Le « Prix lycéen de SES », vu par les lycéens !

Lisa Bouteldja est élève de terminale ES au lycée Beau Jardin de Saint-Dié-des-Vosges. Une première version de ce billet est parue sur le blog du lycée, à cette adresse : http://www.lycee-beaujardin.fr/page/blog.php.

Le jeudi 22 novembre 2012, une centaine de lycéens venus de toute la France avait fait le déplacement jusqu’à l’ENS de Lyon. Ils venaient assister à la remise du prix lycéen du livre de Sciences Économiques et Sociales. Ce prix est organisé tous les ans en partenariat avec le site Liens Socio, Lectures, le magazine Alternatives Économiques, le quotidien Enjeux Les Échos et la MGEN. Cette année, il a été remis au journaliste Akram Belkaïd pour son livre Être Arabe aujourd’hui, qui aborde avec objectivité les origines du Printemps Arabe et ses impacts dans le monde.

Les lycéens rassemblés à l’ENS ont pu ainsi dialoguer avec son auteur. De notre côté, nous étions douze élèves de terminale ES du lycée Beau Jardin de Saint-Dié-des-Vosges à avoir fait le déplacement, accompagnés de Madame Vuillaume, notre professeur de SES, et nous avons pu poser de nombreuses questions à Akram Belkaïd. J’ai même pu moi-même lui remettre le prix en main propre, ce fut un grand honneur ! Pour voir la vidéo, c’est ici.

Mise à part la remise de ce prix, c’était une journée complète axée sur les sciences sociales, et particulièrement la sociologie. Une conférence sur le thème « Qu’est ce que la sociologie ? » devait être animée par Bernard Lahire mais celui-ci n’a malheureusement pas pu venir. Alors une jeune sociologue, Célia Poulet, et un professeur de SES, Igor Martinache, se sont portés volontaires pour traiter le sujet et éclairer les lycéens sur leurs interrogations. Nous avons eu aussi le privilège d’assister à une conférence du sociologue Pierre Mercklé, qui a beaucoup plu aux élèves. Il nous a renseignés sur son métier, sur sa définition de la sociologie et certaines de ses recherches.

Cette journée n’a fait que confirmer mon goût pour les sciences sociales. Je suis particulièrement fière d’avoir pu participer avec mes camarades à ce prix lycéen, j’en garde un très bon souvenir. Ce fut une expérience très enrichissante de pouvoir dialoguer avec des professionnels. Je la conseille fortement en espérant que l’année prochaine nos successeurs auront la chance d’y participer.

J’ai recueilli certains témoignages de mes camarades qui sont tout autant satisfaits de cette journée :

« Très satisfait de cette journée à Lyon, les conférences étaient très intéressantes, en particulier celle d’Akram Belkaïd qui m’a beaucoup plu. Même si on était fatigués, on a beaucoup ri, si c’était à refaire je le referais sans hésiter. Et un grand merci à madame Villaume pour cette sortie palpitante. » (Antonio GONCALVES)

« ABSOLUMENT GENIAL ! Un vrai plaisir! Étudier la sociologie en cours c’est une chose, en parler avec des sociologues en est une autre. On a pu poser des questions et aucune n’est restée sans réponse. Cela me donnerait presque envie d’aller faire de la sociologie à l’ENS de Lyon. Dommage par contre que l’on n’ait pas pu rester un peu plus parce que l’intervention de Pierre Mercklé était fascinante. Merci Mme Villaume. PS aux futurs T°ES : participez au prix du livre, c’est une expérience géniale. » (Eva MARTINUZZI)

« Cette journée à l’ENS fut très intéressante dans la mesure où nous avons pu assister à des conférences sur la sociologie. Celle de Pierre Mercklé m’a particulièrement plu dommage que c’était à la fin car on n’avait pas beaucoup de temps pour échanger avec lui. Le petit reproche que j’ai c’est qu’il n’y a pas de moment de discussion avec les autres lycéens. Chaque groupe est resté dans son coin. Mais sinon c’était TOP et ça donne vraiment envie de faire de la sociologie ! » (Justine PERRIN)

« Notre petit “périple” à Lyon a vraiment été très agréable parce que la bonne humeur était au rendez vous ! Nous avons vraiment pris plaisir à écouter mais surtout participer aux conférences organisées pour nous ! La rencontre avec les sociologues a en quelque sorte concrétisé nos cours de SES. Ca m’a permis de voir que cela n’était pas qu’une leçon à apprendre mais qu’on pouvait bien en faire son métier (même si on ne s’appelle pas Bourdieu ou Karl Marx) ! En bref, je ne regrette vraiment pas de m’être lancée dans cette expérience et je vais continuer à lire les quelques livres sélectionnés avec encore plus de volonté et de plaisir ! » (Marion CLASQUIN)

« Une expérience extraordinaire qu’est de rencontrer en direct des sociologues amoureux de leur métier. Un véritable échange a eu lieu et ça a été un plaisir de se déplacer pour y participer. » (Lylian ETIENNE)

Nous remercions tous très sincèrement Madame Villaume qui se démène, prend beaucoup de son temps pour les élèves, et c’est un grand plaisir d’avoir pu participer à cette expérience avec elle.

Dernière minute : le témoignage de Mme Villaume

« Passer une journée avec des enseignants et des chercheurs passionnés m’a donné envie de me (re)brancher moi-même sur la recherche. Échanger  avec un écrivain – journaliste qui maîtrise son sujet et prend beaucoup de hauteur pour analyser la situation issue du Printemps Arabe, m’a permis de me conforter dans ce que je supposais déjà à savoir que l’actualité immédiate présentée par les médias ne peut que mener à de fausses interprétations et que toute analyse de sujet demande non seulement une étude critique, mais également une grande connaissance des faits pour avoir une chance de ne pas se fourvoyer.

En ce qui concerne la journée passée avec mes élèves, j’ai trouvé le groupe très agréable, très intéressé par tout ce qui a été présenté. Les questions qu’ils ont posées étaient très pertinentes et m’ont permis d’éclairer de nombreux points en particulier à propos de Être arabe aujourd’hui. Je suis très fière d’être leur prof ! »

 

 

 

Et pourtant ils lisent… des sciences économiques et sociales ! Une centaine de lycéens remettent le 11ème prix du livre de SES à Akram Belkaïd

La 11ème édition de la cérémonie de remise du prix lycéen du livre de Science Économique et Sociales s’est tenue le 22 novembre 2012 dans les locaux de l’ENS (École Normale Supérieure), à Lyon.  Cette manifestation a rassemblé des lycéens provenant des différentes régions de France, accompagnés de leurs professeurs,  venus remettre le premier prix à Akram Belkaïd, pour son ouvrage Être arabe aujourd’hui (Ed. Carnets Nord, 2011).

L’engouement des professeurs de SES et de leurs élèves pour le « prix lycéen de SES » ne cesse de croître, et il confirme l’intérêt des jeunes pour les sciences économiques et sociales, en révélant leurs capacités et leur implication pour traiter de sujets économiques et sociaux d’actualité. En effet, les lycéens ont dû, dans le cadre de ce concours, lire et discuter une dizaine d’ouvrages sélectionnés par les partenaires du prix (Liens Socio et Alternatives Économiques), afin d’élire celui qu’ils ont le plus apprécié : une démarche qui valorise les jeunes, en leur donnant un statut de jury. Né en 2002 à l’initiative d’un seul groupe d’élèves du lycée Modeste Leroy d’Evreux et de leur professeur, Arnaud Catala,  le prix du livre de sciences économiques et sociales a connu cette année  un record de participation puisque cette dernière édition a impliqué environ un millier d’élèves en provenance d’une soixantaine de lycées différents.

La cérémonie de remise du prix elle-même s’est déroulée dans la convivialité, sous le signe de l’actualité des sciences sociales. Tout a commencé par une présentation de l’ENS, puis du prix, suivies de l’intervention de Célia Poulet, jeune sociologue,  qui a  présenté son parcours scolaire, et sa récente thèse, qui vient de déboucher sur un premier emploi à l’ENS. Son sujet de recherche, intitulé « L’apprentissage d’une pratique démocratique : l’exemple de la prise de parole en Franc-maçonnerie », a su intriguer les lycéens. La matinée s’est terminée par un temps laissé aux lycéens pour échanger avec les intervenants. La thèse de Célia Poulet a suscité la curiosité des jeunes, qui ont posé de nombreuses questions à la suite de son intervention : « Le sociologue doit-il ou peut-il être politique ? », « Pour quelles raisons devient-on sociologue : pour faire évoluer les choses ou est-ce seulement une motivation personnelle ? », « Le sociologue peut-il réaliser une étude malgré sa proximité et son implication sur un terrain d’enquête ? », « Quels rapports la sociologie entretient-elle avec la philosophie ?  »…  Enfin les lycéens ont eu l’occasion  d’évoquer et de  recommander des ouvrages de  sciences sociales, lus et appréciés en dehors du cadre du prix.

L’après-midi, les jeunes ont pu décerner  leur prix au lauréat du concours, Akram Belkaïd. Cet auteur, spécialiste du monde arabe, a alors exprimé d’une part son enthousiasme pour cet évènement, constatant que les jeunes continuent à lire et à s’intéresser au monde contemporain, et d’autre part sa fierté de recevoir un prix attribué par la jeunesse,  qui d’après lui dispose « d’un important capital de sincérité ». Il a ensuite pu présenter plus en détail, à un public particulièrement attentif, les grandes lignes du travail et des réflexions qui ont conduit à la rédaction et la publication du livre lauréat. Permettant de mieux comprendre les évènements du Printemps arabe, sa genèse et  les bouleversements qu’il a engendrés, cet ouvrage offre des outils précieux pour appréhender  les devenirs possibles de ces sociétés. Puis la parole a de nouveau été donnée aux élèves qui ont ainsi eu l’occasion de poser de nombreuses questions à cet auteur passionné et passionnant. Son parcours scolaire, son positionnement objectif, l’actualité du monde arabe, la place des médias d’aujourd’hui, ainsi que le rapport entre l’occident et le monde arabe,  sont autant de sujets qui ont été abordés lors de cet échange.

La journée s’est terminée par une intervention de Pierre Mercklé (maître de conférences en sociologie à l’ENS de Lyon), intitulée «faire de la sociologie ». À cette occasion ce sociologue spécialiste des réseaux sociaux et des pratiques culturelles des adolescents, et qui est aussi le créateur de Liens Socio, a proposé un panorama des objets de la sociologie et des multiples tâches qui incombent au sociologue dans le cadre de son travail. Enfin  il a présenté à titre illustratif quelques études sur les inégalités sociales. Parmi les travaux ainsi évoqués, un graphique  qui montrait les variations  du pourcentage de mentions « très bien » au baccalauréat en fonction du prénom des élèves, tirés des travaux du sociologue Baptiste Coulmont, a particulièrement plu à l’auditoire. Les lycéens, futurs bacheliers et donc directement concernés par cette étude, se sont amusés à rechercher sur le graphique leur propre prénom, leur propre rapport à cette réalité sociale, ou celui de leurs amis… quitte à être parfois horrifiés par le résultat !

Bien loin de la salle de classe, cette journée de remise du prix lycéen de SES a su mettre l’accent sur des temps d’échanges et de discussions entre les intervenants, l’assemblée des lycéens et leurs professeurs. Il n’y a probablement pas de meilleure preuve de l’intérêt porté par les jeunes à l’actualité économique, sociale et politique du monde dans lequel ils vivent !