Compte rendu Séance du 2 avril, Les principes de géographie humaine, Vidal de la Blache

Compte rendu séance du 2 avril Vidal de La Blache

Cette dernière séance du séminaire était consacrée à l’ouvrage posthume de Paul Vidal de la Blache intitulé Les Principes de Géographie Humaine et publié pour la première fois en 1922, soit quatre ans après sa mort. Pour introduire cette séance, Yann Calbérac rappelle que la réception de l’œuvre de Vidal de la Blache est aujourd’hui confrontée à un paradoxe, très décriée elle reste cependant très peu lue. Et c’est justement ce paradoxe qui a motivé Pierre Mercklé, Isabelle Lefort et les membres du séminaire de Re/Lire les Classiques à proposer une réédition des Principes[1].

Dans sa présentation, Yann Calbérac revient à partir d’une approche historique et réflexive sur cet héritage « vidalien » et de son apport dans la géographie contemporaine. Le parcours de Vidal de la Blache est emblématique de la méritocratie du 19ème siècle, entrée à l’ENS de Paris à 18 ans, il devient agrégé d’histoire et de géographie et part enseigner à l’Ecole Française d’Athènes. A son retour, il œuvre activement à l’institutionnalisation de la géographie qui à l’époque était surtout une affaire d’experts, le travail de géographe étant divisé entre les explorateurs qui collectaient les données sur le terrain et les géographes de cabinet qui réalisaient les cartes. Dans son ouvrage fondateur Les Tableaux de la géographie de la France publié en 1903, Vidal de la Blache, ne propose pas véritablement de méthode, mais en axant son objet sur la région et à la démarche monographique et descriptive, il rend possible cette confrontation au terrain pour le géographe. Le paysage devient au centre de l’observation car il représente la partie visible de la relation de l’homme et de son milieu, ce crédit donné au regard est au cœur du projet positiviste de l’époque.

La constitution de la géographie en une discipline autonome est vivement critiquée notamment par les sociologues, et est essentiellement portée par François Simiand. Cette critique de la géographie se cristallise justement sur les méthodes et sur la causalité. La géographie est considérée comme une science un peu molle, Simiand rappelle que les thèses dirigées prenant en référence Les Tableaux avaient des thèmes très différents et sans méthode particulière. La géographie ne présente pas par ailleurs des principes de causalité et n’expliquent pas vraiment les facteurs de peuplement des territoires et raisonnent principalement en termes d’habitat (habitat dispersé versus habitat isolé). La réponse des géographes se concentre sur un argumentaire peu convaincant : ils ne proposent pas de synthèses qui viendront dans un second temps, mais il s’agit avant tout de donner des connaissances précises d’une région.

Le conflit entre sociologues et géographes est dû au recours à deux registres différents de légitimation. Les sociologues se sont imposés dans l’institution académique en ayant d’abord recours à la démarche scientifique qui est au centre de leur discipline. Les géographes sont moins centrés sur la méthode, la démarche est différente. Si Vidal de la Blache réussit à imposer la géographie comme une science à l’université c’est qu’elle répond à une demande sociale extrêmement forte à l’époque, qui correspond aux attentes de la troisième République qui se met en place. Il s’agit notamment de mieux former les enseignants, en effet une des raisons invoquées de la défaite de la France face à la Prusse, c’est l’incapacité des instituteurs français à savoir lire correctement une carte.

Dans les années cinquante-soixante les critiques envers la géographie vidalienne se font plus virulentes. C’est une géographie considérée « creuse » qui s’épuise à décrire ses objets.

Dans une seconde partie de séance, Isabelle Lefort débute son exposé en revenant à la demande initiale : que signifie cette réédition des Principes ? En quoi cet ouvrage peut-il être considéré comme un classique ?

Un classique est habituellement un ouvrage lu dans les classes, qui fait partie du processus d’apprentissage d’une discipline, ce qui n’est pas le cas des Principes. C’est un ouvrage qui n’a pas eu le succès des Tableaux mais qui n’est pas non plus l’équivalent de La France de l’Est (1917), ouvrage qui est tombé dans l’oubli. De plus, après les années 70, la référence au vidalisme est datée, elle clive des générations de géographes. A la différence d’un Durkheim par exemple, Vidal n’a pas été lu et relu.

De plus, en 1922, il n’y a quasiment aucune recension de ce livre dans les revues de géographie. Comment expliquer un tel silence ? L’ouvrage de Vidal est posthume, il n’y a donc entre les différentes parties que peu de raccords et le texte est assez complexe. D’une part, il y a une somme informative très importante, d’autre part, la montée en généralité est réalisée de manière discursive et apparaît difficile à identifier en tant quel. Le texte présente ainsi un style littéraire très travaillé et un peu daté.

Après une longue introduction, l’ouvrage se découpe en trois parties : la répartition des hommes, les formes de civilisation, et la circulation des hommes. Ce principe du mouvement et de la mobilité est au cœur de cet ouvrage, ce qui le rend particulièrement moderne et actuel. Mais le projet de Vidal reste clairement descriptif et il ne propose pas de principes légiférant et normatifs.

Les Principes présentent une actualité ethnologique et historique. L’habité tient ainsi une place essentielle, et la culture matérielle est particulièrement décrite. C’est également un ouvrage très historicisé, diachronique aussi bien à moyenne qu’à grande échelle, qui ressemble beaucoup à celui de Lucien Fevbre, La Terre et l’Evolution humaine publiée la même année.

Isabelle Lefort termine son exposé par une question : comment se construit la représentation d’une école de pensée ? L’école vidalienne est plurielle mais son héritage en a été altéré, seul une partie a été transmis. Par qui et où le projet vidalien s’est-il estompé ?

La séance se termine sur une série de questions de la salle, par exemple, la ville apparaît comme un impensé de la géographie vidalienne. Yann Calbérac rappelle justement que cette critique fait partie de la doxa, dans les Tableaux, Vidal part de l’époque des Gaulois et s’arrête à la Révolution Française, il n’y aborde donc pas directement l’urbanisme qui commence après. Vidal récusait par ailleurs le découpage disciplinaire entre ville et campagne. De plus, rappelle Isabelle Lefort, Vidal a bien travaillé sur la ville, elle est présente par exemple dans les Principes, en s’inscrivant dans le paradigme de la circulation et non dans celui de la répartition.


[1] Actuellement en cours, le projet de la Bibliothèque des Sciences Sociales est un projet de réédition des grands classiques des sciences sociales en version imprimée et en version électronique, réalisée en partenariat entre Liens Socio, Revues.org et les Editions du Croquant.

Compte rendu de la séance Repenser la solidarité. L’apport des sciences sociales

La séance est introduite par Igor Martinache qui rappelle combien la réédition en format poche de l’ouvrage Repenser la solidarité. L’apport des sciences sociales est d’actualité et permet de repenser la place du sociologue dans la cité. Cette réflexion a guidé l’ensemble du travail de Serge Paugam. Igor Martinache pour ouvrir la discussion soumet trois questions :

– Nos sociétés contemporaines se caractérisent par l’allongement des chaînes d’interdépendance, comment penser et passer d’une solidarité à un niveau local à un niveau mondial ?

– Les politiques de la ville sont étroitement reliés aux politiques sociales, et la notion d’empowermentdevient prépondérante dans les débats, comment alors penser les notionsde responsabilité et d’autonomie ?

–   Quelle place est laissée aujourd’hui à la diversité, qu’en est-il des inégalités de genre et de l’ethnicisation des rapports sociaux ?

Serge Paugam prend ensuite la parole et commence par revenir sur le contexte de réédition de cet ouvrage similaire à celui de 2007 avec les précédentes élections présidentielles.  Cet ouvrage est le fruit d’un travail collectif réalisé lors du séminaire qu’il a animé à l’EHESS, et qui était parti du constat suivant : la solidarité est entendue dans les débats publics dans un sens étroit, la principale cible désignée par les pouvoirs publics étant majoritairement celle des plus démunis.  Or la solidarité renvoie aux liens sociaux et aux relations interdépendance entre tous les citoyens, aussi semblait-il urgent – en revenant notamment aux définitions d’Emile Durkheim et Léon Bourgeois – de repenser la solidarité de manière plus globale, dans une logique contractuelle.  Ainsi, l’explication des inégalités par l’injustice sociale dans les discours politiques, en particulier lors de la campagne présidentielle de 2007, a eu tendance à décliner en faveur d’une explication par la paresse et la responsabilité individuelle.

Or, il y a un paradoxe sur lequel ne sont pas attardés les politiques et les pouvoirs publics. En effet, comment se fait-il qu’en devenant plus autonome, l’individu est de plus en plus dépendant de la société ? Ce qui est occulté, c’est l’idée d’interdépendance et que l’autonomie est l’expression d’une certaine vulnérabilité humaine. Georg Simmel avait montré, rappelle Paugam, que dans nos sociétés contemporaines les cercles sociaux auxquels appartiennent l’individu ne sont plus entrecroisés mais simplement juxtaposés. Ainsi l’identité de l’individu se construit de manière successive ce qui accroît sa vulnérabilité.

Durkheim quant à lui ne pose pas vraiment la question du droit social, et les injustices sociales sont davantage abordées du point de vue la complémentarité des liens sociaux (la solidarité organique). Alors que Léon Bourgeois défendait l’idée que dès son enfance l’individu est en position de débiteur vis-à-vis de la société. Aussi, et Paugam répond ici à la première des questions soulevées par Igor Martinache dans son introduction,  il ne faut pas penser en termes de niveaux différents de solidarité mais en différents types de solidarité. Paugam distingue ainsi quatre types de liens sociaux à partir desquels vont se construire les différents régimes de solidarité mis en place dans les pays européens :

 –         Les liens de filiation

–         La participation organique (dans les collectifs de travail, les syndicats par exemple)

–         La participation élective (les associations)

–         La citoyenneté

Ces quatre types de liens renvoient tous à la notion de reconnaissance, chacun est dépendant de la reconnaissance qu’autrui nous accorde.

Pour conclure, Paugam présente ensuite quelques exemples européens des différents types de régimes de solidarité : dans les pays scandinaves c’est la régulation citoyenne qui domine; dans les pays d’Europe du sud c’est davantage une solidarité de proximité (la famille). La France a un statut particulier car elle propose un régime de solidarité mixte, aucun des quatre types de liens sociaux n’apparaît dominant. Si cette situation présente a priori de nombreux avantages, elle n’en demeure pas moins problématique car le flou normatif qu’elle entraîne tend à accroître la vulnérabilité des populations les plus démunies.

C’est ensuite au tour de Frédéric Vignier de prendre la parole en rappelant notamment l’apport de certaines des contributions et de l’importance de revenir sur les usages courants de la solidarité. Il manque cependant, selon lui, une analyse socio-historique plus approfondie de cette notion. De plus, il complémenterait cet impressionnant travail en traitant plus directement les questions de la redistribution et de la négociation des salaires.

Enfin, la séance s’achève sur une série de questionsdu public présent dont par exemple celle concernant le déclin du raisonnement en termes de classes sociales à laquelle auraient contribué les sociologues. Pour Paugam, le fait de raisonner en termes d’inégalités sociales indique bien au contraire une certaine continuité dans le raisonnement sociologique et la notion de « classe sociale »garde toute sa pertinence aujourd’hui.