Le capital au XXIe siècle : compte rendu de la séance du séminaire Re/lire du 16 décembre 2014 avec Thomas Piketty

Par Kévin Crouzet, Lino Galiana, Benjamin Dourdy et Guillaume Cassier

Lors de la séance du séminaire « Re/lire les sciences sociales » du lundi 16 décembre 2013, l’intervenant principal était l’économiste Thomas Piketty pour la publication de son ouvrage Le capital au XXI ème siècle, qui traite de la question des inégalités de richesses en France, mais aussi dans de nombreux pays d’Europe et d’Amérique du Nord.

Face à la densité de son ouvrage et au temps qui lui était imparti, Thomas Piketty a fait le choix d’articuler son intervention autour de trois conclusions principales, à savoir le retour en force du capital d’une part, sa concentration croissante ensuite, avant de s’attarder enfin plus longuement sur le cas des États-Unis. Accompagnant son propos de nombreux graphiques, il a souligné la prise d’importance du capital depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et surtout depuis le début des années 1980, avec les nombreuses privatisations et l’augmentation très nette de la valeur des actifs sur les marchés financiers. Ce retour en force du capital s’est accompagné d’une concentration croissante, comme Thomas Piketty l’a souligné, en rappelant entre autre que le décile supérieur des possesseurs de capital en détient aujourd’hui près de 60 %. La principale raison de ce processus est résumée dans la formule mathématique r > g où r est le rendement net du capital et g le taux de croissance. C’est cet écart entre des régimes de croissance faible et un taux de rendement du capital nettement plus important qui contribue avant tout à cette concentration du capital par le haut. Une société avec une croissance lente conduit nécessairement à une valorisation du capital et notamment du capital hérité.

Enfin, il a fait le choix de s’attarder sur le cas particulier de l’Amérique, qui donnait déjà lieu à une analyse très fine dans son ouvrage, dont la situation est différente de celle des pays européens. En effet, aux États-Unis, les patrimoines du passé jouent un rôle beaucoup moins important qu’ailleurs et l’on se trouve en présence de patrimoine essentiellement neuf, du fait de la forte croissance démographique depuis le XVIIIème siècle et de vastes terres qui ont pendant longtemps conféré une faible valeur au patrimoine foncier. Mais les inégalités y sont plus marquées dans le domaine des revenus en raison notamment de l’envol des salaires des « supers cadres ». On a alors justifié ces écarts mirobolants par l’idée de mérite, qui n’est pour Thomas Piketty qu’une pure construction sociale, et constitue une « fumisterie » pour reprendre ses termes. Cette situation est d’autant plus surprenante que pendant longtemps la politique américaine a instauré des taux prohibitifs pour ne pas ressembler à l’Europe profondément inégalitaire de la Belle-Époque, dont elle est devenue très proche avec le tournant néolibéral des années 1970.

piketty

Après cette intervention, Claude Gautier, professeur de philosophie politique et de philosophie des sciences sociales, a livré sa lecture de l’œuvre et a souhaité mettre l’accent sur certains points en commençant par le statut de l’Histoire dans cet ouvrage d’économie. En soulignant la filiation du travail de Thomas Piketty avec l’École des Annales et « le temps long » de Fernand Braudel, Claude Gautier a souhaité revenir sur les moyens pour le chercheur en sciences sociales d’éviter le risque d’anachronisme en comparant des données sur plus de trois siècles qui ne renvoient pas forcément au même objet. Il est ensuite revenu sur le sens de que ce que Thomas Piketty a appelé des « inégalités soutenables ou apaisées » au nom de la fonction sociale de certaines inégalités. C’est donc à un véritable débat sur les réponses à apporter à la crise et à l’amplification des inégalités, au-delà du débat même sur les visions politiques sous-tendues par le livre, que Claude Gautier a invité, en interrogeant notamment l’analogie voulue ou non du Capital au XXIème avec les miroirs des princes de la Renaissance.

Les questions posées par la salle, en fin de séance, ont très rapidement rejoint le terrain de l’actualité et notamment la nécessité d’une « remise à plat de la fiscalité » annoncée quelques semaines auparavant par le Premier Ministre, d’autant que certaines pistes évoquées (fusion de la CSG et de l’impôt sur le revenu, mise en place du prélèvement à la source) sont défendues de longue date par Thomas Piketty. Les participants étaient aussi curieux d’entendre sa vision de l’Union Européenne et de la mondialisation car, alors que Thomas Piketty partage le même constat sur l’ampleur des inégalités que l’économiste Frédéric Lordon ou l’historien Emmanuel Todd, il reste un fervent partisan de l’intégration européenne, notamment sur le plan politique et s’oppose à un repli national dans le domaine économique.

Le travail pornographique : compte rendu de la séance du séminaire Re/lire du 9 novembre 2013 avec Mathieu Trachman, Judy Minx et Béatrice Damian-Gaillard

Par Sophie Iffrig

C’est par une séance très vivante et riche en échanges que s’est ouvert le cycle 2013-2014 de Re/lire les Sciences sociales. Celle-ci a été pour nous l’occasion de réfléchir à la manière dont le sociologue peut aborder un sujet d’une part a priori illégitime dans l’espace universitaire et d’autre part engageant sa propre intimité.  Autour de l’enquête de  Mathieu  Trachman,  Le travail pornographique : Enquête sur la production des fantasmes((Le travail pornographique. Enquête sur la production de fantasmes, La Découverte, collection « Genre et sexualité », 2013. Voir le compte rendu de Pierre Brasseur sur Lectures : http://lectures.revues.org/11591.)), les trois intervenant-e-s ont pu débattre du rapport entre enquêteurs, enquêtrices et enquêté-e-s dans le cadre de travaux sur le monde pornographique. Ainsi, pour discuter la présentation de Mathieu Trachman étaient présentes Judy Minx, actrice pornographique, qui nous a permis d’avoir le point de vue critique d’une enquêtée sur le travail du sociologue, et Béatrice Damian-Gaillard, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, qui a mené une enquête sur la presse pornographique.

Mathieu Trachman : « Le chercheur est toujours pris dans son terrain »

Mathieu Trachman ouvre la séance en présentant les deux axes qui ont structuré son enquête. D’une part, il a décidé d’aborder la pornographie sous l’angle du travail, l’inscrivant ainsi dans les processus capitalistiques et l’émergence de nouveaux marchés. D’autre part, il a voulu prendre au sérieux la définition « d’hétérosexuels » professionnels, analysant ainsi la capacité des travailleurs de la pornographie à représenter les fantasmes des hommes hétérosexuels.

Mathieu Trachman
Mathieu Trachman

Très rapidement, Mathieu Trachman fait le lien entre ses axes de recherche et ses propres appartenances : à la fois savant, mais aussi homme et gay. Illustrant sa présentation de nombreuses lectures et commentaires de ses notes de terrain, il montre comment les échanges avec les enquêté-e-s l’ont amené à changer son rapport au terrain. En effet, il a dans un premier temps abordé le terrain comme un espace désexualisé, pensant que le fait d’être gay dans l’espace de la pornographie hétérosexuelle  lui permettrait de rester à distance. Il est ainsi parti d’une position neutre qui met le désir hors du champ de l’analyse.  Pourtant les entretiens avec les enquêté-e-s rappellent au chercheur qu’il est toujours pris dans son terrain, et ici sa sexualité est également mobilisée dans la mesure où il est mis en demeure d’expliciter ses propres fantasmes. Ce changement de position est bénéfique à l’enquête car par effet de boomerang, il amène également les enquêté-e-s, actrices comme réalisateurs, à se repositionner face à l’enquêteur et à redéfinir leur sexualité, notamment par rapport à l’homosexualité.

Judy Minx : « Si je faisais une enquête, je la ferais sur les personnes qui m’ont interrogée »

L’intervention de Judy Minx, actrice depuis 2007, d’abord dans le main stream, ensuite également dans un cinéma pornographique plus alternatif, fait suite à la présentation de Mathieu Trachman. Elle a quitté le monde universitaire pour faire du porno et pour militer, mais elle y intervient et répond souvent à des chercheurs : elle avait ainsi répondu à l’enquête de Mathieu Trachaman il y a quatre ans. Mais elle explique que depuis, elle a beaucoup changé de regard et pris de la distance. Elle tient tout d’abord à revenir sur le rapport enquêteur/enquêté-e et explique que si elle faisait de la sociologie, elle ferait une enquête sur les enquêteurs. En effet, elle est parfois énervée de voir la manière dont la parole des actrices est confisquée par les chercheurs, dans un milieu où elles n’ont habituellement pas vraiment de légitimité pour répondre. Il y a ainsi un rapport de pouvoir entre chercheur et enquêté-e-s qui s’instaure, et qui reste malheureusement bien souvent hors-champ dans la recherche. Il faut que la recherche soit plus réflexive, à la manière du travail et de la présentation de Mathieu Trachman.

Judy Minx
Judy Minx

Puis elle revient sur deux aspects de la présentation du sociologue. Dans un premier temps, elle se montre surprise que la notion d’« industrie » pornographique ne soit jamais été évoquée, alors qu’elle semble plus appropriée pour mettre l’accent sur le moment du travail. Elle permet notamment d’éclairer le processus de désexualisation qui n’est pas seulement fait par le chercheur, mais aussi par le producteur et l’acteur ou l’actrice, qui met à distance la pornographie en se disant que « ça fait partie du travail, de l’industrie », tout en ne pouvant pas complètement désexualiser les situations toutefois, sous peine de ne pas pouvoir tourner. Et le fait de considérer le cinéma pornographique comme une industrie permet aussi de mieux expliquer comment il norme la sexualité qu’il représente, dans la mesure où l’idéologie du marché entretient l’illusion que la sexualité pornographique « répond à la demande ». Mais comme pour l’exemple du chercheur développé par Mathieu Trachman, ce rapport est toujours compliqué et troublé.

Dans un deuxième temps, Judy Minx revient sur l’homosexualité dans le champ de la pornographie hétérosexuelle, en discutant le point de vue exprimé par Mathieu Trachman précédemment. Elle indique ainsi qu’en tant qu’actrice, elle a régulièrement à défendre la distinction entre son corps public et son corps privé aussi bien face à des hommes que des femmes, aussi bien face à des hommes homosexuels que face à des femmes hétérosexuelles – et donc pas seulement face à des hommes hétérosexuels ou des femmes homosexuelles. Elle n’est donc pas sûre que les actrices qu’a rencontrées le sociologue pensaient nécessairement que l’homosexualité des hommes les protègeaient. Sur les tournages et dans le milieu pornographique hétérosexuels, l’homosexualité est peut-être un objet de trouble plus grand qu’on ne le pense, qu’il y a sans cesse le besoin de mettre à distance, souvent par la dérision.

Béatrice Damian-Gaillard : « Une fille qui n’est pas du métier »

L’intervention de Béatrice Damian-Gaillard nous a permis de voir une autre manière d’aborder le terrain de la pornographie, cette fois-ci du point de vue d’une chercheuse plutôt que d’un chercheur, montrant que dans le rapport de pouvoir entre les enquêté-e-s et en l’occurrence une enquêtrice, d’autres facteurs rentrent en compte, tels que le genre.  Béatrice Damian-Gaillard a effectué un travail d’enquête de deux ans sur la presse pornographique hétérosexuelle masculine. Elle a pris cet objet illégitime et y a appliqué les principes de la sociologie du journalisme, des médias et du genre. Pour la femme qu’elle est, il s’agit alors de traverser le miroir afin de se demander comment les corps féminin sont perçus dans une telle industrie.  Pour cela, l’enquêtrice avait fait le choix de ne pas affirmer sa sexualité, ce qui pousse les enquêtés-e- à la requalifier sans cesse.

Béatrice Damian-Gaillard
Béatrice Damian-Gaillard

Bien que la chercheuse bénéficie d’une « présomption de distance », à la fois en tant qu’universitaire et en tant que femme qui ne pourrait pas être excitée par du porno pour homme, il est impossible de faire comme si l’appartenance genrée n’existait pas. Cela amène l’enquêtrice à réfléchir à sa présentation face à l’enquêté-e, afin d’enlever les signes qui pourraient accentuer une dimension érotique sans la désexualiser entièrement : en découlent la question de l’effet des poses, du maquillage ou encore des choix d’habillement dans la construction de la situation d’entretien. Ce processus de présentation face à l’enquêté-e est important, car il influence la manière dont celui-ci va se définir par rapport à l’enquêtrice : soit en cherchant à identifier les désirs de celle-ci, soit en les mettant à distance à travers une stigmatisation de la pornographie, associée alors à une sexualité populaire et méprisée. L’enquêtrice bien souvent va être assimilée à « une fille qui n’est pas du métier », face à laquelle les enquêteurs déploient des tactique de « protection », en présentant son accès à l’espace de la pornographie, et notamment aux plateaux de tournage, comme un risque.

Mais la tactique la plus forte consiste, en particulier pour les enquêtés masculins (acteurs, réalisateurs, producteurs), à essayer de « corporiser » l’échange. Béatrice Damian-Gaillard explique ainsi l’importance de la déjouer à travers la maîtrise des mimiques et des expressions, et à travers la mise en place d’échanges académiques, reposant sur des cadres d’analyse précis tels que des modèles économiques ou la division du travail,  montrant ainsi que l’on prend au sérieux l’objet de recherche. Elle insiste également sur la variabilité de la frontière entre l’intime et le professionnel. Pour les enquêtés, parler de questions financières et économiques est beaucoup plus intime que parler de sexualité, et ils sont déstabilisés qu’une femme puisse maîtriser ces logiques industrielles, économiques. Bien préparer son terrain, autant par une bonne connaissance des modes de présentation que du travail des enquêtés permet à la chercheuse d’objectiver l’échange et de reprendre une position dominante.

Après ces présentations qui ont permis de faire dialoguer trois manières d’aborder le travail pornographique, le public nombreux a permis d’engager un débat animé, notamment sur la pornographie de manière plus générale, sur les processus de désexualisation mis en œuvre dans ces travaux, sur la place des femmes non actrices face à la pornographie hétérosexuelle masculine et sur le travail de légitimation du cinéma pornographique. Ces échanges ont pu montrer que c’est en prenant des angles sociologiques précis et rigoureux, tels que celui de la sociologie du travail ou de la sociologie des médias, que le chercheur dépasse les prénotions et légitime son objet et sa recherche.

Judy Minx, Mathieu Trachman et Béatrice Damian-Gaillard
Judy Minx, Mathieu Trachman et Béatrice Damian-Gaillard

Autour de Langlois et Seignobos : Gérard Noiriel, Antoine Prost, et Claire Zalc sont les invités du séminaire « Re/lire »

Par Nicolas Bonnard

A l’occasion de la réédition par la Bibliothèque Idéale des Sciences Sociales (Bi2S)  de deux ouvrages anciens, l’Introduction aux Sciences sociales  de Charles Seignobos et Victor Langlois (1897) et La méthode historique appliquée aux sciences sociales (1901) du même Seignobos, le séminaire « Re/lire les sciences sociales » va avoir le plaisir d’accueillir Gérard Noiriel, Antoine Prost – auteurs des préfaces de ces nouvelles éditions – et Claire Zalc – responsable de la série « Histoire » de la Bi2S. La séance aura lieu le lundi 17 février de 13h30 à 16h à l’ENS de Lyon, 15 parvis René Descartes, salle 104.

Charles Seignobos et Victor Langlois sont des chefs de file de l’école méthodique, qui vise à l’objectivité de l’histoire en appliquant des techniques rigoureuses à l’inventaire des sources et la critique des documents. Les ouvrages dont il est question s’inscrivent dans cette lignée. De plus, ils paraissent à un moment d’institutionnalisation universitaire de l’histoire. A ce titre, l’objectif est également de légitimer celle-ci en tant que discipline. La méthode qui est exposée a été largement critiquée par l’école des Annales, et garde encore aujourd’hui mauvaise presse chez beaucoup d’historiens.  Pourquoi les rééditer et en parler aujourd’hui ? Les trois invités du séminaire ont pour point commun, outre leur profession d’historien, d’avoir réfléchi et écrit sur la manière de faire l’histoire. Leur contribution aux rééditions des ouvrages de Seignobos et Langlois nous invite à relire et repenser leur travail. Il ne s’agit pas ici de montrer seulement l’apport essentiel qu’ont eu ces travaux dans la construction de la discipline historique, de les considérer eux-mêmes comme des documents historiques, déjà quelque peu poussiéreux et dépassés. Il s’agit de voir pourquoi ces travaux sont encore utiles à l’historien, en quoi ils sont encore d’actualité.

Les préfaces d’Antoine Prost et Gérard Noiriel soulignent la pertinence d’une telle relecture. Ils rappellent comment les auteurs ont écrit dans un contexte de constitution de la science historique, animés par le souci de démontrer la scientificité de l’histoire, en se démarquant à la fois des disciplines plus théoriques, comme la sociologie, et des récits d’histoire « grand public ». Ce travail leur a valu de nombreuses critiques, les taxant de « positivistes », les accusant d’avoir « prôné une forme de connaissance empiriste, niant la construction du fait historique, ou d’avoir enfermé la discipline dans un corporatisme hostile à la philosophie » (G.Noiriel). La plupart de ces critiques sont infondées, et reposent sur une mauvaise lecture des textes. Cela ne leur ôte pas leurs défauts, mais amène à reconsidérer l’actualité de ces réflexions parues au tournant du siècle dernier. Ainsi, à condition de prendre autant de précautions en lisant le travail des historiens qu’en lisant les documents, comme le préconisait Seignobos lui-même, le lecteur peut découvrir « l’ampleur, la modernité et l’importance de l’épistémologie » de ces auteurs (Antoine Prost).

Cette relecture de Seignobos et Langlois dépasse cependant le simple cadre historique. En définissant l’histoire comme un « procédé de connaissances » qui s’appuie sur des représentations du réel et non le réel lui-même, Seignobos dégage un point commun à toutes les sciences sociales, qui reposent sur des « observations indirectes ». En fixant les cadres de la méthode historique, les ouvrages portent une réflexion sur la méthode à utiliser dans les sciences sociales quelles qu’elles soient.

C’est donc un public qui ne se limite pas seulement aux historiens qui est convié à la cinquième séance du séminaire « relire les sciences sociales » qui se tiendra le lundi 17 février ; toute personne s’intéressant aux sciences sociales est invitée à venir échanger avec Antoine Prost, Gérard Noiriel et Claire Zalc.

Informations pratiques pour assister au séminaire :

http://www.liens-socio.org/Reinventer-la-science-historique

Gérard Noiriel :

Historien, directeur d’études à l’EHESS et membre de l’IRIS (EHESS), Gérard Noiriel a travaillé sur l’histoire de l’immigration en France (Le creuset français, 1988 ; Population, immigration et identité nationale en France (XIX-XXème siècle), 1992) ainsi que sur l’histoire ouvrière (Les ouvriers sidérurgiques et les mineurs de fer du bassin de Longwy-Villerupt (1919-1939), 1984). Il a également développé une réflexion sur les questions interdisciplinaires et l’épistémologie en histoire, notamment avec la publication de Sur la « crise de l’histoire » (1996) où il explore les débats, les conflits suscités par la discipline historique ainsi que la naissance du métier d’historien aux XIXèmes et XXèmes siècles.

Antoine Prost :

Historien, professeur émérite à l’université Paris 1 et membre du Centre d’histoire sociale du XXe siècle, Antoine Prost étudie la société française du XXème siècle selon les groupes, les institutions, les mentalités. Ses travaux portent en particulier sur les anciens combattants (Les Anciens Combattants et la société française (1914-1939), 1977) et les questions d’éducation (L’enseignement en France (1800-1967), 1968 ; Education, société et politique. Une histoire de l’enseignement en France, de 1945 à nos jours, 1992). Il mène également une réflexion historiographique, en particulier avec Douze leçons sur l’histoire (1996), où il montre l’influence de l’ancrage socio-institutionnel de l’historien sur ses travaux, démonte clairement les étapes de la méthode historique et s’interroge sur le métier d’historien.

Claire Zalc :

Historienne, chargée de recherches au CNRS et membre d’Institut d’histoire moderne et contemporaine (IHMC), travaille sur l’immigration en France au XXème siècle  (Melting Shops. Une histoire des commerçants étrangers en France, 2010 ;  Petites entreprises et petits entrepreneurs étrangers en France, 19e-20e siècles, avec Anne-Sophie Bruno, 2003). Ses recherches portent aussi sur la Shoah (Face à la persécution. 991 Juifs dans la guerre, 2010 ; direction de Pour une micro-histoire de la Shoah (2013) avec Tal Bruttmann, Ivan Ermakoff et Nicolas Mariot). Parallèlement, elle mène une réflexion sur les manières de faire et dire l’histoire : elle a publié avec Claire Lemercier Méthodes quantitatives pour l’historien (2008) où elle explore les raisons et l’utilité de telles méthodes à l’heure de l’informatique tout en revenant sur l’histoire de l’utilisation des statistiques par les historiens.