Lectures sans frontières !

Alors que s’approchent petit à petit des vacances méritées, nous ne résistons pas au plaisir de vous signaler deux améliorations du service que nous essayons de vous rendre avec Liens Socio et Lectures, et qui vous tous deux dans le sens d’un développement international de nos petites entreprises…

D’une part, le partenariat que nous voulions conclure avec la revue L’année du Maghreb a enfin abouti. Depuis plusieurs mois, avec l’aide des lecteurs de cette revue et des spécialistes de l’aire géo-culturelle qu’elle couvre nous essayons d’en couvrir mieux la production éditoriale. Les comptes rendus de publications récentes sur le Maghreb sont donc plus nombreux et plus systématiques, et depuis quelques jours, vous pouvez trouver une présentation synthétique de cet effort sur le site de cette revue. Dans la colonne de gauche de sa page d’accueil vous pouvez ainsi découvrir une nouvelle rubrique « Lectures » avec deux liens : le premier vers une page présentant les derniers comptes rendus de publications récentes sur le Maghreb ; et le second vers une page présentant les dernières publications sur le Maghreb reçues par Lectures. Deux outils que nous espérons donc utiles pour toutes et celles et tous ceux qui s’intéressent au Maghreb et aux questions qui le traversent aujourd’hui !

D’autre part, l’effort que nous avons entamé depuis deux ans pour internationaliser les contenus de la revue trouve une nouvelle expression ce mois-ci. En effet, après avoir inclus un nombre croissant de publications en langue anglaise dans notre veille de l’actualité éditoriale des sciences sociales, après avoir traduit l’interface de Lectures en anglais et en espagnol, et donc après avoir noué ce partenariat avec L’Année du Maghreb, nous avons publié nos premiers comptes rendus… directement an anglais ! Vous avez ainsi pu découvrir le mois dernier un compte rendu par Simon Ridley du livre de Cathy Schneider, Police Power and Race Riots. Urban Unrest in Paris and New York, et un compte rendu par Juan Javier Rivera Andía du livre de la traduction en anglais des Lectures on the Will to Know de Michel Foucault. D’autres comptes rendus en anglais suivront prochainement, y compris de publications francophones dont nous espérons ainsi élargir la visibilité au-delà des limites de leur aire linguistique.

Nous le dirons donc en anglais cette fois-ci…

Good reading !

Pierre Mercklé

Rendre compte des sciences sociales : une rencontre-débat organisée par Lectures à l’ENS de Lyon le mardi 10 juin 2014

Des émissions de radio sur les grandes chaînes publiques aux rubriques de comptes rendus des journaux ou des grandes revues scientifiques, les sciences sociales continuent de faire parler d’elles, et de faire écrire sur elles… Entre les auteurs, les éditeurs et les lecteurs, le besoin se fait plus que jamais sentir d’une médiation… Comment se fait-elle aujourd’hui ? Comment, désormais, rendre compte des sciences sociales ? Quels sont les enjeux, et quelles sont les contraintes ? Et les nouveaux acteurs numériques de la circulation des sciences sociales – comme Lectures ou La vie des idées – ont-ils emboîté le pas de leurs aînés, ou bien ont-ils changé la donne ?

Pour répondre à ces questions, la revue Lectures saisit l’occasion de son troisième anniversaire pour organiser une rencontre-débat consacrée à celles et ceux qui avec elle « rendent compte » des sciences sociales. Vous êtes auteur, éditeur ou lecteur de livres et de revues de sciences humaines et sociales ? Vous êtes rédacteur de comptes rendus, ou la rédaction de comptes rendus vous tente ? Profitez de cette rencontre pour venir dialoguer avec nos invités, et saisissez cette occasion aussi pour rencontrer les membres de l’équipe et du comité de rédaction de Lectures !

Mardi 10 juin 2014 14h-16h30, ENS de Lyon, campus Descartes, salle F08

Avec Gilles Bastin, sociologue, maître de conférences à l’IEP Grenoble, rédacteur au Monde des LivresSylvain Bourmeau, journaliste, producteur et animateur de l’émission « La suite dans les idées » sur France CultureLucie Campos, responsable du développement international de La vie des idées / Books & IdeasPascale Iltis, responsable du service de presse des Editions La DécouvertePierre Mercklé, directeur de Lectures et de Liens SocioXavier Molénat, journaliste et responsable web à Sciences HumainesEtienne Ollion, sociologue, responsable des comptes rendus à Sociologie du travailOlivier Rey, responsable de l’unité de veille à l’Institut français d’éducation.

Rencontre animée par Igor Martinache, membre du comité de rédaction de Lectures.

La rencontre est accessible à toutes et tous, sans réservation. Venez nombreux !

Date : Mardi 10 juin 2014, 14h-16h.

Lieu : ENS de Lyon, campus Descartes, salle F08 – 15 parvis René Descartes – 69007 Lyon.

Accès : Métro ligne B ou Tram T1, arrêt Debourg.

Contact : lectures@ens-lyon.fr

Pour en savoir plus : http://lectures.revues.org/14747

 

 

Relire les Sciences Sociales : autour de Langlois et Seignobos (compte rendu de la séance du 17 février 2014 avec Gérard Noiriel, Antoine Prost et Claire Zalc)

Par Audrey Levray

Nombreux étaient les professeurs et étudiants à venir assister à cette séance du séminaire « Re/Lire les sciences sociales » : il s’agissait cette fois de remettre à l’honneur l’histoire, en proposant de redécouvrir les deux ouvrages méthodologiques de Charles Seignobos et de Charles-Victor Langlois. Ces deux traités de méthode, parus au tournant du XXème siècle, ont fait l’objet d’une réédition numérique dans la toute nouvelle Bibliothèque idéale des sciences sociales : pour l’occasion, Claire Zalc, historienne et membre du comité scientifique de la collection, avait demandé à Gérard Noiriel et Antoine Prost de bien vouloir préfacer ces deux ouvrages, et c’est donc en présence des deux préfaciers et de l’historienne que la séance s’est déroulée. Cette séance du séminaire était donc à plus d’un titre exceptionnelle : elle nous invitait bien sûr à relire les deux ouvrages, mais elle a aussi permis à Pierre Mercklé de présenter la Bi2S, ou Bibliothèque idéale des Sciences Sociales, qui venait de publier ses premiers titres1.

Relire Seignobos et Langlois, pourquoi ?

Après une présentation des intervenants par Nicolas Bonnard2, Claire Zalc a introduit cette séance en mettant en avant le but premier de ces rééditions : redonner vie et force à des textes fondamentaux des sciences sociales, en visant une utilisation pratique (grâce à l’édition numérique). L’interdisciplinarité est au centre du discours de l’historienne : le choix de ces ouvrages, consacrés à la méthode, n’est pas anodin, car il permet de revenir à des prémisses, des points nodaux de la discussion entre les disciplines, et ainsi de reconsidérer la place de l’histoire au sein des sciences sociales. Elle justifie également le choix des ouvrages par leur importance au sein de la constitution de l’histoire comme profession et discipline. Elle rappelle que Seignobos et Langlois ont ouvert un débat entre théorie et empirisme, et fait émerger des tensions entre constructivisme et réalisme. La place d’honneur qu’ils offrent aux documents et la relation méthodique aux sources sont le terreau de la communication entre les différentes disciplines des sciences sociales, et justifient tout à fait leur relecture.

Un autre intérêt de cette réédition pour Claire Zalc : offrir à la relecture des ouvrages (et notamment celui de Seignobos) qui avaient violemment été critiqués par Simiand notamment, mais aussi par l’Ecole des Annales. Depuis une vingtaine d’années, des historiens sont revenus sur ces critiques : les appels à redécouvrir ces ouvrages lancés par Madeleine Réberioux3, Gérard Noiriel et Antoine Prost4 avaient été malheureusement peu entendus. L’aspect purement méthodologique de ces ouvrages peut paraître rébarbatif, et la réédition a également pour but d’inviter les étudiants à revenir au texte.

Quant au choix des préfaciers, Claire Zalc avance des raisons plus personnelles : Gérard Noiriel et Antoine Prost se sont imposés à elle comme des évidences, car ce sont eux qui lui ont donné envie de les lire en premier lieu. De plus, ils représentent des pères fondateurs d’une histoire sociale, réflexive et sincère ; Claire Zalc précise que la sincérité est une qualité indéniable, car elle donne à voir une part d’humanité sans pour autant amener le chercheur, l’historien, à renoncer à la démonstration et à l’objectivité.

L’Introduction aux études historiques au cœur du processus de construction de l’histoire comme science, selon Gérard Noiriel.

Langlois & Seignobos - LivreGérard Noiriel nous dit avoir accepté l’invitation à préfacer L’Introduction aux études historiques5 car cela faisait sens pour lui, à plusieurs niveaux : tout d’abord car Madeleine Réberioux, la précédente préfacière de l’ouvrage, avait dirigé sa thèse ; c’est dans le passage de génération en génération que l’historien voit se construire une communauté scientifique. En général, la tendance théoriciste des sciences sociales se manifeste par une volonté de rupture : ici, au contraire, l’historien veut aller en marche inverse en montrant ce que l’on doit à ceux qui nous ont précédé.

Langlois & Seignobos - Livre 2Pour autant, Gérard Noiriel ne se considère pas comme un spécialiste d’épistémologie de l’histoire : c’est pour des raisons empiriques – ajouter de l’adéquation entre ce que les historiens peuvent dire et ce qu’ils font – qu’il s’est lancé dans cette aventure. En fait, nous dit-il, il a voulu suivre le conseil de Seignobos : « Il faut lire les travaux d’historiens avec la même précisions critique qu’il faut lire les documents. » Cet ouvrage est avant tout la transcription d’un cours donné à la Sorbonne en 1896-1897, ce qui explique sa dimension pédagogique, qui n’a pas le clinquant d’une théorie ; néanmoins, les conseils méthodologiques restent aujourd’hui valables et utiles, car ils exposent des outils que l’historien se doit de posséder pour comprendre les rapports entre l’analyse et la synthèse.

L’historien met aussi en avant la place fondamentale de cet ouvrage dans le processus de construction de la science normale de l’histoire : la parution d’un manuel est importante dans le processus de construction d’une société savante, car c’est autour de ces nouveaux paradigmes que s’établit une communauté scientifique. L’apparition des manuels coïncide avec la séparation des branches scientifiques et de l’enseignement sous la IIIe République. Cette époque a été celle d’une lutte pour les historiens, qui devaient se démarquer des sociologues, des généralistes, des littérateurs… La nécessité de défendre leur travail et ses spécificités explique l’importance accordée à la critique documentaire, érigée en propre de la science historique. Mais elle explique aussi pourquoi l’ouvrage comporte des notes rendant à chaque auteur la paternité de ses écrits…

Un ouvrage épistémologique ? Sans aucun doute. Les deux auteurs semblaient, selon Gérard Noiriel, hantés par le souci de démontrer la scientificité de l’histoire, en la comparant notamment aux sciences « dures », ou « objectives ». Les historiens mettent en place une mécanique à deux temps : d’abord les archives, le document, puis le questionnaire, la réflexion qui permet d’interroger les archives. Gérard Noiriel nous rappelle que la deuxième partie, la synthèse, est envisagée par les deux historiens dans une dimension collective, celle du rassemblement des savoirs spécialisés produits par tous les historiens.

Pour conclure son intervention, Gérard Noiriel se livre à une défense critique, mais aussi une réhabilitation de Langlois et Seignobos, qui ont revendiqué une histoire scientifique et objective, érudite, détachée des débats politiques. Face aux critiques (ceux-ci ont surtout visé Seignobos : Péguy l’accusait de ne pas respecter dans ses travaux la méthode qu’il avait lui-même élaborée, et Lucien Febvre a en grande partie contribué à la construction de la légende noire de Seignobos comme « positiviste »), Gérard Noiriel nous explique que les débats amenés par les détracteurs ont été livrés sur des terrains très différents que celui de l’histoire comme science, ou de la méthode. D’une certaine manière, l’historien nous invite à relire l’Introduction à la fois en le replaçant dans son contexte – celui d’un ouvrage de méthode fondateur, et non de pédagogie –  et d’une manière universelle : cet ouvrage a servi d’argument, de revendication à de jeunes chercheurs, et a fondé un principe critique moteur au sein de la discipline.

L’épistémologie de Seignobos réhabilitée par Antoine Prost.

Seignobos - La méthode historique - livreL’ancien enseignant du cours d’« Introduction aux études historiques » de la Sorbonne a commencé son intervention en rappelant qu’il devait ce poste à l’œuvre de Seignobos et Langlois. Mais très vite, Antoine Prost, à l’instar de Gérard Noiriel, a débuté le procès en réhabilitation de Seignobos : et ce, en faisait (re)découvrir la leçon inaugurale de Lucien Febvre à Strasbourg (1919). Outre son attitude qui n’est pas convenable, voire malhonnête selon Antoine Prost, l’historien nous dit que la critique du positivisme ne rend pas justice à la Méthode historique appliquée aux sciences sociales6 telle que Seignobos la concevait. La revendication de communauté entre l’histoire et les autres sciences sociales est le trait d’une grande modernité. Antoine Prost nous rappelle que cette méthode n’a rien à voir avec le positivisme ou le scientisme, car les faits demandent construction, et c’est ce qui fait de l’histoire un « procédé de connaissance » (et non pas une science, comme le revendique Seignobos).

Seignobos - La méthode historique - livre 2Pour Antoine Prost, les critiques dirigées contre le discours sur la subjectivité et l’histoire sincère ne sont pas pertinentes (et notamment celle de Simiand, qui n’admet pas le caractère constructiviste de la méthode de connaissance élaborée par Seignobos). Le préfacier nous montre en fait la grande modernité de Seignobos : en histoire comme en sciences sociales, il est  difficile d’être totalement objectif quand on est dans l’histoire qu’on écrit ; aussi, le plus grand service que l’auteur puisse rendre à l’histoire scientifique, c’est de divulguer ce qui est susceptible de dépendre du contexte, c’est-à-dire faire une histoire sincère, qui éclaire plus qu’elle ne brouille.

Antoine Prost rappelle la difficulté de faire de l’épistémologie, d’écrire un ouvrage de méthode historique cohérent dans sa globalité, telle que La Méthode de Seignobos. Mais il souligne aussi que faire de l’épistémologie historique ne fait pas un bon historien ! Au-delà des critiques formulées, il nous remet également en mémoire que l’épistémologie de Seignobos, à deux temps (établissement des faits, puis construction) fonctionne comme celle de Bloch… et celle de Febvre. Et pour Antoine Prost, ce mécanisme à deux temps ne rend pas compte de la réalité, car l’histoire fonctionne sur une circularité, une transversalité des documents et de la réflexion. Enfin, si l’Introduction aux études historiques se concluait sur la certitude que l’historien ne devait pas fournir de jugement moral sur la façon de vivre, Antoine Prost souligne que dans la Méthode (et plus généralement dans la manière dont Seignobos a mené sa carrière), l’histoire a pour fonction d’exercer et de former le jugement, la critique raisonnée, et fonctionne comme une propédeutique de compréhension de la société (qui s’inscrit dans une vision de république du progrès).

SAM_1437

La méthode ? Toujours au centre des préoccupations en sciences sociales.

La première question est celle d’un des étudiants ayant participé à l’organisation de la séance, Romain Castellesi : les idées développées dans ces ouvrages sont-elles applicables à toutes les périodes de l’histoire ? La réponse des contemporanéistes est formelle : oui ! Mais à condition de ne pas oublier l’importance du diptyque imagination/critique, ainsi que celle de la curiosité et de l’ouverture d’esprit, qui permettent à l’imagination d’appréhender plus de choses. Néanmoins, ils mettent en garde les jeunes chercheurs contre la proximité, ou l’éloignement, que l’on peut parfois ressentir en fonction de la période étudiée : la critique des documents et le questionnement méthodique amènent parfois à des conclusions qui peuvent, au premier abord, sembler contre-intuitives.

Dans la salle, on fait remarquer que Seignobos a été beaucoup plus cité que Langlois lors de cette séance Relire… pourquoi ? Claire Zalc fournit une réponse diplomate, en rappelant que Langlois, chartiste, était avant tout un professionnel des documents, et n’avait donc pas le même positionnement institutionnel que Seignobos. Sur fond d’affaire Dreyfus, l’importance que les auteurs accordent au document – et donc à la preuve – n’exposait pas de la même manière le professeur Seignobos – « éreinté par les étudiants de droite » comme le rappelle Antoine Prost – et l’archiviste-paléographe Langlois.

Une question fuse, directement liée au projet de la Bi2S, et à l’objet de cette relecture : peut-on considérer que ces deux ouvrages sont des classiques des sciences sociales ? Mais aussi, utilise-t-on les classiques en histoire comme on les utilise dans les autres disciplines des sciences sociales ? Pour Antoine Prost et Gérard Noiriel, il y a en histoire une claire distinction entre les ouvrages d’histoire, et ceux qui sont des discours sur l’histoire ; cette seconde catégorie n’est d’ailleurs pas la plus formatrice pour Antoine Prost. Gérard Noiriel nous encourage à penser avec ces ouvrages, et à penser contre, à nous approprier le discours sur la discipline en fait (Seignobos ne disait-il pas qu’« Il faut lire les travaux d’historiens avec la même précision critique qu’il faut lire les documents. » ?) Antoine Prost explique la pseudo-absence de classiques en histoire par la spécificité des usages académiques de cette discipline : il n’est pas nécessaire à l’historien de montrer qu’il maîtrise la littérature théorique, car il est plutôt reconnu pour un savoir-faire, un tour de main. Cette séance relire consacrée à des ouvrages vieux d’un siècle amène une autre question : ces méthodes ont-elles été, en théorie, renouvelées depuis ? Existe-t-il d’autres manuels de méthode historique comme il en existe, par exemple, pour les entretiens en sociologie ? Réponse franche et unanime : non ! Et même les cours de méthodologie ne sont que peu valorisés. Antoine Prost relève qu’un manuel est une entreprise difficile, voire chimérique, tant la matière est variée (ce qui est surtout vrai pour la période contemporaine, car les sciences auxiliaires et leurs méthodes constituent un point d’appui supplémentaire pour les périodes anciennes).

La méthode, un héritage à (re)découvrir ?

Pour tous, ceux qui avaient lu mais aussi ceux qui ne connaissaient pas l’œuvre de Seignobos et Langlois, cette séance Relire aura fait émerger des questions importantes, et aura réaffirmé la place centrale de la méthode en histoire et en sciences sociales. Au-delà même des débats autour de ces deux œuvres, il est indéniable que leur esprit – transmis par les intervenants – reste très actuel : l’analyse, la critique du document et la construction des faits, en étapes, restent autant de jalons et de précautions utiles, et à ne pas oublier, pour les étudiants et les apprentis-chercheurs. Le contenu de ces ouvrages vivement critiqués est pourtant passé, de génération d’historiens en génération d’historiens (Madeleine Rébérioux, puis Antoine Prost et Gérard Noiriel, et Claire Zalc, qui a choisi de les redonner à lire à une nouvelle génération d’étudiants…) Et puisque l’enseignement des pratiques est difficile, il est bon de pouvoir retrouver en accès numérique ces ouvrages, et leurs nouvelles préfaces, qui semblent presque nous encourager à les poursuivre, les actualiser, les dépasser…

  1. Il s’agit de l’aboutissement d’un projet de rééditions électroniques de grands livres, classiques, ouvrages incontournables, oubliés, perdus, ou difficilement trouvables. Pour retrouver ces œuvres en édition numérique : http://books.openeditions.org/enseditions/177. []
  2. Présentation de la séance et des intervenants : http://relire.hypotheses.org/344. []
  3. Qui avait écrit une préface de l’Introduction aux études historiques. []
  4. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/xxs_0294-1759_1994_num_43_1_3072. []
  5. https://books.openedition.org/enseditions/273. []
  6. https://books.openedition.org/enseditions/487. []

Le « Prix lycéen de SES », vu par les lycéens !

Lisa Bouteldja est élève de terminale ES au lycée Beau Jardin de Saint-Dié-des-Vosges. Une première version de ce billet est parue sur le blog du lycée, à cette adresse : http://www.lycee-beaujardin.fr/page/blog.php.

Le jeudi 22 novembre 2012, une centaine de lycéens venus de toute la France avait fait le déplacement jusqu’à l’ENS de Lyon. Ils venaient assister à la remise du prix lycéen du livre de Sciences Économiques et Sociales. Ce prix est organisé tous les ans en partenariat avec le site Liens Socio, Lectures, le magazine Alternatives Économiques, le quotidien Enjeux Les Échos et la MGEN. Cette année, il a été remis au journaliste Akram Belkaïd pour son livre Être Arabe aujourd’hui, qui aborde avec objectivité les origines du Printemps Arabe et ses impacts dans le monde.

Les lycéens rassemblés à l’ENS ont pu ainsi dialoguer avec son auteur. De notre côté, nous étions douze élèves de terminale ES du lycée Beau Jardin de Saint-Dié-des-Vosges à avoir fait le déplacement, accompagnés de Madame Vuillaume, notre professeur de SES, et nous avons pu poser de nombreuses questions à Akram Belkaïd. J’ai même pu moi-même lui remettre le prix en main propre, ce fut un grand honneur ! Pour voir la vidéo, c’est ici.

Mise à part la remise de ce prix, c’était une journée complète axée sur les sciences sociales, et particulièrement la sociologie. Une conférence sur le thème « Qu’est ce que la sociologie ? » devait être animée par Bernard Lahire mais celui-ci n’a malheureusement pas pu venir. Alors une jeune sociologue, Célia Poulet, et un professeur de SES, Igor Martinache, se sont portés volontaires pour traiter le sujet et éclairer les lycéens sur leurs interrogations. Nous avons eu aussi le privilège d’assister à une conférence du sociologue Pierre Mercklé, qui a beaucoup plu aux élèves. Il nous a renseignés sur son métier, sur sa définition de la sociologie et certaines de ses recherches.

Cette journée n’a fait que confirmer mon goût pour les sciences sociales. Je suis particulièrement fière d’avoir pu participer avec mes camarades à ce prix lycéen, j’en garde un très bon souvenir. Ce fut une expérience très enrichissante de pouvoir dialoguer avec des professionnels. Je la conseille fortement en espérant que l’année prochaine nos successeurs auront la chance d’y participer.

J’ai recueilli certains témoignages de mes camarades qui sont tout autant satisfaits de cette journée :

« Très satisfait de cette journée à Lyon, les conférences étaient très intéressantes, en particulier celle d’Akram Belkaïd qui m’a beaucoup plu. Même si on était fatigués, on a beaucoup ri, si c’était à refaire je le referais sans hésiter. Et un grand merci à madame Villaume pour cette sortie palpitante. » (Antonio GONCALVES)

« ABSOLUMENT GENIAL ! Un vrai plaisir! Étudier la sociologie en cours c’est une chose, en parler avec des sociologues en est une autre. On a pu poser des questions et aucune n’est restée sans réponse. Cela me donnerait presque envie d’aller faire de la sociologie à l’ENS de Lyon. Dommage par contre que l’on n’ait pas pu rester un peu plus parce que l’intervention de Pierre Mercklé était fascinante. Merci Mme Villaume. PS aux futurs T°ES : participez au prix du livre, c’est une expérience géniale. » (Eva MARTINUZZI)

« Cette journée à l’ENS fut très intéressante dans la mesure où nous avons pu assister à des conférences sur la sociologie. Celle de Pierre Mercklé m’a particulièrement plu dommage que c’était à la fin car on n’avait pas beaucoup de temps pour échanger avec lui. Le petit reproche que j’ai c’est qu’il n’y a pas de moment de discussion avec les autres lycéens. Chaque groupe est resté dans son coin. Mais sinon c’était TOP et ça donne vraiment envie de faire de la sociologie ! » (Justine PERRIN)

« Notre petit “périple” à Lyon a vraiment été très agréable parce que la bonne humeur était au rendez vous ! Nous avons vraiment pris plaisir à écouter mais surtout participer aux conférences organisées pour nous ! La rencontre avec les sociologues a en quelque sorte concrétisé nos cours de SES. Ca m’a permis de voir que cela n’était pas qu’une leçon à apprendre mais qu’on pouvait bien en faire son métier (même si on ne s’appelle pas Bourdieu ou Karl Marx) ! En bref, je ne regrette vraiment pas de m’être lancée dans cette expérience et je vais continuer à lire les quelques livres sélectionnés avec encore plus de volonté et de plaisir ! » (Marion CLASQUIN)

« Une expérience extraordinaire qu’est de rencontrer en direct des sociologues amoureux de leur métier. Un véritable échange a eu lieu et ça a été un plaisir de se déplacer pour y participer. » (Lylian ETIENNE)

Nous remercions tous très sincèrement Madame Villaume qui se démène, prend beaucoup de son temps pour les élèves, et c’est un grand plaisir d’avoir pu participer à cette expérience avec elle.

Dernière minute : le témoignage de Mme Villaume

« Passer une journée avec des enseignants et des chercheurs passionnés m’a donné envie de me (re)brancher moi-même sur la recherche. Échanger  avec un écrivain – journaliste qui maîtrise son sujet et prend beaucoup de hauteur pour analyser la situation issue du Printemps Arabe, m’a permis de me conforter dans ce que je supposais déjà à savoir que l’actualité immédiate présentée par les médias ne peut que mener à de fausses interprétations et que toute analyse de sujet demande non seulement une étude critique, mais également une grande connaissance des faits pour avoir une chance de ne pas se fourvoyer.

En ce qui concerne la journée passée avec mes élèves, j’ai trouvé le groupe très agréable, très intéressé par tout ce qui a été présenté. Les questions qu’ils ont posées étaient très pertinentes et m’ont permis d’éclairer de nombreux points en particulier à propos de Être arabe aujourd’hui. Je suis très fière d’être leur prof ! »

 

 

 

Et pourtant ils lisent… des sciences économiques et sociales ! Une centaine de lycéens remettent le 11ème prix du livre de SES à Akram Belkaïd

La 11ème édition de la cérémonie de remise du prix lycéen du livre de Science Économique et Sociales s’est tenue le 22 novembre 2012 dans les locaux de l’ENS (École Normale Supérieure), à Lyon.  Cette manifestation a rassemblé des lycéens provenant des différentes régions de France, accompagnés de leurs professeurs,  venus remettre le premier prix à Akram Belkaïd, pour son ouvrage Être arabe aujourd’hui (Ed. Carnets Nord, 2011).

L’engouement des professeurs de SES et de leurs élèves pour le « prix lycéen de SES » ne cesse de croître, et il confirme l’intérêt des jeunes pour les sciences économiques et sociales, en révélant leurs capacités et leur implication pour traiter de sujets économiques et sociaux d’actualité. En effet, les lycéens ont dû, dans le cadre de ce concours, lire et discuter une dizaine d’ouvrages sélectionnés par les partenaires du prix (Liens Socio et Alternatives Économiques), afin d’élire celui qu’ils ont le plus apprécié : une démarche qui valorise les jeunes, en leur donnant un statut de jury. Né en 2002 à l’initiative d’un seul groupe d’élèves du lycée Modeste Leroy d’Evreux et de leur professeur, Arnaud Catala,  le prix du livre de sciences économiques et sociales a connu cette année  un record de participation puisque cette dernière édition a impliqué environ un millier d’élèves en provenance d’une soixantaine de lycées différents.

La cérémonie de remise du prix elle-même s’est déroulée dans la convivialité, sous le signe de l’actualité des sciences sociales. Tout a commencé par une présentation de l’ENS, puis du prix, suivies de l’intervention de Célia Poulet, jeune sociologue,  qui a  présenté son parcours scolaire, et sa récente thèse, qui vient de déboucher sur un premier emploi à l’ENS. Son sujet de recherche, intitulé « L’apprentissage d’une pratique démocratique : l’exemple de la prise de parole en Franc-maçonnerie », a su intriguer les lycéens. La matinée s’est terminée par un temps laissé aux lycéens pour échanger avec les intervenants. La thèse de Célia Poulet a suscité la curiosité des jeunes, qui ont posé de nombreuses questions à la suite de son intervention : « Le sociologue doit-il ou peut-il être politique ? », « Pour quelles raisons devient-on sociologue : pour faire évoluer les choses ou est-ce seulement une motivation personnelle ? », « Le sociologue peut-il réaliser une étude malgré sa proximité et son implication sur un terrain d’enquête ? », « Quels rapports la sociologie entretient-elle avec la philosophie ?  »…  Enfin les lycéens ont eu l’occasion  d’évoquer et de  recommander des ouvrages de  sciences sociales, lus et appréciés en dehors du cadre du prix.

L’après-midi, les jeunes ont pu décerner  leur prix au lauréat du concours, Akram Belkaïd. Cet auteur, spécialiste du monde arabe, a alors exprimé d’une part son enthousiasme pour cet évènement, constatant que les jeunes continuent à lire et à s’intéresser au monde contemporain, et d’autre part sa fierté de recevoir un prix attribué par la jeunesse,  qui d’après lui dispose « d’un important capital de sincérité ». Il a ensuite pu présenter plus en détail, à un public particulièrement attentif, les grandes lignes du travail et des réflexions qui ont conduit à la rédaction et la publication du livre lauréat. Permettant de mieux comprendre les évènements du Printemps arabe, sa genèse et  les bouleversements qu’il a engendrés, cet ouvrage offre des outils précieux pour appréhender  les devenirs possibles de ces sociétés. Puis la parole a de nouveau été donnée aux élèves qui ont ainsi eu l’occasion de poser de nombreuses questions à cet auteur passionné et passionnant. Son parcours scolaire, son positionnement objectif, l’actualité du monde arabe, la place des médias d’aujourd’hui, ainsi que le rapport entre l’occident et le monde arabe,  sont autant de sujets qui ont été abordés lors de cet échange.

La journée s’est terminée par une intervention de Pierre Mercklé (maître de conférences en sociologie à l’ENS de Lyon), intitulée «faire de la sociologie ». À cette occasion ce sociologue spécialiste des réseaux sociaux et des pratiques culturelles des adolescents, et qui est aussi le créateur de Liens Socio, a proposé un panorama des objets de la sociologie et des multiples tâches qui incombent au sociologue dans le cadre de son travail. Enfin  il a présenté à titre illustratif quelques études sur les inégalités sociales. Parmi les travaux ainsi évoqués, un graphique  qui montrait les variations  du pourcentage de mentions « très bien » au baccalauréat en fonction du prénom des élèves, tirés des travaux du sociologue Baptiste Coulmont, a particulièrement plu à l’auditoire. Les lycéens, futurs bacheliers et donc directement concernés par cette étude, se sont amusés à rechercher sur le graphique leur propre prénom, leur propre rapport à cette réalité sociale, ou celui de leurs amis… quitte à être parfois horrifiés par le résultat !

Bien loin de la salle de classe, cette journée de remise du prix lycéen de SES a su mettre l’accent sur des temps d’échanges et de discussions entre les intervenants, l’assemblée des lycéens et leurs professeurs. Il n’y a probablement pas de meilleure preuve de l’intérêt porté par les jeunes à l’actualité économique, sociale et politique du monde dans lequel ils vivent !

 

De nouvelles consignes pour les rédacteurs de Lectures

Vous n’avez encore jamais rédigé de comptes rendus pour Lectures et vous voulez vous lancer dans l’aventure ? Vous venez de demander une publication à Lectures pour en faire un compte rendu, et vous aimeriez avoir des conseils pour rédiger ce compte rendu ? Vous souhaitez connaître les consignes précises de Lectures à ses rédacteurs, en matière de typographie, de rédaction, de citation ? La rédaction de Lectures vient de mettre en ligne un guide pour répondre à vos questions ! Vous pouvez le trouver à cette adresse :

http://lectures.revues.org/4992

Et bien entendu, si vous ne trouvez pas ici les réponses à certaines de vos questions, n’hésitez pas à contacter la rédaction de Lectures : nous nous ferons un plaisir de vous répondre, et de compléter ainsi ces consignes, au fur et à mesure de vos interrogations !

La revue Lectures en tête de Revues.org…

 

Au mois de décembre 2011, après cinq mois d’existence, la revue de compte rendus Lectures s’est emparée de la première place du palmarès de la fréquentation des 310 revues de Revues.org

Nous avons comptabilisé plus de 34.439 visiteurs différents, 63.716 visites et 238.215 articles ont été consulté !

Merci à tous et toutes pour votre fidélité !