Howard Becker est l’invité du séminaire RE/LIRE le lundi 12 octobre 2015 !

BeckerLe séminaire « RE/LIRE LES SCIENCES SOCIALES » reçoit Howard S. Becker (sociologue américain, docteur Honoris Causa de l’ENS de Lyon) pour une rencontre autour de son livre

What about Mozart? What about Murder?
Reasoning from Cases
University of Chicago Press, 2014, trad. fr. Et Mozart, alors, qu’est-ce que vous en faites ?, La Découverte, 2015, à paraître
(lire le compte rendu dans Lectures : http://lectures.revues.org/15949).)

Discutant : Jean Peneff, sociologue, professeur émérite auteur de Howard S. Becker, sociologue et musicien dans l’école de Chicago, L’Harmattan, 2014.

Séance préparée et animée par Julie Blanc, Hadrien Le Mer et Pierre Mercklé (ENS de Lyon)

Lundi 12 octobre 2015 / 13h30-16h

Lieu : ENS de Lyon, site Descartes, Amphithéâtre

plus d’informations sur cette séance :
http://www.liens-socio.org/What-About-Mozart-What-About-Murder

Né en 1928, Howard Becker étudie à Chicago à l’époque où Ernest Burgess, Louis Wirth, Everett Hughes et Herbet Blumer y enseignent, se construisant ainsi dans la filiation directe de l’« École de Chicago », au moment où celle-ci doit faire face à un déclin de sa prééminence. De fait, au moment où Becker étudie, l’enquête par questionnaire (dont les réponses font l’objet d’un traitement utilisant des méthodes statistiques développées, entre autres, par Stouffer à Harvard et par Lazarsfeld à Columbia) tend à se substituer au travail de terrain reposant sur l’observation in situ. Face à ce mouvement, l’interactionnisme considère qu’aucune situation ne peut se déduire mécaniquement d’un système, mais résulte à l’inverse d’une construction du ou des sens en situation, à laquelle on ne peut accéder que par la collecte de données qualitatives. Au structuro-fonctionnalisme d’un Parsons, Becker avait répondu par un ouvrage (Outsiders, 1963) où la déviance apparaissait comme le produit d’étiquetages construits par différents groupes (son étude reposait entre autre sur une connaissance intime des milieux du jazz de Chicago… où il travaillait comme pianiste).

What about Mozart ? What about Murder ? Reasoning from cases, est l’occasion pour le sociologue de revenir sur un parcours jalonné de choix simultanément méthodologiques et épistémologiques. Au moment où l’essor des méthodes quantitatives en sciences sociales et la question des « Big Data » posent avec une acuité nouvelle la question du primat de la quantification, Becker met en place une nouvelle réponse, après celle d’Outsiders, plus générale et systématique cette fois, où il théorise l’intérêt heuristique fondamental d’une méthodologie à laquelle il entend donner toute sa cohérence : « le raisonnement par cas ».
Pour Becker, l’établissement d’une corrélation entre deux variables, toujours susceptible de glisser vers l’établissement d’une causalité, ne peut en aucun cas préciser le rapport qu’elles entretiennent. Elle se borne tout au plus à signaler un hypothétique lien entre un élément A et un élément B. Entre les deux, une boîte noire, qui pour Becker constitue le véritable objet de la sociologie. La quantification requiert un sacrifice dont on ne soupçonne pas l’ampleur… Elle conduit à ignorer la manière dont d’autres variables travaillent le rapport statistique apparent depuis l’intérieur de cette boîte noire. De fait, le recul historique permet de montrer à quel point les relations statistiques qui semblaient être les plus rigoureusement établies sont en réalité régulièrement inversées, précisément par ces variables que la statistique estime ne pas être explicatives. Un seul exemple dans un ouvrage qui en présente un très grand nombre.

Depuis les années 1920, la consommation d’opiacés est particulièrement présente aux États-Unis chez les jeunes hommes noirs des quartiers populaires, conduisant ainsi certains sociologues à faire du « genre », de l’« âge », de « l’ethnicité » et du « statut social », des « causes de l’addiction ». Or, aux États-Unis, l’addiction aux opiacés se rencontre, jusqu’à la fin du XIXème siècle, essentiellement chez les femmes adultes blanches appartenant aux classes moyennes et supérieures. L’« approche corrélationnelle » pose donc problème dans la mesure où elle laisse de côté l’ensemble des éléments qui permettraient de comprendre comment cette relation statistique entre A (la consommation de drogue) et B (certains déterminants sociaux) se construit et évolue. Becker commence par montrer que les modes de diffusion du savoir médical au XIXème siècle conduisaient un certain nombre de femmes aisées à utiliser l’opium pour réduire les inconforts de la ménopause. Après l’interdiction de cette drogue, rappelle Becker, les circuits de distribution, désormais clandestins et non plus pharmaceutiques, se réfugient dans les territoires qui n’ont pas le pouvoir politique suffisant pour demander une protection juridique. C’est dans ces quartiers que le marché des opiacés trouvera à la fois une main d’œuvre et des débouchés, faisant de certains jeunes noirs américains issus des milieux défavorisés des consommateurs potentiels. Becker montre ainsi que des informations concernant à la fois les évolutions de la légalité, des circuits de distribution et de la diffusion du savoir médical apparaissent, pour ce qui est de la consommation d’opiacés, comme des variables indispensables pour établir ce que l’on pourrait appeler une causalité comprise.

L’enjeu, on l’a compris, n’est donc plus de préciser le rapport entre deux variables mais d’identifier l’ensemble des variables que met en jeu ce rapport, en consentant à l’irrémédiable complexité d’un réel en mouvement. Plus le sociologue identifie de nouvelles variables, plus son regard s’éduque et plus il devient capable de repérer des mécanismes similaires dans des domaines apparemment radicalement différents. Les questions méthodologiques se mettent alors à foisonner sur les conditions pratiques d’un tel raisonnement. Comment trouver ces variables cachées qui entrent en jeu ? Comment peut-on généraliser à partir d’un cas dont on a reconnu la radicale spécificité ? Où s’arrête cette quête apparemment infinie vers toujours plus de complexité ? Peut-on aller jusqu’à utiliser des cas imaginaires pour enrichir le regard du sociologue ? Toujours attentif aux angoisses pratiques de l’apprenti chercheur, Becker nous donne dans cet ouvrage un certain nombre de réponses, qui soulèvent peut-être autant de questions.

Jean Peneff, ancien élève de Bourdieu parti goûter l’air de Chicago, est un des spécialistes français de Howard Becker, qu’il côtoie depuis des années. Dans Howard S. Becker, sociologue et musicien dans l’école de Chicago, il trace un portrait où le croquis de cette figure singulière de la sociologie se fait plaidoyer pour une « libération » la discipline. « C’est un cas ! » que ce chercheur-pianiste, improvisant sur le clavier de concepts en partie hérités du pragmatisme américain, refusant les règles d’une pédagogie verticale, nourrissant la sociologie par l’art et réciproquement – et s’appuyant sur l’un et l’autre pour se libérer des deux. À travers ce qu’il identifie comme les trois périodes de la carrière de Becker (le jazzman de Outsiders, « les mondes » de l’art ou de professions variées, le chercheur retraité s’attelant à une réflexion critique sur sa discipline et ses méthodes), Peneff dégage quelques grands thèmes d’enquête parmi lesquels se distingue un intérêt renouvelé pour l’action collective, ni totalement régulée, ni totalement libre mais où se glisse, entre standards et déterminismes, l’improvisation constante des joueurs de cette partition sociale. Sans enfermer l’abondante et protéiforme œuvre de Becker, il désigne entre autres lignes de fuite pratiques, un usage incessant de l’observation qui se confond avec l’exigence d’une étude approfondie des terrains abordés.

Au-delà de l’hommage enthousiaste, les pages que Peneff consacre à Becker sont une interpellation à l’endroit de la sociologie et du fonctionnement institutionnel de la recherche en sciences sociales. « On ne peut qu’improviser face à une réalité volatile et mouvante et il ne faut pas souhaiter que la rechercher se solidifie ou se fonctionnarise. Les procédés de création doivent rester ouverts, y compris aux profanes. La sociologie n’est pas une science, au sens hypothético-déductif ; elle avance par bonds… ou en travers. »

Becker, sociologue émancipé, initiateur amusé, nous invite à quelques pas sur le côté.

Julie Blanc et Hadrien Le Mer

 

Autour de La Domination de Max Weber : Isabelle Kalinowski inaugure la saison 2014/2015 du séminaire

La première séance du séminaire « Re/lire les sciences sociales » de la saison 2014/2015 aura lieu le lundi 8 décembre 2014. Nous recevrons Isabelle Kalinowski, à l’occasion de la parution de sa traduction de La Domination de Max Weber, ainsi que Florian Nicodème, philosophe et traducteur de la sociologie historique de Weber. 

Rendez-vous lundi 8 décembre, de 13h30 à 16h, à l’ENS de Lyon, amphi H (site Monod) !

En 1921 paraissait à titre posthume Économie et Société (Wirtschaft und Gesellschaft), essai sociologique rassemblant les textes fondateurs du sociologue allemand Max Weber. Père de la sociologie allemande, penseur de la modernité et de la rationalité, théoricien de l’action individuelle et de la légitimité politique, l’empreinte laissée par Max Weber dans les sciences sociales est considérable et continue encore de nourrir, en filigrane, de nombreux champs de recherche qu’ils soient sociologiques, économiques, historiques ou encore philosophiques.

Mais s’il est un concept, qu’il faudrait affilier au sociologue Max Weber, peut-être encore plus qu’à Pierre Bourdieu qui en a hérité, c’est bien celui de domination. Domination politique, domination féodale, domination patrimoniale, domination bureaucratique, domination charismatique… Sous quelles formes la domination se manifeste-t-elle ? Comment penser la domination à partir de la multiplicité des exemples que nous offre l’Histoire ? Que vaut le concept de domination d’un point de vue analytique ? Dans quelle mesure la domination est-elle un outil destiné à ordonner le monde social ?

Forts d’une culture historique foisonnante, qui révèle l’extraordinaire érudition de leur auteur, mobilisant des exemples aussi divers que précis, les textes sur la domination d’Économie et société, pourtant écrits il y a plus d’un siècle, continuent d’instruire et de fasciner, éclairant en particulier les ressorts sociaux et politiques du monde dans lequel nous évoluons.

Distinguant en effet des permanences mais aussi des discontinuités parmi les exemples dont il dispose, Max Weber schématise en virtuose les grands traits des différentes formes de domination, dégageant des « idéaux types » ou modèles abstraits, qui lui permettent de mener à bien des comparaisons, de ne pas en rester à une multiplicité de cas particuliers et de penser finement une causalité propre aux phénomènes socio-historiques.

Si la pensée politique de Max Weber est aujourd’hui largement reconnue, étudiée et enseignée en France, ses textes majeurs sur la domination n’avaient jusqu’alors jamais été traduits en français, alors que leur contenu était, lui, amplement diffusé et commenté. Avec la parution en français, en janvier dernier, du chapitre manquant sur la domination dans Économie et société, c’est désormais chose faite. La Domination de Max Weber, traduit par Isabelle Kalinowski, dans une édition critique établie par Yves Sintomer, parue à La Découverte, vient combler une brèche importante, plus de neuf décennies après sa publication en Allemagne : il est maintenant possible de lire intégralement la pensée politique de Max Weber en français.

Pour débattre de l’oeuvre de Weber et des enjeux inhérents à la barrière de la langue, l’ENS de Lyon, dans le cadre du séminaire « (Re)lire les sciences sociales », accueillera le lundi 8 décembre Isabelle Kalinowski, directrice de recherche au CNRS, membre du laboratoire « Transferts culturels franco-allemands » à l’ENS d’Ulm, traductrice de La Domination en français, et Florian Nicodème, philosophe et également traducteur de la sociologie historique de Max Weber, du département de philosophie de l’ENS d’Ulm.

Venez nombreux !

Maëlys Bar et Alice Feyeux

Rendre compte des sciences sociales : une rencontre-débat organisée par Lectures à l’ENS de Lyon le mardi 10 juin 2014

Des émissions de radio sur les grandes chaînes publiques aux rubriques de comptes rendus des journaux ou des grandes revues scientifiques, les sciences sociales continuent de faire parler d’elles, et de faire écrire sur elles… Entre les auteurs, les éditeurs et les lecteurs, le besoin se fait plus que jamais sentir d’une médiation… Comment se fait-elle aujourd’hui ? Comment, désormais, rendre compte des sciences sociales ? Quels sont les enjeux, et quelles sont les contraintes ? Et les nouveaux acteurs numériques de la circulation des sciences sociales – comme Lectures ou La vie des idées – ont-ils emboîté le pas de leurs aînés, ou bien ont-ils changé la donne ?

Pour répondre à ces questions, la revue Lectures saisit l’occasion de son troisième anniversaire pour organiser une rencontre-débat consacrée à celles et ceux qui avec elle « rendent compte » des sciences sociales. Vous êtes auteur, éditeur ou lecteur de livres et de revues de sciences humaines et sociales ? Vous êtes rédacteur de comptes rendus, ou la rédaction de comptes rendus vous tente ? Profitez de cette rencontre pour venir dialoguer avec nos invités, et saisissez cette occasion aussi pour rencontrer les membres de l’équipe et du comité de rédaction de Lectures !

Mardi 10 juin 2014 14h-16h30, ENS de Lyon, campus Descartes, salle F08

Avec Gilles Bastin, sociologue, maître de conférences à l’IEP Grenoble, rédacteur au Monde des LivresSylvain Bourmeau, journaliste, producteur et animateur de l’émission « La suite dans les idées » sur France CultureLucie Campos, responsable du développement international de La vie des idées / Books & IdeasPascale Iltis, responsable du service de presse des Editions La DécouvertePierre Mercklé, directeur de Lectures et de Liens SocioXavier Molénat, journaliste et responsable web à Sciences HumainesEtienne Ollion, sociologue, responsable des comptes rendus à Sociologie du travailOlivier Rey, responsable de l’unité de veille à l’Institut français d’éducation.

Rencontre animée par Igor Martinache, membre du comité de rédaction de Lectures.

La rencontre est accessible à toutes et tous, sans réservation. Venez nombreux !

Date : Mardi 10 juin 2014, 14h-16h.

Lieu : ENS de Lyon, campus Descartes, salle F08 – 15 parvis René Descartes – 69007 Lyon.

Accès : Métro ligne B ou Tram T1, arrêt Debourg.

Contact : lectures@ens-lyon.fr

Pour en savoir plus : http://lectures.revues.org/14747

 

 

RE/LIRE les sciences sociales : le programme 2013-2014

relire_logo_pour_lecturesLire et discuter les travaux les plus récents en sciences sociales, en compagnie de leurs auteurs, de chercheurs et de grands témoins ; relire les grands classiques, à l’occasion de leur réédition… Telle est la double vocation du séminaire « re/lire les sciences sociales », organisé une fois par mois par le Département de sciences sociales de l’ENS de Lyon et le Centre Max Weber en partenariat avec Liens Socio et Lectures.

Voici le programme 2013-2014 du séminaire :

Lundi 25 novembre 2013 : Mathieu Trachman / Le travail pornographique

Lundi 9 décembre 2013 : Laurent Davezies / La crise qui vient : la nouvelle fracture territoriale

Lundi 16 décembre 2013 : Thomas Piketty / Le capital au XXIe siècle

Lundi 20 janvier 2014 : Isabelle Coutant / Troubles en psychiatrie

Lundi 17 février 2014 : Gérard Noiriel et Antoine Prost / Réinventer la science historique au début du XXe siècle : autour de Langlois et Seignobos

Lundi 17 mars 2014 : Jean-Claude Passeron et Emmanuel Pedler / Le temps donné aux tableaux

Présentation détaillée

Le séminaire « re/lire les sciences sociales », organisé par le Département de sciences sociales de l’ENS de Lyon, s’inscrit dans une longue tradition de discussions interdisciplinaires autour des grands textes, classiques ou contemporains, qui jalonnent l’histoire des sciences sociales.

Par ces discussions, il s’agit de réaffirmer ensemble, toutes disciplines confondues, les vertus de la lecture des textes : des textes récents, qui témoignent de l’actualité des recherches en sciences sociales ; des textes classiques, qui en sont les fondements et continuent de les irriguer.

C’est la raison pour laquelle les séances du séminaire « re/lire les sciences sociales » sont organisées alternativement autour d’ouvrages récents, et de rééditions récentes d’ouvrages classiques :

Les séances « lire », consacrées à des ouvrages importants récemment parus, proposent une discussion entre l’auteur, le public et des discutants issus aussi bien du monde universitaire que de la société civile, autour des questions et des thématiques abordées dans le livre.

Les séances « relire », consacrées à des rééditions récentes de grands classiques des sciences sociales, confrontent les responsables de cette réédition au public e aux meilleurs spécialistes des oeuvres ainsi rééditées, et visent à poser la question de l’actualité et des enjeux scientifiques, sociaux, politiques, de leur relecture contemporaine.

Le séminaire « re/lire les sciences sociales » est organisé avec le soutien de Liens Socio, de Lectures, la revue électronique des comptes rendus de publications récentes en sciences sociales, et de la « Bibliothèque des sciences sociales », un projet de réédition de grands classiques des sciences sociales en version imprimée et en version électronique, qui est en cours de développement dans la cadre d’un partenariat entre Liens Socio, OpenEdition et l’ENS de Lyon.

Coordination du séminaire

Pierre Mercklé

Animation du séminaire

Julien Barrier, Emmanuelle Boulineau, Elodie Hommel, Samuel Lézé, Igor Moullier, Afifa Zenati

Site : http://www.liens-socio.org/re-lire-les-sciences-sociales

Blog : http://relire.hypotheses.org

contact : contact@liens-socio.org

Le « Prix lycéen de SES », vu par les lycéens !

Lisa Bouteldja est élève de terminale ES au lycée Beau Jardin de Saint-Dié-des-Vosges. Une première version de ce billet est parue sur le blog du lycée, à cette adresse : http://www.lycee-beaujardin.fr/page/blog.php.

Le jeudi 22 novembre 2012, une centaine de lycéens venus de toute la France avait fait le déplacement jusqu’à l’ENS de Lyon. Ils venaient assister à la remise du prix lycéen du livre de Sciences Économiques et Sociales. Ce prix est organisé tous les ans en partenariat avec le site Liens Socio, Lectures, le magazine Alternatives Économiques, le quotidien Enjeux Les Échos et la MGEN. Cette année, il a été remis au journaliste Akram Belkaïd pour son livre Être Arabe aujourd’hui, qui aborde avec objectivité les origines du Printemps Arabe et ses impacts dans le monde.

Les lycéens rassemblés à l’ENS ont pu ainsi dialoguer avec son auteur. De notre côté, nous étions douze élèves de terminale ES du lycée Beau Jardin de Saint-Dié-des-Vosges à avoir fait le déplacement, accompagnés de Madame Vuillaume, notre professeur de SES, et nous avons pu poser de nombreuses questions à Akram Belkaïd. J’ai même pu moi-même lui remettre le prix en main propre, ce fut un grand honneur ! Pour voir la vidéo, c’est ici.

Mise à part la remise de ce prix, c’était une journée complète axée sur les sciences sociales, et particulièrement la sociologie. Une conférence sur le thème « Qu’est ce que la sociologie ? » devait être animée par Bernard Lahire mais celui-ci n’a malheureusement pas pu venir. Alors une jeune sociologue, Célia Poulet, et un professeur de SES, Igor Martinache, se sont portés volontaires pour traiter le sujet et éclairer les lycéens sur leurs interrogations. Nous avons eu aussi le privilège d’assister à une conférence du sociologue Pierre Mercklé, qui a beaucoup plu aux élèves. Il nous a renseignés sur son métier, sur sa définition de la sociologie et certaines de ses recherches.

Cette journée n’a fait que confirmer mon goût pour les sciences sociales. Je suis particulièrement fière d’avoir pu participer avec mes camarades à ce prix lycéen, j’en garde un très bon souvenir. Ce fut une expérience très enrichissante de pouvoir dialoguer avec des professionnels. Je la conseille fortement en espérant que l’année prochaine nos successeurs auront la chance d’y participer.

J’ai recueilli certains témoignages de mes camarades qui sont tout autant satisfaits de cette journée :

« Très satisfait de cette journée à Lyon, les conférences étaient très intéressantes, en particulier celle d’Akram Belkaïd qui m’a beaucoup plu. Même si on était fatigués, on a beaucoup ri, si c’était à refaire je le referais sans hésiter. Et un grand merci à madame Villaume pour cette sortie palpitante. » (Antonio GONCALVES)

« ABSOLUMENT GENIAL ! Un vrai plaisir! Étudier la sociologie en cours c’est une chose, en parler avec des sociologues en est une autre. On a pu poser des questions et aucune n’est restée sans réponse. Cela me donnerait presque envie d’aller faire de la sociologie à l’ENS de Lyon. Dommage par contre que l’on n’ait pas pu rester un peu plus parce que l’intervention de Pierre Mercklé était fascinante. Merci Mme Villaume. PS aux futurs T°ES : participez au prix du livre, c’est une expérience géniale. » (Eva MARTINUZZI)

« Cette journée à l’ENS fut très intéressante dans la mesure où nous avons pu assister à des conférences sur la sociologie. Celle de Pierre Mercklé m’a particulièrement plu dommage que c’était à la fin car on n’avait pas beaucoup de temps pour échanger avec lui. Le petit reproche que j’ai c’est qu’il n’y a pas de moment de discussion avec les autres lycéens. Chaque groupe est resté dans son coin. Mais sinon c’était TOP et ça donne vraiment envie de faire de la sociologie ! » (Justine PERRIN)

« Notre petit “périple” à Lyon a vraiment été très agréable parce que la bonne humeur était au rendez vous ! Nous avons vraiment pris plaisir à écouter mais surtout participer aux conférences organisées pour nous ! La rencontre avec les sociologues a en quelque sorte concrétisé nos cours de SES. Ca m’a permis de voir que cela n’était pas qu’une leçon à apprendre mais qu’on pouvait bien en faire son métier (même si on ne s’appelle pas Bourdieu ou Karl Marx) ! En bref, je ne regrette vraiment pas de m’être lancée dans cette expérience et je vais continuer à lire les quelques livres sélectionnés avec encore plus de volonté et de plaisir ! » (Marion CLASQUIN)

« Une expérience extraordinaire qu’est de rencontrer en direct des sociologues amoureux de leur métier. Un véritable échange a eu lieu et ça a été un plaisir de se déplacer pour y participer. » (Lylian ETIENNE)

Nous remercions tous très sincèrement Madame Villaume qui se démène, prend beaucoup de son temps pour les élèves, et c’est un grand plaisir d’avoir pu participer à cette expérience avec elle.

Dernière minute : le témoignage de Mme Villaume

« Passer une journée avec des enseignants et des chercheurs passionnés m’a donné envie de me (re)brancher moi-même sur la recherche. Échanger  avec un écrivain – journaliste qui maîtrise son sujet et prend beaucoup de hauteur pour analyser la situation issue du Printemps Arabe, m’a permis de me conforter dans ce que je supposais déjà à savoir que l’actualité immédiate présentée par les médias ne peut que mener à de fausses interprétations et que toute analyse de sujet demande non seulement une étude critique, mais également une grande connaissance des faits pour avoir une chance de ne pas se fourvoyer.

En ce qui concerne la journée passée avec mes élèves, j’ai trouvé le groupe très agréable, très intéressé par tout ce qui a été présenté. Les questions qu’ils ont posées étaient très pertinentes et m’ont permis d’éclairer de nombreux points en particulier à propos de Être arabe aujourd’hui. Je suis très fière d’être leur prof ! »

 

 

 

Marcel Roncayolo, invité du séminaire « re/lire » en décembre

Par Eric Verdeil1

La Bibliothèque idéale des Sciences Sociales est un projet animé par l’équipe de Liens Socio à l’ENS de Lyon, visant à rééditer en ligne des classiques des sciences sociales, grâce au programme OpenEdition Livres. Dans le programme de cette année figure la réédition de L’Imaginaire de Marseille. Port Ville Pôle, publié en 1990 par la Chambre de Commerce de Marseille et épuisé.

Cet ouvrage, relativement peu connu, représente pourtant un jalon essentiel dans l’œuvre du géographe et historien de l’urbain marseillais. Il y développe des orientations de recherche énoncées dans sa thèse, offrant ce qui constitue à mon sens un des premiers travaux de géographie culturelle en France, même si Roncayolo n’est jamais perçu comme un membre de ce courant. Par ailleurs, ce travail préfigure également toute une réflexion développée par les “urbanistes” autour de l’imaginaire et des référentiels de l’action urbaine.

Ce sont en tout cas ces idées que je discuterai avec Marcel Roncayolo, qui nous fait l’honneur de sa présence, lors d’un séminaire Re/Lire les Sciences sociales qui se tiendra le 10 décembre à l’ENS de Lyon (13h30-16h) : voir ici pour les modalités pratiques.

D’autres billets concernant Marcel Roncayolo sur ce carnet :

  1. Ce billet a été initialement publié sur son carnet, à l’adresse suivante : http://rumor.hypotheses.org/2837. []

Re/Lire les sciences sociales : un nouveau séminaire à l’Ens de Lyon

Lire et discuter les travaux les plus récents en sciences sociales, en compagnie de leurs auteurs, de chercheurs et de grands témoins ; relire les grands classiques, à l’occasion de leur réédition… Telle est la double vocation du séminaire « re/lire les sciences sociales », organisé une fois par mois par le Département de sciences sociales de l’ENS de Lyon et le Centre Max Weber en partenariat avec Liens Socio et Lectures.

Le séminaire « re/lire les sciences sociales », organisé par le Département de sciences sociales de l’ENS de Lyon, s’inscrit dans une longue tradition de discussions interdisciplinaires autour des grands textes, classiques ou contemporains, qui jalonnent l’histoire des sciences sociales.

Par ces discussions, il s’agit de réaffirmer ensemble, toutes disciplines confondues, les vertus de la lecture des textes : des textes récents, qui témoignent de l’actualité des recherches en sciences sociales ; des textes classiques, qui en sont les fondements et continuent de les irriguer.

C’est la raison pour laquelle les séances du séminaire « re/lire les sciences sociales » sont organisées alternativement autour d’ouvrages récents, et de rééditions récentes d’ouvrages classiques :
- Les séances « lire », consacrées à des ouvrages importants récemment parus, proposent une discussion entre l’auteur, le public et des discutants issus aussi bien du monde universitaire que de la société civile, autour des questions et des thématiques abordées dans le livre.
- Les séances « relire », consacrées à des rééditions récentes de grands classiques des sciences sociales, confrontent les responsables de cette réédition au public e aux meilleurs spécialistes des oeuvres ainsi rééditées, et visent à poser la question de l’actualité et des enjeux scientifiques, sociaux, politiques, de leur relecture contemporaine.

Le séminaire « re/lire les sciences sociales » est organisé avec le soutien de Liens Socio, de Lectures, la revue électronique des comptes rendus de publications récentes en sciences sociales, et de la « Bibliothèque des sciences sociales », un projet de réédition de grands classiques des sciences sociales en version imprimée et en version électronique, qui est en cours de développement dans la cadre d’un partenariat entre Liens Socio, Revues.org et les Editions du Croquant.

Organisation du séminaire :

- Frédéric Abécassis
- Yann Calbérac
- Ludovic Frobert
- Frédérique Giraud
- Pierre Mercklé
- Igor Moullier
- Afifa Zenati