Bourgeoisie et distinction sociale

La conférence du 18 janvier 2016, organisée dans le cadre du séminaire « Re/lire les sciences sociales », donnait la parole à Michel Lallement et Anaïs Collet. Sociologue spécialiste du travail, Michel Lallement a récemment publié Logique de Classe. Edmond Goblot, la bourgeoisie et la distinction sociale, un ouvrage dans lequel il retrace le parcours biographique d’Edmond Goblot, philosophe spécialiste de logique du début du XIXe siècle et contemporain d’Émile Durkheim. Il est par ailleurs l’auteur du célèbre ouvrage La Barrière et le Niveau, étude sociologique sur la bourgeoisie qui a contribué à fonder la sociologie des classes sociales. Au travers de cette biographie, Michel Lallement s’interroge sur les conditions de production de l’œuvre de Goblot et en propose une relecture. Également sociologue, mais spécialiste de sociologie urbaine et de sociologie des classes sociales, Anaïs Collet, la seconde intervenante, a récemment publié Rester Bourgeois. Les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction. Cet ouvrage rend compte des stratégies de gentrification d’ancien quartiers populaires par les nouvelles classes moyennes venues s’y installer.

La Barrière et le Niveau à l’aune de ses conditions sociales de production (Michel Lallement)

La conférence a été ouverte par Michel Lallement, qui a présenté son intervention comme une réflexion de sociologie du travail et d’épistémologie de la sociologie, dont l’objectif est de mettre en lumière les conditions de production de la connaissance, conçue comme production de l’esprit. En cela, Michel Lallement se positionne bien en sociologue du travail : la philosophie et la sociologie sont pensées comme des constructions sociales nées d’un travail de pensée et d’écriture, au même titre que n’importe quelle autre production, les conditions de cette production devant donc être interrogées. C’est dans cette perspective qu’il a présenté les résultats de sa recherche, en mettant en lumière quatre points essentiels pour comprendre l’œuvre d’Edmond Goblot.

Dans un premier temps, Michel Lallement s’est intéressé à l’enfance de Goblot et à son milieu d’origine : Edmond Goblot est originaire d’une famille petite bourgeoise qui profite fortement de la mise en place de l’administration républicaine, dans laquelle le père d’Edmond fait carrière pour s’élever socialement. Cette dernière se caractérise par un fort principe de solidarité entre membres, qu’il s’agisse de solidarité matérielle (prêts d’argent, cours à distance) ou d’un appui prenant la forme du conseil ou de l’encouragement. Il faut également souligner la prédominance accordée à la réussite scolaire, pour les filles comme pour les garçons, laquelle incite les enfants à faire des études et à travailler dur pour s’élever socialement. Dans un deuxième temps, Michel Lallement est revenu sur le parcours scolaire et la carrière d’Edmond Goblot, bon élève, qui entre à l’ENS de la rue d’Ulm après trois ans de préparation, et y rencontre Henri Bergson (issu de la promotion précédente) ainsi qu’Émile Durkheim, son condisciple. Il bénéficie par la suite de l’augmentation du nombre de postes d’enseignants et entre dans la fonction publique pour y faire carrière en tant que professeur de lycée, puis de faculté. Son parcours scolaire et sa carrière sont typiques de ceux d’une génération d’enseignants qui profitent des bienfaits de la IIIe République, bien que sa carrière ait été plus lente et moins brillante que celle de la plupart de ses condisciples de Normale. En 1898, il réussit une thèse sur la classification des sciences.

Les troisième et quatrième points soulevés par Michel Lallement concernent le parcours intellectuel de Goblot. D’une part, la pensée de ce dernier ne peut être comprise qu’au travers du prisme du débat entre positivisme et spiritualisme qui divise les philosophes de l’époque. En effet, sa socialisation familiale et son parcours scolaire puis professionnel l’orientent plutôt vers le positivisme, ce qui se l’amènera à abandonner ses idées religieuses, à entreprendre des études de médecine et à faire une thèse sur la classification des sciences. Mais cette inclination pour le positivisme est rapidement contrebalancée par l’influence qu’ont sur lui ses maîtres en philosophie, à l’ENS notamment, presque tous spiritualistes. Ce dilemme intellectuel a marqué toute son œuvre intellectuelle et constitue un élément décisif pour comprendre La Barrière et le Niveau – ouvrage mêlant philosophie et sociologie dans une logique interdisciplinaire positiviste, mais qui demeure néanmoins héritier de la logique aristotélicienne, en vogue chez les spiritualistes. D’autre part, Michel Lallement s’est intéressé à la thèse de Goblot, dans laquelle ce dernier défend un point de vue très hétérodoxe et fortement positiviste : selon lui, toutes les sciences suivent la même évolution historique, elles sont d’abord inductives, puis montent en généralité et ainsi acquièrent progressivement le statut de science hypothético-déductive. Toutes les sciences commencent donc par s’appuyer sur l’observation et l’expérience et sont donc soumises à des représentations du monde qui sont le produit d’une activité collective. De ce fait, la sociologie est supérieure à toutes les autres sciences, y compris la logique même, qui n’en sont que des ramifications. On comprend mieux alors l’intérêt de Goblot pour la sociologie et l’existence d’une œuvre comme La Barrière et le Niveau.

L’étude de parcours de Goblot permet ainsi de comprendre les conditions de production de La Barrière et le Niveau, ouvrage de sociologie sur la bourgeoisie, écrit par un logicien lui-même bourgeois mais héritier d’une « bourgeoisie de capacité » faiblement dotée en capital économique, qui s’élève grâce à la méritocratie républicaine.

Cette étude des conditions sociales de production de La Barrière et le Niveau permet à Michel Lallement de proposer, dans la dernière partie de son intervention, une relecture de cette œuvre affranchie de l’héritage bourdieusien. En effet, le chercheur voit dans l’ouvrage de Goblot une application à la bourgeoisie des principes de classification de la logique et plus spécifiquement des thèses qu’il a défendues dans son Traité de Logique : la bourgeoisie justifie son existence en tant que classe sociale en produisant un discours de classification des attitudes, goûts, manières d’être entre ce qui est bourgeois et ce qui ne l’est pas ; or cette classification est fondée sur une série de paralogismes, c’est-à-dire de raisonnements faux.

Deux types de paralogismes sont mis en avant : d’une part, le « paralogisme de critère », qui articule des formes de jugements de niveaux différents pour produire des critères d’appartenance à la bourgeoisie. Par exemple, un bourgeois se doit d’être original dans sa manière de s’habiller pour se distinguer du peuple (théorie de la barrière entre les deux classes sociales), mais il ne doit pas être original et s’habiller comme ses pairs (théorie du niveau, de la similitude entre tous les membres d’une même classe sociale) ; ce raisonnement articule comme égales une proposition au niveau collectif (l’ensemble des bourgeois doit se distinguer de l’ensemble du peuple) et une proposition au niveau individuel (le bourgeois doit s’habiller comme les autres membres de sa classe sociale), d’où la contradiction de la proposition selon laquelle il faut à la fois être original et ne pas l’être.

Le second type de paralogisme est appelé « paralogisme de jugement » ; il s’agit là d’un raisonnement articulant types différents de jugement. Par exemple, l’idée selon laquelle les dépenses inutiles permettent de fonder la bourgeoisie s’appuie sur le raisonnement selon lequel le paraître vaut davantage que l’être, ce qui est un jugement d’expérience. D’autre part, la richesse apparente reflète la valeur sociale, ce qui constitue un jugement de valeur. Le critère des dépenses inutiles est donc imposé comme découlant logiquement de l’essence même de la bourgeoisie et est imposé comme tel, alors qu’il s’agit en fin de compte d’un critère socialement défini et imposé par une classe à l’ensemble de la société comme moyen de la définir. Ainsi, la bourgeoisie fonde son existence en tant que classe sociale, mais aussi l’ensemble de ses critères d’appartenance sur une série de paralogismes qu’elle fait reconnaître comme logiquement valables, et donc indiscutables, par l’ensemble de la société.

Nouveaux « bourgeois » et stratégies de distinction inédites : le processus de gentrification (Anaïs Collet)

L’intervention de Michel Lallement a été suivie par celle d’Anaïs Collet, qui a présenté son ouvrage Rester Bourgeois. Les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction, dans lequel elle présente les stratégies des nouvelles classes pour se distinguer et acquérir le statut de nouvelle bourgeoisie. Elle a évoqué en particulier son travail dans le Bas-Montreuil, effectué dans les années 2000, au moment où la gentrification du quartier était la plus intense et où les stratégies de distinction étaient les plus visibles.

La population enquêtée pour sa recherche fait partie des « nouvelles classes moyennes » caractérisée par les médias à ce moment-là de « bobos » (« bourgeois bohèmes »), terme à la mode et omniprésent. Elle se caractérise par des revenus moyens, la possession d’un petit patrimoine économique lui permettant de devenir propriétaire à Montreuil et une dotation substantielle mais ambiguë en capital culturel. En effet, nombre de ses enquêtés ont fait des études supérieures, peu brillantes et souvent décousues (années hors du système scolaire, bifurcations), majoritairement dans les domaines de l’art et des sciences humaines et sociales, et un grand nombre d’entre eux travaillent dans le milieu artistique. Cette population se caractérise également par une surreprésentation des individus en ascension sociale ou déclassés par rapport à leur milieu d’origine ; on trouve notamment un grand nombre de couples mixtes avec un ascendant et un descendant. La plupart des individus interrogés refusent l’étiquette de « bourgeois », associée dans leurs représentations à la grande bourgeoisie de l’ouest parisien, et se reconnaît au contraire dans le terme « bohème ». Il ressort de l’enquête que l’installation à Montreuil constitue d’abord un choix de raison imposé par des revenus et un patrimoine ne permettant pas de devenir propriétaire à Paris. La sortie de Paris intra muros est généralement mal vécue dans un premier temps et s’apparente à un déclassement, les banlieues étant l’objet d’une stigmatisation et d’un amalgame avec les quartiers sensibles.

Après avoir présenté son enquête, Anaïs Collet a présenté une partie des résultats de celle-ci, en particulier le processus de gentrification. Il s’agit d’un processus de reclassement économique et symbolique du quartier, qui passe par une réhabilitation du quartier en termes de structures et d’habitations (rénovation des logements, transformation des anciennes usines désaffectées) et en termes de représentations (perception du quartier comme « bobo » et plus comme « quartier sensible »). Ce processus de reclassement n’est permis que par l’implication des individus, appellés « gentrifieurs », au travers de choix résidentiels, de la manifestation quotidienne de leurs préférences et de leurs habitudes de vie. Deux phénomènes sont donc à l’œuvre dans cette réhabilitation : la transformation des regards et les travaux de réaménagement des bâtiments anciens.

La réhabilitation du quartier passe d’abord par une nécessaire transformation du regard des habitants sur leur propre lieu de vie : d’abord perçu négativement, car associé dans la presse au « problème des banlieues », le Bas-Montreuil est décrit par les habitants comme un lieu dont on découvre petit à petit le « charme », le « calme », comme un morceau de « campagne » aux portes de Paris. Le travail de réhabilitation symbolique passe donc d’abord par les représentations des habitants eux-mêmes, qui investissent affectivement leur quartier puis incitent leurs connaissances à venir également s’installer dans le quartier et à participer au même processus de reclassification. Le second versant du processus se caractérise par une transformation de l’habitat et des bâtiments : les anciennes usines et bâtiments industriels sont reconvertis en ateliers, en lieux de stockages ou en habitation, les maisons sont rénovées et redécorées. Le quartier devient ainsi à l’image du goût des habitants et reflète matériellement les valeurs et dispositions de cette nouvelle bourgeoisie artiste (mise en scène de soi et de ses goûts, travail manuel, refus du « prêt-à-consommer »). Enfin, l’afflux d’habitants appartenant à la classe moyenne et la valorisation du quartier par les habitants (notamment au travers d’articles de journaux ou de productions artistiques des journalistes et artistes locaux) conduit à une revalorisation du quartier dans la presse et dans les représentations communes, ce qui se traduit par une revalorisation économique et une hausse des prix immobiliers.

Questions de la salle

La dernière partie de la conférence a été consacrée aux questions. La première concernait la perception d’eux-mêmes qu’ont les « gentifieurs » du Bas-Montreuil et leur rapport au terme « bourgeoisie » ; Anaïs Collet a précisé en réponse qu’il existait aujourd’hui plusieurs bourgeoisies, et non plus une bourgeoisie unifiée comme à l’époque où écrit Goblot et que ses enquêtés se reconnaissaient dans un certain type de bourgeoisie et n’aspiraient pas à entrer dans la grande bourgeoisie de l’ouest Parisien. Elle a également précisé que ses enquêtés ne revendiquaient pas l’appellation «  bourgeois », mais se reconnaissaient plus facilement dans le terme « bohême ». La deuxième question, adressée à Michel Lallement, portait sur le rapport de Bourdieu à l’œuvre de Goblot, qui n’est pas explicitement citée dans ses ouvrages en dépit de la paternité par ce dernier du concept de distinction. En réponse, Michel Lallement a émis plusieurs hypothèses, la première étant que Bourdieu n’ait pas lu Goblot, ce qui semble assez improbable ; la deuxième hypothèse, celle précisément d’une volonté de distinction de Bourdieu qui ne cite pas toutes ses sources pour s’en démarquer. La troisième penche plutôt vers un décalage intellectuel : Goblot s’intéresse aux paralogismes contenus dans le discours bourgeois et à la manière dont ils s’imposent à tous, tandis que Bourdieu produit une sociologie des rapports sociaux qui s’attache à mettre en lumière les relations entre les différentes classes sociales. Enfin, une dernière question était adressée à Anaïs Collet à propos des difficultés rencontrées sur son terrain d’enquête, à laquelle elle a répondu en soulignant que la population des quartiers en cours de gentrification font preuve d’un désir fort d’évoquer leur expérience et leur quartier, enfin de faire évoluer les représentations sur ce dernier. Elle n’a donc eu aucune difficulté à recruter des enquêtés désireux de s’exprimer sur la question. 

Audrey Bister

La condition carcérale : regards croisés

     Ce mercredi 13 janvier 2016, le séminaire « Re/lire les sciences sociales » avait le plaisir d’accueillir Didier Fassin, pour discuter de son dernier ouvrage L’ombre du monde. Une anthropologie de la condition carcérale, avec Christine Barbier, Bruno Milly, et Jean Saglio. La prison était au cœur des discussions, en croisant les regards de l’anthropologue avec ceux d’un confrère, du représentant de l’association de la CIMADE de Lyon et d’une professionnelle, conseillère au Ministère de la Santé pour le secteur carcéral.

            Après deux courtes présentations, Didier Fassin prit la parole et articula son propos autour de deux points : le travail ethnographique et la violence carcérale, en s’appuyant sur la lecture préalable d’un long extrait de son ouvrage. L’auteur y présente sa rencontre, dans la maison d’arrêt où il a mené son enquête pendant quatre ans, avec un jeune homme, Corsaire de son nom de rappeur, vingt-sept ans, corps musculeux, borgne, respecté autant que craint, jouissant du privilège de voir ses droits moins bafoués que les autres détenus et pouvant circuler plus librement, peu de temps avant l’arrivée d’un « accident ». La première surveillante, désirant conforter son autorité, décide d’installer un co-détenu à Corsaire. Devant le refus de ce dernier de réintégrer sa cellule une fois le nouvel arrivant installé, les surveillants déploient la force et le conduisent en cellule d’isolement, en employant les grands moyens : renforts d’autres surveillants et équipements complets. Le directeur, apprenant les événements, déplore que la première surveillante ait voulu imposer ainsi son autorité, alors même qu’il appréciait Corsaire et venait tout juste de le convaincre de suivre une formation, premier pas vers une réinsertion.

            L’ensemble de l’extrait, situé au chapitre 7 – La violence, toujours recommencée, permet à Fassin de réfléchir à sa démarche ethnographique. En revenant sur l’étymologie du terme, il insiste sur les enjeux d’écriture propres à la démarche de restitution des évènements survenus sur le terrain. L’ethnographie ne peut être un discours d’autorité découlant d’une présence ; elle doit offrir une intelligibilité sensible à travers une écriture immersive. Ainsi, le lecteur doit parvenir à vivre, au moins en partie, l’expérience qu’a vécue l’ethnologue. La compréhension du monde carcéral ne peut passer que par cette empathie : l’écriture devient le vecteur de la connaissance si, et seulement si, elle parvient à donner vie à son sujet. L’enjeu est politique : le livre ethnographique réussi est une fenêtre sur des univers que nous méconnaissons malgré leur proximité. L’ethnographie n’est pas un travail de dévoilement, mais un travail de découverte des autres ; ainsi que de soi.

            L’extrait est révélateur de la relation humaine forte qui s’installe entre le chercheur et les hommes et femmes qu’il observe : la présence prolongée sur un terrain développe une double confiance, des observés envers l’observateur, et de l’observateur sur ses propres observations. La relation entre Corsaire et Didier Fassin ne fut pas spontanée : le second connaissait le premier bien avant que ne s’engage leur conversation, mais n’osait pas l’aborder, et ce n’est qu’au bout de la troisième année qu’il parvint à engager des conversations banales avec les détenus. La présence prolongée est également nécessaire pour comprendre la monotonie comme l’exceptionnel, lesquels ne se comprennent qu’au regard l’une de l’autre. Enfin, l’ethnographie ne peut se suffire à elle-même : si l’on veut comprendre les hommes, l’on ne peut s’enfermer dans une méthode ; les approches historiques, sociologiques, démographiques sont autant d’atouts dans la main du chercheur.

            L’histoire de Corsaire est intéressante à plus d’un titre : elle est révélatrice de la violence carcérale, laquelle ne se limite pas aux violences inter-individuelles qui, bien que spectaculaires et relayées largement par les médias, restent rares. La violence de l’institution est autrement plus brutale et insidieuse : moins évoquée, elle prive pourtant les détenus de leur dignité, depuis les fouilles à nu jusqu’aux douches dont l’accès est soumis à l’arbitraire des surveillants, en passant par les cellules partagées pour lesquelles n’existe pas même l’intimité des sanitaires. La prison punit bien plus qu’elle ne le prétend : elle n’est pas seulement un lieu de privation de la liberté, elle est une privation affective, sexuelle, de la dignité, de l’intimité, de l’autonomie.

            Cette violence carcérale n’est pourtant que la conséquence d’une première violence : la violence pénale. Alors que les crimes diminuent depuis trente ans, le nombre de détenus a explosé. Les délits mineurs sont de plus en plus punis, la violence pénale se tourne vers la consommation et le trafic de cannabis et les délits de la route, condamnant à la prison là où hier les coupables partaient avec une amende. Les peines planchers et l’application de peines anciennes à des individus libres renforcent la surpopulation carcérale. Le choc de l’incarcération, enfin, que les magistrats pensent positifs, augmentent encore les suicides et la désocialisation.

            Didier Fassin conclut finalement en nous posant deux questions : pourquoi punissons-nous ? Et comment ? La voie est ouverte pour une anthropologie du châtiment, déjà bien entamée par l’auteur.

            Vient le tour des intervenants. Jean Saglio commence par un éloge de l’ouvrage de Didier Fassin avant d’exprimer quelques réserves. En tant que membre de la CIMADE actif dans la prison de Corbas, Jean Saglio reproche à l’ouvrage d’analyser trop superficiellement les rapports de pouvoir au sein de la maison d’arrêt étudiée. Il suggère alors les limites d’une anthropologie trop peu participante, qui induirait l’omission des réalités vécues par les acteurs de cet espace.

            Il privilégie également une approche centrée sur le droit que délaisse l’ouvrage : la prison est un monde régi par le droit et de nombreux conflits sont en réalité des luttes pour la prédominance d’un niveau de droit sur l’autre. Ainsi du refus d’un directeur d’accorder l’encellulement individuel alors qu’il est un droit reconnu légalement à tout détenu : le droit qui confie la gestion de l’établissement au directeur l’emporte dans l’espace de la prison sur les droits dont peuvent se prévaloir les détenus.

            Didier Fassin se défendra d’avoir eu un regard limité en soulignant l’aspect partiel et partial de l’analyse de Jean Saglio : dans son activité associative, il n’a accès qu’aux détenus étrangers qui font la démarche de contacter la CIMADE, c’est à dire une petite minorité de détenus. Qui plus est, l’approche par le droit est très restrictive et tend à imposer une lecture scientifique des représentations des acteurs eux-mêmes, à imposer le regard du chercheur en restant peu attentif à la multiplicité des voix exprimées dans l’espace carcéral.

            Christine Barbier intervient en deuxième : après avoir souligné la qualité de l’ouvrage, elle s’attelle à une description de la santé en prison, depuis le constat déplorable d’une santé à la traîne jusqu’aux droits bafoués des détenus qui croupissent dans des prisons insalubres sans possibilité de soins décents, à l’encontre de la loi de 1994 accordant l’égalité de traitement entre le milieu libre et le milieu carcéral.

            Cependant, la prison n’apporte pas tant la maladie qu’elle ne l’accueille : les détenus sont majoritairement issus de milieux défavorisés, qui même libres n’avaient déjà pas accès aux soins, qui sont peu réceptifs à la prévention, et entrent en prison déjà malades. Pour certains, la prison devient l’occasion d’accéder aux soins. De plus, le Ministère de la santé est parvenu à améliorer la santé en prison depuis trois décennies, malgré les efforts immenses qu’il reste à réaliser.

            Mais si la santé est plus prise en compte, la construction de nouvelles prisons modernisées mais moins humaines, le vieillissement de la population carcérale avec la progression des maladies liées à l’âge, la mauvaise prise en compte des besoins psychiatriques d’un certain nombre de détenus et les difficultés financières soulèvent de nombreuses difficultés pour les années à venir.

            Bruno Milly achève les prises de parole des intervenants. Une fois encore, la qualité de l’ouvrage est soulignée. Confrère de Fassin, Bruno Milly s’interroge sur l’absence de construction d’idéaux-types dans l’analyse de Didier Fassin, et sur son passage d’observations micro aux analyses macro. Comment Didier Fassin est-il passé de son expérience de terrain à son anthropologie du châtiment ?

            En auteur, Bruno Milly souligne les choix d’écriture de l’ouvrage, lequel s’éloigne du ton académique, relègue les notes de bas de page à la fin et restreint fortement leur nombre. En rappelant le succès du précédent ouvrage de Didier Fassin : La force de l’ordre: Une anthropologie de la police des quartiers, il l’interroge sur le public qu’il cherchait à atteindre par son travail.

            Les réponses de l’enquêteur enquêté sont précises : Didier Fassin n’a pas établi d’idéaux-types pour ne pas alourdir ni durcir les distinctions et sombrer dans un déterminisme facile, en privilégiant les différenciations aux typologies. Son passage de la micro au macro s’appuie sur un travail de longue haleine, après plusieurs années sur un même terrain, qui permet de conforter ses analyses dans le temps et de formuler des hypothèses plus larges dès lors que le terrain ne les a jamais démenties. L’anthropologie du châtiment est le résultat de son ambition d’élaborer une ethnographie totale, en rupture avec l’hyper-spécialisation de certaines carrières universitaires. Enfin, Didier Fassin admet sans mal son intention avec cet ouvrage : se rapprocher du roman afin d’ouvrir la prison aux citoyens, de permettre à tous, et pas seulement à ses confrères et aux étudiants, de comprendre mieux la prison.

            La séance s’achève par les questions de la salle. Deux questions sont posées par des étudiantes : que peut-on faire des témoignages ? Qu’est-ce qui se sait sur chacun en prison ? L’anthropologue répond qu’il faut accueillir le témoignage et l’écouter, peu importe sa provenance. Le travail d’anthropologue consiste à recueillir tous les témoignages et les écouter avec la même attention. Quant à l’information en prison, elle se diffuse très rapidement, de manière officielle mais surtout officieuse : tout se sait, même mal.

            Puis, le président de l’association Renaître PJ2R, association d’anciens prisonniers, tient à apporter son analyse de première main sur l’univers carcéral. S’il reconnaît à l’ouvrage de Didier Fassin une grande qualité, il lui reproche cependant de ne pas considérer suffisamment les conséquences de son statut de chercheur dans ce que les surveillants lui ont donné à voir. Le racisme et la violence des surveillants existent, seulement ils ont su lui cacher. En tant qu’ancien prisonnier, le président de l’association a pu le constater directement. Dès lors, l’ouvrage sombre dans une description compassionnelle du personnel de la prison.

            Le président de l’association s’étonne également de l’ouverture de la prison que soulignait l’anthropologue : elle est au contraire un milieu fermé passé maître dans l’art de la dissimulation. Enfin, il insiste sur l’état déplorable de la santé en prison et reste dubitatif devant les progrès proclamés.

            Didier Fassin se défend pourtant de toute partialité, même involontaire : les détenus ont autant de place dans son ouvrage que les surveillants, et sa présence prolongée bien qu’intermittente, sur quatre années lui a permis de gagner la confiance de tous les acteurs de la prison, au point même qu’il s’est déjà retrouvé enfermé en cellule par inadvertance. Il reconnaît néanmoins qu’il ne pourra jamais savoir ce qu’est la prison d’expérience, dès lors qu’il n’est pas enfermé. Cependant, il espère avoir pu donner accès aux discours des surveillants comme des détenus. L’auteur nuance également l’absence de violence qu’il prêterait aux surveillants, en rappelant plusieurs extraits de son livre.

François Rulier

Graffitis modernes et contemporains

Compte rendu de la séance du 21 mars 2016 avec Charlotte Guichard et Bernard Fontaine.

Charlotte Guichard, chercheur au CNRS, était invitée par le séminaire « Re/lire les sciences sociales » pour présenter son récent ouvrage, intitulé Graffitis. Inscrire son nom à Rome, XVIe-XIXe siècle (Seuil, 2014). L’auteur y propose une courte étude des graffitis laissés sur des œuvres d’art célèbres par des artistes venus à Rome pour les admirer et les copier. Ces graffitis, objets jusqu’alors délaissés par l’histoire de l’art, sont à même de révéler toute l’épaisseur d’œuvres sans cesse réactualisées : ils sont appréhendés comme un « levier » méthodologique efficace pour contribuer au développement d’une approche anthropologique des œuvres, qui vise à étudier leur « vie sociale » plus que leur codification formelle et esthétique.

Bernard Fontaine, professeur d’arts plastiques, ex-graffeur et auteur de plusieurs ouvrages sur les graffitis, était invité à ouvrir la réflexion sur le développement de cette pratique à l’époque contemporaine. Le croisement entre une étude d’un type très particulier de graffitis à l’époque moderne et un panorama général du graffiti contemporain devait fournir des éléments pertinents pour poser sur cette pratique des questions communes à travers les époques, les lieux et les contextes sociaux.

Une « archéologie du rapport à l’art » par l’étude des graffitis

Dans son intervention, illustrée par la projection de nombreux graffitis, Charlotte Guichard a d’abord rappelé que l’idée de cette étude est partie d’un « choc », celui du constat que nombre d’œuvres canoniques, et notamment des fresques, n’ont pas l’apparence lisse et figée que véhiculent les livres d’art. Nombre d’entre elles sont striées de graffitis, souvent des noms gravés ou inscrits à la sanguine. Ces objets largement délaissés par l’histoire de l’art traditionnelle, qui privilégie une approche esthétique et formaliste des œuvres, invitent le chercheur à considérer plutôt ces dernières comme des « artefacts visuels » dotés d’une matérialité, d’une épaisseur sans cesse augmentée par les évolutions de leur « vie sociale », thème emprunté à l’anthropologue Arjun Appadurai. C’est aussi l’histoire du rapport à l’art que l’étude des graffitis laissés sur les œuvres permet de compléter. L’approche choisie est en rupture avec celle de la tradition panofskienne, esthétisante et formaliste, en laquelle Charlotte Guichard voit un développement de la théorie classique de l’art, fondée sur un idéalisme du « Beau » et définie à Rome au XVIIe siècle par des auteurs comme Giovanni Bellori. La focalisation sur les graffitis réalisés sur les œuvres correspond au contraire à une « approche pragmatique, soucieuse du geste et de la matérialité ».

Les graffitis réalisés par des artistes sur des fresques qu’ils sont venus admirer ou copier procèdent d’un rapport bien particulier aux œuvres d’art. Pour comprendre les graffitis dans leur historicité, Charlotte Guichard a rappelé qu’il était nécessaire de se défaire d’une approche morale qui prévaut souvent, et qui les associe traditionnellement à une volonté de rupture, de transgression et de vandalisme. Bien au contraire, il s’agissait pour les artistes concernés de revendiquer une filiation. Un exemple a été particulièrement mis en avant pour illustrer cette idée. Il s’agit de la cheminée de marbre placée sous une fresque de Raphaël, Héliodore chassé du temple, dans les chambres du palais pontifical au Vatican. En 1627, Nicolas Poussin y grave son nom. Après lui, près de soixante-dix artistes, essentiellement français, l’imitent pendant plus d’un siècle. La cheminée est transformée en un monument à la gloire de la fresque de Raphaël. Y graver son nom correspondait à la revendication d’une double filiation : celle de Raphaël bien sûr, mais aussi celle de Poussin. Pour Charlotte Guichard, ces graffitis sont aussi la trace d’une volonté politique, particulièrement forte sous le règne de Louis XIV, de transférer la centralité artistique européenne de Rome à Paris. L’Académie de France à Rome, fondée en 1666 à l’instigation de Colbert, et qui permit à la plupart des artistes français qui inscrivirent leur nom à Rome de séjourner dans cette ville, fut l’outil institutionnel de mise en œuvre de cette politique.

Finalement, l’étude de ces graffitis permet de faire une « archéologie du rapport à l’art ». Elle révèle dans ses aspects les plus concrets ce qui a précédé la tradition muséale et patrimoniale qui structure aujourd’hui notre rapport distancié et contemplatif aux œuvres. Ce rapport aujourd’hui aboli aux œuvres d’art était empreint, bien au contraire, de proximité, d’échange, d’admiration et d’appropriation active.

Qu’est-ce que le graffiti contemporain ?

L’intervention de Bernard Fontaine a dressé un bref panorama du graffiti contemporain. La complexité et la diversité des réalités recouvertes par le terme « graffiti » ont été rappelées. Ainsi, il faut distinguer les « tags » qui correspondent à de simples noms écrits avec un lettrage simple, des « graffs » qui correspondent à un lettrage plus travaillé, comportant des contours et des couleurs. Enfin, le terme « street art », apparu dans les années 1980, ne concerne pas seulement les graffitis mais renvoie à toute intervention artistique située dans l’espace public. Les œuvres d’Ernest Pignon-Ernest, de Daniel Buren ou encore de Tania Mouraud ont été prises pour exemples. Appliquée aux graffitis, la notion de « street art » renvoie pour certains à leur reconnaissance par l’establishment artistique et à son institutionnalisation notamment par le biais d’expositions.

Malgré cette grande diversité, il est possible de dégager des caractéristiques communes aux différentes pratiques du graffiti contemporain. Il a essentiellement été question des développements du writing, pratique née aux États-Unis dans les années 1960-1970 avant d’être rapidement diffusée en Europe. Là-encore, l’exposé a été illustré par de nombreuses photographies, notamment des œuvres de pionniers du writing tels que Taki 183, livreur new-yorkais qui recouvrait les murs de la ville de son surnom dans les années 1970, ou encore le jeune habitant de Philadelphie qui, dès les années 1960, inscrivait son surnom, « Cornbread », sur les murs de sa ville mais aussi en des lieux destinés à obtenir une visibilité médiatique maximale, comme un éléphant du zoo ou le jet privé des Jackson 5. Bernard Fontaine montre qu’il y a chez ces pionniers trois des caractéristiques principales du graffiti contemporain : d’abord la recherche d’une visibilité maximale du nom que l’on inscrit, ensuite le fait que ce nom soit un surnom, ce qui permet de conserver l’anonymat, cette pratique étant enfin fortement marquée par l’illégalité qui la caractérise. Par ailleurs, il a été souligné que c’est l’usage de bombes aérosols qui a permis le développement massif de cette pratique.

Enfin, Bernard Fontaine a évoqué diverses expériences artistiques, plus ou moins récentes, centrées sur le graffiti. Il a notamment été question des « musées imaginaires », expositions illégales de graffitis organisées récemment en France par le collectif 1984, dans des lieux désaffectés. Ce type d’initiatives correspond, selon Bernard Fontaine, à la volonté d’exposer des graffitis sans en perdre la dimension essentielle de l’illégalité.

Questions

Plusieurs questions portant sur divers aspects des graffitis – par exemple sur la concurrence, la dédicace et la citation, ou encore leur dimension politique – ont fait ressortir la dimension essentiellement collective de leur pratique. Les graffitis d’artistes étudiés par Charlotte Guichard dans la Rome de l’époque moderne comme les tags et graffs contemporains apparaissent rarement seuls : le plus souvent, un même espace en est recouvert. Les graffitis sont le résultat de pratiques collectives et contribuent eux-mêmes à créer de la collectivité. Ce qui s’y élabore, ce sont des codes, des références, des savoirs communs à un groupe. Par conséquent une question centrale est celle de la focale pertinente à adopter pour considérer un mur recouvert de graffitis. Faut-il y voir un ensemble, une œuvre collective et par conséquent l’interroger de manière synchronique ? Ou faut-il au contraire en distinguer les différentes pièces qui s’y juxtaposent pour reconstituer dans la diachronie la formation du tout ? Les considérer comme des palimpsestes, comparaison utilisée par Charlotte Guichard et déjà mobilisée par le photographe Brassaï à propos des inscriptions murales parisiennes du début du XXe siècle, semble permettre de mêler ces deux approches.

La question de l’influence de la graphie des imprimés sur celle des graffitis a également permis de dégager une problématique commune aux différents graffitis étudiés par les deux auteurs présents. Mobilisant les travaux d’Armando Petrucci sur les « écritures exposées », Charlotte Guichard émet l’hypothèse que l’abondance de graffitis à Rome à l’époque moderne puisse être en partie expliquée par l’existence d’une « culture graphique » particulièrement développée dans cette ville, où les inscriptions monumentales étaient nombreuses. Bernard Fontaine a insisté sur l’influence des comics américains des années 1960-1970 sur le lettrage des premiers graffs, en donnant l’exemple du dessinateur Vaughn Bodé dont les personnages et le lettrage furent massivement repris par les premiers writers. Finalement, Charlotte Guichard voit dans l’existence d’une véritable culture savante mêlée à un savoir-faire de la graphie un point commun essentiel entre les graffitis romains de l’époque moderne et les graffitis contemporains.

Enfin, Charlotte Guichard a été invitée à revenir plus en détail sur la dimension « pragmatique » de son travail. Elle a pu ainsi expliquer que ses questionnements s’inscrivaient dans la filiation de la sociologie dite « pragmatique » et a cité notamment les travaux de Luc Boltanski et d’Antoine Hennion. Parce que cette sociologie invite à étudier des gestes, des controverses, des objets locaux et situés, elle est plus adaptée que la sociologie dite « critique », jugée par l’auteur trop surplombante pour étudier des objets tels que les graffitis. En histoire, ce questionnaire « pragmatique » est notamment mobilisé par des auteurs comme Daniel Roche ou Stéphane Van Damme. En histoire de l’art, il invite à se situer « au ras des œuvres » et à s’intéresser à leur matérialité. Charlotte Guichard est revenue sur les impacts concrets de cette approche sur sa pratique de chercheur : il a parfois fallu attendre longtemps la luminosité adaptée pour pouvoir photographier, dans un sombre recoin, tel ou tel graffiti qu’on ne peut voir que de biais.

Jean-Baptiste Vérot

Explorer la transition énergétique : suivre les processus de concentration de ressources énergétiques diffuses

Compte-rendu de la séance du 7 mars 2016 avec Olivier Labussière et Yannick Régnier

Olivier Labussière, géographe du laboratoire Politiques publiques, action politique et territoires (PACTE) spécialisé dans l’étude des dimensions sociotechniques et spatiales de la transition énergétique, a été convié à présenter les perspectives épistémologiques ouvertes par L’Énergie des sciences sociales, un ouvrage collectif paru en 2015 qu’il a codirigé avec le socio-économiste Alain Nadaï. Analysant les modalités sociétales de l’évolution des systèmes énergétiques, cette synthèse interdisciplinaire entend repenser la contribution des sciences sociales à la réflexion et à l’action publiques en renouvelant les problématiques de recherche sur l’énergie.

L’intervention d’Olivier Labussière a été prolongée par un dialogue avec Yannick Régnier, second invité chargé de projet au CLER (Réseau pour la transition énergétique) et co-initiateur du réseau français « Territoires à énergie positive » créé en 2010. Initiée par une redéfinition du processus de transition énergétique, la séance a permis d’examiner la notion « d’énergie diffuse » à la lumière du cas concret de la concentration du gaz de houille en Lorraine, avant de parvenir à une réflexion plus globale sur la capacité des sciences sociales à expliquer l’émergence des énergies non-conventionnelles, sur les processus de construction d’une ressource, et sur l’étendue future du pouvoir d’action des politiques énergétiques.

1. Redéfinir la transition énergétique : les « potentiels de transition »

En ouverture, Olivier Labussière rappelle que L’Énergie des sciences sociales, aux antipodes d’un état de l’art académique, est une « proposition diplomatique » qui tente de structurer et d’initier des interactions à l’intérieur du collectif des chercheurs sur l’énergie en SHS (élaboration d’un agenda scientifique partagé, aptitude à diffuser les résultats obtenus auprès des décideurs et du grand public).

Définir la transition énergétique (TE) exige de cerner un processus polymorphe très difficile à appréhender, souvent réduit à des temporalités historiques ou à des échelles territoriales préconstituées – alors que la TE procède d’assemblages complexes. Les dynamiques de TE ont tendance à recomposer le social : il y a émergence de nouveaux collectifs sociotechniques autour des nouvelles technologies ; ces collectifs créent de nouvelles réalités autour de l’énergie : de nouveaux assemblages spatiaux, scalaires, temporels, de nouvelles hiérarchies de valeur (potentiels, priorités, etc.). Il convient donc d’adopter une définition plurielle de la TE : il y a de multiples tentatives de nouveaux contrats sociaux environnementaux selon le passé, les héritages d’infrastructure, et le rapport à la matérialité des sociétés.

Par-delà cette diversité avérée des situations, trois insuffisances cumulatives persistent qui réduisent la compréhension des processus de TE. Par ordre croissant de complication figurent :

  • la focale excessive mise autour du potentiel technologique : la technologie est souvent réduite à un artefact et pourvue d’un potentiel intrinsèque qui en fait un objet stable, clos sur lui-même, et doté d’une contribution apriorique (par exemple, telle quantité d’énergie pour tel équipement) ;

  • la réduction de la TE à un simple franchissement de barrières : restrictive, la focale technologique déforme les autres aspects de la TE – notamment sociaux – en les présentant comme autant d’obstacles à dépasser (les « seuils » ou « goulets d’étranglement » par exemple : imperfections du marché, blocages institutionnels, acquisition de l’acceptabilité sociale, impacts sur l’environnement). Ces aspects affectés de négativité sont de fait exclus de la TE : on considère qu’ils ne participent pas de la construction de la technologie, ni de sa capacité à réorganiser le monde selon des voies soutenables ;

  • en résultante, l’incapacité de parvenir à une compréhension systémique de la TE : une TE est trop souvent réduite à un processus de substitution énergétique (passage d’un point A à un point B), alors que sa réalité relève davantage d’un faisceau de dimensions en émergence (organisation d’un réseau dynamique de relations nouvelles ou recomposées).

Pour identifier les processus et les manifestations afférents à la TE, Olivier Labussière propose de partir de potentiels énergétiques afin de parvenir à mesurer la soutenabilité de « potentiels de transition ». Cette soutenabilité se décline selon trois dimensions :

  • l’appropriation et partage des ressources : rematérialiser l’analyse et reconsidérer la ressource sous l’aspect d’une variabilité, d’une fluctuation, d’un mode de gisement, des possibilités d’appréciation et d’exploitation, des effets politiques de la localisation des stocks – changement de repère possible à condition de restituer à la technique son caractère de médiation entre l’homme et le monde, médiation assimilable à une intelligence des choses (Simondon, 1958) ;

  • la concrétisation des systèmes techniques : l’assemblage technologique est irréductible à un artefact, car il résulte d’un assemblage social et technique long à stabiliser (incompatibilités institutionnelles, incapacités à faire face aux nouveaux enjeux soulevés par les technologies) ;

  • la lecture des spatialités : la distribution spatiale des réseaux sociotechniques confère à l’espace une fonction de mise en présence de l’homme avec l’environnement, si l’on définit l’espace géographique via le concept spatiotemporel de « configuration d’accès » (Gottmann, 1952 : l’accès à l’espace, et donc à la ressource, dépend des ressources visées et de l’état des technologies à une date « t »).

2. Le concept « d’énergie diffuse » comme nouvelle catégorie explicative de la transition énergétique : l’exploration du gaz de houille lorrain, étude de cas.

Afin d’illustrer cette réflexion épistémologique sur les paramètres et les paradigmes qui sous-tendent la TE, Olivier Labussière présente et analyse un processus de concentration de ressources énergétiques diffuses à travers le cas de l’exploration récente du gaz de houille par forage horizontal multi-drains dans le bassin houiller lorrain (travail de recherche mené par l’École des Mines de Nancy grâce à un financement CNRS).

Il justifie préalablement la pertinence de la notion « d’énergie diffuse » : elle permet de transcender la dichotomie renouvelable/non renouvelable en apportant un nouveau mode de caractérisation de certaines ressources via leur degré matérialité – en l’occurrence, il s’agit de l’état diffus pour le solaire, l’éolien, l’énergie cinétique des marées ou encore les gaz non conventionnels dispersés dans des roches réservoirs. Pour Olivier Labussière, les énergies diffuses constituent un fait anthropologique majeur, car elles appellent un travail supplémentaire sur la ressource (concentration, mise au point technique) qui génère activement des mutations sociales (colonisation intensive de l’espace pour maximiser la surface d’exploitation, stabilisation de nouvelles formes de jugement collectif sur ces énergies émergentes).

Après avoir expliqué le principe de concentration CBM/Coal matrix au centre du cas lorrain, Olivier Labussière se livre à un bref rappel chronologique qui retrace la construction de l’assemblage sociotechnique autour de l’exploration du gaz de houille dans cet espace. Jusqu’aux années 1990, la Lorraine est dominée par un jeu de pouvoir territorialisé autour des houillères du Bassin Lorrain (EPCI mises en place par l’État dès l’après-guerre par l’intermédiaire des Charbonnages de France). Les années 2000 marquent l’avènement d’une nouvelle donne territoriale, car la cessation de l’activité minière fait évoluer favorablement la politique territoriale française vis-à-vis des opérateurs extérieurs : le sous-sol lorrain s’ouvre à des opérateurs privés.

EGL est un opérateur australien qui a choisi de délocaliser ses activités d’exploration vers l’Europe, en particulier vers la Lorraine dont la position stratégique à l’échelle européenne (interface entre bassins de demande, conjonction de gazoducs) présentait un atout majeur. L’État lui a accordé trois permis d’exploration dans les marges de la zone frontalière. Arrivé sans connaissances de la géologie régionale et du système administratif français, EGL s’est mis en relation avec d’anciens directeurs des mines, ce qui lui a permis de collecter des archives sur le sous-sol (forages et coupes stratigraphiques, plan de mines, données sur le personnel et les infrastructures) puis de définir la zone d’un forage d’exploration.

Olivier Labussière souligne ici qu’EGL a réussi à se constituer une « agence » (un système de relations actorielles) pour se mettre en relation avec le monde des mines, récupérer une information, en développer une compréhension grâce à des intercesseurs locaux : en essence, il s’agit d’un processus de captation d’un héritage et d’un réinvestissement de cet héritage dans la construction d’un futur énergétique non conventionnel. Construire des futurs non conventionnels dans une transition énergétique revient à fabriquer de nouvelles temporalités. C’est un travail relationnel : sélection d’entités, formation d’un collectif restreint, advenue de nouveaux axes temporels avec détachement d’éléments du passé pour recréer de nouveaux environnements informationnels qui, dans le cas lorrain, sont devenus structurants pour les nouvelles visées d’exploration.

L’intérêt présenté par ce cas d’étude réside également dans la diversité des évolutions juridiques et politiques qu’il a suscitées. En effet, à l’échelle nationale, les lois sur les ressources ne parviennent pas toujours à prendre en charge ces situations de reprise de l’activité minière, très locales ; par ailleurs, la dimension diffuse de cette ressource a mis en échec les tentatives de listage à des fins d’inventaire juridique. Mais dans le débat national, le cas lorrain a été fécond car il a circulé et produit des différences : il a montré notamment que l’on peut exploiter les gaz non conventionnels sans recourir à la fracturation hydraulique, rendant le débat sur la ressource elle-même inutile (pour le gaz de charbon) et contribuant à éclairer des controverses connexes (pour le gaz de schiste notamment).

Olivier Labussière rassemble son analyse en concluant qu’une ressource n’est pas simplement réductible à sa physique : en quelque sorte, les molécules de gaz ne sont pas « dans le sous-sol » mais à l’autre bout d’une chaîne sociotechnique. Cette dernière est à la fois complexe – parce qu’elle constituée de nombreuses intermédiations, et composite – parce que l’assemblage sociotechnique demeure peu visible, peu discuté et inégalement connu selon les échelles politiques et territoriales.

3. Du modèle au schéma d’action : le « Territoire à énergie positive », horizon d’une territorialisation de la production énergétique

Yannick Régnier, chargé de projet au CLER, entend présenter les principes, les choix et les modes d’action à l’origine du schéma de « Territoire à énergie positive » qui matérialise une façon spécifique de concevoir la TE. Le CLER est un réseau de praticiens qui travaille sur la TE et rassemble près de 270 acteurs (petites entreprises, collectivités locales, entreprises publiques, recherche et développement). Du point de vue de ses membres, la TE est un processus qui se manifeste lorsqu’une production énergétique non durable est relayée par des investissements qui porteront leurs fruits au bout d’une certaine durée. D’après le scénario de l’association négaWatt (2011), ce gain d’efficience et de durabilité peut emprunter deux voies majeures : la réduction de la consommation d’énergie (efficience énergétique ou « sobriété énergétique »), et l’usage des énergies renouvelables.

Le schéma de « Territoire à énergie positive » a été mis au point par le CLER. Figurant parmi ses concepteurs, Yannick Régnier en condense la définition : il s’agit, pour un espace défini, de la diminution de la consommation énergétique corrélée à l’accroissement de la part d’énergie produite par des sources renouvelables locales. L’objectif est de produire quantitativement autant que l’on consomme, mais sans s’enfermer dans une logique d’isolationnisme énergétique. Cette reterritorialisation de la production énergétique constitue un levier créateur de développement local (voire régional) qui permet une appropriation du territoire énergétique par les autochtones. Un tel retour vers les collectifs d’acteurs va de pair avec un accroissement de l’usage de l’entrée sociale pour traiter les problématiques énergétiques (besoins des ménages, questions sanitaires), grille d’analyse que Yannick Régnier trouve beaucoup plus éloquente que l’entrée quantitative ou climatique.

L’implémentation d’un « Territoire à énergie positive » passe principalement par l’installation de dispositifs techniques et politiques qui permettent aux acteurs territoriaux de mobiliser eux-mêmes de la création de valeur dans le secteur de l’énergie, afin de parvenir à une autonomie relative (dans un sens positif de gain de latitude économique). En Allemagne par exemple, 50% de l’investissement dans les infrastructures de production énergétique (éoliennes, photovoltaïque) a été en réalisé par des locaux, en majorité des agriculteurs, contre à peine 10% d’investissements par les acteurs territoriaux en France.

Le CLER fait partie d’une des principales instances qui a introduit la question du passage aux « Territoires à énergie positive » dans le débat public, à travers la constitution dès 2010 d’un réseau de territoires ruraux alimentés par 100% d’énergie renouvelable. Le CLER joue par ailleurs le rôle d’intermédiaire institutionnel pour les territoires qui manquent de moyens ou de visibilité politique pour notifier les pouvoirs publics de leur initiative. Après le lancement du dispositif national structurant « Territoire à Énergie positive pour la croissance verte » par le Ministère de l’écologie de S. Royal, le CLER a reporté son action sur la médiatisation des retours d’expérience territoriaux (usage des enveloppes de l’État, manière de mettre en place les dispositifs), évoluant ainsi vers une compréhension plus inclusive et plus fine de la TE puisque capable de prendre en charge la complexité de la dimension sociale de ce processus à une échelle très locale.

4. Synthèse du débat avec le public

Une première réaction du public interroge la capacité de la notion de « bien commun » à favoriser l’advenue de la TE tout en contribuant à faire évoluer le rapport des sociétés aux ressources. Pour Olivier Labussière, un tel abord par le bien commun permettrait d’éviter la définition apriorique de la ressource comme stock, afin de parvenir à une nouvelle ontologie dynamique où la ressource est une propriété (une désignation sociale) qui est attribuée par qualification et par reconnaissance. Ces processus de désignation peuvent cependant être détruits par le recours aux instruments de gestion politique centralisée, l’impersonnalité de ces derniers fermant des possibilités d’approche du bien commun par d’autres entrées (entrée sociale, représentationnelle, etc.). La notion de bien commun demeure donc incertaine : politisation, enjeu d’appropriation, dé-communication et multiplication d’usages rivaux.

Yannick Régnier prend quant à lui l’exemple de l’élaboration d’un plan climat-énergie territorial qui comporte souvent une évaluation économique sectorielle très coûteuse et poussée mais très abstraite. Dans ce cas, un retour vers des indicateurs sociaux et des préoccupations moins techniciennes permettrait d’éviter de se noyer dans des analyses quantitatives trop poussées, tout en produisant des diagnostics territoriaux plus pertinents car plus proches de leur objet (usage des ressources, points de départ des politiques d’optimisation).

Le second temps majeur du débat se focalise sur le rôle joué par la centralisation/décentralisation dans le déroulement de la TE. Olivier Labussière fait d’emblée état de la fragilité de ces catégories d’analyse. Il remarque que la TE excède les cadres de lectures traditionnels de centralisation/décentralisation : émergence de sources locales de renouvelable, mobilisation par les acteurs locaux de réseaux supranationaux, et diversité catégorielle des recours (subventions nationales et régionales, mobilisation locale, appui législatif européen) remettent en question les oppositions d’échelles trop schématiques.

Yannick Régnier rejoint cette idée d’une indistinction des dimensionnements : les territoires se sont certes mis en capacité d’agir grâce à l’émergence d’opérateurs et d’investisseurs dans les projets, et ce essentiellement à échelle locale, mais la taille de ces opérateurs et l’éventail de leurs domaines de compétence sont encore trop peu adaptés à la hauteur de l’enjeu d’autonomie territoriale. L’Allemagne constitue l’exemple opposé : des opérateurs gèrent de façon intégrée les services de fourniture d’eau, d’énergie et de transport dans la plupart des grandes villes (Munich, Berlin). En France, la situation est bien moins avancée : la situation monopolistique d’EDF-GDF pour la propriété des réseaux de distribution d’énergie en est une illustration parmi d’autres. Pour Yannick Régnier, un des leviers majeurs de décentralisation à mettre en œuvre serait ainsi d’autoriser les collectivités locales à se doter d’un opérateur territorial (mixte, privé ou public), compétence que la réforme territoriale de 2015 et la Loi de transition énergétique n’ont toujours pas déverrouillée.

Paul-Étienne Pini