Howard Becker est l’invité du séminaire RE/LIRE le lundi 12 octobre 2015 !

BeckerLe séminaire « RE/LIRE LES SCIENCES SOCIALES » reçoit Howard S. Becker (sociologue américain, docteur Honoris Causa de l’ENS de Lyon) pour une rencontre autour de son livre

What about Mozart? What about Murder?
Reasoning from Cases
University of Chicago Press, 2014, trad. fr. Et Mozart, alors, qu’est-ce que vous en faites ?, La Découverte, 2015, à paraître
(lire le compte rendu dans Lectures : http://lectures.revues.org/15949).)

Discutant : Jean Peneff, sociologue, professeur émérite auteur de Howard S. Becker, sociologue et musicien dans l’école de Chicago, L’Harmattan, 2014.

Séance préparée et animée par Julie Blanc, Hadrien Le Mer et Pierre Mercklé (ENS de Lyon)

Lundi 12 octobre 2015 / 13h30-16h

Lieu : ENS de Lyon, site Descartes, Amphithéâtre

plus d’informations sur cette séance :
http://www.liens-socio.org/What-About-Mozart-What-About-Murder

Né en 1928, Howard Becker étudie à Chicago à l’époque où Ernest Burgess, Louis Wirth, Everett Hughes et Herbet Blumer y enseignent, se construisant ainsi dans la filiation directe de l’« École de Chicago », au moment où celle-ci doit faire face à un déclin de sa prééminence. De fait, au moment où Becker étudie, l’enquête par questionnaire (dont les réponses font l’objet d’un traitement utilisant des méthodes statistiques développées, entre autres, par Stouffer à Harvard et par Lazarsfeld à Columbia) tend à se substituer au travail de terrain reposant sur l’observation in situ. Face à ce mouvement, l’interactionnisme considère qu’aucune situation ne peut se déduire mécaniquement d’un système, mais résulte à l’inverse d’une construction du ou des sens en situation, à laquelle on ne peut accéder que par la collecte de données qualitatives. Au structuro-fonctionnalisme d’un Parsons, Becker avait répondu par un ouvrage (Outsiders, 1963) où la déviance apparaissait comme le produit d’étiquetages construits par différents groupes (son étude reposait entre autre sur une connaissance intime des milieux du jazz de Chicago… où il travaillait comme pianiste).

What about Mozart ? What about Murder ? Reasoning from cases, est l’occasion pour le sociologue de revenir sur un parcours jalonné de choix simultanément méthodologiques et épistémologiques. Au moment où l’essor des méthodes quantitatives en sciences sociales et la question des « Big Data » posent avec une acuité nouvelle la question du primat de la quantification, Becker met en place une nouvelle réponse, après celle d’Outsiders, plus générale et systématique cette fois, où il théorise l’intérêt heuristique fondamental d’une méthodologie à laquelle il entend donner toute sa cohérence : « le raisonnement par cas ».
Pour Becker, l’établissement d’une corrélation entre deux variables, toujours susceptible de glisser vers l’établissement d’une causalité, ne peut en aucun cas préciser le rapport qu’elles entretiennent. Elle se borne tout au plus à signaler un hypothétique lien entre un élément A et un élément B. Entre les deux, une boîte noire, qui pour Becker constitue le véritable objet de la sociologie. La quantification requiert un sacrifice dont on ne soupçonne pas l’ampleur… Elle conduit à ignorer la manière dont d’autres variables travaillent le rapport statistique apparent depuis l’intérieur de cette boîte noire. De fait, le recul historique permet de montrer à quel point les relations statistiques qui semblaient être les plus rigoureusement établies sont en réalité régulièrement inversées, précisément par ces variables que la statistique estime ne pas être explicatives. Un seul exemple dans un ouvrage qui en présente un très grand nombre.

Depuis les années 1920, la consommation d’opiacés est particulièrement présente aux États-Unis chez les jeunes hommes noirs des quartiers populaires, conduisant ainsi certains sociologues à faire du « genre », de l’« âge », de « l’ethnicité » et du « statut social », des « causes de l’addiction ». Or, aux États-Unis, l’addiction aux opiacés se rencontre, jusqu’à la fin du XIXème siècle, essentiellement chez les femmes adultes blanches appartenant aux classes moyennes et supérieures. L’« approche corrélationnelle » pose donc problème dans la mesure où elle laisse de côté l’ensemble des éléments qui permettraient de comprendre comment cette relation statistique entre A (la consommation de drogue) et B (certains déterminants sociaux) se construit et évolue. Becker commence par montrer que les modes de diffusion du savoir médical au XIXème siècle conduisaient un certain nombre de femmes aisées à utiliser l’opium pour réduire les inconforts de la ménopause. Après l’interdiction de cette drogue, rappelle Becker, les circuits de distribution, désormais clandestins et non plus pharmaceutiques, se réfugient dans les territoires qui n’ont pas le pouvoir politique suffisant pour demander une protection juridique. C’est dans ces quartiers que le marché des opiacés trouvera à la fois une main d’œuvre et des débouchés, faisant de certains jeunes noirs américains issus des milieux défavorisés des consommateurs potentiels. Becker montre ainsi que des informations concernant à la fois les évolutions de la légalité, des circuits de distribution et de la diffusion du savoir médical apparaissent, pour ce qui est de la consommation d’opiacés, comme des variables indispensables pour établir ce que l’on pourrait appeler une causalité comprise.

L’enjeu, on l’a compris, n’est donc plus de préciser le rapport entre deux variables mais d’identifier l’ensemble des variables que met en jeu ce rapport, en consentant à l’irrémédiable complexité d’un réel en mouvement. Plus le sociologue identifie de nouvelles variables, plus son regard s’éduque et plus il devient capable de repérer des mécanismes similaires dans des domaines apparemment radicalement différents. Les questions méthodologiques se mettent alors à foisonner sur les conditions pratiques d’un tel raisonnement. Comment trouver ces variables cachées qui entrent en jeu ? Comment peut-on généraliser à partir d’un cas dont on a reconnu la radicale spécificité ? Où s’arrête cette quête apparemment infinie vers toujours plus de complexité ? Peut-on aller jusqu’à utiliser des cas imaginaires pour enrichir le regard du sociologue ? Toujours attentif aux angoisses pratiques de l’apprenti chercheur, Becker nous donne dans cet ouvrage un certain nombre de réponses, qui soulèvent peut-être autant de questions.

Jean Peneff, ancien élève de Bourdieu parti goûter l’air de Chicago, est un des spécialistes français de Howard Becker, qu’il côtoie depuis des années. Dans Howard S. Becker, sociologue et musicien dans l’école de Chicago, il trace un portrait où le croquis de cette figure singulière de la sociologie se fait plaidoyer pour une « libération » la discipline. « C’est un cas ! » que ce chercheur-pianiste, improvisant sur le clavier de concepts en partie hérités du pragmatisme américain, refusant les règles d’une pédagogie verticale, nourrissant la sociologie par l’art et réciproquement – et s’appuyant sur l’un et l’autre pour se libérer des deux. À travers ce qu’il identifie comme les trois périodes de la carrière de Becker (le jazzman de Outsiders, « les mondes » de l’art ou de professions variées, le chercheur retraité s’attelant à une réflexion critique sur sa discipline et ses méthodes), Peneff dégage quelques grands thèmes d’enquête parmi lesquels se distingue un intérêt renouvelé pour l’action collective, ni totalement régulée, ni totalement libre mais où se glisse, entre standards et déterminismes, l’improvisation constante des joueurs de cette partition sociale. Sans enfermer l’abondante et protéiforme œuvre de Becker, il désigne entre autres lignes de fuite pratiques, un usage incessant de l’observation qui se confond avec l’exigence d’une étude approfondie des terrains abordés.

Au-delà de l’hommage enthousiaste, les pages que Peneff consacre à Becker sont une interpellation à l’endroit de la sociologie et du fonctionnement institutionnel de la recherche en sciences sociales. « On ne peut qu’improviser face à une réalité volatile et mouvante et il ne faut pas souhaiter que la rechercher se solidifie ou se fonctionnarise. Les procédés de création doivent rester ouverts, y compris aux profanes. La sociologie n’est pas une science, au sens hypothético-déductif ; elle avance par bonds… ou en travers. »

Becker, sociologue émancipé, initiateur amusé, nous invite à quelques pas sur le côté.

Julie Blanc et Hadrien Le Mer

 

Relire les Sciences Sociales : autour de Langlois et Seignobos (compte rendu de la séance du 17 février 2014 avec Gérard Noiriel, Antoine Prost et Claire Zalc)

Par Audrey Levray

Nombreux étaient les professeurs et étudiants à venir assister à cette séance du séminaire « Re/Lire les sciences sociales » : il s’agissait cette fois de remettre à l’honneur l’histoire, en proposant de redécouvrir les deux ouvrages méthodologiques de Charles Seignobos et de Charles-Victor Langlois. Ces deux traités de méthode, parus au tournant du XXème siècle, ont fait l’objet d’une réédition numérique dans la toute nouvelle Bibliothèque idéale des sciences sociales : pour l’occasion, Claire Zalc, historienne et membre du comité scientifique de la collection, avait demandé à Gérard Noiriel et Antoine Prost de bien vouloir préfacer ces deux ouvrages, et c’est donc en présence des deux préfaciers et de l’historienne que la séance s’est déroulée. Cette séance du séminaire était donc à plus d’un titre exceptionnelle : elle nous invitait bien sûr à relire les deux ouvrages, mais elle a aussi permis à Pierre Mercklé de présenter la Bi2S, ou Bibliothèque idéale des Sciences Sociales, qui venait de publier ses premiers titres1.

Relire Seignobos et Langlois, pourquoi ?

Après une présentation des intervenants par Nicolas Bonnard2, Claire Zalc a introduit cette séance en mettant en avant le but premier de ces rééditions : redonner vie et force à des textes fondamentaux des sciences sociales, en visant une utilisation pratique (grâce à l’édition numérique). L’interdisciplinarité est au centre du discours de l’historienne : le choix de ces ouvrages, consacrés à la méthode, n’est pas anodin, car il permet de revenir à des prémisses, des points nodaux de la discussion entre les disciplines, et ainsi de reconsidérer la place de l’histoire au sein des sciences sociales. Elle justifie également le choix des ouvrages par leur importance au sein de la constitution de l’histoire comme profession et discipline. Elle rappelle que Seignobos et Langlois ont ouvert un débat entre théorie et empirisme, et fait émerger des tensions entre constructivisme et réalisme. La place d’honneur qu’ils offrent aux documents et la relation méthodique aux sources sont le terreau de la communication entre les différentes disciplines des sciences sociales, et justifient tout à fait leur relecture.

Un autre intérêt de cette réédition pour Claire Zalc : offrir à la relecture des ouvrages (et notamment celui de Seignobos) qui avaient violemment été critiqués par Simiand notamment, mais aussi par l’Ecole des Annales. Depuis une vingtaine d’années, des historiens sont revenus sur ces critiques : les appels à redécouvrir ces ouvrages lancés par Madeleine Réberioux3, Gérard Noiriel et Antoine Prost4 avaient été malheureusement peu entendus. L’aspect purement méthodologique de ces ouvrages peut paraître rébarbatif, et la réédition a également pour but d’inviter les étudiants à revenir au texte.

Quant au choix des préfaciers, Claire Zalc avance des raisons plus personnelles : Gérard Noiriel et Antoine Prost se sont imposés à elle comme des évidences, car ce sont eux qui lui ont donné envie de les lire en premier lieu. De plus, ils représentent des pères fondateurs d’une histoire sociale, réflexive et sincère ; Claire Zalc précise que la sincérité est une qualité indéniable, car elle donne à voir une part d’humanité sans pour autant amener le chercheur, l’historien, à renoncer à la démonstration et à l’objectivité.

L’Introduction aux études historiques au cœur du processus de construction de l’histoire comme science, selon Gérard Noiriel.

Langlois & Seignobos - LivreGérard Noiriel nous dit avoir accepté l’invitation à préfacer L’Introduction aux études historiques5 car cela faisait sens pour lui, à plusieurs niveaux : tout d’abord car Madeleine Réberioux, la précédente préfacière de l’ouvrage, avait dirigé sa thèse ; c’est dans le passage de génération en génération que l’historien voit se construire une communauté scientifique. En général, la tendance théoriciste des sciences sociales se manifeste par une volonté de rupture : ici, au contraire, l’historien veut aller en marche inverse en montrant ce que l’on doit à ceux qui nous ont précédé.

Langlois & Seignobos - Livre 2Pour autant, Gérard Noiriel ne se considère pas comme un spécialiste d’épistémologie de l’histoire : c’est pour des raisons empiriques – ajouter de l’adéquation entre ce que les historiens peuvent dire et ce qu’ils font – qu’il s’est lancé dans cette aventure. En fait, nous dit-il, il a voulu suivre le conseil de Seignobos : « Il faut lire les travaux d’historiens avec la même précisions critique qu’il faut lire les documents. » Cet ouvrage est avant tout la transcription d’un cours donné à la Sorbonne en 1896-1897, ce qui explique sa dimension pédagogique, qui n’a pas le clinquant d’une théorie ; néanmoins, les conseils méthodologiques restent aujourd’hui valables et utiles, car ils exposent des outils que l’historien se doit de posséder pour comprendre les rapports entre l’analyse et la synthèse.

L’historien met aussi en avant la place fondamentale de cet ouvrage dans le processus de construction de la science normale de l’histoire : la parution d’un manuel est importante dans le processus de construction d’une société savante, car c’est autour de ces nouveaux paradigmes que s’établit une communauté scientifique. L’apparition des manuels coïncide avec la séparation des branches scientifiques et de l’enseignement sous la IIIe République. Cette époque a été celle d’une lutte pour les historiens, qui devaient se démarquer des sociologues, des généralistes, des littérateurs… La nécessité de défendre leur travail et ses spécificités explique l’importance accordée à la critique documentaire, érigée en propre de la science historique. Mais elle explique aussi pourquoi l’ouvrage comporte des notes rendant à chaque auteur la paternité de ses écrits…

Un ouvrage épistémologique ? Sans aucun doute. Les deux auteurs semblaient, selon Gérard Noiriel, hantés par le souci de démontrer la scientificité de l’histoire, en la comparant notamment aux sciences « dures », ou « objectives ». Les historiens mettent en place une mécanique à deux temps : d’abord les archives, le document, puis le questionnaire, la réflexion qui permet d’interroger les archives. Gérard Noiriel nous rappelle que la deuxième partie, la synthèse, est envisagée par les deux historiens dans une dimension collective, celle du rassemblement des savoirs spécialisés produits par tous les historiens.

Pour conclure son intervention, Gérard Noiriel se livre à une défense critique, mais aussi une réhabilitation de Langlois et Seignobos, qui ont revendiqué une histoire scientifique et objective, érudite, détachée des débats politiques. Face aux critiques (ceux-ci ont surtout visé Seignobos : Péguy l’accusait de ne pas respecter dans ses travaux la méthode qu’il avait lui-même élaborée, et Lucien Febvre a en grande partie contribué à la construction de la légende noire de Seignobos comme « positiviste »), Gérard Noiriel nous explique que les débats amenés par les détracteurs ont été livrés sur des terrains très différents que celui de l’histoire comme science, ou de la méthode. D’une certaine manière, l’historien nous invite à relire l’Introduction à la fois en le replaçant dans son contexte – celui d’un ouvrage de méthode fondateur, et non de pédagogie –  et d’une manière universelle : cet ouvrage a servi d’argument, de revendication à de jeunes chercheurs, et a fondé un principe critique moteur au sein de la discipline.

L’épistémologie de Seignobos réhabilitée par Antoine Prost.

Seignobos - La méthode historique - livreL’ancien enseignant du cours d’« Introduction aux études historiques » de la Sorbonne a commencé son intervention en rappelant qu’il devait ce poste à l’œuvre de Seignobos et Langlois. Mais très vite, Antoine Prost, à l’instar de Gérard Noiriel, a débuté le procès en réhabilitation de Seignobos : et ce, en faisait (re)découvrir la leçon inaugurale de Lucien Febvre à Strasbourg (1919). Outre son attitude qui n’est pas convenable, voire malhonnête selon Antoine Prost, l’historien nous dit que la critique du positivisme ne rend pas justice à la Méthode historique appliquée aux sciences sociales6 telle que Seignobos la concevait. La revendication de communauté entre l’histoire et les autres sciences sociales est le trait d’une grande modernité. Antoine Prost nous rappelle que cette méthode n’a rien à voir avec le positivisme ou le scientisme, car les faits demandent construction, et c’est ce qui fait de l’histoire un « procédé de connaissance » (et non pas une science, comme le revendique Seignobos).

Seignobos - La méthode historique - livre 2Pour Antoine Prost, les critiques dirigées contre le discours sur la subjectivité et l’histoire sincère ne sont pas pertinentes (et notamment celle de Simiand, qui n’admet pas le caractère constructiviste de la méthode de connaissance élaborée par Seignobos). Le préfacier nous montre en fait la grande modernité de Seignobos : en histoire comme en sciences sociales, il est  difficile d’être totalement objectif quand on est dans l’histoire qu’on écrit ; aussi, le plus grand service que l’auteur puisse rendre à l’histoire scientifique, c’est de divulguer ce qui est susceptible de dépendre du contexte, c’est-à-dire faire une histoire sincère, qui éclaire plus qu’elle ne brouille.

Antoine Prost rappelle la difficulté de faire de l’épistémologie, d’écrire un ouvrage de méthode historique cohérent dans sa globalité, telle que La Méthode de Seignobos. Mais il souligne aussi que faire de l’épistémologie historique ne fait pas un bon historien ! Au-delà des critiques formulées, il nous remet également en mémoire que l’épistémologie de Seignobos, à deux temps (établissement des faits, puis construction) fonctionne comme celle de Bloch… et celle de Febvre. Et pour Antoine Prost, ce mécanisme à deux temps ne rend pas compte de la réalité, car l’histoire fonctionne sur une circularité, une transversalité des documents et de la réflexion. Enfin, si l’Introduction aux études historiques se concluait sur la certitude que l’historien ne devait pas fournir de jugement moral sur la façon de vivre, Antoine Prost souligne que dans la Méthode (et plus généralement dans la manière dont Seignobos a mené sa carrière), l’histoire a pour fonction d’exercer et de former le jugement, la critique raisonnée, et fonctionne comme une propédeutique de compréhension de la société (qui s’inscrit dans une vision de république du progrès).

SAM_1437

La méthode ? Toujours au centre des préoccupations en sciences sociales.

La première question est celle d’un des étudiants ayant participé à l’organisation de la séance, Romain Castellesi : les idées développées dans ces ouvrages sont-elles applicables à toutes les périodes de l’histoire ? La réponse des contemporanéistes est formelle : oui ! Mais à condition de ne pas oublier l’importance du diptyque imagination/critique, ainsi que celle de la curiosité et de l’ouverture d’esprit, qui permettent à l’imagination d’appréhender plus de choses. Néanmoins, ils mettent en garde les jeunes chercheurs contre la proximité, ou l’éloignement, que l’on peut parfois ressentir en fonction de la période étudiée : la critique des documents et le questionnement méthodique amènent parfois à des conclusions qui peuvent, au premier abord, sembler contre-intuitives.

Dans la salle, on fait remarquer que Seignobos a été beaucoup plus cité que Langlois lors de cette séance Relire… pourquoi ? Claire Zalc fournit une réponse diplomate, en rappelant que Langlois, chartiste, était avant tout un professionnel des documents, et n’avait donc pas le même positionnement institutionnel que Seignobos. Sur fond d’affaire Dreyfus, l’importance que les auteurs accordent au document – et donc à la preuve – n’exposait pas de la même manière le professeur Seignobos – « éreinté par les étudiants de droite » comme le rappelle Antoine Prost – et l’archiviste-paléographe Langlois.

Une question fuse, directement liée au projet de la Bi2S, et à l’objet de cette relecture : peut-on considérer que ces deux ouvrages sont des classiques des sciences sociales ? Mais aussi, utilise-t-on les classiques en histoire comme on les utilise dans les autres disciplines des sciences sociales ? Pour Antoine Prost et Gérard Noiriel, il y a en histoire une claire distinction entre les ouvrages d’histoire, et ceux qui sont des discours sur l’histoire ; cette seconde catégorie n’est d’ailleurs pas la plus formatrice pour Antoine Prost. Gérard Noiriel nous encourage à penser avec ces ouvrages, et à penser contre, à nous approprier le discours sur la discipline en fait (Seignobos ne disait-il pas qu’« Il faut lire les travaux d’historiens avec la même précision critique qu’il faut lire les documents. » ?) Antoine Prost explique la pseudo-absence de classiques en histoire par la spécificité des usages académiques de cette discipline : il n’est pas nécessaire à l’historien de montrer qu’il maîtrise la littérature théorique, car il est plutôt reconnu pour un savoir-faire, un tour de main. Cette séance relire consacrée à des ouvrages vieux d’un siècle amène une autre question : ces méthodes ont-elles été, en théorie, renouvelées depuis ? Existe-t-il d’autres manuels de méthode historique comme il en existe, par exemple, pour les entretiens en sociologie ? Réponse franche et unanime : non ! Et même les cours de méthodologie ne sont que peu valorisés. Antoine Prost relève qu’un manuel est une entreprise difficile, voire chimérique, tant la matière est variée (ce qui est surtout vrai pour la période contemporaine, car les sciences auxiliaires et leurs méthodes constituent un point d’appui supplémentaire pour les périodes anciennes).

La méthode, un héritage à (re)découvrir ?

Pour tous, ceux qui avaient lu mais aussi ceux qui ne connaissaient pas l’œuvre de Seignobos et Langlois, cette séance Relire aura fait émerger des questions importantes, et aura réaffirmé la place centrale de la méthode en histoire et en sciences sociales. Au-delà même des débats autour de ces deux œuvres, il est indéniable que leur esprit – transmis par les intervenants – reste très actuel : l’analyse, la critique du document et la construction des faits, en étapes, restent autant de jalons et de précautions utiles, et à ne pas oublier, pour les étudiants et les apprentis-chercheurs. Le contenu de ces ouvrages vivement critiqués est pourtant passé, de génération d’historiens en génération d’historiens (Madeleine Rébérioux, puis Antoine Prost et Gérard Noiriel, et Claire Zalc, qui a choisi de les redonner à lire à une nouvelle génération d’étudiants…) Et puisque l’enseignement des pratiques est difficile, il est bon de pouvoir retrouver en accès numérique ces ouvrages, et leurs nouvelles préfaces, qui semblent presque nous encourager à les poursuivre, les actualiser, les dépasser…

  1. Il s’agit de l’aboutissement d’un projet de rééditions électroniques de grands livres, classiques, ouvrages incontournables, oubliés, perdus, ou difficilement trouvables. Pour retrouver ces œuvres en édition numérique : http://books.openeditions.org/enseditions/177. []
  2. Présentation de la séance et des intervenants : http://relire.hypotheses.org/344. []
  3. Qui avait écrit une préface de l’Introduction aux études historiques. []
  4. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/xxs_0294-1759_1994_num_43_1_3072. []
  5. https://books.openedition.org/enseditions/273. []
  6. https://books.openedition.org/enseditions/487. []

Le travail pornographique : compte rendu de la séance du séminaire Re/lire du 9 novembre 2013 avec Mathieu Trachman, Judy Minx et Béatrice Damian-Gaillard

Par Sophie Iffrig

C’est par une séance très vivante et riche en échanges que s’est ouvert le cycle 2013-2014 de Re/lire les Sciences sociales. Celle-ci a été pour nous l’occasion de réfléchir à la manière dont le sociologue peut aborder un sujet d’une part a priori illégitime dans l’espace universitaire et d’autre part engageant sa propre intimité.  Autour de l’enquête de  Mathieu  Trachman,  Le travail pornographique : Enquête sur la production des fantasmes((Le travail pornographique. Enquête sur la production de fantasmes, La Découverte, collection « Genre et sexualité », 2013. Voir le compte rendu de Pierre Brasseur sur Lectures : http://lectures.revues.org/11591.)), les trois intervenant-e-s ont pu débattre du rapport entre enquêteurs, enquêtrices et enquêté-e-s dans le cadre de travaux sur le monde pornographique. Ainsi, pour discuter la présentation de Mathieu Trachman étaient présentes Judy Minx, actrice pornographique, qui nous a permis d’avoir le point de vue critique d’une enquêtée sur le travail du sociologue, et Béatrice Damian-Gaillard, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, qui a mené une enquête sur la presse pornographique.

Mathieu Trachman : « Le chercheur est toujours pris dans son terrain »

Mathieu Trachman ouvre la séance en présentant les deux axes qui ont structuré son enquête. D’une part, il a décidé d’aborder la pornographie sous l’angle du travail, l’inscrivant ainsi dans les processus capitalistiques et l’émergence de nouveaux marchés. D’autre part, il a voulu prendre au sérieux la définition « d’hétérosexuels » professionnels, analysant ainsi la capacité des travailleurs de la pornographie à représenter les fantasmes des hommes hétérosexuels.

Mathieu Trachman
Mathieu Trachman

Très rapidement, Mathieu Trachman fait le lien entre ses axes de recherche et ses propres appartenances : à la fois savant, mais aussi homme et gay. Illustrant sa présentation de nombreuses lectures et commentaires de ses notes de terrain, il montre comment les échanges avec les enquêté-e-s l’ont amené à changer son rapport au terrain. En effet, il a dans un premier temps abordé le terrain comme un espace désexualisé, pensant que le fait d’être gay dans l’espace de la pornographie hétérosexuelle  lui permettrait de rester à distance. Il est ainsi parti d’une position neutre qui met le désir hors du champ de l’analyse.  Pourtant les entretiens avec les enquêté-e-s rappellent au chercheur qu’il est toujours pris dans son terrain, et ici sa sexualité est également mobilisée dans la mesure où il est mis en demeure d’expliciter ses propres fantasmes. Ce changement de position est bénéfique à l’enquête car par effet de boomerang, il amène également les enquêté-e-s, actrices comme réalisateurs, à se repositionner face à l’enquêteur et à redéfinir leur sexualité, notamment par rapport à l’homosexualité.

Judy Minx : « Si je faisais une enquête, je la ferais sur les personnes qui m’ont interrogée »

L’intervention de Judy Minx, actrice depuis 2007, d’abord dans le main stream, ensuite également dans un cinéma pornographique plus alternatif, fait suite à la présentation de Mathieu Trachman. Elle a quitté le monde universitaire pour faire du porno et pour militer, mais elle y intervient et répond souvent à des chercheurs : elle avait ainsi répondu à l’enquête de Mathieu Trachaman il y a quatre ans. Mais elle explique que depuis, elle a beaucoup changé de regard et pris de la distance. Elle tient tout d’abord à revenir sur le rapport enquêteur/enquêté-e et explique que si elle faisait de la sociologie, elle ferait une enquête sur les enquêteurs. En effet, elle est parfois énervée de voir la manière dont la parole des actrices est confisquée par les chercheurs, dans un milieu où elles n’ont habituellement pas vraiment de légitimité pour répondre. Il y a ainsi un rapport de pouvoir entre chercheur et enquêté-e-s qui s’instaure, et qui reste malheureusement bien souvent hors-champ dans la recherche. Il faut que la recherche soit plus réflexive, à la manière du travail et de la présentation de Mathieu Trachman.

Judy Minx
Judy Minx

Puis elle revient sur deux aspects de la présentation du sociologue. Dans un premier temps, elle se montre surprise que la notion d’« industrie » pornographique ne soit jamais été évoquée, alors qu’elle semble plus appropriée pour mettre l’accent sur le moment du travail. Elle permet notamment d’éclairer le processus de désexualisation qui n’est pas seulement fait par le chercheur, mais aussi par le producteur et l’acteur ou l’actrice, qui met à distance la pornographie en se disant que « ça fait partie du travail, de l’industrie », tout en ne pouvant pas complètement désexualiser les situations toutefois, sous peine de ne pas pouvoir tourner. Et le fait de considérer le cinéma pornographique comme une industrie permet aussi de mieux expliquer comment il norme la sexualité qu’il représente, dans la mesure où l’idéologie du marché entretient l’illusion que la sexualité pornographique « répond à la demande ». Mais comme pour l’exemple du chercheur développé par Mathieu Trachman, ce rapport est toujours compliqué et troublé.

Dans un deuxième temps, Judy Minx revient sur l’homosexualité dans le champ de la pornographie hétérosexuelle, en discutant le point de vue exprimé par Mathieu Trachman précédemment. Elle indique ainsi qu’en tant qu’actrice, elle a régulièrement à défendre la distinction entre son corps public et son corps privé aussi bien face à des hommes que des femmes, aussi bien face à des hommes homosexuels que face à des femmes hétérosexuelles – et donc pas seulement face à des hommes hétérosexuels ou des femmes homosexuelles. Elle n’est donc pas sûre que les actrices qu’a rencontrées le sociologue pensaient nécessairement que l’homosexualité des hommes les protègeaient. Sur les tournages et dans le milieu pornographique hétérosexuels, l’homosexualité est peut-être un objet de trouble plus grand qu’on ne le pense, qu’il y a sans cesse le besoin de mettre à distance, souvent par la dérision.

Béatrice Damian-Gaillard : « Une fille qui n’est pas du métier »

L’intervention de Béatrice Damian-Gaillard nous a permis de voir une autre manière d’aborder le terrain de la pornographie, cette fois-ci du point de vue d’une chercheuse plutôt que d’un chercheur, montrant que dans le rapport de pouvoir entre les enquêté-e-s et en l’occurrence une enquêtrice, d’autres facteurs rentrent en compte, tels que le genre.  Béatrice Damian-Gaillard a effectué un travail d’enquête de deux ans sur la presse pornographique hétérosexuelle masculine. Elle a pris cet objet illégitime et y a appliqué les principes de la sociologie du journalisme, des médias et du genre. Pour la femme qu’elle est, il s’agit alors de traverser le miroir afin de se demander comment les corps féminin sont perçus dans une telle industrie.  Pour cela, l’enquêtrice avait fait le choix de ne pas affirmer sa sexualité, ce qui pousse les enquêtés-e- à la requalifier sans cesse.

Béatrice Damian-Gaillard
Béatrice Damian-Gaillard

Bien que la chercheuse bénéficie d’une « présomption de distance », à la fois en tant qu’universitaire et en tant que femme qui ne pourrait pas être excitée par du porno pour homme, il est impossible de faire comme si l’appartenance genrée n’existait pas. Cela amène l’enquêtrice à réfléchir à sa présentation face à l’enquêté-e, afin d’enlever les signes qui pourraient accentuer une dimension érotique sans la désexualiser entièrement : en découlent la question de l’effet des poses, du maquillage ou encore des choix d’habillement dans la construction de la situation d’entretien. Ce processus de présentation face à l’enquêté-e est important, car il influence la manière dont celui-ci va se définir par rapport à l’enquêtrice : soit en cherchant à identifier les désirs de celle-ci, soit en les mettant à distance à travers une stigmatisation de la pornographie, associée alors à une sexualité populaire et méprisée. L’enquêtrice bien souvent va être assimilée à « une fille qui n’est pas du métier », face à laquelle les enquêteurs déploient des tactique de « protection », en présentant son accès à l’espace de la pornographie, et notamment aux plateaux de tournage, comme un risque.

Mais la tactique la plus forte consiste, en particulier pour les enquêtés masculins (acteurs, réalisateurs, producteurs), à essayer de « corporiser » l’échange. Béatrice Damian-Gaillard explique ainsi l’importance de la déjouer à travers la maîtrise des mimiques et des expressions, et à travers la mise en place d’échanges académiques, reposant sur des cadres d’analyse précis tels que des modèles économiques ou la division du travail,  montrant ainsi que l’on prend au sérieux l’objet de recherche. Elle insiste également sur la variabilité de la frontière entre l’intime et le professionnel. Pour les enquêtés, parler de questions financières et économiques est beaucoup plus intime que parler de sexualité, et ils sont déstabilisés qu’une femme puisse maîtriser ces logiques industrielles, économiques. Bien préparer son terrain, autant par une bonne connaissance des modes de présentation que du travail des enquêtés permet à la chercheuse d’objectiver l’échange et de reprendre une position dominante.

Après ces présentations qui ont permis de faire dialoguer trois manières d’aborder le travail pornographique, le public nombreux a permis d’engager un débat animé, notamment sur la pornographie de manière plus générale, sur les processus de désexualisation mis en œuvre dans ces travaux, sur la place des femmes non actrices face à la pornographie hétérosexuelle masculine et sur le travail de légitimation du cinéma pornographique. Ces échanges ont pu montrer que c’est en prenant des angles sociologiques précis et rigoureux, tels que celui de la sociologie du travail ou de la sociologie des médias, que le chercheur dépasse les prénotions et légitime son objet et sa recherche.

Judy Minx, Mathieu Trachman et Béatrice Damian-Gaillard
Judy Minx, Mathieu Trachman et Béatrice Damian-Gaillard

Autour de Langlois et Seignobos : Gérard Noiriel, Antoine Prost, et Claire Zalc sont les invités du séminaire « Re/lire »

Par Nicolas Bonnard

A l’occasion de la réédition par la Bibliothèque Idéale des Sciences Sociales (Bi2S)  de deux ouvrages anciens, l’Introduction aux Sciences sociales  de Charles Seignobos et Victor Langlois (1897) et La méthode historique appliquée aux sciences sociales (1901) du même Seignobos, le séminaire « Re/lire les sciences sociales » va avoir le plaisir d’accueillir Gérard Noiriel, Antoine Prost – auteurs des préfaces de ces nouvelles éditions – et Claire Zalc – responsable de la série « Histoire » de la Bi2S. La séance aura lieu le lundi 17 février de 13h30 à 16h à l’ENS de Lyon, 15 parvis René Descartes, salle 104.

Charles Seignobos et Victor Langlois sont des chefs de file de l’école méthodique, qui vise à l’objectivité de l’histoire en appliquant des techniques rigoureuses à l’inventaire des sources et la critique des documents. Les ouvrages dont il est question s’inscrivent dans cette lignée. De plus, ils paraissent à un moment d’institutionnalisation universitaire de l’histoire. A ce titre, l’objectif est également de légitimer celle-ci en tant que discipline. La méthode qui est exposée a été largement critiquée par l’école des Annales, et garde encore aujourd’hui mauvaise presse chez beaucoup d’historiens.  Pourquoi les rééditer et en parler aujourd’hui ? Les trois invités du séminaire ont pour point commun, outre leur profession d’historien, d’avoir réfléchi et écrit sur la manière de faire l’histoire. Leur contribution aux rééditions des ouvrages de Seignobos et Langlois nous invite à relire et repenser leur travail. Il ne s’agit pas ici de montrer seulement l’apport essentiel qu’ont eu ces travaux dans la construction de la discipline historique, de les considérer eux-mêmes comme des documents historiques, déjà quelque peu poussiéreux et dépassés. Il s’agit de voir pourquoi ces travaux sont encore utiles à l’historien, en quoi ils sont encore d’actualité.

Les préfaces d’Antoine Prost et Gérard Noiriel soulignent la pertinence d’une telle relecture. Ils rappellent comment les auteurs ont écrit dans un contexte de constitution de la science historique, animés par le souci de démontrer la scientificité de l’histoire, en se démarquant à la fois des disciplines plus théoriques, comme la sociologie, et des récits d’histoire « grand public ». Ce travail leur a valu de nombreuses critiques, les taxant de « positivistes », les accusant d’avoir « prôné une forme de connaissance empiriste, niant la construction du fait historique, ou d’avoir enfermé la discipline dans un corporatisme hostile à la philosophie » (G.Noiriel). La plupart de ces critiques sont infondées, et reposent sur une mauvaise lecture des textes. Cela ne leur ôte pas leurs défauts, mais amène à reconsidérer l’actualité de ces réflexions parues au tournant du siècle dernier. Ainsi, à condition de prendre autant de précautions en lisant le travail des historiens qu’en lisant les documents, comme le préconisait Seignobos lui-même, le lecteur peut découvrir « l’ampleur, la modernité et l’importance de l’épistémologie » de ces auteurs (Antoine Prost).

Cette relecture de Seignobos et Langlois dépasse cependant le simple cadre historique. En définissant l’histoire comme un « procédé de connaissances » qui s’appuie sur des représentations du réel et non le réel lui-même, Seignobos dégage un point commun à toutes les sciences sociales, qui reposent sur des « observations indirectes ». En fixant les cadres de la méthode historique, les ouvrages portent une réflexion sur la méthode à utiliser dans les sciences sociales quelles qu’elles soient.

C’est donc un public qui ne se limite pas seulement aux historiens qui est convié à la cinquième séance du séminaire « relire les sciences sociales » qui se tiendra le lundi 17 février ; toute personne s’intéressant aux sciences sociales est invitée à venir échanger avec Antoine Prost, Gérard Noiriel et Claire Zalc.

Informations pratiques pour assister au séminaire :

http://www.liens-socio.org/Reinventer-la-science-historique

Gérard Noiriel :

Historien, directeur d’études à l’EHESS et membre de l’IRIS (EHESS), Gérard Noiriel a travaillé sur l’histoire de l’immigration en France (Le creuset français, 1988 ; Population, immigration et identité nationale en France (XIX-XXème siècle), 1992) ainsi que sur l’histoire ouvrière (Les ouvriers sidérurgiques et les mineurs de fer du bassin de Longwy-Villerupt (1919-1939), 1984). Il a également développé une réflexion sur les questions interdisciplinaires et l’épistémologie en histoire, notamment avec la publication de Sur la « crise de l’histoire » (1996) où il explore les débats, les conflits suscités par la discipline historique ainsi que la naissance du métier d’historien aux XIXèmes et XXèmes siècles.

Antoine Prost :

Historien, professeur émérite à l’université Paris 1 et membre du Centre d’histoire sociale du XXe siècle, Antoine Prost étudie la société française du XXème siècle selon les groupes, les institutions, les mentalités. Ses travaux portent en particulier sur les anciens combattants (Les Anciens Combattants et la société française (1914-1939), 1977) et les questions d’éducation (L’enseignement en France (1800-1967), 1968 ; Education, société et politique. Une histoire de l’enseignement en France, de 1945 à nos jours, 1992). Il mène également une réflexion historiographique, en particulier avec Douze leçons sur l’histoire (1996), où il montre l’influence de l’ancrage socio-institutionnel de l’historien sur ses travaux, démonte clairement les étapes de la méthode historique et s’interroge sur le métier d’historien.

Claire Zalc :

Historienne, chargée de recherches au CNRS et membre d’Institut d’histoire moderne et contemporaine (IHMC), travaille sur l’immigration en France au XXème siècle  (Melting Shops. Une histoire des commerçants étrangers en France, 2010 ;  Petites entreprises et petits entrepreneurs étrangers en France, 19e-20e siècles, avec Anne-Sophie Bruno, 2003). Ses recherches portent aussi sur la Shoah (Face à la persécution. 991 Juifs dans la guerre, 2010 ; direction de Pour une micro-histoire de la Shoah (2013) avec Tal Bruttmann, Ivan Ermakoff et Nicolas Mariot). Parallèlement, elle mène une réflexion sur les manières de faire et dire l’histoire : elle a publié avec Claire Lemercier Méthodes quantitatives pour l’historien (2008) où elle explore les raisons et l’utilité de telles méthodes à l’heure de l’informatique tout en revenant sur l’histoire de l’utilisation des statistiques par les historiens.