Bourgeoisie et distinction sociale

La conférence du 18 janvier 2016, organisée dans le cadre du séminaire « Re/lire les sciences sociales », donnait la parole à Michel Lallement et Anaïs Collet. Sociologue spécialiste du travail, Michel Lallement a récemment publié Logique de Classe. Edmond Goblot, la bourgeoisie et la distinction sociale, un ouvrage dans lequel il retrace le parcours biographique d’Edmond Goblot, philosophe spécialiste de logique du début du XIXe siècle et contemporain d’Émile Durkheim. Il est par ailleurs l’auteur du célèbre ouvrage La Barrière et le Niveau, étude sociologique sur la bourgeoisie qui a contribué à fonder la sociologie des classes sociales. Au travers de cette biographie, Michel Lallement s’interroge sur les conditions de production de l’œuvre de Goblot et en propose une relecture. Également sociologue, mais spécialiste de sociologie urbaine et de sociologie des classes sociales, Anaïs Collet, la seconde intervenante, a récemment publié Rester Bourgeois. Les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction. Cet ouvrage rend compte des stratégies de gentrification d’ancien quartiers populaires par les nouvelles classes moyennes venues s’y installer.

La Barrière et le Niveau à l’aune de ses conditions sociales de production (Michel Lallement)

La conférence a été ouverte par Michel Lallement, qui a présenté son intervention comme une réflexion de sociologie du travail et d’épistémologie de la sociologie, dont l’objectif est de mettre en lumière les conditions de production de la connaissance, conçue comme production de l’esprit. En cela, Michel Lallement se positionne bien en sociologue du travail : la philosophie et la sociologie sont pensées comme des constructions sociales nées d’un travail de pensée et d’écriture, au même titre que n’importe quelle autre production, les conditions de cette production devant donc être interrogées. C’est dans cette perspective qu’il a présenté les résultats de sa recherche, en mettant en lumière quatre points essentiels pour comprendre l’œuvre d’Edmond Goblot.

Dans un premier temps, Michel Lallement s’est intéressé à l’enfance de Goblot et à son milieu d’origine : Edmond Goblot est originaire d’une famille petite bourgeoise qui profite fortement de la mise en place de l’administration républicaine, dans laquelle le père d’Edmond fait carrière pour s’élever socialement. Cette dernière se caractérise par un fort principe de solidarité entre membres, qu’il s’agisse de solidarité matérielle (prêts d’argent, cours à distance) ou d’un appui prenant la forme du conseil ou de l’encouragement. Il faut également souligner la prédominance accordée à la réussite scolaire, pour les filles comme pour les garçons, laquelle incite les enfants à faire des études et à travailler dur pour s’élever socialement. Dans un deuxième temps, Michel Lallement est revenu sur le parcours scolaire et la carrière d’Edmond Goblot, bon élève, qui entre à l’ENS de la rue d’Ulm après trois ans de préparation, et y rencontre Henri Bergson (issu de la promotion précédente) ainsi qu’Émile Durkheim, son condisciple. Il bénéficie par la suite de l’augmentation du nombre de postes d’enseignants et entre dans la fonction publique pour y faire carrière en tant que professeur de lycée, puis de faculté. Son parcours scolaire et sa carrière sont typiques de ceux d’une génération d’enseignants qui profitent des bienfaits de la IIIe République, bien que sa carrière ait été plus lente et moins brillante que celle de la plupart de ses condisciples de Normale. En 1898, il réussit une thèse sur la classification des sciences.

Les troisième et quatrième points soulevés par Michel Lallement concernent le parcours intellectuel de Goblot. D’une part, la pensée de ce dernier ne peut être comprise qu’au travers du prisme du débat entre positivisme et spiritualisme qui divise les philosophes de l’époque. En effet, sa socialisation familiale et son parcours scolaire puis professionnel l’orientent plutôt vers le positivisme, ce qui se l’amènera à abandonner ses idées religieuses, à entreprendre des études de médecine et à faire une thèse sur la classification des sciences. Mais cette inclination pour le positivisme est rapidement contrebalancée par l’influence qu’ont sur lui ses maîtres en philosophie, à l’ENS notamment, presque tous spiritualistes. Ce dilemme intellectuel a marqué toute son œuvre intellectuelle et constitue un élément décisif pour comprendre La Barrière et le Niveau – ouvrage mêlant philosophie et sociologie dans une logique interdisciplinaire positiviste, mais qui demeure néanmoins héritier de la logique aristotélicienne, en vogue chez les spiritualistes. D’autre part, Michel Lallement s’est intéressé à la thèse de Goblot, dans laquelle ce dernier défend un point de vue très hétérodoxe et fortement positiviste : selon lui, toutes les sciences suivent la même évolution historique, elles sont d’abord inductives, puis montent en généralité et ainsi acquièrent progressivement le statut de science hypothético-déductive. Toutes les sciences commencent donc par s’appuyer sur l’observation et l’expérience et sont donc soumises à des représentations du monde qui sont le produit d’une activité collective. De ce fait, la sociologie est supérieure à toutes les autres sciences, y compris la logique même, qui n’en sont que des ramifications. On comprend mieux alors l’intérêt de Goblot pour la sociologie et l’existence d’une œuvre comme La Barrière et le Niveau.

L’étude de parcours de Goblot permet ainsi de comprendre les conditions de production de La Barrière et le Niveau, ouvrage de sociologie sur la bourgeoisie, écrit par un logicien lui-même bourgeois mais héritier d’une « bourgeoisie de capacité » faiblement dotée en capital économique, qui s’élève grâce à la méritocratie républicaine.

Cette étude des conditions sociales de production de La Barrière et le Niveau permet à Michel Lallement de proposer, dans la dernière partie de son intervention, une relecture de cette œuvre affranchie de l’héritage bourdieusien. En effet, le chercheur voit dans l’ouvrage de Goblot une application à la bourgeoisie des principes de classification de la logique et plus spécifiquement des thèses qu’il a défendues dans son Traité de Logique : la bourgeoisie justifie son existence en tant que classe sociale en produisant un discours de classification des attitudes, goûts, manières d’être entre ce qui est bourgeois et ce qui ne l’est pas ; or cette classification est fondée sur une série de paralogismes, c’est-à-dire de raisonnements faux.

Deux types de paralogismes sont mis en avant : d’une part, le « paralogisme de critère », qui articule des formes de jugements de niveaux différents pour produire des critères d’appartenance à la bourgeoisie. Par exemple, un bourgeois se doit d’être original dans sa manière de s’habiller pour se distinguer du peuple (théorie de la barrière entre les deux classes sociales), mais il ne doit pas être original et s’habiller comme ses pairs (théorie du niveau, de la similitude entre tous les membres d’une même classe sociale) ; ce raisonnement articule comme égales une proposition au niveau collectif (l’ensemble des bourgeois doit se distinguer de l’ensemble du peuple) et une proposition au niveau individuel (le bourgeois doit s’habiller comme les autres membres de sa classe sociale), d’où la contradiction de la proposition selon laquelle il faut à la fois être original et ne pas l’être.

Le second type de paralogisme est appelé « paralogisme de jugement » ; il s’agit là d’un raisonnement articulant types différents de jugement. Par exemple, l’idée selon laquelle les dépenses inutiles permettent de fonder la bourgeoisie s’appuie sur le raisonnement selon lequel le paraître vaut davantage que l’être, ce qui est un jugement d’expérience. D’autre part, la richesse apparente reflète la valeur sociale, ce qui constitue un jugement de valeur. Le critère des dépenses inutiles est donc imposé comme découlant logiquement de l’essence même de la bourgeoisie et est imposé comme tel, alors qu’il s’agit en fin de compte d’un critère socialement défini et imposé par une classe à l’ensemble de la société comme moyen de la définir. Ainsi, la bourgeoisie fonde son existence en tant que classe sociale, mais aussi l’ensemble de ses critères d’appartenance sur une série de paralogismes qu’elle fait reconnaître comme logiquement valables, et donc indiscutables, par l’ensemble de la société.

Nouveaux « bourgeois » et stratégies de distinction inédites : le processus de gentrification (Anaïs Collet)

L’intervention de Michel Lallement a été suivie par celle d’Anaïs Collet, qui a présenté son ouvrage Rester Bourgeois. Les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction, dans lequel elle présente les stratégies des nouvelles classes pour se distinguer et acquérir le statut de nouvelle bourgeoisie. Elle a évoqué en particulier son travail dans le Bas-Montreuil, effectué dans les années 2000, au moment où la gentrification du quartier était la plus intense et où les stratégies de distinction étaient les plus visibles.

La population enquêtée pour sa recherche fait partie des « nouvelles classes moyennes » caractérisée par les médias à ce moment-là de « bobos » (« bourgeois bohèmes »), terme à la mode et omniprésent. Elle se caractérise par des revenus moyens, la possession d’un petit patrimoine économique lui permettant de devenir propriétaire à Montreuil et une dotation substantielle mais ambiguë en capital culturel. En effet, nombre de ses enquêtés ont fait des études supérieures, peu brillantes et souvent décousues (années hors du système scolaire, bifurcations), majoritairement dans les domaines de l’art et des sciences humaines et sociales, et un grand nombre d’entre eux travaillent dans le milieu artistique. Cette population se caractérise également par une surreprésentation des individus en ascension sociale ou déclassés par rapport à leur milieu d’origine ; on trouve notamment un grand nombre de couples mixtes avec un ascendant et un descendant. La plupart des individus interrogés refusent l’étiquette de « bourgeois », associée dans leurs représentations à la grande bourgeoisie de l’ouest parisien, et se reconnaît au contraire dans le terme « bohème ». Il ressort de l’enquête que l’installation à Montreuil constitue d’abord un choix de raison imposé par des revenus et un patrimoine ne permettant pas de devenir propriétaire à Paris. La sortie de Paris intra muros est généralement mal vécue dans un premier temps et s’apparente à un déclassement, les banlieues étant l’objet d’une stigmatisation et d’un amalgame avec les quartiers sensibles.

Après avoir présenté son enquête, Anaïs Collet a présenté une partie des résultats de celle-ci, en particulier le processus de gentrification. Il s’agit d’un processus de reclassement économique et symbolique du quartier, qui passe par une réhabilitation du quartier en termes de structures et d’habitations (rénovation des logements, transformation des anciennes usines désaffectées) et en termes de représentations (perception du quartier comme « bobo » et plus comme « quartier sensible »). Ce processus de reclassement n’est permis que par l’implication des individus, appellés « gentrifieurs », au travers de choix résidentiels, de la manifestation quotidienne de leurs préférences et de leurs habitudes de vie. Deux phénomènes sont donc à l’œuvre dans cette réhabilitation : la transformation des regards et les travaux de réaménagement des bâtiments anciens.

La réhabilitation du quartier passe d’abord par une nécessaire transformation du regard des habitants sur leur propre lieu de vie : d’abord perçu négativement, car associé dans la presse au « problème des banlieues », le Bas-Montreuil est décrit par les habitants comme un lieu dont on découvre petit à petit le « charme », le « calme », comme un morceau de « campagne » aux portes de Paris. Le travail de réhabilitation symbolique passe donc d’abord par les représentations des habitants eux-mêmes, qui investissent affectivement leur quartier puis incitent leurs connaissances à venir également s’installer dans le quartier et à participer au même processus de reclassification. Le second versant du processus se caractérise par une transformation de l’habitat et des bâtiments : les anciennes usines et bâtiments industriels sont reconvertis en ateliers, en lieux de stockages ou en habitation, les maisons sont rénovées et redécorées. Le quartier devient ainsi à l’image du goût des habitants et reflète matériellement les valeurs et dispositions de cette nouvelle bourgeoisie artiste (mise en scène de soi et de ses goûts, travail manuel, refus du « prêt-à-consommer »). Enfin, l’afflux d’habitants appartenant à la classe moyenne et la valorisation du quartier par les habitants (notamment au travers d’articles de journaux ou de productions artistiques des journalistes et artistes locaux) conduit à une revalorisation du quartier dans la presse et dans les représentations communes, ce qui se traduit par une revalorisation économique et une hausse des prix immobiliers.

Questions de la salle

La dernière partie de la conférence a été consacrée aux questions. La première concernait la perception d’eux-mêmes qu’ont les « gentifieurs » du Bas-Montreuil et leur rapport au terme « bourgeoisie » ; Anaïs Collet a précisé en réponse qu’il existait aujourd’hui plusieurs bourgeoisies, et non plus une bourgeoisie unifiée comme à l’époque où écrit Goblot et que ses enquêtés se reconnaissaient dans un certain type de bourgeoisie et n’aspiraient pas à entrer dans la grande bourgeoisie de l’ouest Parisien. Elle a également précisé que ses enquêtés ne revendiquaient pas l’appellation «  bourgeois », mais se reconnaissaient plus facilement dans le terme « bohême ». La deuxième question, adressée à Michel Lallement, portait sur le rapport de Bourdieu à l’œuvre de Goblot, qui n’est pas explicitement citée dans ses ouvrages en dépit de la paternité par ce dernier du concept de distinction. En réponse, Michel Lallement a émis plusieurs hypothèses, la première étant que Bourdieu n’ait pas lu Goblot, ce qui semble assez improbable ; la deuxième hypothèse, celle précisément d’une volonté de distinction de Bourdieu qui ne cite pas toutes ses sources pour s’en démarquer. La troisième penche plutôt vers un décalage intellectuel : Goblot s’intéresse aux paralogismes contenus dans le discours bourgeois et à la manière dont ils s’imposent à tous, tandis que Bourdieu produit une sociologie des rapports sociaux qui s’attache à mettre en lumière les relations entre les différentes classes sociales. Enfin, une dernière question était adressée à Anaïs Collet à propos des difficultés rencontrées sur son terrain d’enquête, à laquelle elle a répondu en soulignant que la population des quartiers en cours de gentrification font preuve d’un désir fort d’évoquer leur expérience et leur quartier, enfin de faire évoluer les représentations sur ce dernier. Elle n’a donc eu aucune difficulté à recruter des enquêtés désireux de s’exprimer sur la question. 

Audrey Bister


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *