Compte rendu de la séance autour de Vidal de la Blache

Compte rendu proposé par Frédéric Spillemaeker, élève en M2 Histoire moderne et contemporaine à l’ENS de Lyon

Pourquoi relire aujourd’hui une œuvre si critiquée, notamment dans les années 1970 par les géographes Jacques Lévy et Yves Lacoste, et considérée par d’aucuns comme dépassée. D’abord parce que si critiquée qu’elle soit, l’œuvre de Vidal n’en est pas moins fort peu lue, alors même qu’on lui accorde un statut fondateur sur le plan scientifique, méthodologique, voire idéologique.

Le manque de lectures et de relectures contemporains de cet auteur, explique qu’une séance soit consacrée à l’ouvrage Principes de géographie humaine, publié en 1922,dans le cadre du séminaire Re/lire les sciences sociales. L’animateur et discutant de la séance est Yann Calbérac (ATER à Paris-Sorbonne), Isabelle Lefort, professeure et géographe à l’université Lumières-Lyon 2 est invitée à présenter l’intérêt de la republication et de la relecture de cette ouvrage de Vidal de la Blache. Caroline Bouchier, élève en master à l’ENS de Lyon, anime la séance de questions finale.

I.  Naissance et postérité de la géographie vidalienne

1.  L’avènement d’une discipline scientifique

Yann Calbérac nous propose un parcours à travers les différents temps de la réception de l’œuvre de Vidal de la Blache. Il y eut en effet un moment vidalien, au moins jusqu’en 1918, pendant lequel, les méthodes de Vidal de la Blache régnèrent sans partage sur la géographie française. Malgré sa postérité, Vidal laissa peu d’écrits, il fut avant tout un professeur, enseignant successivement à Nancy, rue d’Ulm, et à la Sorbonne.

Né en 1845, Vidal de la Blache est le pur produit d’une méritocratie pas encore républicaine, il est reçu en histoire à l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm. Membre de l’Ecole d’Athènes, il entreprend d’abord des recherches archéologiques sur Hérode Atticus.

Vidal de la Blache vient à la géographie en s’opposant à l’école allemande de géographique, qui subordonne toute action au déterminisme du milieu. Au contraire, comme nous l’explique Yann Caldérac, « Vidal cherche à montrer que c’est l’homme qui dispose du milieu que propose la nature. » En somme il s’inscrit dans une tradition scientifique française qui accorde à l’homme un rôle majeur, depuis que Descartes le décrivait comme devant se rendre « maître et possesseur de la Nature. » Vidal est aussi un disciple des positivistes qui s’attachent à comprendre l’organisation et le fonctionnement des phénomènes.

Vidal cherche à instituer la géographie comme discipline scientifique, mais aussi comme science humaine.  La géographie française de l’époque est avant tout une géographie coloniale et commercial, Vidal entend l’émanciper des contraintes sociales pour lui donner toute sa place à l’université.

Vidal de la Blache souhaite aussi faire éclater la division traditionnelle entre l’explorateur de terrain et le géographe de cabinet. C’est la géographie régionale qui le permet, donnant au géographe lui-même la possibilité d’arpenter le terrain qu’il décrit : il s’agit d’ « étudier à l’échelle moyenne les relations homme-milieu ». Le cadre à étudier est celui de la région, dont les limites sont déterminées en vertu des contraintes pratiques du travail géographique : une région est un territoire qu’il est possible d’étudier en 10 ans.

Ainsi, c’est de l’objet, en l’occurrence de la région, que dépend la méthode elle-même.

Le travail de Vidal de la Blache paie et la discipline géographique se fait une place à l’université. Des thèses de géographie régionale sont entreprises, souvent tournées vers d’autres sciences : la thèse de Jules Vacher sur le Berry fait la part belle à l’hydromorphologie, tandis que celle de Jules Sion sur les paysans de Normandie propose une approche presque ethnologique.

 2.  Science et idéologie

Cependant, la géographie naissante doit faire face à de vives critiques de la part des sociologues, en particulier de François Simiand qui critique une science qui n’arrive pas à définir la part du facteur.

Yann Calbérac explique que Vidal, est parvenu à couper les liens entre géographie et société en forgeant une nouvelle méthode scientifique. Cependant, la géographie participe pleinement au programme idéologique de la Troisième République. En effet, le Tableau de la géographie de la France, montre une complémentarité des régions qui forment la nation par leur agencement harmonieux: Anne-Marie Theis a étudié cette « construction de la nation-France par le dépassement des régions. »

Par ailleurs, l’étude de la carte topographique acquiert une importance stratégique, car on a prétendu qu’une des raisons de la défaite était la supériorité des officiers et sous-officiers prussiens dans le domaine cartographique.Vidal a d’ailleurs commencé sa carrière à Nancy dans cette « France de l’Est » qui lui est chère, sur ces terres auxquelles s’attache le nationalisme français du temps de « la revanche », le regard tourné vers la ligne bleue des Vosges.Enseigner la géographie à Nancy prend alors une dimension politique majeure : il s’agit de construire une géographie française face aux provinces conquises par l’Allemagne.

Ainsi, Yann Calbérac montre que la création d’une discipline en apparence dépolitisée sous l’égide de Vidal, correspond en fait à une forte demande sociale et politique. De de fait, la géographie vidalienne fut critiquée comme idéologie par les géographes Yves Lacoste et Jacques Lévy dans les années 1970. La géographie vidalienne devenait un enjeu de clivage épistémologique, mais aussi générationnel et politique.

 

II.  La nouveauté d’un classique

Aussi convient-il dans une seconde partie présentée par Isabelle Lefort de se demander que signifie aujourd’hui la réédition numérique de ce texte, et en quoi peut-il être considéré comme un classique ?

Isabelle Lefort rappelle qu’un classique est d’abord un ouvrage qu’on étudie dans les classes. Or, contrairement aux Tableaux géographiques de la France, ou à la France de l’Est, c’est loin d’être le cas des Principes de géographie humaine.

Ce texte est peut-être le moins classique des ouvrages de Vidal, il est pourtant l’un des plusprécieux pour comprendre sa démarche scientifique. Il laisse en effet apparaître une « tension entre une grande maturation personnelle et un inachèvement », et se caractérise par un littérarité très travaillée.

Mais Vidal fait aussi preuve d’une étonnante modernité dans son travail en cherchant à se saisir d’une mondialisation en marche.Dans son étude, Vidal décrit les groupes humains, comme mouvant et changeant, il ne croit pas à la fixité des hommes et de leurs cultures.

 1.  La circulation des hommes

Vidal se propose de résoudre des énigmes géographiques dans la répartition des groupes humains à la surface du globe : comment interpréter les pleins et les vides, les différents modes d’être par les humains sur terre, comment habite-t-on son oekoumène ?

Isablle Lefort nous explique que Vidal se propose de résoudre ces énigmes par la mobilité, la circulation, le cheminement des groupes humains.

Ainsi, par cette mise en avant du mouvement des hommes, Vidal démontre qu’en groupe, l’homme est bel et bien un facteur géographique.

De ce fait Vidal est un « géographe du temps de la mondialisation ; du tournant de cette mise en branle des hommes, des richesses, des savoirs. »

Néanmoins, Isabelle Lefort pointe aussi certaines limites de l’œuvre vidalienne : la démonstration peine souvent à monter en généralité, et les principes en sont plus descriptifs que normatifs.

 2.  Une géohistoire ?

Du fait de cette mise en avant des circulations, la géographie vidalienne est nécessairement diachronique, et il semble par moments que l’explication d’Isabelle Lefort nous donne à voir une véritable géohistoire vidalienne.

Cette démarche devait avoir une prestigieuse postérité dans les sciences humaines en France, car l’exploration de la palette des temporalités influence grandement les réflexions de nombreux historiens ; que l’on songe à la thèse révolutionnaire de Fernand Braudel sur la Méditerranée à l’époque de Philippe II.

Isabelle Lefort pointe aussi les convergences de Vidal de la Blache avec Lucien Febvre, auteur la même année de la Terre et l’Evolution humaine. Febvre défend Vidal contre Simiand en utilisant les mêmes matériaux, les mêmes questionnements ; en se les appropriant sous sa plume, il fait de Vidal un des inspirateurs de sa réflexion, et contribue à lui attribuer un rôle fondateur dans les sciences humaines en France.

A l’issue de cette présentation différentes questions sont posées, notamment celle de l’impensé de la ville dans la pensée vidalienne. Yann Calbérac souligne que cette critique souvent adressée à Vidal, ne tient pas compte du fait que l’ouvrage est d’abord la préface d’une histoire de France à partir des Gaulois, et qu’il doit donc plantée le décor d’une France encore sans villes. De plus, le paradigme vidalien de la circulation est aujourd’hui redécouvert dans le cadre de l’étude des réseaux urbains. Dans son approche des différentes civilisations, il est souligné que Vidal ne véhicule pas les clichés racistes de son époque contrairement à d’autres auteurs de la même époque, Lucien Febvre notamment. Vidal définit les civilisations à partir d’une culture matérielle et immatérielle, et fidèle à ses théories du mouvement des hommes, il estime que leur épuisement vient de leur isolement et qu’à l’inverse l’inventivité se développe par l’intensité des échanges et des contacts.