Traduire Max Weber : autour de la Domination (compte-rendu séance du 8 décembre 2014)

Le lundi 8 Décembre 2014 s’est tenue à l’ENS de Lyon une conférence sur la première parution en français des textes de Max Weber portant sur le concept de domination, initialement publiés dans Économie et société. Pour l’occasion, Isabelle Kalinowski, traductrice de l’ouvrage en question, publié sous le titre La Domination aux éditions de la Découverte en 2014, et Florian Nicodème, philosophe et également traducteur de Weber, avaient fait le déplacement depuis Paris pour venir discuter de la domination weberienne, et plus généralement de la sociologie de cet auteur.

  Florian

Ce fut Florian Nicodème, discutant, qui inaugura la séance en commentant les textes tels qu’Isabelle Kalinowski les avait traduits. Également traducteur des théories scientifiques de Max Weber, il a apprécié que soient traduits non plus les montages posthumes à Weber, mais les manuscrits directement écrits par l’auteur. Il a par ailleurs souligné que la traduction était fidèle au rythme de la phrase weberienne. En effet, plus qu’une particularité stylistique, la phrase weberienne est pléthorique. Weber fait des corrections systématiquement anticipées de ce qu’il n’a pas encore énoncé, ce qui témoigne d’un grand travail de réflexivité (que l’on ne retrouve pas chez des auteurs tels que Simmel par exemple).

En outre, pour Weber, la réalité n’est faite que de formes intermédiaires, c’est pourquoi il est difficile de trouver un type de concept qui rende justice à une typologie infinie. En effet, le concept en soi est différent de la représentation de la réalité. L’idéal-type weberien est une fiction, élaborée à partir d’un concentré de cas empiriques, dont le but est d’identifier de grandes structures. C’est un artefact, artificiel mais pas arbitraire, qui n’est ni l’exhibition, ni le substitut de la réalité. Weber pose un concept, mais ne veut pas que l’on fasse de ce concept une réalité. De là un redécoupage conceptuel infini, la distinction étant terminale et non initiale. Pour Florian Nicodème, la traduction d’Isabelle Kalinowski a le mérite de restituer sans cesse les nuances et de chercher à faire entendre leur progression.

Par ailleurs, cette traduction dissipe un certain nombre de malentendus concernant l’évolutionnisme supposé de Max Weber, déduit des autres textes dans lesquels il traite de la domination. Ici, Weber nuance son propos. Il multiplie ainsi les exemples antiques pour qualifier la domination bureaucratique, prenant le contrepied d’une analyse qui ferait de la bureaucratie des États modernes le stade ultime d’un processus, tout en soulignant les imbrications étroites de la domination charismatique et de la domination traditionnelle. Par là, les textes traduits dans La Domination guérissent de la scission entre empirisme et théorie. Comme le fait remarquer Isabelle Kalinowski, Weber est évolutionniste quand il ne fait pas attention : il part de l’émergence du capitalisme en Occident et se demande si cela se vérifie ailleurs (ce qui se manifeste parfois par quelques maladresses évolutionnistes). Mais quand il réussit à contredire l’évolutionnisme et la supposée hiérarchie des sociétés humaines, la traductrice ressent la satisfaction de l’auteur dans le texte.

Enfin, cet ouvrage résout beaucoup des problèmes des éditions précédentes. Isabelle Kalinowski a raccourci l’appareil des notes de la critique allemande à raison, afin de dégager l’essentiel du texte. Mais, selon Florian Nicodème, il aurait pu être intéressant d’éclairer d’avantage l’arrière-fond intellectuel de l’époque, pour mettre en exergue l’influence de certains théologiens ou philosophes allemands, encore méconnus, sur la pensée de Max Weber. Au delà des qualités intrinsèques de la traduction d’Isabelle Kalinowski, une étude davantage poussée des contextes académiques et théoriques lui aurait semblé judicieuse.

 Isabelle

La seconde partie de la conférence a été animée par Isabelle Kalinowski, qui a entrepris de répondre à Florian Nicodème et d’éclairer les spécificités de son travail de traduction des œuvres de Weber. Si elle reconnaît qu’une analyse complémentaire du contexte serait pertinente, son absence est due à la multiplicité des acteurs nécessaires à l’élaboration d’un livre. D’une part, les aléas des ventes incitent les éditeurs à la prudence. Ainsi, si La Domination est l’un des meilleurs succès des ouvrages de Weber qu’elle ait traduit, ce n’est pas le cas d’autres de ses livres (tels que Le judaïsme antique), c’est pourquoi une étude supplémentaire du contexte intellectuel de l’époque aurait pu s’avérer très coûteuse. D’autre part, seul un travail collectif en amont lui semblerait à même de bien restituer l’ouvrage dans le paysage intellectuel, œuvre considérable qu’elle n’aurait pas été capable d’accomplir seule.

Enfin, si les sources de Weber n’ont été que partiellement étudiées, c’est aussi parce que cet auteur les réinterprète, se les réapproprie et ne les restitue pas telles qu’elles. Il existe ainsi une grande porosité entre le discours des sources et le discours weberien qui rend la re-contextualistation de son propos extrêmement difficile, et ce même pour des chercheurs ayant une connaissance intime de ses ouvrages.

Isabelle Kalinowski a ensuite explicité les enjeux et des difficultés propres à la traduction de Max Weber. Tout comme Florian Nicodème, elle a insisté sur les difficultés du discours weberien, qui bien que suivant une avancée logique irréprochable, est en forme de spirale : la phrase revient sur ce qui n’a pas encore été dit, Weber étant incapable de mettre un point final. Ainsi, dans les mauvaises traductions, on a l’impression de tourner en rond, du fait d’une frontière floue entre les moments synchroniques, qui montrent la diversité des exemples, et les moments diachroniques, où l’argumentation progresse. Pour éviter cet écueil, elle a cherché à mettre au jour la progression logique de l’ouvrage considéré dans son ensemble. Concrètement, pour chaque phrase traduite, il a fallu non pas respecter religieusement la ponctuation et l’ordre des mots, mais réorganiser et hiérarchiser différentes parties, pour mettre en exergue l’essence du propos. Selon elle, dans son travail, tout traducteur doit prêter attention aux différents éléments infra-linguistiques, en particulier aux « accents » que l’auteur met sur les notions fondamentales, ce qui requiert des compétences linguistiques poussées et une connaissance familière de la voix de l’auteur que l’on traduit. Le traducteur, comme le lecteur, procède de manière linéaire. S’il ne comprend pas tout, il est guidé par la « petite musique » propre au texte, et qu’il maîtrise.

En outre, au cours de la séance de questions qui a suivi la discussion, Isabelle Kalinowski a fait remarquer que la traduction des concepts était, selon elle, moins importante que la syntaxe. Il n’existe pas de passage d’une langue à l’autre qui restitue parfaitement toutes les significations d’un mot. Les mots ont une histoire, s’appauvrissent ou s’enrichissent de connotations au fil du temps, et le traducteur ne peut infléchir seul la vie des mots. Il lui faut donc faire du cas par cas selon le contexte. Revenant sur les débats qui ont opposé les traducteurs français autour du terme « Herrschaft » employé par Weber, elle a insisté sur le fait qu’il n’était pas impropre de le traduire par « domination », ce terme, directement emprunté à Marx, ayant déjà une connotation marxienne lorsque Weber l’emploie.

***

Lors de la séance de questions, Isabelle Kalinowski et Florian Nicodème sont revenus sur le concept d’individualisme méthodologique, traditionnellement attribué à Weber, pour le remettre en question. Forgé par des commentateurs a posteriori (tels que Raymond Aron ou Raymond Boudon), ce n’est ni un terme employé par Weber, ni un de ses concepts. Pour Weber, ce n’est pas parce que les individus agissent de la même manière qu’ils sont motivés par les mêmes intérêts, contrairement à ce qu’on a pu lui faire dire. Même remise en cause radicale du concept de neutralité axiologique : Weber n’en a jamais parlé, cela viendrait d’un commentateur américain qui aurait déformé son propos. Weber parle précisément de « Wertfreiheit », c’est-à-dire d’usage distancié des valeurs dans un cadre pédagogique, qu’Isabelle Kalinowski a choisi de traduire par « non-imposition des valeurs ». La conférence s’est conclue en abordant la parenté des sociologies de Weber et de Bourdieu, auteurs à relier tant du point de vue de la filiation de leurs conceptions de la domination que de l’influence notoire des typologies weberiennes sur la théorie des champs bourdieusienne. Isabelle Kalinowski a d’ailleurs rappelé que Bourdieu avait amplement lu et commenté Weber (en témoigne son article publié dans Libération en 1983, intitulé « N’ayez pas peur de Max Weber ! »). Si l’on peut également rapprocher « la non-imposition des valeurs » de Weber de l’« auto-réflexion » de Bourdieu, la première concerne l’attitude du professeur face à ses élèves dans une optique pédagogique, quand la seconde relève de la posture du chercheur face à l’objet qu’il étudie dans un souci d’objectivité scientifique.

Alice Feyeux, Maëlys Bar