Les graffitis, au carrefour de l’histoire de l’art et des sciences sociales

graffitis

Avec son dernier ouvrage, Graffitis. Inscrire son nom à Rome, XVIe-XIXe siècle (éditions du Seuil, 2014), Charlotte Guichard propose une étude particulièrement originale et propre à enrichir le dialogue entre les sciences sociales et l’histoire de l’art. Cette discipline, étudiant les œuvres d’art par des questionnements et une approche traditionnellement esthétique et formaliste, a longtemps délaissé la réflexion sur la « vie sociale » des œuvres. Depuis plusieurs années cependant, nombre de travaux ont contribué à combler ce manque, en mobilisant, pour une histoire de l’art renouvelée, les questionnements de la sociologie et de l’anthropologie : il s’agit alors d’interroger les cadres sociaux de la production artistique ou encore le rapport entretenu avec les œuvres d’art par les agents sociaux.

L’étude des nombreux graffitis réalisés sur diverses œuvres romaines à l’époque moderne, objets jusqu’alors peu considérés, permet à Charlotte Guichard de participer à ce renouvellement et d’en révéler toute la fécondité heuristique. Ses analyses conduisent notamment à identifier un rapport aux œuvres caractérisé par l’échange et la proximité, mais également fortement déterminé par des volontés institutionnelles comme celles de l’Académie de France à Rome. Plus encore, en interrogeant par exemple des signatures apposées au XVIe siècle sur des fresques de l’antiquité romaine, elle construit une réflexion particulièrement pertinente sur un « régime d’historicité » révolu.

Après une présentation de l’ouvrage par son auteure, la discussion sera engagée avec Bernard Fontaine, spécialiste du graffiti contemporain, ce qui permettra de questionner les évolutions dans le temps de ce qui relève d’une même pratique : écrire son nom sur un mur.

Charlotte Guichard est chargée de recherche au CNRS et membre de l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine (UMR 8066). De sa thèse de doctorat en histoire de l’art est issu l’ouvrage intitulé Les amateurs d’Art à Paris au XVIIIe siècle (Champ Vallon, 2008). Elle a récemment dirigé De l’authenticité. Une histoire des valeurs de l’art (Publications de la Sorbonne, 2014).

Bernard Fontaine est professeur d’arts plastiques. Ayant pratiqué le graffiti, il contribue régulièrement au magazine spécialisé Paris Tonkar. Il est l’auteur de Graffiti. Une histoire en image (Eyrolles, 2011) et de Découvrir et comprendre le graffiti (Eyrolles, 2014).

Jean-Baptiste Vérot et Adèle Arghyris

Plus d’informations : http://www.liens-socio.org/Graffitis-inscrire-son-nom-a-Rome
https://www.facebook.com/events/1746882292211527/

Explorer la transition énergétique : suivre les processus de concentration de ressources énergétiques diffuses

La transition énergétique est une question de société, une question politique qui implique des prospectives et des choix. S’imposant récemment dans les débats, elle invite non seulement les citoyens mais aussi les chercheurs à se positionner sur un futur socio-environnemental.

ENERGIEDans l’ouvrage collectif, récemment paru, L’énergie des sciences sociales (Editions de l’Alliance Athéna), Olivier Labussière, Alain Nadaï, Sandra Laugier, Pierre Charbonier, Claude Gilbert et Sébastien Velut, inspectent l’aptitude des sciences sociales à participer effectivement aux programmes politiques et citoyens relatifs à l’énergie. En effet, la question vitale de l’énergie est historiquement axée sur des préoccupations techniques et technologiques qui marginalisent le potentiel heuristique des sciences sociales à participer aux débats. Or la diversité des scénarios possibles, l’effet profondément systémique des énergies sur les territoires, sur l’environnement, sur les sociétés et sur l’économie soulignent que la transition énergétique est un construit, négociable et à négocier. À ce titre les sciences sociales sont dans l’impératif d’élaborer un agenda de recherche, pour placer les questions d’éthique et de gouvernance à l’amont des aménagements énergétiques et pas seulement à l’aval. Au travers de cet ouvrage, la philosophie, la sociologie, l’anthropologie, l’histoire ou encore la géographie sont invités à structurer la multiplicité de questions à la fois techniques, scientifiques, morales et politiques dans une cohérence académique.

Pour discuter du défi des sciences sociales de construire un agenda de recherche autour de l’énergie, le séminaire « Re/lire les sciences sociales » accueille Olivier Labussière et Yannick Régnier, le 7 mars 2016, à l’ENS de Lyon.

Olivier Labussière est maître de conférence à l’université Joseph Fourrier de Grenoble, il est membre du laboratoire PACTE et délégué CNRS sur la question de « la transition énergétique : transformation sociotechnique, spatiale et temporelle ». Ses intérêts en tant que chercheur en géographie et en aménagement touchent à la restructuration des territoires dans la transition énergétique, au prisme notamment de l’aspect paysager. Une enquête sur les politiques des énergies renouvelables et une spécialisation sur les instruments de rénovation thermique des bâtiments notamment lui permettent d’avoir un regard épistémologique doué d’une expertise technique.

Yannick Régnier est chargé de projet au CLER, le Réseau pour la transition énergétique. Le CLER est une association pour la protection de l’environnement et la défense des énergies renouvelables. Créée en 1984, le CLER anime un réseau de 200 adhérents, tous intéressés par la promotion et la mise en œuvre d’initiatives pour une territorialisation des projets énergétiques. Yannick Régnier a co-initié et anime depuis 2010 le réseau des « Territoires à énergie positive » en France. Il a coordonné le projet européen « 100% Renewable Energy Source Communities » (2012-2015) et il à également collaboré à un projet de recherche en sciences humaines et sociales sur les dynamiques d’émergence de politiques locales d’énergie.

Sur une proposition d’Olivier Labussière, la séance ne se contentera pas de résumer les problématiques énoncées dans l’ouvrage collaboratif L’énergie des sciences sociales, mais engagera le dialogue à partir du cas d’étude concret d’une énergie diffuse. Ainsi Olivier Labussière commencera-t-il par présenter l’exemple de « l’exploration du Coalbed methane par forage horizontal en région Lorraine ». Détaillant ce type d’énergie diffuse, son intervention questionnera les problèmes liés à la concentration d’une matière. En effet, la transition énergétique qui repose de plus en plus sur des énergies diffuses (soleil, vent, gaz non conventionnels) pose la question d’un effort supplémentaire de la part des sociétés pour construire et rendre acceptable ce type de ressource.

La séance se déroulera en deux temps forts avant débat avec l’assemblée autour des axes suivants :
– « Des ressources à construire : des héritages sociogéographiques à redécouvrir »
– « Les sciences sociales face aux énergies non conventionnelles »

Une fois posés les termes du cas d’étude, Olivier Labussière et Yannick Régnier discuteront donc des enjeux relatifs aux énergies non conventionnelles et à la manière dont les sciences sociales peuvent éclairer ces questionnements.

Lise Landrin

Plus d’informations sur le site du séminaire : http://www.liens-socio.org/L-energie-des-sciences-sociales