Autour de La Domination de Max Weber : Isabelle Kalinowski inaugure la saison 2014/2015 du séminaire

La première séance du séminaire « Re/lire les sciences sociales » de la saison 2014/2015 aura lieu le lundi 8 décembre 2014. Nous recevrons Isabelle Kalinowski, à l’occasion de la parution de sa traduction de La Domination de Max Weber, ainsi que Florian Nicodème, philosophe et traducteur de la sociologie historique de Weber. 

Rendez-vous lundi 8 décembre, de 13h30 à 16h, à l’ENS de Lyon, amphi H (site Monod) !

En 1921 paraissait à titre posthume Économie et Société (Wirtschaft und Gesellschaft), essai sociologique rassemblant les textes fondateurs du sociologue allemand Max Weber. Père de la sociologie allemande, penseur de la modernité et de la rationalité, théoricien de l’action individuelle et de la légitimité politique, l’empreinte laissée par Max Weber dans les sciences sociales est considérable et continue encore de nourrir, en filigrane, de nombreux champs de recherche qu’ils soient sociologiques, économiques, historiques ou encore philosophiques.

Mais s’il est un concept, qu’il faudrait affilier au sociologue Max Weber, peut-être encore plus qu’à Pierre Bourdieu qui en a hérité, c’est bien celui de domination. Domination politique, domination féodale, domination patrimoniale, domination bureaucratique, domination charismatique… Sous quelles formes la domination se manifeste-t-elle ? Comment penser la domination à partir de la multiplicité des exemples que nous offre l’Histoire ? Que vaut le concept de domination d’un point de vue analytique ? Dans quelle mesure la domination est-elle un outil destiné à ordonner le monde social ?

Forts d’une culture historique foisonnante, qui révèle l’extraordinaire érudition de leur auteur, mobilisant des exemples aussi divers que précis, les textes sur la domination d’Économie et société, pourtant écrits il y a plus d’un siècle, continuent d’instruire et de fasciner, éclairant en particulier les ressorts sociaux et politiques du monde dans lequel nous évoluons.

Distinguant en effet des permanences mais aussi des discontinuités parmi les exemples dont il dispose, Max Weber schématise en virtuose les grands traits des différentes formes de domination, dégageant des « idéaux types » ou modèles abstraits, qui lui permettent de mener à bien des comparaisons, de ne pas en rester à une multiplicité de cas particuliers et de penser finement une causalité propre aux phénomènes socio-historiques.

Si la pensée politique de Max Weber est aujourd’hui largement reconnue, étudiée et enseignée en France, ses textes majeurs sur la domination n’avaient jusqu’alors jamais été traduits en français, alors que leur contenu était, lui, amplement diffusé et commenté. Avec la parution en français, en janvier dernier, du chapitre manquant sur la domination dans Économie et société, c’est désormais chose faite. La Domination de Max Weber, traduit par Isabelle Kalinowski, dans une édition critique établie par Yves Sintomer, parue à La Découverte, vient combler une brèche importante, plus de neuf décennies après sa publication en Allemagne : il est maintenant possible de lire intégralement la pensée politique de Max Weber en français.

Pour débattre de l’oeuvre de Weber et des enjeux inhérents à la barrière de la langue, l’ENS de Lyon, dans le cadre du séminaire « (Re)lire les sciences sociales », accueillera le lundi 8 décembre Isabelle Kalinowski, directrice de recherche au CNRS, membre du laboratoire « Transferts culturels franco-allemands » à l’ENS d’Ulm, traductrice de La Domination en français, et Florian Nicodème, philosophe et également traducteur de la sociologie historique de Max Weber, du département de philosophie de l’ENS d’Ulm.

Venez nombreux !

Maëlys Bar et Alice Feyeux