Séance sur la collection « Sociorama » (27/02/17) : une BD sociologique est-elle possible ?

Voir la conférence filmée

 « Sociorama » est une jeune collection (les deux premières bandes-dessinées étant parues en janvier 2016) qui invite à lire ou relire la sociologie à travers la BD. Nous avons eu le plaisir d’accueillir lors de cette séance, Yasmine Bouagga, codirectrice de la collection, Anne Lambert, sociologue à l’INED et co-auteure de Turbulences, et Julien Guerri, auteur-dessinateur sous le pseudonyme d’Helkarava et auteur de La banlieue du 20h. Chacun des intervenants incarnait un point de vue sur l’ « aventure Sociorama », et une place dans le processus de création. La conférence a commencé par une présentation générale de la collection par Yasmine Bouagga ; puis Anne Lambert et Helkarava ont parlé de leur contribution à leur ouvrage respectif.

Présentant ici le projet et les différentes interventions, nous chercherons à montrer l’enjeu et le défi de la collection « Sociorama » : comment la scientificité de la sociologie peut être réinsérée, réinscrite dans le support a priori non scientifique qu’est la BD ?

Le projet de la collection « Sociorama » (Yasmine Bouagga)

Yasmine Bouagga est sociologue et codirectrice de la collection avec Lisa Mandel, dessinatrice.

La collection résulte du projet conjoint de plusieurs sociologues de l’ENS Ulm qui ont constaté la proximité entre leurs recherches ethnographiques et la BD : la prise de notes ethnographique vise à rendre le plus fidèlement possible ce qui a été observé sur le terrain, et le dessin peut s’avérer un outil très efficace. De plus, la BD comme le travail ethnographique portent une attention toute particulière aux dialogues, qui sont des illustrations sur les relations sociales entre les agents (les personnages) La collection est financée par Casterman, et chaque BD est tirée à 5000 exemplaires. Le projet est semblable à la bédéthèque des savoirs des éditions Lombard, qui, sur un principe similaire associait un essayiste scientifique avec un dessinateur. Ces BD n’ont pas vocation à être un cours illustré, mais un support de vulgarisation qui vise à intéresser le lectorat de BD à la sociologie. Les BD doivent faire 160 pages, être en noir et blanc, sans notes, ni bibliographie, ni termes scientifiques (notions et  concepts sociologiques). Un autre défi est de ne pas faire de la sociologie une source de gags et de rester fidèle à l’enquête de terrain, ce qui est parfois assez difficile à concilier avec l’autonomie des artistes. Comme en témoigne Helkarava, les contraintes ont été assez fortes pour les dessinateurs : le réalisme sociologique et l’exigence d’objectivité ne s’accordent pas toujours au monde tel que les dessinateurs avaient pour habitude de le représenter.

Le processus type de création d’une BD Sociorama est décrit par Yasmine Bouagga : d’abord l’écriture d’un synopsis (quel personnage fait quoi?),  qui doit mettre en avant les résultats de l’enquête. Le story-board est lu et discuté par un comité scientifique pour s’assurer qu’il remplit les exigences de fidélité à l’enquête. Ensuite le travail est assez long : il y a des allers-retours entre le dessinateur et le comité scientifique pendant 9 à 10 mois avant de sortir un volume fini avec une narration fluide qui restitue les résultats de l’enquête.

Ainsi, choisissant de mettre la sociologie en BD, le projet vise à passer d’un support (académique et scientifique : un texte long, non littéraire, avec des notions théoriques et des concepts, des chiffres et graphiques à l’appui…) à un autre (des planches de BD avec beaucoup d’image et peu de texte, sans usage de notions sociologiques ni références bibliographiques….). Quels arbitrages sont nécessaires pour passer de la recherche à la BD ?

La sociologue et le dessinateur, illustrer l’ethnographie d’un long courrier (Anne Lambert)

Turbulences est la mise en BD du travail ethnographique d’Anne Lambert : c’est une de ses premières recherches post-doctorales, une enquête ethnographique sur les longs et courts courriers à Air France. L’idée d’enquêter sur ce terrain lui est venue en suivant une formation anti-stress pour les phobiques de l’avion. Elle s’est intéressée aux deux groupes sociaux constitutifs du personnel naviguant, les pilotes d’un côté, les hôtesses et stewards de l’autre. Ces deux groupes travaillent côte-à-côte dans des conditions très différentes : la sociologue analyse les effets de classe et de genre sur le temps et les conditions de travail.

La BD nous livre trois points de vue sur le vol d’un long courrier, celui des pilotes, d’une passagère phobique de l’avion, et celui des hôtesses et stewards. La présentation d’Anne Lambert met d’abord l’accent sur le travail de coopération avec le dessinateur Baptiste Virot. Pour traduire en dessins son travail ethnographique, Anne Lambert a beaucoup utilisé le support photographique (qui ne peut pas forcément être rendu dans les publications classiques) pour donner un support solide au dessinateur. La scénarisation de l’enquête permet de mettre en scène de façon synthétique un certain nombre d’idéaux-types observés par l’enquêtrice, et de décrire les rapports sociaux à travers la BD sans employer de concepts sociologiques. On notera que la sociologue est absente de la BD : si Anne Lambert a clairement inspiré le personnage de la jeune passagère phobique de l’avion, le travail de médiation scientifique et scénaristique a pris le parti d’effacer la personne de l’ethnographe de la BD.

Anne Lambert explicite l’enjeu de la vulgarisation dans le monde de la recherche : elle compare les champs académiques français et canadien, où dans ce dernier 20% de l’évaluation du CV d’un chercheur sont consacrés au « transfert de connaissance ». C’est pour Anne Lambert une dimension importante du travail de chercheur, qu’il faudrait encourager davantage. Une reconnaissance institutionnelle des œuvres comme Sociorama permettrait de prendre en compte et de valoriser les efforts pour rendre accessible la recherche scientifique.

 La publication de la BD met l’enquêtrice face à un autre enjeu de la diffusion scientifique : elle est beaucoup plus susceptible d’être lue par ses enquêtés. Pour les ressources humaines d’Air France cela a posé quelques problèmes ; ils n’avaient certes pas droit de regard sur la publication, mais ont réagi en fermant le terrain, alors que l’enquête n’était pas terminée ! La BD a cependant été bien reçue par le personnel naviguant, malgré la caricature qui a pu en être fait ; les pilotes, par exemple, y sont représentés comme étant extrêmement virils. L’autre conséquence de la publication en BD est liée à l’effet du dessin, qui contribue à la caricature : l’oralisation des discours et la caricature présentent certes l’intérêt de donner à voir des éléments saillants, mais ils posent la question de la montée en généralité et de la représentativité de ce qui est dessiné. Un élément de réponse peut être apporté par la démarche de représentation d’idéaux types pour mettre en scène par le dessin des concepts sociaux, qui sont un premier pas vers cette montée en généralité.

Le regard sociologique et le travail créateur, dessiner La banlieue du 20h (Helkarava)

Si dans le cas de Turbulences, sociologues et dessinateurs travaillaient ensemble, La Banlieue du 20h est davantage le résultat des multiples retours sur les choix esthétiques d’un dessinateur, commentés, revus et corrigés par Jérôme Berthaut (auteur de la thèse à l’origine de La Banlieue du 20h). La présentation d’Helkarava nous livre ainsi un autre point de vue sur le travail de création, nous permettant de comprendre plus encore quels arbitrages sont nécessaires pour passer de la recherche à la BD. Le dessinateur raconte comment il a vécu tout le processus énoncé précédemment par Y. Bouagga (proposition d’un scénario, évaluation par la direction de la collection, puis par un comité scientifique, mise au point du story-board, multiples relectures…), illustrant ainsi le long processus de création et d’adaptation. Par son témoignage, nous voyons comment le travail artistique est critiqué par l’œil sociologique ; comment la scientificité de la sociologie est réinsérée dans la BD.

Le contrôle scientifique : la thèse (en amont) et le comité de sociologues (en aval).

D’abord les dessinateurs doivent lire la thèse (ou l’ouvrage sociologique) à adapter en BD – lectures auxquelles ils sont souvent peu familiers – afin de connaitre le propos à illustrer. Puis, le travail de scénarisation commence : le dessinateur doit rendre l’histoire intéressante, « qu’on ne s’ennuie pas à la lire » ; même si le scénario finalement choisi est souvent assez plat car différents points de vue sur un « monde social » doivent apparaître[1]. Pour arriver à la version finale de la BD, les dessins et textes sont revus de près par un comité scientifique : les sociologues veillent à ce que les dessins et bulles soient sociologiquement vraies, du moins probables. Par exemple, le sociologue sera sensible aux registres d’expression des différents personnages, qui sont toujours socialement situés. Ces retours et critiques sont parfois difficiles à recevoir par les artistes : le regard scientifique du sociologue serait-il incompatible avec le point de vue esthétique de l’artiste-dessinateur ? Pour faire une BD sociologique, l’artiste ne serait-il pas le premier à être sensibilisé à la sociologie ; voire converti, jusque dans sa façon de représenter le monde social ?

Avoir un point de vue sociologique sur le monde.

Pour illustrer La banlieue du 20h, Helkarava a réalisé un stage dans un JT afin d’avoir un aperçu visuel et découvrir l’univers professionnel du JT, et des observations pour avoir une « image » de la banlieue. Car l’image qu’il avait de la banlieue posait problème : son approche artistique de la ville ne convenait pas à J. Berthaut, car elle donnait à voir une ville (et surtout, une banlieue) « torturée, salle, sombre ». Aussi a-t-il dû convertir son regard, et abandonner sa vision négative et « sécuritaire » de la banlieue (celle-là même que construisent et présentent les JT), et dessiner des immeubles plus propres, plus accueillants.

L’artiste a donc dû convertir son regard, afin de représenter le monde social tel que le sociologue l’a observé et décrit dans son travail de recherche. Passer d’un support à un autre c’est donc aussi passer d’un univers académique d’initiés (les sociologues ou apprentis sociologues) à un univers « profane » de non-initiés à la sociologie (les dessinateurs). L’illustrateur doit donc en un sens se socialiser à la discipline, afin d’avoir une façon de voir, de penser, et de dessiner plus proche de la réalité sociologique.

L’enjeu et le défi de « Sociorama » est de « résumer » par des dessins (et des bulles de dialogue) une thèse sociologique, sans caricaturer les résultats et en restant fidèles à ceux-ci. Il s’agit donc de transmettre une connaissance sociologique via une histoire (et non uniquement par du texte, des chiffres, et des concepts), et d’initier ainsi à la sociologie, et peut-être surtout au regard sociologique. Mêler sociologie et BD, c’est mêler deux regards sur le monde social, celui du sociologue et celui du dessinateur-auteur. Tous deux doivent faire des « compromis mutuels » : le dessinateur ne peut pas représenter sa propre vision artistique et bien souvent remettre en cause son point de vue esthétique (du moins dans le cas de La banlieue du 20h) ; mais le sociologue ne doit pas oublier qu’il y a une histoire à raconter, des personnages à faire vivre, des lecteurs à  captiver, au-delà de la simple érudition. En tout cas, le projet est bien sous le signe d’une diffusion du savoir sociologique, puisque le lecteur est placé au centre des arbitrages et négociations entre sociologues et dessinateurs.

[1] Par exemple, dans La banlieue du 20h, le lecteur suit un jeune journaliste qui part enquêter sur la banlieue ; et c’est par ce personnage que nous entrons dans l’univers du Journal Télévisé (JT), saisissons son fonctionnement et les rapports entre les salariés (rapports de hiérarchie entre chefs, rédacteurs en chef, présentateurs, pigistes précaires…).

Baptiste Bailly et Théoxane Camara (élèves à l’ENS de Lyon)


Une réflexion sur « Séance sur la collection « Sociorama » (27/02/17) : une BD sociologique est-elle possible ? »

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *