais continuer à lire les quelques livres sélectionnés avec encore plus de volonté et de plaisir ! » (Marion CLASQUIN)

« Une expérience extraordinaire qu’est de rencontrer en direct des sociologues amoureux de leur métier. Un véritable échange a eu lieu et ça a été un plaisir de se déplacer pour y participer. » (Lylian ETIENNE)

Nous remercions tous très sincèrement Madame Villaume qui se démène, prend beaucoup de son temps pour les élèves, et c’est un grand plaisir d’avoir pu participer à cette expérience avec elle.

Dernière minute : le témoignage de Mme Villaume

« Passer une journée avec des enseignants et des chercheurs passionnés m’a donné envie de me (re)brancher moi-même sur la recherche. Échanger  avec un écrivain – journaliste qui maîtrise son sujet et prend beaucoup de hauteur pour analyser la situation issue du Printemps Arabe, m’a permis de me conforter dans ce que je supposais déjà à savoir que l’actualité immédiate présentée par les médias ne peut que mener à de fausses interprétations et que toute analyse de sujet demande non seulement une étude critique, mais également une grande connaissance des faits pour avoir une chance de ne pas se fourvoyer.

En ce qui concerne la journée passée avec mes élèves, j’ai trouvé le groupe très agréable, très intéressé par tout ce qui a été présenté. Les questions qu’ils ont posées étaient très pertinentes et m’ont permis d’éclairer de nombreux points en particulier à propos de Être arabe aujourd’hui. Je suis très fière d’être leur prof ! »