Regarder le péri-urbain : compte rendu de la séance du séminaire « Re/lire » avec Jacques Levy et Eric Charmes (26 janvier 2015)

Par Tess Gagnage, Margaux Lavernhe et Diane Beduchaud

La séance du 26 janvier 2015 du séminaire « Re/lire les sciences sociales » accueillait Jacques Levy et Eric Charmes pour un dialogue autour des espaces péri-urbains et de leur contribution à la montée du vote pour le Front national. Jacques Lévy est géographe et urbaniste, professeur à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, directeur du laboratoire Chôros, et auteur notamment de Réinventer la France (Fayard, 2013) et du Dictionnaire de la géographie (avec Michel Lussault, Belin, 2013). Eric Charmes est chercheur en études urbaines, membre du laboratoire « UMR 5600 Environnement Ville Société » dont il dirige l’équipe « Recherches interdisciplinaires Ville Espace Société » à l’ENTPE. Il est notamment l’auteur de La ville émiettée (Puf, 2011).

I. Le périurbain : enjeux de définition et liens avec le vote FN, l’analyse de Jacques Levy

Jacques Lévy ouvre la séance et précise que ce n’est pas la première fois qu’il est invité à débattre avec Eric Charmes, dès lors cette séance s’annonce davantage comme un «numéro de duettistes plutôt que de duellistes » selon ses termes. Un des points importants de leurs débats précédents concerne le rôle de l’espace. Pour Jacques Lévy il ne s’agit pas d’une différence entre sociologue et géographe, mais de courants spécifiques qui accordent à l’espace des statuts théoriques et explicatifs variés. L’idée force de J. Lévy est que « l’espace compte » et dans ce sens il faut consacrer une réflexion autonome à l’espace et à la spatialité. De fait la question de l’espace ne se limite pas aux questions de la recherche, mais est aussi présente dans le politique et l’actualité. L’attentat contre Charlie Hebdo à Paris (le 7 janvier 2015) est entre autres un  sujet qu’il faudrait étudier dans le sens de la configuration spatiale, en posant la question de l’existence de ghettos, d’un « apartheid ».

IMGP0993-copie
Jacques Lévy

Ensuite J. Lévy aborde le concept de gradient d’urbanité, qu’il définit comme un enjeu social majeur, dans une société quasiment urbanisée. D’après J. Lévy la France se présente comme un archipel d’aires urbaines et en cela le périurbain fait partie de l’urbain. En ce sens son opinion est proche de celle d’Eric Charmes. Après ces quelques définitions, J. Lévy engage la discussion et revient sur le terme même de périurbain, qui n’est pas un concept « très puissant » selon ses mots car il s’appuie sur une nomenclature empiriste qui se définit par la négative : le périurbain serait de l’urbain non géographiquement continu. Mais cette définition pose problème, car elle laisse penser que ce qui est morphologiquement continu constitue un tout, or rien n’est moins sûr. Il s’agit donc d’une définition qui s’appuie sur une strate historique de l’évolution urbaine. De plus cette notion n’est pas universelle, ainsi aux Etats-Unis on préfère la notion de suburbia (banlieue).

Il faut bien comprendre que pour J. Lévy, l’action crée l’environnement, certes l’espace préexiste à l’action mais l’environnement influe sur l’action tout comme l’action peut changer l’environnement. Ce sont donc les périurbains qui fabriquent le périurbain. Il faut aussi voir qu’il y a plusieurs périurbains dans notre société qui se caractérise par le choix. De fait le choix du lieu de résidence est l’objet d’arbitrages où entrent en jeu la localisation, la taille du logement, etc. La composante intentionnelle est très importante. Dès lors il n’y a pas un mais des périurbains.  Ainsi aux limites de la banlieue et du périurbain on trouve ce que J. Lévy appelle « l’anneau des seigneurs » : un anneau de hauts revenus qui chasse les périurbains plus modestes dans le rural plus profond.  Dès lors l’étude du vote lepéniste doit prendre en compte ces différences.

2. Le poids du social : la discussion d’Eric Charmes

Pour traiter la question de l’urbanité, Eric Charmes commence par rappeler le modèle de Schelling (La tyrannie des petites décisions, Paris, Presses universitaires de France, 1980) : partant d’une situation de départ où des entités de deux couleurs différentes (rouge et vert) sont réparties aléatoirement sur un territoire, il avait montré qu’il suffisaient que ces entités recherchent simplement des voisinage comportant une certaine proportion d’entité de la même couleur pour parvenir au bout d’un certain temps à une séparation quasi-totale des deux couleurs sur le territoire. Cela veut dire que même si les individus ont une forte tolérance, l’addition itérative des choix résidentiels aboutit à des ségrégations.

Eric Charmes
Eric Charmes

La théorie du gradient d’urbanité  pose comme principe que la ville est le lieu de la diversité où se produit un grand brassage qui favorise une forme d’ouverture  à la différence. L’urbanité  au sens physique du terme serait donc maximale dans les centres urbains par opposition aux villages ruraux, ou au périurbain. Aujourd’hui ce qui semble ressortir pourtant c’est  un vote déterminé par le social plus que par l’espace, sans bien sûr que l’espace soit totalement neutre.

Charmes reprend le cas de Châteaufort exposé dans l’article qui avait alimenté la discussion avec Jacques Lévy. Ce village aisé du plateau de Saclay proche d’un parc naturel régional dispose d’un bon accès aux équipements urbains et de ressources importantes. En termes de vote on trouve 6,9 % pour Le Pen au premier tour de l’élection présidentielle, et 15 % pour Bayrou. Cette étude de cas a été réalisée en contrepoint d’une autre étude qui porte sur le IXème arrondissement de Paris, rue des Martyrs. Les résultats montrent d’abord que vivre à Châteaufort ne signifie pas rejeter la ville, au contraire beaucoup d’habitants s’y rendent régulièrement. Les entretiens révèlent surtout un rejet de la minéralité et une volonté de contrôle social et une recherche de l’entre-soi, tout en partageant au quotidien l’expérience du transport en RER avec des populations différentes (notamment les habitants de Trappes). Au contraire, l’étude menée dans le IXème arrondissement de Paris lui permet de formuler l’hypothèse que le fait de vivre dans une zone centrale n’implique pas pour autant un rapport très intime à la diversité ou à l’altérité : prime au contraire dans les quartiers centraux une sociabilité sélective, les relations sociales les plus significatives se faisant entre homologues sociaux. Mais pour Jacques Lévy, vivre dans un quartier central (par exemple le IXème arrondissement de Paris), donc être davantage confronté à l’altérité, a priori, entraînerait pourant des pratiques nouvelles

3. Primat du social ou du spatial ?

Le débat a été lancé autour de la question des facteurs : peut-on considérer, en effet, que Jacques Lévy fait primer le facteur spatial quand Eric Charmes, peut-être, fait primer le facteur social dans l’explication des votes ? Le premier a répondu ne pas croire à une approche factorielle du monde, selon lui « improductive en sciences sociales », en ce que le monde social n’est pas régi par des variables, mais bien par les acteurs qui seuls détiennent une force d’action sur le réel. Il a insisté sur une exigence qui le rapproche d’E. Charmes, celle d’une sociologie fine, sophistiquée, et qui ne se laisse pas enfermer dans les catégories élémentaires, estimant cependant que ce qui les distingue c’est bien effectivement que pour lui, « le spatial est entièrement dans le social », quand E. Charmes a pour point de départ les rapports sociaux.

Jacques Lévy est ensuite revenu sur l’étude de cas proposée par E. Charmes. Il discute le choix, pour étude de type qualitatif, d’une commune dont la population a des revenus élevés, en ce qu’elle n’est pas une cible privilégiée du FN puisqu’elle a une forte capacité d’arbitrage, contrairement à des populations appartenant plutôt au bas de la classe moyenne. Le choix de Châteaufort n’était donc pas le plus pertinent ou le moins partisan. Contre l’idée du cas par cas, il défend pour sa part l’idée d’une complexité, dont il faut accepter qu’on ne pourra pas la « découper ». Les individus ont évidemment une capacité à se fabriquer des pratiques, et ne sont pas prisonniers du lieu de résidence. Du fait de cette complexité, l’approche qualitative ne permet pas de sortir du cas par cas, et « de temps  en temps, il est intéressant d’étudier les masses, de revenir au processus ». Reprenant son concept central de gradients, il explique que, de même qu’entre riches et pauvres, il y aurait des différences dans des domaines où le choix s’exerce (le logement par exemple), et que donc le choix spatial a un rapport avec la stratégie et les choix politiques.

4. Le débat

A l’occasion du débat avec les participants du séminaire, l’attention s’est portée à nouveau sur la question des facteurs ; il a été demandé à J. Lévy si, tout en rejetant une approche strictement factorielle, il n’était pas en train de chercher un facteur explicatif tel que l’éloignement ou la distance au centre, et si les outils moins réducteurs ou d’autres types d’analyses étaient envisageables. Pour J. Lévy, il n’y a pas de variables qui existeraient comme des choses indépendantes des gens ; ce n’est pas la distance qui crée en soi le vote, ni même le revenu. Eric Charmes a pour sa part insisté sur l’importance du contexte local dans l’émergence des rapports au politique. Le vote FN ne peut pas être strictement déterminé par le caractère périurbain, puisque, comme on le voit, il y a nécessité de mettre en valeur l’existence de périurbains, au pluriel. Gressy et Châteaufort par exemple sont des communes périurbaines très proches, mais leurs caractéristiques propres sont suffisantes pour créer des suffrages très variables en faveur du FN (15 % à Gressy contre 6,9 % à Châteaufort).

Il a également été souligné que le poids de la distance n’était univoque, et que jouait également la question des revenus dans la complexification du faisceau explicatif des votes. J. Lévy a également tenu à revaloriser la place du choix de l’agent : s’endetter pour avoir une maison est en effet un acte fort. E. Charmes ajoute que des ménages s’installent dans le périurbain pour d’autres motifs (accès à la propriété, environnement) mais que le marché immobilier est ainsi fait qu’ils sont dépendants de la voiture, et que la voiture coûte cher pour des ménages qui sont moins soutenus par les politiques publiques, concluant que le choix politique dépend non pas seulement de valeurs, mais de situations.

Anne-Sophie Clémençon, historienne des formes urbaines, est intervenue pour insister sur la multiplicité des sens que l’on peut donner à l’espace, et qui comprend notamment une forte dimension esthétique, ne se réduisant pas à une simple distance centre-périphérie. On choisit un type d’habitation, on choisit un logement ancien ou récent, on produit se faisant des formes relatives à des goûts, des cultures, des possibilités financières très divers. Les deux intervenants ont totalement approuvé cette nuance. J. Lévy a rappelé que le spatial étant social, il est également immatériel, idéel, et comprend la fabrication d’un « modèle désirable d’habiter ». Se dégager de l’approche factorielle, c’est précisément chercher à réinvestir une dimension d’intentionnalité. E. Charmes a quant à lui repris l’exemple de deux communes périurbaines tout à fait analogues, mais dont l’appréciation qualitative (à travers des photographies) révèle une différence capitale, à savoir dans l’une des deux la visibilité des lignes électriques.

Enfin, il a été question de l’existence ou non d’une spécificité du périurbain français, dans un contexte historique et économique particulier, qui est celui de prix très élevés de l’immobilier dans les centres-villes. E. Charmes a évoqué la particularité française de la fragmentation communale, qui tient à l’existence de nombreuses petites communes ayant un pouvoir politique à l’échelle locale, par opposition aux Etats-Unis notamment où cette maîtrise sur l’espace occupé est beaucoup moins vraie. J. Levy a quant à lui souligné que « dans le monde, les idéologies anti-urbaines ne sont pas distribuées de façon égale », l’attractivité de la ville, et par conséquent de la campagne, dépendant notamment de l’ancienneté de l’urbanisation : aux Pays-Bas, où l’urbanisation est ancienne, le périurbain est tout autre chose que ce qu’il est en France, qui est restée plus longtemps rurale.

 

Marcel Roncayolo, invité du séminaire « re/lire » en décembre

Par Eric Verdeil1

La Bibliothèque idéale des Sciences Sociales est un projet animé par l’équipe de Liens Socio à l’ENS de Lyon, visant à rééditer en ligne des classiques des sciences sociales, grâce au programme OpenEdition Livres. Dans le programme de cette année figure la réédition de L’Imaginaire de Marseille. Port Ville Pôle, publié en 1990 par la Chambre de Commerce de Marseille et épuisé.

Cet ouvrage, relativement peu connu, représente pourtant un jalon essentiel dans l’œuvre du géographe et historien de l’urbain marseillais. Il y développe des orientations de recherche énoncées dans sa thèse, offrant ce qui constitue à mon sens un des premiers travaux de géographie culturelle en France, même si Roncayolo n’est jamais perçu comme un membre de ce courant. Par ailleurs, ce travail préfigure également toute une réflexion développée par les “urbanistes” autour de l’imaginaire et des référentiels de l’action urbaine.

Ce sont en tout cas ces idées que je discuterai avec Marcel Roncayolo, qui nous fait l’honneur de sa présence, lors d’un séminaire Re/Lire les Sciences sociales qui se tiendra le 10 décembre à l’ENS de Lyon (13h30-16h) : voir ici pour les modalités pratiques.

D’autres billets concernant Marcel Roncayolo sur ce carnet :

  1. Ce billet a été initialement publié sur son carnet, à l’adresse suivante : http://rumor.hypotheses.org/2837. []