Compte rendu de la séance Repenser la solidarité. L’apport des sciences sociales

La séance est introduite par Igor Martinache qui rappelle combien la réédition en format poche de l’ouvrage Repenser la solidarité. L’apport des sciences sociales est d’actualité et permet de repenser la place du sociologue dans la cité. Cette réflexion a guidé l’ensemble du travail de Serge Paugam. Igor Martinache pour ouvrir la discussion soumet trois questions :

– Nos sociétés contemporaines se caractérisent par l’allongement des chaînes d’interdépendance, comment penser et passer d’une solidarité à un niveau local à un niveau mondial ?

– Les politiques de la ville sont étroitement reliés aux politiques sociales, et la notion d’empowermentdevient prépondérante dans les débats, comment alors penser les notionsde responsabilité et d’autonomie ?

–   Quelle place est laissée aujourd’hui à la diversité, qu’en est-il des inégalités de genre et de l’ethnicisation des rapports sociaux ?

Serge Paugam prend ensuite la parole et commence par revenir sur le contexte de réédition de cet ouvrage similaire à celui de 2007 avec les précédentes élections présidentielles.  Cet ouvrage est le fruit d’un travail collectif réalisé lors du séminaire qu’il a animé à l’EHESS, et qui était parti du constat suivant : la solidarité est entendue dans les débats publics dans un sens étroit, la principale cible désignée par les pouvoirs publics étant majoritairement celle des plus démunis.  Or la solidarité renvoie aux liens sociaux et aux relations interdépendance entre tous les citoyens, aussi semblait-il urgent – en revenant notamment aux définitions d’Emile Durkheim et Léon Bourgeois – de repenser la solidarité de manière plus globale, dans une logique contractuelle.  Ainsi, l’explication des inégalités par l’injustice sociale dans les discours politiques, en particulier lors de la campagne présidentielle de 2007, a eu tendance à décliner en faveur d’une explication par la paresse et la responsabilité individuelle.

Or, il y a un paradoxe sur lequel ne sont pas attardés les politiques et les pouvoirs publics. En effet, comment se fait-il qu’en devenant plus autonome, l’individu est de plus en plus dépendant de la société ? Ce qui est occulté, c’est l’idée d’interdépendance et que l’autonomie est l’expression d’une certaine vulnérabilité humaine. Georg Simmel avait montré, rappelle Paugam, que dans nos sociétés contemporaines les cercles sociaux auxquels appartiennent l’individu ne sont plus entrecroisés mais simplement juxtaposés. Ainsi l’identité de l’individu se construit de manière successive ce qui accroît sa vulnérabilité.

Durkheim quant à lui ne pose pas vraiment la question du droit social, et les injustices sociales sont davantage abordées du point de vue la complémentarité des liens sociaux (la solidarité organique). Alors que Léon Bourgeois défendait l’idée que dès son enfance l’individu est en position de débiteur vis-à-vis de la société. Aussi, et Paugam répond ici à la première des questions soulevées par Igor Martinache dans son introduction,  il ne faut pas penser en termes de niveaux différents de solidarité mais en différents types de solidarité. Paugam distingue ainsi quatre types de liens sociaux à partir desquels vont se construire les différents régimes de solidarité mis en place dans les pays européens :

 –         Les liens de filiation

–         La participation organique (dans les collectifs de travail, les syndicats par exemple)

–         La participation élective (les associations)

–         La citoyenneté

Ces quatre types de liens renvoient tous à la notion de reconnaissance, chacun est dépendant de la reconnaissance qu’autrui nous accorde.

Pour conclure, Paugam présente ensuite quelques exemples européens des différents types de régimes de solidarité : dans les pays scandinaves c’est la régulation citoyenne qui domine; dans les pays d’Europe du sud c’est davantage une solidarité de proximité (la famille). La France a un statut particulier car elle propose un régime de solidarité mixte, aucun des quatre types de liens sociaux n’apparaît dominant. Si cette situation présente a priori de nombreux avantages, elle n’en demeure pas moins problématique car le flou normatif qu’elle entraîne tend à accroître la vulnérabilité des populations les plus démunies.

C’est ensuite au tour de Frédéric Vignier de prendre la parole en rappelant notamment l’apport de certaines des contributions et de l’importance de revenir sur les usages courants de la solidarité. Il manque cependant, selon lui, une analyse socio-historique plus approfondie de cette notion. De plus, il complémenterait cet impressionnant travail en traitant plus directement les questions de la redistribution et de la négociation des salaires.

Enfin, la séance s’achève sur une série de questionsdu public présent dont par exemple celle concernant le déclin du raisonnement en termes de classes sociales à laquelle auraient contribué les sociologues. Pour Paugam, le fait de raisonner en termes d’inégalités sociales indique bien au contraire une certaine continuité dans le raisonnement sociologique et la notion de « classe sociale »garde toute sa pertinence aujourd’hui.