Séance sur la collection « Sociorama » (27/02/17) : une BD sociologique est-elle possible ?

Voir la conférence filmée

 « Sociorama » est une jeune collection (les deux premières bandes-dessinées étant parues en janvier 2016) qui invite à lire ou relire la sociologie à travers la BD. Nous avons eu le plaisir d’accueillir lors de cette séance, Yasmine Bouagga, codirectrice de la collection, Anne Lambert, sociologue à l’INED et co-auteure de Turbulences, et Julien Guerri, auteur-dessinateur sous le pseudonyme d’Helkarava et auteur de La banlieue du 20h. Chacun des intervenants incarnait un point de vue sur l’ « aventure Sociorama », et une place dans le processus de création. La conférence a commencé par une présentation générale de la collection par Yasmine Bouagga ; puis Anne Lambert et Helkarava ont parlé de leur contribution à leur ouvrage respectif.

Présentant ici le projet et les différentes interventions, nous chercherons à montrer l’enjeu et le défi de la collection « Sociorama » : comment la scientificité de la sociologie peut être réinsérée, réinscrite dans le support a priori non scientifique qu’est la BD ?

Le projet de la collection « Sociorama » (Yasmine Bouagga)

Yasmine Bouagga est sociologue et codirectrice de la collection avec Lisa Mandel, dessinatrice.

La collection résulte du projet conjoint de plusieurs sociologues de l’ENS Ulm qui ont constaté la proximité entre leurs recherches ethnographiques et la BD : la prise de notes ethnographique vise à rendre le plus fidèlement possible ce qui a été observé sur le terrain, et le dessin peut s’avérer un outil très efficace. De plus, la BD comme le travail ethnographique portent une attention toute particulière aux dialogues, qui sont des illustrations sur les relations sociales entre les agents (les personnages) La collection est financée par Casterman, et chaque BD est tirée à 5000 exemplaires. Le projet est semblable à la bédéthèque des savoirs des éditions Lombard, qui, sur un principe similaire associait un essayiste scientifique avec un dessinateur. Ces BD n’ont pas vocation à être un cours illustré, mais un support de vulgarisation qui vise à intéresser le lectorat de BD à la sociologie. Les BD doivent faire 160 pages, être en noir et blanc, sans notes, ni bibliographie, ni termes scientifiques (notions et  concepts sociologiques). Un autre défi est de ne pas faire de la sociologie une source de gags et de rester fidèle à l’enquête de terrain, ce qui est parfois assez difficile à concilier avec l’autonomie des artistes. Comme en témoigne Helkarava, les contraintes ont été assez fortes pour les dessinateurs : le réalisme sociologique et l’exigence d’objectivité ne s’accordent pas toujours au monde tel que les dessinateurs avaient pour habitude de le représenter.

Le processus type de création d’une BD Sociorama est décrit par Yasmine Bouagga : d’abord l’écriture d’un synopsis (quel personnage fait quoi?),  qui doit mettre en avant les résultats de l’enquête. Le story-board est lu et discuté par un comité scientifique pour s’assurer qu’il remplit les exigences de fidélité à l’enquête. Ensuite le travail est assez long : il y a des allers-retours entre le dessinateur et le comité scientifique pendant 9 à 10 mois avant de sortir un volume fini avec une narration fluide qui restitue les résultats de l’enquête.

Ainsi, choisissant de mettre la sociologie en BD, le projet vise à passer d’un support (académique et scientifique : un texte long, non littéraire, avec des notions théoriques et des concepts, des chiffres et graphiques à l’appui…) à un autre (des planches de BD avec beaucoup d’image et peu de texte, sans usage de notions sociologiques ni références bibliographiques….). Quels arbitrages sont nécessaires pour passer de la recherche à la BD ?

La sociologue et le dessinateur, illustrer l’ethnographie d’un long courrier (Anne Lambert)

Turbulences est la mise en BD du travail ethnographique d’Anne Lambert : c’est une de ses premières recherches post-doctorales, une enquête ethnographique sur les longs et courts courriers à Air France. L’idée d’enquêter sur ce terrain lui est venue en suivant une formation anti-stress pour les phobiques de l’avion. Elle s’est intéressée aux deux groupes sociaux constitutifs du personnel naviguant, les pilotes d’un côté, les hôtesses et stewards de l’autre. Ces deux groupes travaillent côte-à-côte dans des conditions très différentes : la sociologue analyse les effets de classe et de genre sur le temps et les conditions de travail.

La BD nous livre trois points de vue sur le vol d’un long courrier, celui des pilotes, d’une passagère phobique de l’avion, et celui des hôtesses et stewards. La présentation d’Anne Lambert met d’abord l’accent sur le travail de coopération avec le dessinateur Baptiste Virot. Pour traduire en dessins son travail ethnographique, Anne Lambert a beaucoup utilisé le support photographique (qui ne peut pas forcément être rendu dans les publications classiques) pour donner un support solide au dessinateur. La scénarisation de l’enquête permet de mettre en scène de façon synthétique un certain nombre d’idéaux-types observés par l’enquêtrice, et de décrire les rapports sociaux à travers la BD sans employer de concepts sociologiques. On notera que la sociologue est absente de la BD : si Anne Lambert a clairement inspiré le personnage de la jeune passagère phobique de l’avion, le travail de médiation scientifique et scénaristique a pris le parti d’effacer la personne de l’ethnographe de la BD.

Anne Lambert explicite l’enjeu de la vulgarisation dans le monde de la recherche : elle compare les champs académiques français et canadien, où dans ce dernier 20% de l’évaluation du CV d’un chercheur sont consacrés au « transfert de connaissance ». C’est pour Anne Lambert une dimension importante du travail de chercheur, qu’il faudrait encourager davantage. Une reconnaissance institutionnelle des œuvres comme Sociorama permettrait de prendre en compte et de valoriser les efforts pour rendre accessible la recherche scientifique.

 La publication de la BD met l’enquêtrice face à un autre enjeu de la diffusion scientifique : elle est beaucoup plus susceptible d’être lue par ses enquêtés. Pour les ressources humaines d’Air France cela a posé quelques problèmes ; ils n’avaient certes pas droit de regard sur la publication, mais ont réagi en fermant le terrain, alors que l’enquête n’était pas terminée ! La BD a cependant été bien reçue par le personnel naviguant, malgré la caricature qui a pu en être fait ; les pilotes, par exemple, y sont représentés comme étant extrêmement virils. L’autre conséquence de la publication en BD est liée à l’effet du dessin, qui contribue à la caricature : l’oralisation des discours et la caricature présentent certes l’intérêt de donner à voir des éléments saillants, mais ils posent la question de la montée en généralité et de la représentativité de ce qui est dessiné. Un élément de réponse peut être apporté par la démarche de représentation d’idéaux types pour mettre en scène par le dessin des concepts sociaux, qui sont un premier pas vers cette montée en généralité.

Le regard sociologique et le travail créateur, dessiner La banlieue du 20h (Helkarava)

Si dans le cas de Turbulences, sociologues et dessinateurs travaillaient ensemble, La Banlieue du 20h est davantage le résultat des multiples retours sur les choix esthétiques d’un dessinateur, commentés, revus et corrigés par Jérôme Berthaut (auteur de la thèse à l’origine de La Banlieue du 20h). La présentation d’Helkarava nous livre ainsi un autre point de vue sur le travail de création, nous permettant de comprendre plus encore quels arbitrages sont nécessaires pour passer de la recherche à la BD. Le dessinateur raconte comment il a vécu tout le processus énoncé précédemment par Y. Bouagga (proposition d’un scénario, évaluation par la direction de la collection, puis par un comité scientifique, mise au point du story-board, multiples relectures…), illustrant ainsi le long processus de création et d’adaptation. Par son témoignage, nous voyons comment le travail artistique est critiqué par l’œil sociologique ; comment la scientificité de la sociologie est réinsérée dans la BD.

Le contrôle scientifique : la thèse (en amont) et le comité de sociologues (en aval).

D’abord les dessinateurs doivent lire la thèse (ou l’ouvrage sociologique) à adapter en BD – lectures auxquelles ils sont souvent peu familiers – afin de connaitre le propos à illustrer. Puis, le travail de scénarisation commence : le dessinateur doit rendre l’histoire intéressante, « qu’on ne s’ennuie pas à la lire » ; même si le scénario finalement choisi est souvent assez plat car différents points de vue sur un « monde social » doivent apparaître[1]. Pour arriver à la version finale de la BD, les dessins et textes sont revus de près par un comité scientifique : les sociologues veillent à ce que les dessins et bulles soient sociologiquement vraies, du moins probables. Par exemple, le sociologue sera sensible aux registres d’expression des différents personnages, qui sont toujours socialement situés. Ces retours et critiques sont parfois difficiles à recevoir par les artistes : le regard scientifique du sociologue serait-il incompatible avec le point de vue esthétique de l’artiste-dessinateur ? Pour faire une BD sociologique, l’artiste ne serait-il pas le premier à être sensibilisé à la sociologie ; voire converti, jusque dans sa façon de représenter le monde social ?

Avoir un point de vue sociologique sur le monde.

Pour illustrer La banlieue du 20h, Helkarava a réalisé un stage dans un JT afin d’avoir un aperçu visuel et découvrir l’univers professionnel du JT, et des observations pour avoir une « image » de la banlieue. Car l’image qu’il avait de la banlieue posait problème : son approche artistique de la ville ne convenait pas à J. Berthaut, car elle donnait à voir une ville (et surtout, une banlieue) « torturée, salle, sombre ». Aussi a-t-il dû convertir son regard, et abandonner sa vision négative et « sécuritaire » de la banlieue (celle-là même que construisent et présentent les JT), et dessiner des immeubles plus propres, plus accueillants.

L’artiste a donc dû convertir son regard, afin de représenter le monde social tel que le sociologue l’a observé et décrit dans son travail de recherche. Passer d’un support à un autre c’est donc aussi passer d’un univers académique d’initiés (les sociologues ou apprentis sociologues) à un univers « profane » de non-initiés à la sociologie (les dessinateurs). L’illustrateur doit donc en un sens se socialiser à la discipline, afin d’avoir une façon de voir, de penser, et de dessiner plus proche de la réalité sociologique.

L’enjeu et le défi de « Sociorama » est de « résumer » par des dessins (et des bulles de dialogue) une thèse sociologique, sans caricaturer les résultats et en restant fidèles à ceux-ci. Il s’agit donc de transmettre une connaissance sociologique via une histoire (et non uniquement par du texte, des chiffres, et des concepts), et d’initier ainsi à la sociologie, et peut-être surtout au regard sociologique. Mêler sociologie et BD, c’est mêler deux regards sur le monde social, celui du sociologue et celui du dessinateur-auteur. Tous deux doivent faire des « compromis mutuels » : le dessinateur ne peut pas représenter sa propre vision artistique et bien souvent remettre en cause son point de vue esthétique (du moins dans le cas de La banlieue du 20h) ; mais le sociologue ne doit pas oublier qu’il y a une histoire à raconter, des personnages à faire vivre, des lecteurs à  captiver, au-delà de la simple érudition. En tout cas, le projet est bien sous le signe d’une diffusion du savoir sociologique, puisque le lecteur est placé au centre des arbitrages et négociations entre sociologues et dessinateurs.

[1] Par exemple, dans La banlieue du 20h, le lecteur suit un jeune journaliste qui part enquêter sur la banlieue ; et c’est par ce personnage que nous entrons dans l’univers du Journal Télévisé (JT), saisissons son fonctionnement et les rapports entre les salariés (rapports de hiérarchie entre chefs, rédacteurs en chef, présentateurs, pigistes précaires…).

Baptiste Bailly et Théoxane Camara (élèves à l’ENS de Lyon)

Compte rendu de la séance du 13 mars 2017 : Bernard FRIOT, « Émanciper le travail, entretiens avec Patrick Zech »

« Un chercheur en sciences sociales, on lui demande d’épier l’émancipation. S’il ne fait pas ça, il ne sert à rien. » Si le constat paraît de bon sens, il fait pourtant l’originalité de la démarche de Bernard Friot, économiste et sociologue du travail à l’Université Paris-10 Nanterre, qui a publié en 2014 Émanciper le travail, entretiens avec Patrick Zech[1]. Ces mots, il les a prononcés le lundi 13 mars 2017, lorsqu’il a été invité à l’ENS de Lyon, dans le cadre du séminaire « Re/lire les sciences sociales », pour revenir sur son livre ou, plus précisément, sur la théorie de la valeur qu’il construit dans cet ouvrage et l’articulation entre recherche et militance qui lui est propre. Pour discuter avec lui de cette tension réactualisée entre le savant et le politique, Usul, vidéaste et auteur de la web-série « Mes chers contemporains », a proposé une réflexion sur son travail de vulgarisateur, de « passeur d’idées », de « pont » entre la recherche académique, la militance de type CGTo-communiste et les forces vives qui se font de plus en plus entendre chez la jeunesse. Nous présenterons ici les points essentiels du contenu des interventions de Bernard Friot et d’Usul dans l’ordre où elles ont été prononcées.

La démarche de Bernard Friot a pour point de départ un contre-postulat. Selon lui, la science sociale critique postule qu’il n’y a qu’une classe pour soi, la classe bourgeoise dominante, et qu’il n’y a en face d’elle que des dominés, des « victimes » dont elle se donne pour objectif d’être « solidaire » en en dénonçant la misère. Ce postulat, dominant en sociologie à la suite de l’oeuvre de Pierre Bourdieu, participe en réalité d’un récit du réel qui fait l’hégémonie de classe dominante. Il s’agit donc pour lui de pratiquer le postulat inverse, c’est-à-dire qu’il a bien existé et existe encore une classe révolutionnaire, qui, d’une part, a subverti à son profit les institutions capitalistes du travail, et dont, d’autre part, il s’agit pour le chercheur de donner à voir les luttes pour « l’émancipation ». Friot propose donc de faire voir, grâce à ce contre-postulat, le « vol de l’histoire populaire » auquel contribue le postulat de la science sociale critique, en retraçant trois des grandes étapes des conquêtes ouvrières.

La première institution du travail que Friot nous propose de relire à l’aune de son postulat, c’est le marché du travail et le contrat de travail. Se basant sur l’ouvrage de Claude Didry, L’institution du travail. Droit et salariat dans l’histoire[2], Friot montre que le contrat de travail doit être lu comme une conquête ouvrière et non comme une défaite. Contre le modèle proto-industriel du louage d’ouvrage dans lequel des marchands achètent à des marchandeurs de l’ouvrage fait et dans lequel les ouvriers sont invisibilisés, le mouvement ouvrier a imposé, à travers le principe de subordination du contrat de travail, aux capitalistes l’obligation d’être des employeurs, responsabilité à laquelle ils se dérobaient. De plus, le contrat de travail crée, contre le salaire « prix de la force de travail » du louage d’ouvrage, le salaire à la qualification. Contre le premier qui ne reconnaît les ouvriers que comme des êtres de besoins dont il faut laisser de quoi reproduire la force de travail, le second, lui, reconnaît, par la qualification du poste, une participation à la production de valeur économique.

Toutefois, il ne s’agit que d’une « conquête à demi » – en effet, c’est le poste, qui appartient encore aux capitalistes, qui est qualifié – en regard de la seconde institution du travail que subvertit le mouvement ouvrier : le statut de la fonction publique. Il trouve son origine dans les conquêtes coloniales : c’est pour pouvoir muter à volonté les officiers de marine, qu’est institué la qualification du grade et non du poste. Par le grade, c’est la personne même qui est qualifiée. Dès lors qu’il n’y a plus de poste, qu’il y a un grade, il n’y a plus d’emploi, et donc plus de marché du travail. Le statut de la fonction publique de Maurice Thorez de 1947 sort les fonctionnaires du marché du travail et institue, selon Friot, le salaire à vie, c’est-à-dire un salaire basé sur le grade – qui est un attribut de la personne – et versé à vie – car le régime des retraites de la fonction publique, selon lui, est, plus qu’un revenu différé, la continuation du salaire.

La marque du « vol de l’histoire populaire » s’observe encore dans la lecture de la création du régime général de la sécurité sociale de 1946. N’y voir que « la création de la sécurité sociale », c’est nier la subversion qu’institue le mouvement ouvrier. En effet, la sécurité sociale existe avant 1946 à travers un très grand nombre d’institutions dont la gestion n’est pas accessible aux travailleurs. Ambroise Croizat, en 1946, non seulement unifie le système mais surtout confie la gestion des caisses aux travailleurs qui ont, en 1960, géré jusqu’à l’équivalent du budget de l’État. Il s’agit donc fondamentalement d’un changement de la pratique de la valeur et non pas seulement d’un changement de la répartition de la valeur si l’on veut bien entendre qu’il n’y a pas qu’une « valeur » sans qualificatif et si l’on veut bien voir que la production de santé est, de ce fait, sortie des logiques capitalistes.

Pour Bernard Friot, il s’agit là, dans ces trois « conquêtes » de gestes « révolutionnaires », étant entendu que la révolution, contrairement à l’idée que l’on s’en fait souvent, ne tient pas dans le changement de régime politique, qui n’en n’est que l’aboutissement, mais dans le changement des modes de production. Elles instituent, petit à petit, une nouvelle définition du travail. À ce titre-là, Bernard Friot n’hésite pas à affirmer que la production de santé est communiste : elle est le produit d’une part d’investissements décidés par les travailleurs eux-mêmes et financés par une socialisation d’une partie de la valeur par les cotisations – ce qui fait de ces investissements des biens collectivement possédés – et d’autre part d’un travail payé par des salaires à vie.

Si les thèses de Bernard Friot font de lui, par certains aspects, une figure hybride entre le chercheur et le militant, Usul, qui a mis en vidéos la pensée de Friot, se trouve lui entre le chercheur et le militant au sens littéral. Dans cette intervention, qui est comme un retour réflexif sur une pratique de vidéaste-vulgarisateur qui a plus de profondeur qu’on ne le croit souvent, la question de départ d’Usul porte sur la manière de faire passer les idées que produisent les milieux universitaire et intellectuel aux milieux militants et à la société civile. Il pose la question du théorique et du politique au sein des trois champs médiatique, universitaire et politique. Partant de l’opposition entre émotion et raison, il montre que cette tension est bien moins convenue qu’il n’y paraît au premier abord et qu’elle est en réalité hautement politique.

Sa démarche de vulgarisation est d’abord présentée comme un abaissement des coûts culturels des théories politiques. Le vocabulaire technique dans lequel elles trouvent, sauf rares exceptions, leur formulation exclut de fait les non-initiés. Les idées abstraites issues de la réflexion théorique et d’une conceptualisation élaborée sont exprimées dans une grammaire qui leur est propre. Le travail du vulgarisateur est alors d’opérer une traduction, non pas uniquement lexicale, mais aussi formelle. La mise en récit, la mise en image, l’exemplification, mais aussi les schémas sont autant de manières de faire « passer les idées ». En particulier, les formats type « schéma froid » selon le mot d’Usul, sont beaucoup utilisés par les partis politiques et les médias « traditionnels ».

En réalité, cette manière de penser la communication politique, par ces « schémas froids » qui ne sont, somme toute, que des sortes de Power Points un peu plus ludiques et élaborés[3], est très socialement située. Elle relève d’un « snobisme de classe » : ce format est de fait très professoral, paternaliste, voire infantilisant. Il s’agit, d’une part, de montrer aux masses de manière ludique des faits et des raisonnements qu’ils vont pouvoir « se repasser s’ils n’ont pas compris » pour les partis politiques qui présentent leurs programmes ou, d’autre part, de leur pointer simplement le vrai du faux dans les propositions des candidats pour certains médias, qui donnent par là à leur activité de « fact-checking » une « mission de salut public ». L’objectif qu’il y a derrière cette démarche est de ramener la masse, elle qui réagit épidermiquement et irrationnellement, à « la raison » des élites. Or cette raison est socialement située, elle est bourgeoise : elle assimile la politique au calcul froid et rationnel de l’homo œconomicus, la réflexion abstraite de l’esprit pur, sans corps et sans passion.

Il s’agit bien plutôt de reconnaître et d’assumer corps et passions. Citant Frédéric Lordon, il s’agit de « charger en affects les idées », sans quoi elles n’ont aucune consistance. Il s’agit d’un parti pris à la fois honnête intellectuellement et efficace que de montrer les corps : montrer les corps des chercheurs que l’on cite pour dénaturaliser leur autorité et rendre vivante leur pensée, montrer les corps des dominants qui ne sont pas qu’esprits purs mais eux aussi des êtres passionnels – comme par exemple Jean-Marie Rouart qui se contorsionne devant la subversion des thèses de Friot et leur « égalitarisme fou » –, ou encore montrer les corps des dominés pour leur rendre leur humanité – comme par exemple les « corps qui se redressent » dans La Sociale de Gilles Perret. Le rire, l’humour, joue aussi un grand rôle subversif : il crée de la connivence dont la force ne doit pas être sous-estimée. L’exemple de la campagne de « mèmes » sur internet en faveur de Donald Trump[4] est à ce titre tout à fait représentative : sans pour autant cautionner leur contenu, on ne peut nier que la « haine de l’émotion » des médias traditionnels, qui ont voulu « fact-checker », s’est révélée inefficace. En définitive, le travail d’Usul montre que l’on peut mettre à contribution ces outils communicationnels pour mieux participer d’une diffusion plus large et plus utile des méthodes, des concepts et des résultats des sciences sociales, autrement dit, pour faciliter la lecture ou la relecture les sciences sociales.

[1]     B. Friot et P. Zech, Émanciper le travail: entretiens, Paris, La Dispute, 2014

[2]     C. Didry, L’institution du travail: droit et salariat dans l’histoire, Paris, La Dispute, 2016. Voir le compte rendu de Jonathan Louli pour Lectures

[3]     Voir notamment celle de la campagne de Benoît Hamon « Dessine-moi la gauche ».

[4] Voir l’article de Politico Magazine

Quentin BRCIC, Maxime FARON, Léo ROSELL, Victor VEY (Elèves à l’ENS de Lyon)

Compte rendu de la séance du lundi 12 décembre 2016 : Hervé Le Bras, « Anatomie sociale de la France. Ce que les big data disent de nous »

Lundi 12 décembre 2016, le séminaire « Re / lire les sciences sociales » recevait le démographe Hervé Le Bras pour discuter de son dernier ouvrage, Anatomie sociale de la France. Ce que les Big data disent de nous, Paris, Robert Laffont, 2016. La séance était co-organisée par le physicien Pablo Jensen, également second intervenant.

Voir la vidéo de la séance 

L’intervention de l’invité : Hervé le Bras

Le propos général d’Hervé Le Bras dans son intervention était de présenter et d’illustrer, au travers de quelques exemples biens choisis, la méthode qu’il a déployée dans Anatomie sociale de la France.

 Il s’agissait dans un premier temps de montrer la nécessité de croiser les données statistiques, au lieu de les utiliser individuellement, afin de mieux comprendre les comportements sociaux. Ainsi, à regarder les chiffres de loin, une différence sensible entre les hommes et les femmes semble s’exprimer dans le vote en faveur de l’extrême droite : aux dernières élections françaises, 30% des hommes et 26% des femmes ont voté pour le Front National. S’agit-il d’une différence de sexe ? A priori seulement, car il faut regarder la composition de l’électorat : parmi les personnes âgées, les femmes sont plus nombreuses que les hommes. Or, les personnes âgées votent moins pour le FN. En rectifiant avec une structure d’âge égale pour les deux sexes, on obtient 28,3% et 27,7%. L’effet du sexe et de l’âge se composent donc : en ne prenant en compte qu’un seul d’entre eux, on risque de masquer la véritable structure de la société.

Un autre exemple convoqué par H. Le Bras permet de comprendre le jeu complexe de composition des données : le rapport entre catégorie sociale et vote. Il est en effet tentant de penser que la Profession et Catégorie Sociale (PCS) détermine le vote. Hervé Le Bras présente alors un de ces outils de modélisation. Il simule un vote avec pour seule variable explicative la PCS, et attribue à chaque PCS la probabilité de voter pour tel ou tel candidat. Il apparaît que les résultats de la simulation sont très éloignés des résultats empiriques, et qu’il n’est pas possible de trouver les bons coefficients de probabilité.

Ce passage par la formalisation permet ainsi de montrer qu’il est faux de considérer que le vote est déterminé (uniquement ou même principalement) par les PCS.

Après cette première présentation, Hervé Le Bras s’est arrêté un moment sur quelques outils de statistique formelle qu’il utilise dans son livre. Dans un souci de synthèse, nous ne présentons pas ces outils dans le détail ici. Contentons-nous de noter l’idée générale de l’auteur : les méthodes statistiques traditionnelles présupposent des relations de composition trop simples entre les effets des variables. M. Le Bras a notamment souligné le fait que les régressions logistiques supposaient souvent une cumulativité des effets, alors que dans certains cas, selon lui, les effets ne se composent pas par l’addition, mais par la multiplication (il a notamment pris l’exemple du chômage).

Finalement, Hervé Le Bras conclut son intervention par un retour sur ce que permet l’exploration des « Big Data », sous-titre de son ouvrage. Il reconnait qu’il n’utilise pas vraiment de big data, puisque les « big data » sont de l’ordre du milliard de données tandis que celles de l’INSEE sont de l’ordre du million. Mais qu’importe : ce grand nombre de données permet de gagner de la prévision.

Sa démarche, nous dit-il, est rendu possible par l’accès à de nombreuses données de l’INSEE : le croisement des données permet de donner une description fine de la société, grâce aussi à la taille considérable des échantillons. Il prend l’exemple du taux de chômage, expliqué à la fois par l’âge, le niveau d’étude, la présence ou l’absence d’un événement migratoire dans le parcours de vie : les résultats sont dès lors précis et contrastés. Cependant, il ne faut croire que seul le nombre des données peut suffire pour arriver à tout expliquer. La décroissance de l’erreur de prévision est très lente (une seule donnée est associée à 100% d’erreur, mais 100 000 données ne réduit ce pourcentage que de 10 points).

Ainsi, H. Le Bras conclut sur une note optimiste : nos craintes d’un Big Brother, qui à l’aide de nombreuses données, anticiperait nos comportements semblent infondées ; les comportements individuels ne sont pas prévisibles, seuls le sont les comportements agrégés.

L’intervention du discutant : Pablo Jensen

Pablo Jensen a ensuite pris la parole et articulé un propos rapide autour des sciences sociales et de la question de leur formalisation. En effet, aujourd’hui, les big data semblent renouveler les sciences sociales : quelques informaticiens, physiciens (pas tous !) sont attirés par ces données et s’intéressent à la « modélisation du social », avec peut-être pour projet d’une science de la société (enfin !) positive.

Pablo Jensen, lui-même physicien, se détache d’une telle posture. Les sciences sociales sont en effet perturbantes si on les approche de la même manière que les objets traditionnels de la physique: les mêmes causes ne provoquent pas forcément les mêmes effets (le taux de chômage diminue avec le diplôme pour les jeunes… mais ce même taux augmente avec le diplôme pour les plus âgés), et l’expérimentation est en sciences sociales plus complexe.

Pour conclure sur les big data, Pablo Jensen se place du point de vue de Google, plutôt que celui de l’État : cette avalanche de données sert moins au bien commun qu’à celui de l’entreprise. Ainsi, Google, grâce aux données informatiques (historiques des recherches sur le site, « cookies », et autres « traces » que nous laissons sur le web), peut essayer de deviner si un individu est au chômage, et ainsi placer une publicité adaptée à nos « préférences révélées » (pour un travail ou des vacances).

Discussion avec la salle

La question de l’imprécision des catégories en général, et des PCS en particulier, a été plusieurs fois soulevée. H. Le Bras est d’accord, mais souligne que plus les catégories sont fines, moins on gagne d’information… Quant à P. Jensen, il explique la nécessité des catégories génériques : il n’existe pas de catégories pertinentes en soi. Il peut néanmoins être utile d’utiliser des catégories plus fines sur un cas précis.

Lorsque l’un des participants a demandé à H. Le Bras d’expliquer les raisons d’un fait (le vote FN par les personnes âgées) mis en avant dans le livre, le démographe en a profité pour rappeler que son livre n’est pas fait pour expliquer sociologiquement. Le but de son livre est avant de l’ordre du constat : il s’agit de « mesurer », de faire une « anatomie sociale » de la France.  Ce thème de la démarche de H. Le Bras a permis d’aborder la question du public auquel il s’adresse, puisque son livre n’est ni tout à fait de la vulgarisation, et ni vraiment à l’usage d’universitaire. Le démographe avoue alors regretter le manque de lisibilité de son ouvrage (toutefois toute relative, et malgré ses efforts, notamment sur la mise en page des graphiques) : il est difficile de maîtriser 22 millions de données…

La présence d’un démographe et d’un physicien à la même table, et même, une certaine harmonie, a pu surprendre. En témoigne un assez long moment d’échange avec la salle sur la possibilité d’un dialogue entre des disciplines a priori éloignées, ainsi que sur la question de l’interdisciplinarité. P. Jensen nous met en garde : sa propre ouverture disciplinaire et celle de H. Le Bras lui semblent exceptionnelles. Le dialogue ne se passe pas, en général, et il faut le forcer un peu. A chaque fois que le dialogue a lieu, il s’appuie d’ailleurs des opportunités, sur des cas spécifiques. H. Le Bras se méfie lui aussi de la fameuse « interdisciplinarité » : selon lui, c’est à l’intérieur de l’individu qu’elle doit d’abord avoir lieu. Il prend son propre parcours, qui, après une formation à Polytechnique, lui a permis d’approfondir la démographie et de s’intéresser également aux mathématiques, à la sociologie et même à l’architecture. Les deux intervenants sont d’accord pour souligner le principal risque de l’interdisciplinarité : le survol artificiel de la discipline qu’on ne connaît pas. Il s’agit en effet de s’ancrer dans une tradition, de maîtriser des outils qui ont une longue histoire.

Enfin, les big data ont suscité quelques interrogations de la part du public, qui a souhaité approfondir ce thème. Que nous permettent-elles de comprendre ?

Le Bras et P. Jensen sont d’accord pour y voir parfois un effet de mode : les conférences sur les big data sont souvent creuses, et les enquêtes les utilisant peuvent reposer sur des effets de manche. Pourtant, l’utilisation des big data a bien des effets, mais davantage pour des entreprises privées sur Internet, comme Google, Amazon, qui s’en servent pour proposer des produits adaptés aux goûts, besoins, etc. de chaque utilisateur.

Notre rapport aux big data est lui-aussi intéressant. Elles suscitent des réactions très différentes : on peut craindre le pouvoir qu’elles donnent à Google, on peut redouter l’émergence d’un Big Brother, on peut considérer qu’elles vont révolutionner le monde… Toutefois, P. Jensen relativise l’importance de ces big data : spécialiste des systèmes complexes, il explique que les « données complexes » ainsi que l’accumulation immense des données, ne donnent pas forcément de meilleurs résultats. C’est un point qui avait déjà été abordé par H. Le Bras : la capacité à « déterminer » est décroissante avec le nombre de données. Même si on double les données accessibles, on n’augmentera pas tellement la précision de notre connaissance. Le big data, ce n’est donc pas la panacée. En revanche, il considère la « révolution numérique »  comme quelque chose de plus large, à la fois économique, social, politique, et qui peut, elle, davantage révolutionner l’univers de la connaissance.

Robin Lenoir et Tom Cluzeau (élèves à l’ENS de Lyon)

Howard Becker est l’invité du séminaire RE/LIRE le lundi 12 octobre 2015 !

BeckerLe séminaire « RE/LIRE LES SCIENCES SOCIALES » reçoit Howard S. Becker (sociologue américain, docteur Honoris Causa de l’ENS de Lyon) pour une rencontre autour de son livre

What about Mozart? What about Murder?
Reasoning from Cases
University of Chicago Press, 2014, trad. fr. Et Mozart, alors, qu’est-ce que vous en faites ?, La Découverte, 2015, à paraître
(lire le compte rendu dans Lectures : http://lectures.revues.org/15949).)

Discutant : Jean Peneff, sociologue, professeur émérite auteur de Howard S. Becker, sociologue et musicien dans l’école de Chicago, L’Harmattan, 2014.

Séance préparée et animée par Julie Blanc, Hadrien Le Mer et Pierre Mercklé (ENS de Lyon)

Lundi 12 octobre 2015 / 13h30-16h

Lieu : ENS de Lyon, site Descartes, Amphithéâtre

plus d’informations sur cette séance :
http://www.liens-socio.org/What-About-Mozart-What-About-Murder

Né en 1928, Howard Becker étudie à Chicago à l’époque où Ernest Burgess, Louis Wirth, Everett Hughes et Herbet Blumer y enseignent, se construisant ainsi dans la filiation directe de l’« École de Chicago », au moment où celle-ci doit faire face à un déclin de sa prééminence. De fait, au moment où Becker étudie, l’enquête par questionnaire (dont les réponses font l’objet d’un traitement utilisant des méthodes statistiques développées, entre autres, par Stouffer à Harvard et par Lazarsfeld à Columbia) tend à se substituer au travail de terrain reposant sur l’observation in situ. Face à ce mouvement, l’interactionnisme considère qu’aucune situation ne peut se déduire mécaniquement d’un système, mais résulte à l’inverse d’une construction du ou des sens en situation, à laquelle on ne peut accéder que par la collecte de données qualitatives. Au structuro-fonctionnalisme d’un Parsons, Becker avait répondu par un ouvrage (Outsiders, 1963) où la déviance apparaissait comme le produit d’étiquetages construits par différents groupes (son étude reposait entre autre sur une connaissance intime des milieux du jazz de Chicago… où il travaillait comme pianiste).

What about Mozart ? What about Murder ? Reasoning from cases, est l’occasion pour le sociologue de revenir sur un parcours jalonné de choix simultanément méthodologiques et épistémologiques. Au moment où l’essor des méthodes quantitatives en sciences sociales et la question des « Big Data » posent avec une acuité nouvelle la question du primat de la quantification, Becker met en place une nouvelle réponse, après celle d’Outsiders, plus générale et systématique cette fois, où il théorise l’intérêt heuristique fondamental d’une méthodologie à laquelle il entend donner toute sa cohérence : « le raisonnement par cas ».
Pour Becker, l’établissement d’une corrélation entre deux variables, toujours susceptible de glisser vers l’établissement d’une causalité, ne peut en aucun cas préciser le rapport qu’elles entretiennent. Elle se borne tout au plus à signaler un hypothétique lien entre un élément A et un élément B. Entre les deux, une boîte noire, qui pour Becker constitue le véritable objet de la sociologie. La quantification requiert un sacrifice dont on ne soupçonne pas l’ampleur… Elle conduit à ignorer la manière dont d’autres variables travaillent le rapport statistique apparent depuis l’intérieur de cette boîte noire. De fait, le recul historique permet de montrer à quel point les relations statistiques qui semblaient être les plus rigoureusement établies sont en réalité régulièrement inversées, précisément par ces variables que la statistique estime ne pas être explicatives. Un seul exemple dans un ouvrage qui en présente un très grand nombre.

Depuis les années 1920, la consommation d’opiacés est particulièrement présente aux États-Unis chez les jeunes hommes noirs des quartiers populaires, conduisant ainsi certains sociologues à faire du « genre », de l’« âge », de « l’ethnicité » et du « statut social », des « causes de l’addiction ». Or, aux États-Unis, l’addiction aux opiacés se rencontre, jusqu’à la fin du XIXème siècle, essentiellement chez les femmes adultes blanches appartenant aux classes moyennes et supérieures. L’« approche corrélationnelle » pose donc problème dans la mesure où elle laisse de côté l’ensemble des éléments qui permettraient de comprendre comment cette relation statistique entre A (la consommation de drogue) et B (certains déterminants sociaux) se construit et évolue. Becker commence par montrer que les modes de diffusion du savoir médical au XIXème siècle conduisaient un certain nombre de femmes aisées à utiliser l’opium pour réduire les inconforts de la ménopause. Après l’interdiction de cette drogue, rappelle Becker, les circuits de distribution, désormais clandestins et non plus pharmaceutiques, se réfugient dans les territoires qui n’ont pas le pouvoir politique suffisant pour demander une protection juridique. C’est dans ces quartiers que le marché des opiacés trouvera à la fois une main d’œuvre et des débouchés, faisant de certains jeunes noirs américains issus des milieux défavorisés des consommateurs potentiels. Becker montre ainsi que des informations concernant à la fois les évolutions de la légalité, des circuits de distribution et de la diffusion du savoir médical apparaissent, pour ce qui est de la consommation d’opiacés, comme des variables indispensables pour établir ce que l’on pourrait appeler une causalité comprise.

L’enjeu, on l’a compris, n’est donc plus de préciser le rapport entre deux variables mais d’identifier l’ensemble des variables que met en jeu ce rapport, en consentant à l’irrémédiable complexité d’un réel en mouvement. Plus le sociologue identifie de nouvelles variables, plus son regard s’éduque et plus il devient capable de repérer des mécanismes similaires dans des domaines apparemment radicalement différents. Les questions méthodologiques se mettent alors à foisonner sur les conditions pratiques d’un tel raisonnement. Comment trouver ces variables cachées qui entrent en jeu ? Comment peut-on généraliser à partir d’un cas dont on a reconnu la radicale spécificité ? Où s’arrête cette quête apparemment infinie vers toujours plus de complexité ? Peut-on aller jusqu’à utiliser des cas imaginaires pour enrichir le regard du sociologue ? Toujours attentif aux angoisses pratiques de l’apprenti chercheur, Becker nous donne dans cet ouvrage un certain nombre de réponses, qui soulèvent peut-être autant de questions.

Jean Peneff, ancien élève de Bourdieu parti goûter l’air de Chicago, est un des spécialistes français de Howard Becker, qu’il côtoie depuis des années. Dans Howard S. Becker, sociologue et musicien dans l’école de Chicago, il trace un portrait où le croquis de cette figure singulière de la sociologie se fait plaidoyer pour une « libération » la discipline. « C’est un cas ! » que ce chercheur-pianiste, improvisant sur le clavier de concepts en partie hérités du pragmatisme américain, refusant les règles d’une pédagogie verticale, nourrissant la sociologie par l’art et réciproquement – et s’appuyant sur l’un et l’autre pour se libérer des deux. À travers ce qu’il identifie comme les trois périodes de la carrière de Becker (le jazzman de Outsiders, « les mondes » de l’art ou de professions variées, le chercheur retraité s’attelant à une réflexion critique sur sa discipline et ses méthodes), Peneff dégage quelques grands thèmes d’enquête parmi lesquels se distingue un intérêt renouvelé pour l’action collective, ni totalement régulée, ni totalement libre mais où se glisse, entre standards et déterminismes, l’improvisation constante des joueurs de cette partition sociale. Sans enfermer l’abondante et protéiforme œuvre de Becker, il désigne entre autres lignes de fuite pratiques, un usage incessant de l’observation qui se confond avec l’exigence d’une étude approfondie des terrains abordés.

Au-delà de l’hommage enthousiaste, les pages que Peneff consacre à Becker sont une interpellation à l’endroit de la sociologie et du fonctionnement institutionnel de la recherche en sciences sociales. « On ne peut qu’improviser face à une réalité volatile et mouvante et il ne faut pas souhaiter que la rechercher se solidifie ou se fonctionnarise. Les procédés de création doivent rester ouverts, y compris aux profanes. La sociologie n’est pas une science, au sens hypothético-déductif ; elle avance par bonds… ou en travers. »

Becker, sociologue émancipé, initiateur amusé, nous invite à quelques pas sur le côté.

Julie Blanc et Hadrien Le Mer

 

Regarder le péri-urbain : compte rendu de la séance du séminaire « Re/lire » avec Jacques Levy et Eric Charmes (26 janvier 2015)

Par Tess Gagnage, Margaux Lavernhe et Diane Beduchaud

La séance du 26 janvier 2015 du séminaire « Re/lire les sciences sociales » accueillait Jacques Levy et Eric Charmes pour un dialogue autour des espaces péri-urbains et de leur contribution à la montée du vote pour le Front national. Jacques Lévy est géographe et urbaniste, professeur à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, directeur du laboratoire Chôros, et auteur notamment de Réinventer la France (Fayard, 2013) et du Dictionnaire de la géographie (avec Michel Lussault, Belin, 2013). Eric Charmes est chercheur en études urbaines, membre du laboratoire « UMR 5600 Environnement Ville Société » dont il dirige l’équipe « Recherches interdisciplinaires Ville Espace Société » à l’ENTPE. Il est notamment l’auteur de La ville émiettée (Puf, 2011).

I. Le périurbain : enjeux de définition et liens avec le vote FN, l’analyse de Jacques Levy

Jacques Lévy ouvre la séance et précise que ce n’est pas la première fois qu’il est invité à débattre avec Eric Charmes, dès lors cette séance s’annonce davantage comme un «numéro de duettistes plutôt que de duellistes » selon ses termes. Un des points importants de leurs débats précédents concerne le rôle de l’espace. Pour Jacques Lévy il ne s’agit pas d’une différence entre sociologue et géographe, mais de courants spécifiques qui accordent à l’espace des statuts théoriques et explicatifs variés. L’idée force de J. Lévy est que « l’espace compte » et dans ce sens il faut consacrer une réflexion autonome à l’espace et à la spatialité. De fait la question de l’espace ne se limite pas aux questions de la recherche, mais est aussi présente dans le politique et l’actualité. L’attentat contre Charlie Hebdo à Paris (le 7 janvier 2015) est entre autres un  sujet qu’il faudrait étudier dans le sens de la configuration spatiale, en posant la question de l’existence de ghettos, d’un « apartheid ».

IMGP0993-copie
Jacques Lévy

Ensuite J. Lévy aborde le concept de gradient d’urbanité, qu’il définit comme un enjeu social majeur, dans une société quasiment urbanisée. D’après J. Lévy la France se présente comme un archipel d’aires urbaines et en cela le périurbain fait partie de l’urbain. En ce sens son opinion est proche de celle d’Eric Charmes. Après ces quelques définitions, J. Lévy engage la discussion et revient sur le terme même de périurbain, qui n’est pas un concept « très puissant » selon ses mots car il s’appuie sur une nomenclature empiriste qui se définit par la négative : le périurbain serait de l’urbain non géographiquement continu. Mais cette définition pose problème, car elle laisse penser que ce qui est morphologiquement continu constitue un tout, or rien n’est moins sûr. Il s’agit donc d’une définition qui s’appuie sur une strate historique de l’évolution urbaine. De plus cette notion n’est pas universelle, ainsi aux Etats-Unis on préfère la notion de suburbia (banlieue).

Il faut bien comprendre que pour J. Lévy, l’action crée l’environnement, certes l’espace préexiste à l’action mais l’environnement influe sur l’action tout comme l’action peut changer l’environnement. Ce sont donc les périurbains qui fabriquent le périurbain. Il faut aussi voir qu’il y a plusieurs périurbains dans notre société qui se caractérise par le choix. De fait le choix du lieu de résidence est l’objet d’arbitrages où entrent en jeu la localisation, la taille du logement, etc. La composante intentionnelle est très importante. Dès lors il n’y a pas un mais des périurbains.  Ainsi aux limites de la banlieue et du périurbain on trouve ce que J. Lévy appelle « l’anneau des seigneurs » : un anneau de hauts revenus qui chasse les périurbains plus modestes dans le rural plus profond.  Dès lors l’étude du vote lepéniste doit prendre en compte ces différences.

2. Le poids du social : la discussion d’Eric Charmes

Pour traiter la question de l’urbanité, Eric Charmes commence par rappeler le modèle de Schelling (La tyrannie des petites décisions, Paris, Presses universitaires de France, 1980) : partant d’une situation de départ où des entités de deux couleurs différentes (rouge et vert) sont réparties aléatoirement sur un territoire, il avait montré qu’il suffisaient que ces entités recherchent simplement des voisinage comportant une certaine proportion d’entité de la même couleur pour parvenir au bout d’un certain temps à une séparation quasi-totale des deux couleurs sur le territoire. Cela veut dire que même si les individus ont une forte tolérance, l’addition itérative des choix résidentiels aboutit à des ségrégations.

Eric Charmes
Eric Charmes

La théorie du gradient d’urbanité  pose comme principe que la ville est le lieu de la diversité où se produit un grand brassage qui favorise une forme d’ouverture  à la différence. L’urbanité  au sens physique du terme serait donc maximale dans les centres urbains par opposition aux villages ruraux, ou au périurbain. Aujourd’hui ce qui semble ressortir pourtant c’est  un vote déterminé par le social plus que par l’espace, sans bien sûr que l’espace soit totalement neutre.

Charmes reprend le cas de Châteaufort exposé dans l’article qui avait alimenté la discussion avec Jacques Lévy. Ce village aisé du plateau de Saclay proche d’un parc naturel régional dispose d’un bon accès aux équipements urbains et de ressources importantes. En termes de vote on trouve 6,9 % pour Le Pen au premier tour de l’élection présidentielle, et 15 % pour Bayrou. Cette étude de cas a été réalisée en contrepoint d’une autre étude qui porte sur le IXème arrondissement de Paris, rue des Martyrs. Les résultats montrent d’abord que vivre à Châteaufort ne signifie pas rejeter la ville, au contraire beaucoup d’habitants s’y rendent régulièrement. Les entretiens révèlent surtout un rejet de la minéralité et une volonté de contrôle social et une recherche de l’entre-soi, tout en partageant au quotidien l’expérience du transport en RER avec des populations différentes (notamment les habitants de Trappes). Au contraire, l’étude menée dans le IXème arrondissement de Paris lui permet de formuler l’hypothèse que le fait de vivre dans une zone centrale n’implique pas pour autant un rapport très intime à la diversité ou à l’altérité : prime au contraire dans les quartiers centraux une sociabilité sélective, les relations sociales les plus significatives se faisant entre homologues sociaux. Mais pour Jacques Lévy, vivre dans un quartier central (par exemple le IXème arrondissement de Paris), donc être davantage confronté à l’altérité, a priori, entraînerait pourant des pratiques nouvelles

3. Primat du social ou du spatial ?

Le débat a été lancé autour de la question des facteurs : peut-on considérer, en effet, que Jacques Lévy fait primer le facteur spatial quand Eric Charmes, peut-être, fait primer le facteur social dans l’explication des votes ? Le premier a répondu ne pas croire à une approche factorielle du monde, selon lui « improductive en sciences sociales », en ce que le monde social n’est pas régi par des variables, mais bien par les acteurs qui seuls détiennent une force d’action sur le réel. Il a insisté sur une exigence qui le rapproche d’E. Charmes, celle d’une sociologie fine, sophistiquée, et qui ne se laisse pas enfermer dans les catégories élémentaires, estimant cependant que ce qui les distingue c’est bien effectivement que pour lui, « le spatial est entièrement dans le social », quand E. Charmes a pour point de départ les rapports sociaux.

Jacques Lévy est ensuite revenu sur l’étude de cas proposée par E. Charmes. Il discute le choix, pour étude de type qualitatif, d’une commune dont la population a des revenus élevés, en ce qu’elle n’est pas une cible privilégiée du FN puisqu’elle a une forte capacité d’arbitrage, contrairement à des populations appartenant plutôt au bas de la classe moyenne. Le choix de Châteaufort n’était donc pas le plus pertinent ou le moins partisan. Contre l’idée du cas par cas, il défend pour sa part l’idée d’une complexité, dont il faut accepter qu’on ne pourra pas la « découper ». Les individus ont évidemment une capacité à se fabriquer des pratiques, et ne sont pas prisonniers du lieu de résidence. Du fait de cette complexité, l’approche qualitative ne permet pas de sortir du cas par cas, et « de temps  en temps, il est intéressant d’étudier les masses, de revenir au processus ». Reprenant son concept central de gradients, il explique que, de même qu’entre riches et pauvres, il y aurait des différences dans des domaines où le choix s’exerce (le logement par exemple), et que donc le choix spatial a un rapport avec la stratégie et les choix politiques.

4. Le débat

A l’occasion du débat avec les participants du séminaire, l’attention s’est portée à nouveau sur la question des facteurs ; il a été demandé à J. Lévy si, tout en rejetant une approche strictement factorielle, il n’était pas en train de chercher un facteur explicatif tel que l’éloignement ou la distance au centre, et si les outils moins réducteurs ou d’autres types d’analyses étaient envisageables. Pour J. Lévy, il n’y a pas de variables qui existeraient comme des choses indépendantes des gens ; ce n’est pas la distance qui crée en soi le vote, ni même le revenu. Eric Charmes a pour sa part insisté sur l’importance du contexte local dans l’émergence des rapports au politique. Le vote FN ne peut pas être strictement déterminé par le caractère périurbain, puisque, comme on le voit, il y a nécessité de mettre en valeur l’existence de périurbains, au pluriel. Gressy et Châteaufort par exemple sont des communes périurbaines très proches, mais leurs caractéristiques propres sont suffisantes pour créer des suffrages très variables en faveur du FN (15 % à Gressy contre 6,9 % à Châteaufort).

Il a également été souligné que le poids de la distance n’était univoque, et que jouait également la question des revenus dans la complexification du faisceau explicatif des votes. J. Lévy a également tenu à revaloriser la place du choix de l’agent : s’endetter pour avoir une maison est en effet un acte fort. E. Charmes ajoute que des ménages s’installent dans le périurbain pour d’autres motifs (accès à la propriété, environnement) mais que le marché immobilier est ainsi fait qu’ils sont dépendants de la voiture, et que la voiture coûte cher pour des ménages qui sont moins soutenus par les politiques publiques, concluant que le choix politique dépend non pas seulement de valeurs, mais de situations.

Anne-Sophie Clémençon, historienne des formes urbaines, est intervenue pour insister sur la multiplicité des sens que l’on peut donner à l’espace, et qui comprend notamment une forte dimension esthétique, ne se réduisant pas à une simple distance centre-périphérie. On choisit un type d’habitation, on choisit un logement ancien ou récent, on produit se faisant des formes relatives à des goûts, des cultures, des possibilités financières très divers. Les deux intervenants ont totalement approuvé cette nuance. J. Lévy a rappelé que le spatial étant social, il est également immatériel, idéel, et comprend la fabrication d’un « modèle désirable d’habiter ». Se dégager de l’approche factorielle, c’est précisément chercher à réinvestir une dimension d’intentionnalité. E. Charmes a quant à lui repris l’exemple de deux communes périurbaines tout à fait analogues, mais dont l’appréciation qualitative (à travers des photographies) révèle une différence capitale, à savoir dans l’une des deux la visibilité des lignes électriques.

Enfin, il a été question de l’existence ou non d’une spécificité du périurbain français, dans un contexte historique et économique particulier, qui est celui de prix très élevés de l’immobilier dans les centres-villes. E. Charmes a évoqué la particularité française de la fragmentation communale, qui tient à l’existence de nombreuses petites communes ayant un pouvoir politique à l’échelle locale, par opposition aux Etats-Unis notamment où cette maîtrise sur l’espace occupé est beaucoup moins vraie. J. Levy a quant à lui souligné que « dans le monde, les idéologies anti-urbaines ne sont pas distribuées de façon égale », l’attractivité de la ville, et par conséquent de la campagne, dépendant notamment de l’ancienneté de l’urbanisation : aux Pays-Bas, où l’urbanisation est ancienne, le périurbain est tout autre chose que ce qu’il est en France, qui est restée plus longtemps rurale.

 

Autour de La Domination de Max Weber : Isabelle Kalinowski inaugure la saison 2014/2015 du séminaire

La première séance du séminaire « Re/lire les sciences sociales » de la saison 2014/2015 aura lieu le lundi 8 décembre 2014. Nous recevrons Isabelle Kalinowski, à l’occasion de la parution de sa traduction de La Domination de Max Weber, ainsi que Florian Nicodème, philosophe et traducteur de la sociologie historique de Weber. 

Rendez-vous lundi 8 décembre, de 13h30 à 16h, à l’ENS de Lyon, amphi H (site Monod) !

En 1921 paraissait à titre posthume Économie et Société (Wirtschaft und Gesellschaft), essai sociologique rassemblant les textes fondateurs du sociologue allemand Max Weber. Père de la sociologie allemande, penseur de la modernité et de la rationalité, théoricien de l’action individuelle et de la légitimité politique, l’empreinte laissée par Max Weber dans les sciences sociales est considérable et continue encore de nourrir, en filigrane, de nombreux champs de recherche qu’ils soient sociologiques, économiques, historiques ou encore philosophiques.

Mais s’il est un concept, qu’il faudrait affilier au sociologue Max Weber, peut-être encore plus qu’à Pierre Bourdieu qui en a hérité, c’est bien celui de domination. Domination politique, domination féodale, domination patrimoniale, domination bureaucratique, domination charismatique… Sous quelles formes la domination se manifeste-t-elle ? Comment penser la domination à partir de la multiplicité des exemples que nous offre l’Histoire ? Que vaut le concept de domination d’un point de vue analytique ? Dans quelle mesure la domination est-elle un outil destiné à ordonner le monde social ?

Forts d’une culture historique foisonnante, qui révèle l’extraordinaire érudition de leur auteur, mobilisant des exemples aussi divers que précis, les textes sur la domination d’Économie et société, pourtant écrits il y a plus d’un siècle, continuent d’instruire et de fasciner, éclairant en particulier les ressorts sociaux et politiques du monde dans lequel nous évoluons.

Distinguant en effet des permanences mais aussi des discontinuités parmi les exemples dont il dispose, Max Weber schématise en virtuose les grands traits des différentes formes de domination, dégageant des « idéaux types » ou modèles abstraits, qui lui permettent de mener à bien des comparaisons, de ne pas en rester à une multiplicité de cas particuliers et de penser finement une causalité propre aux phénomènes socio-historiques.

Si la pensée politique de Max Weber est aujourd’hui largement reconnue, étudiée et enseignée en France, ses textes majeurs sur la domination n’avaient jusqu’alors jamais été traduits en français, alors que leur contenu était, lui, amplement diffusé et commenté. Avec la parution en français, en janvier dernier, du chapitre manquant sur la domination dans Économie et société, c’est désormais chose faite. La Domination de Max Weber, traduit par Isabelle Kalinowski, dans une édition critique établie par Yves Sintomer, parue à La Découverte, vient combler une brèche importante, plus de neuf décennies après sa publication en Allemagne : il est maintenant possible de lire intégralement la pensée politique de Max Weber en français.

Pour débattre de l’oeuvre de Weber et des enjeux inhérents à la barrière de la langue, l’ENS de Lyon, dans le cadre du séminaire « (Re)lire les sciences sociales », accueillera le lundi 8 décembre Isabelle Kalinowski, directrice de recherche au CNRS, membre du laboratoire « Transferts culturels franco-allemands » à l’ENS d’Ulm, traductrice de La Domination en français, et Florian Nicodème, philosophe et également traducteur de la sociologie historique de Max Weber, du département de philosophie de l’ENS d’Ulm.

Venez nombreux !

Maëlys Bar et Alice Feyeux

Relire les Sciences Sociales : autour de Langlois et Seignobos (compte rendu de la séance du 17 février 2014 avec Gérard Noiriel, Antoine Prost et Claire Zalc)

Par Audrey Levray

Nombreux étaient les professeurs et étudiants à venir assister à cette séance du séminaire « Re/Lire les sciences sociales » : il s’agissait cette fois de remettre à l’honneur l’histoire, en proposant de redécouvrir les deux ouvrages méthodologiques de Charles Seignobos et de Charles-Victor Langlois. Ces deux traités de méthode, parus au tournant du XXème siècle, ont fait l’objet d’une réédition numérique dans la toute nouvelle Bibliothèque idéale des sciences sociales : pour l’occasion, Claire Zalc, historienne et membre du comité scientifique de la collection, avait demandé à Gérard Noiriel et Antoine Prost de bien vouloir préfacer ces deux ouvrages, et c’est donc en présence des deux préfaciers et de l’historienne que la séance s’est déroulée. Cette séance du séminaire était donc à plus d’un titre exceptionnelle : elle nous invitait bien sûr à relire les deux ouvrages, mais elle a aussi permis à Pierre Mercklé de présenter la Bi2S, ou Bibliothèque idéale des Sciences Sociales, qui venait de publier ses premiers titres1.

Relire Seignobos et Langlois, pourquoi ?

Après une présentation des intervenants par Nicolas Bonnard2, Claire Zalc a introduit cette séance en mettant en avant le but premier de ces rééditions : redonner vie et force à des textes fondamentaux des sciences sociales, en visant une utilisation pratique (grâce à l’édition numérique). L’interdisciplinarité est au centre du discours de l’historienne : le choix de ces ouvrages, consacrés à la méthode, n’est pas anodin, car il permet de revenir à des prémisses, des points nodaux de la discussion entre les disciplines, et ainsi de reconsidérer la place de l’histoire au sein des sciences sociales. Elle justifie également le choix des ouvrages par leur importance au sein de la constitution de l’histoire comme profession et discipline. Elle rappelle que Seignobos et Langlois ont ouvert un débat entre théorie et empirisme, et fait émerger des tensions entre constructivisme et réalisme. La place d’honneur qu’ils offrent aux documents et la relation méthodique aux sources sont le terreau de la communication entre les différentes disciplines des sciences sociales, et justifient tout à fait leur relecture.

Un autre intérêt de cette réédition pour Claire Zalc : offrir à la relecture des ouvrages (et notamment celui de Seignobos) qui avaient violemment été critiqués par Simiand notamment, mais aussi par l’Ecole des Annales. Depuis une vingtaine d’années, des historiens sont revenus sur ces critiques : les appels à redécouvrir ces ouvrages lancés par Madeleine Réberioux3, Gérard Noiriel et Antoine Prost4 avaient été malheureusement peu entendus. L’aspect purement méthodologique de ces ouvrages peut paraître rébarbatif, et la réédition a également pour but d’inviter les étudiants à revenir au texte.

Quant au choix des préfaciers, Claire Zalc avance des raisons plus personnelles : Gérard Noiriel et Antoine Prost se sont imposés à elle comme des évidences, car ce sont eux qui lui ont donné envie de les lire en premier lieu. De plus, ils représentent des pères fondateurs d’une histoire sociale, réflexive et sincère ; Claire Zalc précise que la sincérité est une qualité indéniable, car elle donne à voir une part d’humanité sans pour autant amener le chercheur, l’historien, à renoncer à la démonstration et à l’objectivité.

L’Introduction aux études historiques au cœur du processus de construction de l’histoire comme science, selon Gérard Noiriel.

Langlois & Seignobos - LivreGérard Noiriel nous dit avoir accepté l’invitation à préfacer L’Introduction aux études historiques5 car cela faisait sens pour lui, à plusieurs niveaux : tout d’abord car Madeleine Réberioux, la précédente préfacière de l’ouvrage, avait dirigé sa thèse ; c’est dans le passage de génération en génération que l’historien voit se construire une communauté scientifique. En général, la tendance théoriciste des sciences sociales se manifeste par une volonté de rupture : ici, au contraire, l’historien veut aller en marche inverse en montrant ce que l’on doit à ceux qui nous ont précédé.

Langlois & Seignobos - Livre 2Pour autant, Gérard Noiriel ne se considère pas comme un spécialiste d’épistémologie de l’histoire : c’est pour des raisons empiriques – ajouter de l’adéquation entre ce que les historiens peuvent dire et ce qu’ils font – qu’il s’est lancé dans cette aventure. En fait, nous dit-il, il a voulu suivre le conseil de Seignobos : « Il faut lire les travaux d’historiens avec la même précisions critique qu’il faut lire les documents. » Cet ouvrage est avant tout la transcription d’un cours donné à la Sorbonne en 1896-1897, ce qui explique sa dimension pédagogique, qui n’a pas le clinquant d’une théorie ; néanmoins, les conseils méthodologiques restent aujourd’hui valables et utiles, car ils exposent des outils que l’historien se doit de posséder pour comprendre les rapports entre l’analyse et la synthèse.

L’historien met aussi en avant la place fondamentale de cet ouvrage dans le processus de construction de la science normale de l’histoire : la parution d’un manuel est importante dans le processus de construction d’une société savante, car c’est autour de ces nouveaux paradigmes que s’établit une communauté scientifique. L’apparition des manuels coïncide avec la séparation des branches scientifiques et de l’enseignement sous la IIIe République. Cette époque a été celle d’une lutte pour les historiens, qui devaient se démarquer des sociologues, des généralistes, des littérateurs… La nécessité de défendre leur travail et ses spécificités explique l’importance accordée à la critique documentaire, érigée en propre de la science historique. Mais elle explique aussi pourquoi l’ouvrage comporte des notes rendant à chaque auteur la paternité de ses écrits…

Un ouvrage épistémologique ? Sans aucun doute. Les deux auteurs semblaient, selon Gérard Noiriel, hantés par le souci de démontrer la scientificité de l’histoire, en la comparant notamment aux sciences « dures », ou « objectives ». Les historiens mettent en place une mécanique à deux temps : d’abord les archives, le document, puis le questionnaire, la réflexion qui permet d’interroger les archives. Gérard Noiriel nous rappelle que la deuxième partie, la synthèse, est envisagée par les deux historiens dans une dimension collective, celle du rassemblement des savoirs spécialisés produits par tous les historiens.

Pour conclure son intervention, Gérard Noiriel se livre à une défense critique, mais aussi une réhabilitation de Langlois et Seignobos, qui ont revendiqué une histoire scientifique et objective, érudite, détachée des débats politiques. Face aux critiques (ceux-ci ont surtout visé Seignobos : Péguy l’accusait de ne pas respecter dans ses travaux la méthode qu’il avait lui-même élaborée, et Lucien Febvre a en grande partie contribué à la construction de la légende noire de Seignobos comme « positiviste »), Gérard Noiriel nous explique que les débats amenés par les détracteurs ont été livrés sur des terrains très différents que celui de l’histoire comme science, ou de la méthode. D’une certaine manière, l’historien nous invite à relire l’Introduction à la fois en le replaçant dans son contexte – celui d’un ouvrage de méthode fondateur, et non de pédagogie –  et d’une manière universelle : cet ouvrage a servi d’argument, de revendication à de jeunes chercheurs, et a fondé un principe critique moteur au sein de la discipline.

L’épistémologie de Seignobos réhabilitée par Antoine Prost.

Seignobos - La méthode historique - livreL’ancien enseignant du cours d’« Introduction aux études historiques » de la Sorbonne a commencé son intervention en rappelant qu’il devait ce poste à l’œuvre de Seignobos et Langlois. Mais très vite, Antoine Prost, à l’instar de Gérard Noiriel, a débuté le procès en réhabilitation de Seignobos : et ce, en faisait (re)découvrir la leçon inaugurale de Lucien Febvre à Strasbourg (1919). Outre son attitude qui n’est pas convenable, voire malhonnête selon Antoine Prost, l’historien nous dit que la critique du positivisme ne rend pas justice à la Méthode historique appliquée aux sciences sociales6 telle que Seignobos la concevait. La revendication de communauté entre l’histoire et les autres sciences sociales est le trait d’une grande modernité. Antoine Prost nous rappelle que cette méthode n’a rien à voir avec le positivisme ou le scientisme, car les faits demandent construction, et c’est ce qui fait de l’histoire un « procédé de connaissance » (et non pas une science, comme le revendique Seignobos).

Seignobos - La méthode historique - livre 2Pour Antoine Prost, les critiques dirigées contre le discours sur la subjectivité et l’histoire sincère ne sont pas pertinentes (et notamment celle de Simiand, qui n’admet pas le caractère constructiviste de la méthode de connaissance élaborée par Seignobos). Le préfacier nous montre en fait la grande modernité de Seignobos : en histoire comme en sciences sociales, il est  difficile d’être totalement objectif quand on est dans l’histoire qu’on écrit ; aussi, le plus grand service que l’auteur puisse rendre à l’histoire scientifique, c’est de divulguer ce qui est susceptible de dépendre du contexte, c’est-à-dire faire une histoire sincère, qui éclaire plus qu’elle ne brouille.

Antoine Prost rappelle la difficulté de faire de l’épistémologie, d’écrire un ouvrage de méthode historique cohérent dans sa globalité, telle que La Méthode de Seignobos. Mais il souligne aussi que faire de l’épistémologie historique ne fait pas un bon historien ! Au-delà des critiques formulées, il nous remet également en mémoire que l’épistémologie de Seignobos, à deux temps (établissement des faits, puis construction) fonctionne comme celle de Bloch… et celle de Febvre. Et pour Antoine Prost, ce mécanisme à deux temps ne rend pas compte de la réalité, car l’histoire fonctionne sur une circularité, une transversalité des documents et de la réflexion. Enfin, si l’Introduction aux études historiques se concluait sur la certitude que l’historien ne devait pas fournir de jugement moral sur la façon de vivre, Antoine Prost souligne que dans la Méthode (et plus généralement dans la manière dont Seignobos a mené sa carrière), l’histoire a pour fonction d’exercer et de former le jugement, la critique raisonnée, et fonctionne comme une propédeutique de compréhension de la société (qui s’inscrit dans une vision de république du progrès).

SAM_1437

La méthode ? Toujours au centre des préoccupations en sciences sociales.

La première question est celle d’un des étudiants ayant participé à l’organisation de la séance, Romain Castellesi : les idées développées dans ces ouvrages sont-elles applicables à toutes les périodes de l’histoire ? La réponse des contemporanéistes est formelle : oui ! Mais à condition de ne pas oublier l’importance du diptyque imagination/critique, ainsi que celle de la curiosité et de l’ouverture d’esprit, qui permettent à l’imagination d’appréhender plus de choses. Néanmoins, ils mettent en garde les jeunes chercheurs contre la proximité, ou l’éloignement, que l’on peut parfois ressentir en fonction de la période étudiée : la critique des documents et le questionnement méthodique amènent parfois à des conclusions qui peuvent, au premier abord, sembler contre-intuitives.

Dans la salle, on fait remarquer que Seignobos a été beaucoup plus cité que Langlois lors de cette séance Relire… pourquoi ? Claire Zalc fournit une réponse diplomate, en rappelant que Langlois, chartiste, était avant tout un professionnel des documents, et n’avait donc pas le même positionnement institutionnel que Seignobos. Sur fond d’affaire Dreyfus, l’importance que les auteurs accordent au document – et donc à la preuve – n’exposait pas de la même manière le professeur Seignobos – « éreinté par les étudiants de droite » comme le rappelle Antoine Prost – et l’archiviste-paléographe Langlois.

Une question fuse, directement liée au projet de la Bi2S, et à l’objet de cette relecture : peut-on considérer que ces deux ouvrages sont des classiques des sciences sociales ? Mais aussi, utilise-t-on les classiques en histoire comme on les utilise dans les autres disciplines des sciences sociales ? Pour Antoine Prost et Gérard Noiriel, il y a en histoire une claire distinction entre les ouvrages d’histoire, et ceux qui sont des discours sur l’histoire ; cette seconde catégorie n’est d’ailleurs pas la plus formatrice pour Antoine Prost. Gérard Noiriel nous encourage à penser avec ces ouvrages, et à penser contre, à nous approprier le discours sur la discipline en fait (Seignobos ne disait-il pas qu’« Il faut lire les travaux d’historiens avec la même précision critique qu’il faut lire les documents. » ?) Antoine Prost explique la pseudo-absence de classiques en histoire par la spécificité des usages académiques de cette discipline : il n’est pas nécessaire à l’historien de montrer qu’il maîtrise la littérature théorique, car il est plutôt reconnu pour un savoir-faire, un tour de main. Cette séance relire consacrée à des ouvrages vieux d’un siècle amène une autre question : ces méthodes ont-elles été, en théorie, renouvelées depuis ? Existe-t-il d’autres manuels de méthode historique comme il en existe, par exemple, pour les entretiens en sociologie ? Réponse franche et unanime : non ! Et même les cours de méthodologie ne sont que peu valorisés. Antoine Prost relève qu’un manuel est une entreprise difficile, voire chimérique, tant la matière est variée (ce qui est surtout vrai pour la période contemporaine, car les sciences auxiliaires et leurs méthodes constituent un point d’appui supplémentaire pour les périodes anciennes).

La méthode, un héritage à (re)découvrir ?

Pour tous, ceux qui avaient lu mais aussi ceux qui ne connaissaient pas l’œuvre de Seignobos et Langlois, cette séance Relire aura fait émerger des questions importantes, et aura réaffirmé la place centrale de la méthode en histoire et en sciences sociales. Au-delà même des débats autour de ces deux œuvres, il est indéniable que leur esprit – transmis par les intervenants – reste très actuel : l’analyse, la critique du document et la construction des faits, en étapes, restent autant de jalons et de précautions utiles, et à ne pas oublier, pour les étudiants et les apprentis-chercheurs. Le contenu de ces ouvrages vivement critiqués est pourtant passé, de génération d’historiens en génération d’historiens (Madeleine Rébérioux, puis Antoine Prost et Gérard Noiriel, et Claire Zalc, qui a choisi de les redonner à lire à une nouvelle génération d’étudiants…) Et puisque l’enseignement des pratiques est difficile, il est bon de pouvoir retrouver en accès numérique ces ouvrages, et leurs nouvelles préfaces, qui semblent presque nous encourager à les poursuivre, les actualiser, les dépasser…

  1. Il s’agit de l’aboutissement d’un projet de rééditions électroniques de grands livres, classiques, ouvrages incontournables, oubliés, perdus, ou difficilement trouvables. Pour retrouver ces œuvres en édition numérique : http://books.openeditions.org/enseditions/177. []
  2. Présentation de la séance et des intervenants : http://relire.hypotheses.org/344. []
  3. Qui avait écrit une préface de l’Introduction aux études historiques. []
  4. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/xxs_0294-1759_1994_num_43_1_3072. []
  5. https://books.openedition.org/enseditions/273. []
  6. https://books.openedition.org/enseditions/487. []

Troubles en psychiatrie : compte rendu de la séance du séminaire « RE/lire » du 17 février 2014 avec Isabelle Coutant et Jean Guillonneau

Par Mathias Pareyre

coutant_2

La séance a été ouverte par Isabelle Coutant qui nous a présenté les résultats de son enquête et les questions de méthode auxquelles elle a dû faire face. Son enquête débute au moment où différents éléments socio-politiques (notamment le rapport INSERM en 2005 et les émeutes en banlieues la même année) font de la souffrance mentale des adolescents un problème de santé publique, mais aussi une question sociale. La prise en charge de la déviance juvénile se conçoit alors de plus en plus dans une perspective de gestion du risque. S’inspirant des travaux de Michel Foucault et de Robert Castel, Isabelle Coutant a choisi d’étudier cette frontière de plus en plus poreuse entre psychiatrie juvénile et troubles sociaux, en intégrant une unité psychiatrique pour adolescents dans un secteur défavorisé de la banlieue parisienne.

Mener l’enquête dans une unité psychiatrique pour adolescents

Grâce au Dr Guillonneau qui lui a ouvert les portes de l’unité, la jeune chercheuse s’est facilement intégrée dans ce service, comportant un centre d’hospitalisation permanent de 10 lits, un centre de jour d’environ 25 places, et un centre de consultation suivant environ 400 jeunes. La réception de la part d’une partie du corps médical fut plutôt favorable, et cela s’explique en partie par son intérêt pour la sociologie, en raison notamment de la démarche inductive de cette discipline dans un cadre particulier, celui d’une unité de banlieue, non universitaire, dans une zone de soin un peu délaissée qui a un intérêt à trouver dans la sociologie une alliée face à la montée en puissance des sciences cognitives. En revanche, certains membres du personnel, plus imprégnés de psychanalyse, se sont montrés plus méfiants, renvoyant la sociologue à un possible désir de voyeurisme.

Les hospitalisations conduites par l’unité sont des hospitalisations de crise, qui durent de un à trois mois maximum. La psychiatrie qui y est pratiquée s’est progressivement éloignée du modèle utopique initial tel qu’il avait été pensé au moment de la création de l’unité. Les membres du personnel ont ainsi été obligés au fil des mois de fermer les portes à clefs, de renforcer les fenêtres et de créer une chambre d’isolement, trois mesures absentes du projet initial. Néanmoins, ce projet ne s’inscrit pas moins clairement dans le courant de ce qu’on appelle la « psychiatrie institutionnelle ». Celle-ci a notamment pour caractéristique d’impliquer le « petit personnel » (et notamment les aides-soignantes) de façon assez horizontale dans le soin, tout en continuant de croire aux vertus de l’hospitalisation, contrairement au courant de l’antipsychiatrie, très en vogue dans les années 1970, qui s’oppose à l’enfermement des malades et tend à nier l’existence même de la folie.

Le service prend en charge les « pathologies nouvelles », troubles situés entre la psychose et la névrose, autrement dit des « états limites », ou « bordeline » selon Isabelle Coutant, plus fréquents chez les adolescents des classes populaires que chez les jeunes d’autres classes sociales. C’est d’ailleurs ce flou dans la catégorisation des troubles qui a intéressé la sociologue. L’enquête s’est déroulée pendant plusieurs mois, dans l’unité et à l’extérieur, à l’occasion des déplacements du Dr Guillonneau notamment. Isabelle Coutant ne s’est heurtée qu’à très peu de refus de la part des familles et des adolescents, même si elle a été progressivement assimilée à une soignante par la plupart des patients. Elle a pu tour à tour recourir à l’observation et aux entretiens, tout en ayant accès à certains dossiers de patients. Suivant à peu près une trentaine de cas pendant la durée de l’enquête, elle a reconnu avoir mal estimé le rôle de figure de référence qu’elle allait jouer pour bon nombre d’adolescents.

La question de la psychiatrisation des troubles sociaux

Isabelle Coutant a au cours de sa présentation plusieurs fois réaffirmé son désir initial de travailler sur les déterminations sociales des troubles du comportement. Néanmoins elle s’est rendu compte au cours de son enquête de l’extrême difficulté d’une telle réflexion, ayant très peu d’éléments sur les trajectoires sociales des jeunes hospitalisés, et étant ignorante des questions psychiatrique. Mais son enquête lui a permis de mettre le doigt sur des questions pertinentes, au cas par cas, en particulier sur la question du « travail » des soignants et sur celle des catégories indigènes. Qu’est-ce que faire du « bon travail » en psychiatrie ? Comment se fait le travail ? En quoi consiste-t-il ? Méthodologiquement, pour alimenter sa réflexion, elle est partie des situations de désaccords et de conflits qu’elle a pu observer, et à prêté une attention particulière au travail de parole qui est effectué. Le travail de justification et de légitimation notamment est très important, vis-à-vis des patients et des parents, mais aussi entre soignants. Isabelle Coutant insiste sur la « pédagogie de la réflexivité », c’est-à-dire sur l’enseignement par le corps médical d’un rapport à soi, qui se fait en particulier par l’utilisation de très nombreuses métaphores, comme celle de la maison en ruine qu’il faut reconstruire. L’ambition du corps médical est ainsi de faire acquérir aux patients le « pouvoir du dire », processus de co-construction. Le style documentaire auquel la sociologue a recours dans son ouvrage exprime d’ailleurs sa volonté de restituer en détail certaines scènes, afin de décrire au mieux ce travail de reconstruction personnelle dans lequel les émotions et les gestes occupent une place importante.

Par l’intermédiaire de cette méthodologie et de ses observations, Isabelle Coutant a pu en partie revenir à la question de la psychiatrisation de la question sociale. Des jeunes sont hospitalisés pour des troubles qui relèvent plus de la transgression sociale que de la pathologie, et ce parfois plus longtemps que d’autres présentant des symptômes plus lourds, mais moins assimilables à des troubles à l’ordre scolaire ou public. Des jeunes « ingérables » atterrissent ainsi en psychiatrie parce que les services éducatifs ne parviennent plus à les prendre en charge. Mais, a contrario, Isabelle Coutant s’est rendu compte de la réticence des professionnels de l’unité à hospitaliser les jeunes et à prendre en charge, via la psychiatrie, la fonction de contrôle social. Le monde de la psychiatrie continue donc aujourd’hui d’être inquiet de ce rôle de contrôle social et d’enfermement auquel il est de plus en plus réduit. La psychiatrie essaye de fuir son rôle d’asile, et craint toujours un retour à l’enfermement des pauvres.

Jean Guillonneau : « Un regard qui est à la fois le nôtre et pas le nôtre »

Jean Guillonneau est revenu quant à lui dans un premier temps sur la genèse de cette unité psychiatrique de la banlieue parisienne. L’idée initiale, germée à la fin des années 1980, tenait au constat d’un manque et des difficultés des entourages médicaux habituels à gérer ces adolescents. L’unité voit le jour en 1997 avec l’ambition de pouvoir offrir un soin psychiatrique cohérent et spécifique pour les adolescents. Après l’utopie et l’euphorie des premiers temps, la réalité s’est imposée à l’équipe soignante Les conditions matérielles se sont avérées plus difficiles que prévue, mais l’équipe a accumulée une expérience de plus en plus importante et de normes de travail ont progressivement été instituées. Au moment de l’arrivée d’Isabelle Coutant, Jean Guillonneau était sur le départ. Le grignotage progressif par l’administration des grandes libertés dont il jouissait au début de la création de l’unité l’a poussé à partir.

Le résultat de l’enquête dont Jean Guillonneau a eu connaissance beaucoup plus tard, avec la parution du livre en 2012, l’a passionné. Il a notamment trouvé l’aspect « portrait » de l’enquête vraiment très réussi. La description, « admirable » selon le psychiatre, a même été jugée trop intime par certains qui ont reproché à Isabelle Coutant de les avoir mis à nu. Jean Guillonneau a surtout insisté sur l’angle de vue de la sociologue. « Elle nous regarde, mais avec un regard qui est à la fois le nôtre et pas le nôtre. Bien qu’Isabelle se soit coulée dans notre regard, elle possédait ses propres grilles ». La lecture de l’ouvrage a évidemment mis en lumière pour Jean Guillonneau les questions qu’il se posait lui aussi : le travail de « co-construction », la pédagogie de la réflexivité, le travail avec les familles, l’imbrication du psychiatre et du social. Le psychiatre a aussi pris davantage conscience du contexte plus large de transformation des modes de prise en charge des individus par l’Etat. Ce point, assez éloigné de son travail quotidien, fait également écho à la question de l’autorité et à celle des normes, bien détaillées par Isabelle Coutant. Même s’il essaye d’occulter ces questions pour continuer à faire son travail en s’écartant de toute idéologie, Jean Guillonneau n’a pu s’empêcher à la lecture de l’ouvrage de souligner les questions qui pourraient le gêner : comment s’assoit et se justifie l’autorité psychiatrique ? La psychiatrie inculque-t-elle les normes du groupe dominant aux groupes dominées ? Réaliste mais recouvert d’un voile utopique, Jean Guillonneau a ainsi conclu en parlant du travail d’Isabelle Coutant : « mon travail n’est pas d’inculquer aux patients les normes des classes moyennes et supérieures, mais… Et si elle avait raison ? »

Le capital au XXIe siècle : compte rendu de la séance du séminaire Re/lire du 16 décembre 2014 avec Thomas Piketty

Par Kévin Crouzet, Lino Galiana, Benjamin Dourdy et Guillaume Cassier

Lors de la séance du séminaire « Re/lire les sciences sociales » du lundi 16 décembre 2013, l’intervenant principal était l’économiste Thomas Piketty pour la publication de son ouvrage Le capital au XXI ème siècle, qui traite de la question des inégalités de richesses en France, mais aussi dans de nombreux pays d’Europe et d’Amérique du Nord.

Face à la densité de son ouvrage et au temps qui lui était imparti, Thomas Piketty a fait le choix d’articuler son intervention autour de trois conclusions principales, à savoir le retour en force du capital d’une part, sa concentration croissante ensuite, avant de s’attarder enfin plus longuement sur le cas des États-Unis. Accompagnant son propos de nombreux graphiques, il a souligné la prise d’importance du capital depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et surtout depuis le début des années 1980, avec les nombreuses privatisations et l’augmentation très nette de la valeur des actifs sur les marchés financiers. Ce retour en force du capital s’est accompagné d’une concentration croissante, comme Thomas Piketty l’a souligné, en rappelant entre autre que le décile supérieur des possesseurs de capital en détient aujourd’hui près de 60 %. La principale raison de ce processus est résumée dans la formule mathématique r > g où r est le rendement net du capital et g le taux de croissance. C’est cet écart entre des régimes de croissance faible et un taux de rendement du capital nettement plus important qui contribue avant tout à cette concentration du capital par le haut. Une société avec une croissance lente conduit nécessairement à une valorisation du capital et notamment du capital hérité.

Enfin, il a fait le choix de s’attarder sur le cas particulier de l’Amérique, qui donnait déjà lieu à une analyse très fine dans son ouvrage, dont la situation est différente de celle des pays européens. En effet, aux États-Unis, les patrimoines du passé jouent un rôle beaucoup moins important qu’ailleurs et l’on se trouve en présence de patrimoine essentiellement neuf, du fait de la forte croissance démographique depuis le XVIIIème siècle et de vastes terres qui ont pendant longtemps conféré une faible valeur au patrimoine foncier. Mais les inégalités y sont plus marquées dans le domaine des revenus en raison notamment de l’envol des salaires des « supers cadres ». On a alors justifié ces écarts mirobolants par l’idée de mérite, qui n’est pour Thomas Piketty qu’une pure construction sociale, et constitue une « fumisterie » pour reprendre ses termes. Cette situation est d’autant plus surprenante que pendant longtemps la politique américaine a instauré des taux prohibitifs pour ne pas ressembler à l’Europe profondément inégalitaire de la Belle-Époque, dont elle est devenue très proche avec le tournant néolibéral des années 1970.

piketty

Après cette intervention, Claude Gautier, professeur de philosophie politique et de philosophie des sciences sociales, a livré sa lecture de l’œuvre et a souhaité mettre l’accent sur certains points en commençant par le statut de l’Histoire dans cet ouvrage d’économie. En soulignant la filiation du travail de Thomas Piketty avec l’École des Annales et « le temps long » de Fernand Braudel, Claude Gautier a souhaité revenir sur les moyens pour le chercheur en sciences sociales d’éviter le risque d’anachronisme en comparant des données sur plus de trois siècles qui ne renvoient pas forcément au même objet. Il est ensuite revenu sur le sens de que ce que Thomas Piketty a appelé des « inégalités soutenables ou apaisées » au nom de la fonction sociale de certaines inégalités. C’est donc à un véritable débat sur les réponses à apporter à la crise et à l’amplification des inégalités, au-delà du débat même sur les visions politiques sous-tendues par le livre, que Claude Gautier a invité, en interrogeant notamment l’analogie voulue ou non du Capital au XXIème avec les miroirs des princes de la Renaissance.

Les questions posées par la salle, en fin de séance, ont très rapidement rejoint le terrain de l’actualité et notamment la nécessité d’une « remise à plat de la fiscalité » annoncée quelques semaines auparavant par le Premier Ministre, d’autant que certaines pistes évoquées (fusion de la CSG et de l’impôt sur le revenu, mise en place du prélèvement à la source) sont défendues de longue date par Thomas Piketty. Les participants étaient aussi curieux d’entendre sa vision de l’Union Européenne et de la mondialisation car, alors que Thomas Piketty partage le même constat sur l’ampleur des inégalités que l’économiste Frédéric Lordon ou l’historien Emmanuel Todd, il reste un fervent partisan de l’intégration européenne, notamment sur le plan politique et s’oppose à un repli national dans le domaine économique.

Le travail pornographique : compte rendu de la séance du séminaire Re/lire du 9 novembre 2013 avec Mathieu Trachman, Judy Minx et Béatrice Damian-Gaillard

Par Sophie Iffrig

C’est par une séance très vivante et riche en échanges que s’est ouvert le cycle 2013-2014 de Re/lire les Sciences sociales. Celle-ci a été pour nous l’occasion de réfléchir à la manière dont le sociologue peut aborder un sujet d’une part a priori illégitime dans l’espace universitaire et d’autre part engageant sa propre intimité.  Autour de l’enquête de  Mathieu  Trachman,  Le travail pornographique : Enquête sur la production des fantasmes((Le travail pornographique. Enquête sur la production de fantasmes, La Découverte, collection « Genre et sexualité », 2013. Voir le compte rendu de Pierre Brasseur sur Lectures : http://lectures.revues.org/11591.)), les trois intervenant-e-s ont pu débattre du rapport entre enquêteurs, enquêtrices et enquêté-e-s dans le cadre de travaux sur le monde pornographique. Ainsi, pour discuter la présentation de Mathieu Trachman étaient présentes Judy Minx, actrice pornographique, qui nous a permis d’avoir le point de vue critique d’une enquêtée sur le travail du sociologue, et Béatrice Damian-Gaillard, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, qui a mené une enquête sur la presse pornographique.

Mathieu Trachman : « Le chercheur est toujours pris dans son terrain »

Mathieu Trachman ouvre la séance en présentant les deux axes qui ont structuré son enquête. D’une part, il a décidé d’aborder la pornographie sous l’angle du travail, l’inscrivant ainsi dans les processus capitalistiques et l’émergence de nouveaux marchés. D’autre part, il a voulu prendre au sérieux la définition « d’hétérosexuels » professionnels, analysant ainsi la capacité des travailleurs de la pornographie à représenter les fantasmes des hommes hétérosexuels.

Mathieu Trachman
Mathieu Trachman

Très rapidement, Mathieu Trachman fait le lien entre ses axes de recherche et ses propres appartenances : à la fois savant, mais aussi homme et gay. Illustrant sa présentation de nombreuses lectures et commentaires de ses notes de terrain, il montre comment les échanges avec les enquêté-e-s l’ont amené à changer son rapport au terrain. En effet, il a dans un premier temps abordé le terrain comme un espace désexualisé, pensant que le fait d’être gay dans l’espace de la pornographie hétérosexuelle  lui permettrait de rester à distance. Il est ainsi parti d’une position neutre qui met le désir hors du champ de l’analyse.  Pourtant les entretiens avec les enquêté-e-s rappellent au chercheur qu’il est toujours pris dans son terrain, et ici sa sexualité est également mobilisée dans la mesure où il est mis en demeure d’expliciter ses propres fantasmes. Ce changement de position est bénéfique à l’enquête car par effet de boomerang, il amène également les enquêté-e-s, actrices comme réalisateurs, à se repositionner face à l’enquêteur et à redéfinir leur sexualité, notamment par rapport à l’homosexualité.

Judy Minx : « Si je faisais une enquête, je la ferais sur les personnes qui m’ont interrogée »

L’intervention de Judy Minx, actrice depuis 2007, d’abord dans le main stream, ensuite également dans un cinéma pornographique plus alternatif, fait suite à la présentation de Mathieu Trachman. Elle a quitté le monde universitaire pour faire du porno et pour militer, mais elle y intervient et répond souvent à des chercheurs : elle avait ainsi répondu à l’enquête de Mathieu Trachaman il y a quatre ans. Mais elle explique que depuis, elle a beaucoup changé de regard et pris de la distance. Elle tient tout d’abord à revenir sur le rapport enquêteur/enquêté-e et explique que si elle faisait de la sociologie, elle ferait une enquête sur les enquêteurs. En effet, elle est parfois énervée de voir la manière dont la parole des actrices est confisquée par les chercheurs, dans un milieu où elles n’ont habituellement pas vraiment de légitimité pour répondre. Il y a ainsi un rapport de pouvoir entre chercheur et enquêté-e-s qui s’instaure, et qui reste malheureusement bien souvent hors-champ dans la recherche. Il faut que la recherche soit plus réflexive, à la manière du travail et de la présentation de Mathieu Trachman.

Judy Minx
Judy Minx

Puis elle revient sur deux aspects de la présentation du sociologue. Dans un premier temps, elle se montre surprise que la notion d’« industrie » pornographique ne soit jamais été évoquée, alors qu’elle semble plus appropriée pour mettre l’accent sur le moment du travail. Elle permet notamment d’éclairer le processus de désexualisation qui n’est pas seulement fait par le chercheur, mais aussi par le producteur et l’acteur ou l’actrice, qui met à distance la pornographie en se disant que « ça fait partie du travail, de l’industrie », tout en ne pouvant pas complètement désexualiser les situations toutefois, sous peine de ne pas pouvoir tourner. Et le fait de considérer le cinéma pornographique comme une industrie permet aussi de mieux expliquer comment il norme la sexualité qu’il représente, dans la mesure où l’idéologie du marché entretient l’illusion que la sexualité pornographique « répond à la demande ». Mais comme pour l’exemple du chercheur développé par Mathieu Trachman, ce rapport est toujours compliqué et troublé.

Dans un deuxième temps, Judy Minx revient sur l’homosexualité dans le champ de la pornographie hétérosexuelle, en discutant le point de vue exprimé par Mathieu Trachman précédemment. Elle indique ainsi qu’en tant qu’actrice, elle a régulièrement à défendre la distinction entre son corps public et son corps privé aussi bien face à des hommes que des femmes, aussi bien face à des hommes homosexuels que face à des femmes hétérosexuelles – et donc pas seulement face à des hommes hétérosexuels ou des femmes homosexuelles. Elle n’est donc pas sûre que les actrices qu’a rencontrées le sociologue pensaient nécessairement que l’homosexualité des hommes les protègeaient. Sur les tournages et dans le milieu pornographique hétérosexuels, l’homosexualité est peut-être un objet de trouble plus grand qu’on ne le pense, qu’il y a sans cesse le besoin de mettre à distance, souvent par la dérision.

Béatrice Damian-Gaillard : « Une fille qui n’est pas du métier »

L’intervention de Béatrice Damian-Gaillard nous a permis de voir une autre manière d’aborder le terrain de la pornographie, cette fois-ci du point de vue d’une chercheuse plutôt que d’un chercheur, montrant que dans le rapport de pouvoir entre les enquêté-e-s et en l’occurrence une enquêtrice, d’autres facteurs rentrent en compte, tels que le genre.  Béatrice Damian-Gaillard a effectué un travail d’enquête de deux ans sur la presse pornographique hétérosexuelle masculine. Elle a pris cet objet illégitime et y a appliqué les principes de la sociologie du journalisme, des médias et du genre. Pour la femme qu’elle est, il s’agit alors de traverser le miroir afin de se demander comment les corps féminin sont perçus dans une telle industrie.  Pour cela, l’enquêtrice avait fait le choix de ne pas affirmer sa sexualité, ce qui pousse les enquêtés-e- à la requalifier sans cesse.

Béatrice Damian-Gaillard
Béatrice Damian-Gaillard

Bien que la chercheuse bénéficie d’une « présomption de distance », à la fois en tant qu’universitaire et en tant que femme qui ne pourrait pas être excitée par du porno pour homme, il est impossible de faire comme si l’appartenance genrée n’existait pas. Cela amène l’enquêtrice à réfléchir à sa présentation face à l’enquêté-e, afin d’enlever les signes qui pourraient accentuer une dimension érotique sans la désexualiser entièrement : en découlent la question de l’effet des poses, du maquillage ou encore des choix d’habillement dans la construction de la situation d’entretien. Ce processus de présentation face à l’enquêté-e est important, car il influence la manière dont celui-ci va se définir par rapport à l’enquêtrice : soit en cherchant à identifier les désirs de celle-ci, soit en les mettant à distance à travers une stigmatisation de la pornographie, associée alors à une sexualité populaire et méprisée. L’enquêtrice bien souvent va être assimilée à « une fille qui n’est pas du métier », face à laquelle les enquêteurs déploient des tactique de « protection », en présentant son accès à l’espace de la pornographie, et notamment aux plateaux de tournage, comme un risque.

Mais la tactique la plus forte consiste, en particulier pour les enquêtés masculins (acteurs, réalisateurs, producteurs), à essayer de « corporiser » l’échange. Béatrice Damian-Gaillard explique ainsi l’importance de la déjouer à travers la maîtrise des mimiques et des expressions, et à travers la mise en place d’échanges académiques, reposant sur des cadres d’analyse précis tels que des modèles économiques ou la division du travail,  montrant ainsi que l’on prend au sérieux l’objet de recherche. Elle insiste également sur la variabilité de la frontière entre l’intime et le professionnel. Pour les enquêtés, parler de questions financières et économiques est beaucoup plus intime que parler de sexualité, et ils sont déstabilisés qu’une femme puisse maîtriser ces logiques industrielles, économiques. Bien préparer son terrain, autant par une bonne connaissance des modes de présentation que du travail des enquêtés permet à la chercheuse d’objectiver l’échange et de reprendre une position dominante.

Après ces présentations qui ont permis de faire dialoguer trois manières d’aborder le travail pornographique, le public nombreux a permis d’engager un débat animé, notamment sur la pornographie de manière plus générale, sur les processus de désexualisation mis en œuvre dans ces travaux, sur la place des femmes non actrices face à la pornographie hétérosexuelle masculine et sur le travail de légitimation du cinéma pornographique. Ces échanges ont pu montrer que c’est en prenant des angles sociologiques précis et rigoureux, tels que celui de la sociologie du travail ou de la sociologie des médias, que le chercheur dépasse les prénotions et légitime son objet et sa recherche.

Judy Minx, Mathieu Trachman et Béatrice Damian-Gaillard
Judy Minx, Mathieu Trachman et Béatrice Damian-Gaillard

Autour de Langlois et Seignobos : Gérard Noiriel, Antoine Prost, et Claire Zalc sont les invités du séminaire « Re/lire »

Par Nicolas Bonnard

A l’occasion de la réédition par la Bibliothèque Idéale des Sciences Sociales (Bi2S)  de deux ouvrages anciens, l’Introduction aux Sciences sociales  de Charles Seignobos et Victor Langlois (1897) et La méthode historique appliquée aux sciences sociales (1901) du même Seignobos, le séminaire « Re/lire les sciences sociales » va avoir le plaisir d’accueillir Gérard Noiriel, Antoine Prost – auteurs des préfaces de ces nouvelles éditions – et Claire Zalc – responsable de la série « Histoire » de la Bi2S. La séance aura lieu le lundi 17 février de 13h30 à 16h à l’ENS de Lyon, 15 parvis René Descartes, salle 104.

Charles Seignobos et Victor Langlois sont des chefs de file de l’école méthodique, qui vise à l’objectivité de l’histoire en appliquant des techniques rigoureuses à l’inventaire des sources et la critique des documents. Les ouvrages dont il est question s’inscrivent dans cette lignée. De plus, ils paraissent à un moment d’institutionnalisation universitaire de l’histoire. A ce titre, l’objectif est également de légitimer celle-ci en tant que discipline. La méthode qui est exposée a été largement critiquée par l’école des Annales, et garde encore aujourd’hui mauvaise presse chez beaucoup d’historiens.  Pourquoi les rééditer et en parler aujourd’hui ? Les trois invités du séminaire ont pour point commun, outre leur profession d’historien, d’avoir réfléchi et écrit sur la manière de faire l’histoire. Leur contribution aux rééditions des ouvrages de Seignobos et Langlois nous invite à relire et repenser leur travail. Il ne s’agit pas ici de montrer seulement l’apport essentiel qu’ont eu ces travaux dans la construction de la discipline historique, de les considérer eux-mêmes comme des documents historiques, déjà quelque peu poussiéreux et dépassés. Il s’agit de voir pourquoi ces travaux sont encore utiles à l’historien, en quoi ils sont encore d’actualité.

Les préfaces d’Antoine Prost et Gérard Noiriel soulignent la pertinence d’une telle relecture. Ils rappellent comment les auteurs ont écrit dans un contexte de constitution de la science historique, animés par le souci de démontrer la scientificité de l’histoire, en se démarquant à la fois des disciplines plus théoriques, comme la sociologie, et des récits d’histoire « grand public ». Ce travail leur a valu de nombreuses critiques, les taxant de « positivistes », les accusant d’avoir « prôné une forme de connaissance empiriste, niant la construction du fait historique, ou d’avoir enfermé la discipline dans un corporatisme hostile à la philosophie » (G.Noiriel). La plupart de ces critiques sont infondées, et reposent sur une mauvaise lecture des textes. Cela ne leur ôte pas leurs défauts, mais amène à reconsidérer l’actualité de ces réflexions parues au tournant du siècle dernier. Ainsi, à condition de prendre autant de précautions en lisant le travail des historiens qu’en lisant les documents, comme le préconisait Seignobos lui-même, le lecteur peut découvrir « l’ampleur, la modernité et l’importance de l’épistémologie » de ces auteurs (Antoine Prost).

Cette relecture de Seignobos et Langlois dépasse cependant le simple cadre historique. En définissant l’histoire comme un « procédé de connaissances » qui s’appuie sur des représentations du réel et non le réel lui-même, Seignobos dégage un point commun à toutes les sciences sociales, qui reposent sur des « observations indirectes ». En fixant les cadres de la méthode historique, les ouvrages portent une réflexion sur la méthode à utiliser dans les sciences sociales quelles qu’elles soient.

C’est donc un public qui ne se limite pas seulement aux historiens qui est convié à la cinquième séance du séminaire « relire les sciences sociales » qui se tiendra le lundi 17 février ; toute personne s’intéressant aux sciences sociales est invitée à venir échanger avec Antoine Prost, Gérard Noiriel et Claire Zalc.

Informations pratiques pour assister au séminaire :

http://www.liens-socio.org/Reinventer-la-science-historique

Gérard Noiriel :

Historien, directeur d’études à l’EHESS et membre de l’IRIS (EHESS), Gérard Noiriel a travaillé sur l’histoire de l’immigration en France (Le creuset français, 1988 ; Population, immigration et identité nationale en France (XIX-XXème siècle), 1992) ainsi que sur l’histoire ouvrière (Les ouvriers sidérurgiques et les mineurs de fer du bassin de Longwy-Villerupt (1919-1939), 1984). Il a également développé une réflexion sur les questions interdisciplinaires et l’épistémologie en histoire, notamment avec la publication de Sur la « crise de l’histoire » (1996) où il explore les débats, les conflits suscités par la discipline historique ainsi que la naissance du métier d’historien aux XIXèmes et XXèmes siècles.

Antoine Prost :

Historien, professeur émérite à l’université Paris 1 et membre du Centre d’histoire sociale du XXe siècle, Antoine Prost étudie la société française du XXème siècle selon les groupes, les institutions, les mentalités. Ses travaux portent en particulier sur les anciens combattants (Les Anciens Combattants et la société française (1914-1939), 1977) et les questions d’éducation (L’enseignement en France (1800-1967), 1968 ; Education, société et politique. Une histoire de l’enseignement en France, de 1945 à nos jours, 1992). Il mène également une réflexion historiographique, en particulier avec Douze leçons sur l’histoire (1996), où il montre l’influence de l’ancrage socio-institutionnel de l’historien sur ses travaux, démonte clairement les étapes de la méthode historique et s’interroge sur le métier d’historien.

Claire Zalc :

Historienne, chargée de recherches au CNRS et membre d’Institut d’histoire moderne et contemporaine (IHMC), travaille sur l’immigration en France au XXème siècle  (Melting Shops. Une histoire des commerçants étrangers en France, 2010 ;  Petites entreprises et petits entrepreneurs étrangers en France, 19e-20e siècles, avec Anne-Sophie Bruno, 2003). Ses recherches portent aussi sur la Shoah (Face à la persécution. 991 Juifs dans la guerre, 2010 ; direction de Pour une micro-histoire de la Shoah (2013) avec Tal Bruttmann, Ivan Ermakoff et Nicolas Mariot). Parallèlement, elle mène une réflexion sur les manières de faire et dire l’histoire : elle a publié avec Claire Lemercier Méthodes quantitatives pour l’historien (2008) où elle explore les raisons et l’utilité de telles méthodes à l’heure de l’informatique tout en revenant sur l’histoire de l’utilisation des statistiques par les historiens.

Troubles en psychiatrie : Isabelle Coutant est l’invitée du séminaire « re/lire »

coutant
Isabelle Coutant

 

Par Guillaume Cassier

Le rapporteur de la mission parlementaire sur la santé mentale ’pointait, à la fin de l’année 2013, une hausse sans précédent de plus de 50% en cinq ans du nombre d’hospitalisations en psychiatrie sans consentement de la personne. Ce recours accru à la psychiatrisation contrainte repose avec acuité la question du pouvoir psychiatrique, à cheval entre le soin médical apporté aux patients et le contrôle social des populations, double rôle mis en évidence déjà par les travaux de Foucault. Dans un champ de recherche où les sciences humaines ont fait leurs l’étude de l’institution psychiatrique avant de porter plus récemment le thème de la souffrance psychique, l’originalité du travail d’Isabelle Coutant est à trouver dans une approche résolument ethnographique, soucieuse d’apporter un regard venu de l’intérieur (celui des usagers et des professionnels) sur le fonctionnement d’un l’hôpital psychiatrique.

Grâce à une longue enquête de terrain réalisée un an après les émeutes de 2005 dans une unité psychiatrique pour adolescents située dans une zone défavorisée de l’agglomération parisienne, la sociologue nous donne un aperçu inédit de la psychiatrie en banlieue. D’après les psychiatres de cette unité, elle se situe à mille lieux de la psychiatrie parisienne en termes de  moyens (moindre présence de psychiatres), de missions (les obligations de secteur l’emportent sur la recherche universitaire) et de public (adolescents élevés par des parents des classes moyennes et favorisées à Paris, contre adolescents relevant de l’Aide sociale à l’enfance dans l’unité étudiée). Les caractéristiques sociales de la population du secteur font d’ailleurs de cette unité un cas limite de l’institution psychiatrique, en ce que les patients accueillis mettent bien souvent à l’épreuve la catégorisation traditionnelle des pathologies psychiques : l’hospitalisation est le plus souvent déterminée moins par le diagnostic d’une pathologie précise que par le caractère « ingérable » d’un individu qualifié de « border line ». Le choix revendiqué d’une rédaction en « style documentaire » faite de retranscriptions de conversations et de scènes observées n’est pas seulement ici un moyen d’écarter poncifs et fantasmes sur l’hôpital psychiatrique, il se prête à la restitution par bribes des trajectoires d’individus et laisse entrevoir le quotidien de la psychiatrie en actes. C’est précisément cette prise en compte de l’ensemble des personnels et de la variété des patients qui permet de complexifier l’analyse de l’exercice du pouvoir psychiatrique et d’en penser les modalités les plus récentes, puisqu’il ne dépend plus uniquement des psychiatres et mobilise un collectif de travail beaucoup plus étendu (aides-soignants, infirmières, éducatrices) avec lequel le chef de l’unité doit composer.

L’enquête ethnographique met également en lumière les représentations de celles et ceux qui font l’hôpital psychiatrique, traversées à la fois par le contexte d’intolérance croissante à l’égard de la délinquance juvénile en milieu populaire et par la crainte d’être instrumentalisés dans une perspective de contrôle social des populations pauvres considérées comme dangereuses en raison de certains troubles de conduite. Conscients du dilemme permanent entre « internement abusif »  et « externement abusif » (p. 212), les professionnels encadrants de l’unité travaillent auprès des patients et de leurs familles, en parallèle de la prise en charge médicale, à une légitimation de leur autorité. Cette autorité du corps psychiatrique repose davantage sur le « travailler avec » que sur le « travailler sur » qui émanerait d’un pouvoir vertical, dans une démarche de co-construction qui s’inscrit en réalité, d’après l’auteur, dans un mouvement plus général de transformation du gouvernement des populations.

Affleure enfin la souffrance sociale de l’institution psychiatrique censée traiter les souffrances psychiques de ses patients. La pénurie récurrente de psychiatres et d’infirmiers-psychiatres combinée au rôle de soupape souvent dévolu à la psychiatrie face aux autres institutions d’encadrement de la jeunesse en difficulté (Protection judiciaire de la jeunesse, Aide sociale à l’enfance, instituts médico-éducatifs, Education nationale) engendrent des situations de sous-effectif d’encadrants, face au sur-effectif de patients dû dans bien des cas à des hospitalisations excessives sources de chronicisation du suivi psychiatrique pour des patients censés pourtant être pris en charge par l’unité uniquement en période de crise. Serait-ce, comme le suggère Isabelle Coutant, cette position de sciences dominées commune à la sociologie et la psychiatrie, face à l’essor des sciences cognitives assises sur une vision biologisante des troubles, qui permet un renversement de la méfiance séculaire vers une « alliance probable » (p. 31) ?

C’est à cette question de la recomposition du paysage scientifique sur la santé mentale, mais aussi à celles des nouveaux modes de légitimation de l’autorité de l’Etat sur la jeunesse en difficulté ou des spécificités de la psychiatrie en banlieue, que pourront entre autres répondre Isabelle Coutant et Jean Guillonneau, invités à débattre lors de la quatrième séance du séminaire « relire les sciences sociales » qui se tiendra le lundi 20 janvier 2014.

 

Renseignements pratiques pour assister à la séance du séminaire :

http://www.liens-socio.org/Troubles-en-psychiatrie

 

Isabelle Coutant :

Sociologue et chargée de recherche au CNRS. Dans son ouvrage précédent intitulé Délit de jeunesse. La justice face aux quartiers (2005), elle s’était déjà interrogée sur le rapport des classes populaires aux institutions.

 

Jean Guillonneau :

Médecin psychiatre dans un Centre médical et pédagogique (CMP) pour adolescents de la région parisienne. Il avait ouvert à Isabelle Coutant les portes de l’unité psychiatrique dont il était alors le responsable. Partisan de l’antipsychiatrie dans sa jeunesse, il en est revenu pour aujourd’hui se définir comme « pragmatique » (p. 31). Attaché à la psychiatrie institutionnelle tout en ne diabolisant pas la psychiatrie américaine et son tropisme pour les médicaments, il entend asseoir la prise en charge psychiatrique de l’unité sur trois piliers : « les médicaments si besoin, la psychothérapie, l’insertion » (p. 195).

RE/LIRE les sciences sociales : le programme 2013-2014

relire_logo_pour_lecturesLire et discuter les travaux les plus récents en sciences sociales, en compagnie de leurs auteurs, de chercheurs et de grands témoins ; relire les grands classiques, à l’occasion de leur réédition… Telle est la double vocation du séminaire « re/lire les sciences sociales », organisé une fois par mois par le Département de sciences sociales de l’ENS de Lyon et le Centre Max Weber en partenariat avec Liens Socio et Lectures.

Voici le programme 2013-2014 du séminaire :

Lundi 25 novembre 2013 : Mathieu Trachman / Le travail pornographique

Lundi 9 décembre 2013 : Laurent Davezies / La crise qui vient : la nouvelle fracture territoriale

Lundi 16 décembre 2013 : Thomas Piketty / Le capital au XXIe siècle

Lundi 20 janvier 2014 : Isabelle Coutant / Troubles en psychiatrie

Lundi 17 février 2014 : Gérard Noiriel et Antoine Prost / Réinventer la science historique au début du XXe siècle : autour de Langlois et Seignobos

Lundi 17 mars 2014 : Jean-Claude Passeron et Emmanuel Pedler / Le temps donné aux tableaux

Présentation détaillée

Le séminaire « re/lire les sciences sociales », organisé par le Département de sciences sociales de l’ENS de Lyon, s’inscrit dans une longue tradition de discussions interdisciplinaires autour des grands textes, classiques ou contemporains, qui jalonnent l’histoire des sciences sociales.

Par ces discussions, il s’agit de réaffirmer ensemble, toutes disciplines confondues, les vertus de la lecture des textes : des textes récents, qui témoignent de l’actualité des recherches en sciences sociales ; des textes classiques, qui en sont les fondements et continuent de les irriguer.

C’est la raison pour laquelle les séances du séminaire « re/lire les sciences sociales » sont organisées alternativement autour d’ouvrages récents, et de rééditions récentes d’ouvrages classiques :

Les séances « lire », consacrées à des ouvrages importants récemment parus, proposent une discussion entre l’auteur, le public et des discutants issus aussi bien du monde universitaire que de la société civile, autour des questions et des thématiques abordées dans le livre.

Les séances « relire », consacrées à des rééditions récentes de grands classiques des sciences sociales, confrontent les responsables de cette réédition au public e aux meilleurs spécialistes des oeuvres ainsi rééditées, et visent à poser la question de l’actualité et des enjeux scientifiques, sociaux, politiques, de leur relecture contemporaine.

Le séminaire « re/lire les sciences sociales » est organisé avec le soutien de Liens Socio, de Lectures, la revue électronique des comptes rendus de publications récentes en sciences sociales, et de la « Bibliothèque des sciences sociales », un projet de réédition de grands classiques des sciences sociales en version imprimée et en version électronique, qui est en cours de développement dans la cadre d’un partenariat entre Liens Socio, OpenEdition et l’ENS de Lyon.

Coordination du séminaire

Pierre Mercklé

Animation du séminaire

Julien Barrier, Emmanuelle Boulineau, Elodie Hommel, Samuel Lézé, Igor Moullier, Afifa Zenati

Site : http://www.liens-socio.org/re-lire-les-sciences-sociales

Blog : http://relire.hypotheses.org

contact : contact@liens-socio.org

Réseaux, anthropologie, traduction collaborative : rendez-vous le 8 avril pour la dernière séance du séminaire « re/lire » !

Barnes_coverLa dernière séance du séminaire « re/lire les sciences sociales » (ENS de Lyon) approche, elle aura lieu le lundi 8 avril prochain de 13h30 à 16h. Cette séance exceptionnelle sera consacrée à une expérience de traduction collective en ligne d’un article classique de sciences sociales, que nous avions menée à l’ENS de Lyon il y a presque un an jour pour jour : une vingtaine de personnes s’étaient retrouvées en ligne pour traduire ensemble, en direct, l’article de l’anthropologue britannique John A. Barnes considéré comme fondateur de la sociologie des réseaux sociaux, et donc à partir de maintenant intitulé : « Classes sociales et réseaux dans une île de Norvège » (« Class and Committes in a Norwegian Island Parish », Human Relations, 1954).

Une version finale de cet article est désormais prête, qu’il faut relire une dernière fois ! Cette version finale est disponible ici, et vous pouvez y ajouter tous les commentaires que vous souhaitez pour corriger les dernières coquilles, signaler des problèmes, suggérer des améliorations :

https://docs.google.com/document/d/1MY6MH1UfLTJOykcJJMgyWd5Bs5PfylbgFMk8i7Lr8fw

L’objectif de la séance sera, après avoir présenté cet article, son auteur et le rôle qu’ils ont joué dans le développement de la sociologie des réseaux sociaux, de revenir sur cette expérience de traduction collective en ligne, et surtout d’en discuter et d’en finaliser le résultat.

Tous les détails pratiques sont ici :

http://www.liens-socio.org/John-A-Barnes-Classes-sociales-et

Vous êtes évidemment les bienvenue-s, et vos contributions sont même ardemment souhaitées, que ce soit pour relire le texte, participer à l’animation de la séance, ou tout simplement venir y assister !

Si vous souhaitez participer à l’animation de la séance, vous pouvez imaginer et proposer des contributions : présentation de l’article, présentation de l’œuvre ou d’autres travaux de Barnes, présentation de ses usages et de sa postérité dans l’analyse des réseaux, témoignages sur l’expérience de traduction collective en ligne, pistes pour la publication de la traduction, prolongements possibles… N’hésitez pas à contacter Pierre Mercklé le plus rapidement possible pour lui faire des propositions et des suggestions !

Que vous souhaitiez participer à l’animation de la séance, ou simplement y assister, voici quelques liens très utiles, où vous pourrez trouver les différentes étapes de l’expérience :

Les billets présentant les différentes étapes de l’expérience :

https://pierremerckle.fr/tag/john-barnes/

Le texte original en anglais de l’article, au format PDF :

https://pierremerckle.fr/wp-content/uploads/2012/03/Barnes.pdf

La plateforme de traduction collaborative, en lecture seule :

https://docs.google.com/document/d/1Ub24WNcEIw9o3voezPtyYm4PxRgSMZ3RP7isHFaGwhs

La version finale Word commentable (ne pas diffuser) :

https://docs.google.com/document/d/1MY6MH1UfLTJOykcJJMgyWd5Bs5PfylbgFMk8i7Lr8fw

La version finale PDF téléchargeable :

https://docs.google.com/file/d/0B0vJVf1IntUxN25faFRPRS1oNk0/edit

Nous vous attendons toutes et tous très nombreux-ses pour cette séance du lundi 8 avril, qui sera également la dernière séance du séminaire pour cette année 2012-2013, et donc l’occasion de commencer également à réfléchir au programme de l’année prochaine !

 

 

 

La vie en réseau

La vie en réseauClaire Bidart, Alain Degenne et Michel Grossetti sont les invités du séminaire « re/lire les sciences sociales » à l’occasion de la parution de leur livre :

La vie en réseau. Dynamique des relations sociales, Paris, PUF, coll. « Le lien social », 2011, 356 p.

La séance est ouverte à tous.

Après la présentation de l’ouvrage par les auteurs, une discussion en sera proposée par Bernard Lahire, sociologue, professeur à l’ENS de Lyon et membre du Centre Max Weber. Elle sera suivie d’un débat avec le public.

Responsable de la séance : Pierre Mercklé (ENS de Lyon)

Informations pratiques

Date : lundi 18 mars 2013 de 13h30 à 16h

Lieu : ENS de Lyon, site Descartes, salle F05

Tous les renseignements sur la page de la séance :
http://www.liens-socio.org/La-vie-en-reseau

Ressources

Compte rendu de La vie en réseau par François Granier dans Lectures :
http://lectures.revues.org/7314

Page personnelle de Claire Bidart
http://www.lest.cnrs.fr/article.php3?id_article=374

Page personnelle de Michel Grossetti
http://w3.lisst.univ-tlse2.fr/cv/grossetti_michel.htm