Le travail pornographique : Mathieu Trachman est le premier invité du séminaire RE/LIRE 2013-2014

Philippe Hurteau, Canal R.3 Impression numérique sur bâche, 50 x 89 cm.
Philippe Hurteau, Canal R.3
Impression numérique sur bâche, 50 x 89 cm.

Le « travail pornographique »… Ce sera le sujet de la première séance du séminaire RE/LIRE 2013-2014 : nous recevrons en effet, le lundi 25 novembre prochain, le sociologue Mathieu Trachman, qui a consacré une longue recherche ethnographique à la profession d’acteur pornographique, dont il rend compte dans un livre, justement intitulé Le travail pornographique, paru cette année.

La présentation de Mathieu Trachman sera suivie d’une discussion avec Béatrice Damian-Gaillard (maître de conférence à à l’Université de Rennes 1, spécialiste des questions de genre et des rapports sociaux de sexe dans les médias) et Judy Minx (actrice pornographique et militante du Syndicat du travail sexuel), et avec le public présent. La discussion a été préparée et sera animée par Elodie Hommel, doctorante à l’ENS de Lyon, et par Salomé Fournet-Fayas, Sophie Iffrig et Paul Scherer, étudiant-e-s à l’ENS de Lyon.

Elle aura lieu le lundi 25 novembre de 13h30 à 16h à l’Institut d’Études Politiques (IEP), 14 avenue Berthelot, Lyon 7e, salle 303 (bâtiment rue Appleton). L’accès est libre.

Pour plus d’informations : http://www.liens-socio.org/Le-travail-pornographique

Présentation

Mathieu Trachman étudie l’érection du « capitalisme fantasmatique » à travers une approche microsociologique : la pornographie hétérosexuelle est analysée comme monde professionnel, doté d’un fonctionnement propre et de codes spécifiques.

Le législateur a contribué à façonner ce monde professionnel et à en limiter la sphère d’influence. Isolée du monde cinématographique, dépourvue d’une dimension artistique qu’elle revendique au départ, cette profession se trouve décrédibilisée.

Mathieu Trachman montre dans son travail la difficulté des acteurs à appréhender la diversité du monde pornographique hétérosexuel. En effet, il n’existe pas de frontière stricte entre les professionnels et les amateurs parmi les pornographes. Au regard du monde cinématographique, beaucoup s’estiment être des amateurs, la pornographie étant supposée exiger moins de compétences techniques et d’expérience. Cependant, à l’intérieur du groupe des pornographes, un certain nombre de professionnels semblent se détacher : la pornographie est leur activité principale, ils fidélisent leurs acteurs et leurs équipes, leurs films sont repris dans la presse spécialisée – Hot Vidéo, par exemple, contribue à leur donner une certaine reconnaissance. Les amateurs seraient dès lors des particuliers qui se lanceraient dans la réalisation de clips et de films postés sur Internet avec des moyens techniques très réduits. Cette analyse est trop restrictive : les amateurs sont peut-être les plus à même de capter ce qui peut échapper aux professionnels, de donner à voir l’acte sexuel et la jouissance sous son angle le plus immédiat – de « faire vrai ». La médiation de l’image et la distanciation censée l’accompagner se trouvent donc remises en question par les amateurs.

Au-delà de l’action du législateur, qui rend opaques les contours de la pornographie hétérosexuelle, une compétence spécifique unifie ce groupe et le constitue donc comme profession à part entière. Ces « hétérosexuels professionnels » ont en effet la capacité de saisir les fantasmes masculins et de les mettre en images.  Il ne s’agit pas pour eux de donner à voir des comportements supposés « pervers », mais de donner vie à des fantasmes que les individus osent rarement mettre en pratique dans la sphère privée.

Si le monde pornographique est défini par un cadre légal, il suit également une logique de marché : les pornographes considèrent qu’ils répondent à une demande et permettent aux fantasmes de s’incarner – reste que le rôle de leurs propres fantasmes est difficile à définir. Le sociologue mène ici une réflexion sur la frontière entre sphère intime privée et sphère intime publique. En effet, l’intimité est à la fois mise à distance et mobilisée : l’acte sexuel est encadré par une équipe de professionnels qui s’attachent à saisir les désirs des acteurs pour « faire vrai ».

Il convient cependant, à l’instar de Mathieu Trachman, de distinguer les actrices des acteurs : dans la mise en scène des fantasmes masculins, la prestation des unes n’a pas la même importance symbolique que celle des autres. La comparaison des différentes carrières, des rémunérations et du rapport à l’activité pornographique est l’un des principaux outils de la réflexion proposée. La présence, à l’occasion de cette séance, de Béatrice Damian-Gaillard, spécialiste des questions de genre, et de Judy Minx, actrice pornographique membre du STRASS, syndicat du travail sexuel, promet d’aider à mettre cette enquête en perspective, ainsi que permettre de questionner le rapport des acteurs et des pornographes à l’homosexualité.

Bibliographie indicative de Mathieu Trachman

Le travail pornographique. Enquête sur la production de fantasmes, La Découverte, collection « Genre et sexualité », 2013

« Voiler les beurettes pour les dévoiler. Les doubles jeux d’un fantasme pornographique blanc », Modern & Contemporary France, vol. 21, n° 2, 2013 (avec Eric Fassin)

« Hiérarchie des salaires et plaisir au travail dans la pornographie française », Ethnologie française, n ° 43, 2013

Des hétérosexuels professionnels. Genre, sexualité et division du travail dans la pornographie française (1975-2010), thèse de doctorat sous la direction d’Eric Fassin et Rose-Marie Lagrave, EHESS, 2011

« Le métier de pornographe : rhétorique, contrôle et savoir d’un groupe professionnel discrédité », Sociologie du travail, vol.  53, n° 4, 2011, 1er prix du jeune auteur 2010

« Défendre la culture gaie. Entretien avec David Halperin », Genre, sexualité et société, n°4, 2010

« Actualité des échanges économico-sexuels », Genre, sexualité et société, n °2, automne 2009 (avec Marlène Benquet)

Entretiens

« Pornographie : entretien avec Mathieu Trachman », Huffington Post, 23 janvier 2013 (durée : 9m54s) :http://www.huffingtonpost.fr/2013/01/23/pornographie-mathieu-trachman-entretien_n_2532466.html

Bibliographie indicative de Béatrice  Damian-Gaillard

« Le courrier des lecteurs et des lectrices d’Union : scripts culturels de l’amour sexuel », Le temps des médias n° 19, 2012

« Entretiens avec des producteurs de la presse pornographique : des rencontres semées d’embûches… », Sur le journalisme, About journalism, sobre jornalismo, 2012, Vol. 1, No.  1

« Processus de féminisation du journalisme politique et réorganisations professionnelles dans les quotidiens nationaux français », Communication, vol. 28(2), Université de Laval, Québec, 2011 (avec Eugénie Saitta)

Le journalisme « au féminin » : assignations, inventions, stratégies, Presses Universitaires de Rennes, collection « Res Publica » juillet 2010 (sous la direction d’Eugénie Saitta, avec Cégolène Frisque)

« Le journalisme au prisme du genre. Une problématique féconde »,  Questions de communication, n°15,  2009 (avec Cégolène Frisque et Eugénie Saitta)

« Sexualité et presse féminines : Éros au pays du dévoilement de soi »,MEI, n°20, 2004 (avec Marianne Charrier-Vozel)

Filmographie indicative de Judy Minx

Mommy is Coming (2012), de Cheryl Dunye

Fucking Different XXX (2011), de Bruce LaBruce, Émilie Jouvet, Todd Verow, Maria Beatty, Jürgen Brüning

Much More Pussy ! (2011), d’Émilie Jouvet

Roulette Toronto (2010), de Courtney Trouble

Too Much Pussy ! Feminist Sluts, a Queer X Show (2010), d’Émilie Jouvet

Les travailleu(r)ses du sexe (2010), de Jean-Michel Carré

Roulette Berlin (2009), de Courtney Trouble

Histoire(s) de sexe(s) (2009), d’Ovidie et Jack Tyler

Entretiens

« La pornographie et les TICs. Entretien avec Judy Minx », ETIC, Télécom Paris Tech, 2013

« Interview de Judy Minx », Journal du Hard, Canal+, 2012

« Judy Minx, cervix compris », Next. Libération, 2011

« Judy, actrice porno, 525 euros par mois, jamais à découvert », Rue 89, 2010