Compte rendu de la séance du 13 mars 2017 : Bernard FRIOT, « Émanciper le travail, entretiens avec Patrick Zech »

« Un chercheur en sciences sociales, on lui demande d’épier l’émancipation. S’il ne fait pas ça, il ne sert à rien. » Si le constat paraît de bon sens, il fait pourtant l’originalité de la démarche de Bernard Friot, économiste et sociologue du travail à l’Université Paris-10 Nanterre, qui a publié en 2014 Émanciper le travail, entretiens avec Patrick Zech[1]. Ces mots, il les a prononcés le lundi 13 mars 2017, lorsqu’il a été invité à l’ENS de Lyon, dans le cadre du séminaire « Re/lire les sciences sociales », pour revenir sur son livre ou, plus précisément, sur la théorie de la valeur qu’il construit dans cet ouvrage et l’articulation entre recherche et militance qui lui est propre. Pour discuter avec lui de cette tension réactualisée entre le savant et le politique, Usul, vidéaste et auteur de la web-série « Mes chers contemporains », a proposé une réflexion sur son travail de vulgarisateur, de « passeur d’idées », de « pont » entre la recherche académique, la militance de type CGTo-communiste et les forces vives qui se font de plus en plus entendre chez la jeunesse. Nous présenterons ici les points essentiels du contenu des interventions de Bernard Friot et d’Usul dans l’ordre où elles ont été prononcées.

La démarche de Bernard Friot a pour point de départ un contre-postulat. Selon lui, la science sociale critique postule qu’il n’y a qu’une classe pour soi, la classe bourgeoise dominante, et qu’il n’y a en face d’elle que des dominés, des « victimes » dont elle se donne pour objectif d’être « solidaire » en en dénonçant la misère. Ce postulat, dominant en sociologie à la suite de l’oeuvre de Pierre Bourdieu, participe en réalité d’un récit du réel qui fait l’hégémonie de classe dominante. Il s’agit donc pour lui de pratiquer le postulat inverse, c’est-à-dire qu’il a bien existé et existe encore une classe révolutionnaire, qui, d’une part, a subverti à son profit les institutions capitalistes du travail, et dont, d’autre part, il s’agit pour le chercheur de donner à voir les luttes pour « l’émancipation ». Friot propose donc de faire voir, grâce à ce contre-postulat, le « vol de l’histoire populaire » auquel contribue le postulat de la science sociale critique, en retraçant trois des grandes étapes des conquêtes ouvrières.

La première institution du travail que Friot nous propose de relire à l’aune de son postulat, c’est le marché du travail et le contrat de travail. Se basant sur l’ouvrage de Claude Didry, L’institution du travail. Droit et salariat dans l’histoire[2], Friot montre que le contrat de travail doit être lu comme une conquête ouvrière et non comme une défaite. Contre le modèle proto-industriel du louage d’ouvrage dans lequel des marchands achètent à des marchandeurs de l’ouvrage fait et dans lequel les ouvriers sont invisibilisés, le mouvement ouvrier a imposé, à travers le principe de subordination du contrat de travail, aux capitalistes l’obligation d’être des employeurs, responsabilité à laquelle ils se dérobaient. De plus, le contrat de travail crée, contre le salaire « prix de la force de travail » du louage d’ouvrage, le salaire à la qualification. Contre le premier qui ne reconnaît les ouvriers que comme des êtres de besoins dont il faut laisser de quoi reproduire la force de travail, le second, lui, reconnaît, par la qualification du poste, une participation à la production de valeur économique.

Toutefois, il ne s’agit que d’une « conquête à demi » – en effet, c’est le poste, qui appartient encore aux capitalistes, qui est qualifié – en regard de la seconde institution du travail que subvertit le mouvement ouvrier : le statut de la fonction publique. Il trouve son origine dans les conquêtes coloniales : c’est pour pouvoir muter à volonté les officiers de marine, qu’est institué la qualification du grade et non du poste. Par le grade, c’est la personne même qui est qualifiée. Dès lors qu’il n’y a plus de poste, qu’il y a un grade, il n’y a plus d’emploi, et donc plus de marché du travail. Le statut de la fonction publique de Maurice Thorez de 1947 sort les fonctionnaires du marché du travail et institue, selon Friot, le salaire à vie, c’est-à-dire un salaire basé sur le grade – qui est un attribut de la personne – et versé à vie – car le régime des retraites de la fonction publique, selon lui, est, plus qu’un revenu différé, la continuation du salaire.

La marque du « vol de l’histoire populaire » s’observe encore dans la lecture de la création du régime général de la sécurité sociale de 1946. N’y voir que « la création de la sécurité sociale », c’est nier la subversion qu’institue le mouvement ouvrier. En effet, la sécurité sociale existe avant 1946 à travers un très grand nombre d’institutions dont la gestion n’est pas accessible aux travailleurs. Ambroise Croizat, en 1946, non seulement unifie le système mais surtout confie la gestion des caisses aux travailleurs qui ont, en 1960, géré jusqu’à l’équivalent du budget de l’État. Il s’agit donc fondamentalement d’un changement de la pratique de la valeur et non pas seulement d’un changement de la répartition de la valeur si l’on veut bien entendre qu’il n’y a pas qu’une « valeur » sans qualificatif et si l’on veut bien voir que la production de santé est, de ce fait, sortie des logiques capitalistes.

Pour Bernard Friot, il s’agit là, dans ces trois « conquêtes » de gestes « révolutionnaires », étant entendu que la révolution, contrairement à l’idée que l’on s’en fait souvent, ne tient pas dans le changement de régime politique, qui n’en n’est que l’aboutissement, mais dans le changement des modes de production. Elles instituent, petit à petit, une nouvelle définition du travail. À ce titre-là, Bernard Friot n’hésite pas à affirmer que la production de santé est communiste : elle est le produit d’une part d’investissements décidés par les travailleurs eux-mêmes et financés par une socialisation d’une partie de la valeur par les cotisations – ce qui fait de ces investissements des biens collectivement possédés – et d’autre part d’un travail payé par des salaires à vie.

Si les thèses de Bernard Friot font de lui, par certains aspects, une figure hybride entre le chercheur et le militant, Usul, qui a mis en vidéos la pensée de Friot, se trouve lui entre le chercheur et le militant au sens littéral. Dans cette intervention, qui est comme un retour réflexif sur une pratique de vidéaste-vulgarisateur qui a plus de profondeur qu’on ne le croit souvent, la question de départ d’Usul porte sur la manière de faire passer les idées que produisent les milieux universitaire et intellectuel aux milieux militants et à la société civile. Il pose la question du théorique et du politique au sein des trois champs médiatique, universitaire et politique. Partant de l’opposition entre émotion et raison, il montre que cette tension est bien moins convenue qu’il n’y paraît au premier abord et qu’elle est en réalité hautement politique.

Sa démarche de vulgarisation est d’abord présentée comme un abaissement des coûts culturels des théories politiques. Le vocabulaire technique dans lequel elles trouvent, sauf rares exceptions, leur formulation exclut de fait les non-initiés. Les idées abstraites issues de la réflexion théorique et d’une conceptualisation élaborée sont exprimées dans une grammaire qui leur est propre. Le travail du vulgarisateur est alors d’opérer une traduction, non pas uniquement lexicale, mais aussi formelle. La mise en récit, la mise en image, l’exemplification, mais aussi les schémas sont autant de manières de faire « passer les idées ». En particulier, les formats type « schéma froid » selon le mot d’Usul, sont beaucoup utilisés par les partis politiques et les médias « traditionnels ».

En réalité, cette manière de penser la communication politique, par ces « schémas froids » qui ne sont, somme toute, que des sortes de Power Points un peu plus ludiques et élaborés[3], est très socialement située. Elle relève d’un « snobisme de classe » : ce format est de fait très professoral, paternaliste, voire infantilisant. Il s’agit, d’une part, de montrer aux masses de manière ludique des faits et des raisonnements qu’ils vont pouvoir « se repasser s’ils n’ont pas compris » pour les partis politiques qui présentent leurs programmes ou, d’autre part, de leur pointer simplement le vrai du faux dans les propositions des candidats pour certains médias, qui donnent par là à leur activité de « fact-checking » une « mission de salut public ». L’objectif qu’il y a derrière cette démarche est de ramener la masse, elle qui réagit épidermiquement et irrationnellement, à « la raison » des élites. Or cette raison est socialement située, elle est bourgeoise : elle assimile la politique au calcul froid et rationnel de l’homo œconomicus, la réflexion abstraite de l’esprit pur, sans corps et sans passion.

Il s’agit bien plutôt de reconnaître et d’assumer corps et passions. Citant Frédéric Lordon, il s’agit de « charger en affects les idées », sans quoi elles n’ont aucune consistance. Il s’agit d’un parti pris à la fois honnête intellectuellement et efficace que de montrer les corps : montrer les corps des chercheurs que l’on cite pour dénaturaliser leur autorité et rendre vivante leur pensée, montrer les corps des dominants qui ne sont pas qu’esprits purs mais eux aussi des êtres passionnels – comme par exemple Jean-Marie Rouart qui se contorsionne devant la subversion des thèses de Friot et leur « égalitarisme fou » –, ou encore montrer les corps des dominés pour leur rendre leur humanité – comme par exemple les « corps qui se redressent » dans La Sociale de Gilles Perret. Le rire, l’humour, joue aussi un grand rôle subversif : il crée de la connivence dont la force ne doit pas être sous-estimée. L’exemple de la campagne de « mèmes » sur internet en faveur de Donald Trump[4] est à ce titre tout à fait représentative : sans pour autant cautionner leur contenu, on ne peut nier que la « haine de l’émotion » des médias traditionnels, qui ont voulu « fact-checker », s’est révélée inefficace. En définitive, le travail d’Usul montre que l’on peut mettre à contribution ces outils communicationnels pour mieux participer d’une diffusion plus large et plus utile des méthodes, des concepts et des résultats des sciences sociales, autrement dit, pour faciliter la lecture ou la relecture les sciences sociales.

[1]     B. Friot et P. Zech, Émanciper le travail: entretiens, Paris, La Dispute, 2014

[2]     C. Didry, L’institution du travail: droit et salariat dans l’histoire, Paris, La Dispute, 2016. Voir le compte rendu de Jonathan Louli pour Lectures

[3]     Voir notamment celle de la campagne de Benoît Hamon « Dessine-moi la gauche ».

[4] Voir l’article de Politico Magazine

Quentin BRCIC, Maxime FARON, Léo ROSELL, Victor VEY (Elèves à l’ENS de Lyon)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *