Explorer la transition énergétique : suivre les processus de concentration de ressources énergétiques diffuses

Compte-rendu de la séance du 7 mars 2016 avec Olivier Labussière et Yannick Régnier

Olivier Labussière, géographe du laboratoire Politiques publiques, action politique et territoires (PACTE) spécialisé dans l’étude des dimensions sociotechniques et spatiales de la transition énergétique, a été convié à présenter les perspectives épistémologiques ouvertes par L’Énergie des sciences sociales, un ouvrage collectif paru en 2015 qu’il a codirigé avec le socio-économiste Alain Nadaï. Analysant les modalités sociétales de l’évolution des systèmes énergétiques, cette synthèse interdisciplinaire entend repenser la contribution des sciences sociales à la réflexion et à l’action publiques en renouvelant les problématiques de recherche sur l’énergie.

L’intervention d’Olivier Labussière a été prolongée par un dialogue avec Yannick Régnier, second invité chargé de projet au CLER (Réseau pour la transition énergétique) et co-initiateur du réseau français « Territoires à énergie positive » créé en 2010. Initiée par une redéfinition du processus de transition énergétique, la séance a permis d’examiner la notion « d’énergie diffuse » à la lumière du cas concret de la concentration du gaz de houille en Lorraine, avant de parvenir à une réflexion plus globale sur la capacité des sciences sociales à expliquer l’émergence des énergies non-conventionnelles, sur les processus de construction d’une ressource, et sur l’étendue future du pouvoir d’action des politiques énergétiques.

1. Redéfinir la transition énergétique : les « potentiels de transition »

En ouverture, Olivier Labussière rappelle que L’Énergie des sciences sociales, aux antipodes d’un état de l’art académique, est une « proposition diplomatique » qui tente de structurer et d’initier des interactions à l’intérieur du collectif des chercheurs sur l’énergie en SHS (élaboration d’un agenda scientifique partagé, aptitude à diffuser les résultats obtenus auprès des décideurs et du grand public).

Définir la transition énergétique (TE) exige de cerner un processus polymorphe très difficile à appréhender, souvent réduit à des temporalités historiques ou à des échelles territoriales préconstituées – alors que la TE procède d’assemblages complexes. Les dynamiques de TE ont tendance à recomposer le social : il y a émergence de nouveaux collectifs sociotechniques autour des nouvelles technologies ; ces collectifs créent de nouvelles réalités autour de l’énergie : de nouveaux assemblages spatiaux, scalaires, temporels, de nouvelles hiérarchies de valeur (potentiels, priorités, etc.). Il convient donc d’adopter une définition plurielle de la TE : il y a de multiples tentatives de nouveaux contrats sociaux environnementaux selon le passé, les héritages d’infrastructure, et le rapport à la matérialité des sociétés.

Par-delà cette diversité avérée des situations, trois insuffisances cumulatives persistent qui réduisent la compréhension des processus de TE. Par ordre croissant de complication figurent :

  • la focale excessive mise autour du potentiel technologique : la technologie est souvent réduite à un artefact et pourvue d’un potentiel intrinsèque qui en fait un objet stable, clos sur lui-même, et doté d’une contribution apriorique (par exemple, telle quantité d’énergie pour tel équipement) ;

  • la réduction de la TE à un simple franchissement de barrières : restrictive, la focale technologique déforme les autres aspects de la TE – notamment sociaux – en les présentant comme autant d’obstacles à dépasser (les « seuils » ou « goulets d’étranglement » par exemple : imperfections du marché, blocages institutionnels, acquisition de l’acceptabilité sociale, impacts sur l’environnement). Ces aspects affectés de négativité sont de fait exclus de la TE : on considère qu’ils ne participent pas de la construction de la technologie, ni de sa capacité à réorganiser le monde selon des voies soutenables ;

  • en résultante, l’incapacité de parvenir à une compréhension systémique de la TE : une TE est trop souvent réduite à un processus de substitution énergétique (passage d’un point A à un point B), alors que sa réalité relève davantage d’un faisceau de dimensions en émergence (organisation d’un réseau dynamique de relations nouvelles ou recomposées).

Pour identifier les processus et les manifestations afférents à la TE, Olivier Labussière propose de partir de potentiels énergétiques afin de parvenir à mesurer la soutenabilité de « potentiels de transition ». Cette soutenabilité se décline selon trois dimensions :

  • l’appropriation et partage des ressources : rematérialiser l’analyse et reconsidérer la ressource sous l’aspect d’une variabilité, d’une fluctuation, d’un mode de gisement, des possibilités d’appréciation et d’exploitation, des effets politiques de la localisation des stocks – changement de repère possible à condition de restituer à la technique son caractère de médiation entre l’homme et le monde, médiation assimilable à une intelligence des choses (Simondon, 1958) ;

  • la concrétisation des systèmes techniques : l’assemblage technologique est irréductible à un artefact, car il résulte d’un assemblage social et technique long à stabiliser (incompatibilités institutionnelles, incapacités à faire face aux nouveaux enjeux soulevés par les technologies) ;

  • la lecture des spatialités : la distribution spatiale des réseaux sociotechniques confère à l’espace une fonction de mise en présence de l’homme avec l’environnement, si l’on définit l’espace géographique via le concept spatiotemporel de « configuration d’accès » (Gottmann, 1952 : l’accès à l’espace, et donc à la ressource, dépend des ressources visées et de l’état des technologies à une date « t »).

2. Le concept « d’énergie diffuse » comme nouvelle catégorie explicative de la transition énergétique : l’exploration du gaz de houille lorrain, étude de cas.

Afin d’illustrer cette réflexion épistémologique sur les paramètres et les paradigmes qui sous-tendent la TE, Olivier Labussière présente et analyse un processus de concentration de ressources énergétiques diffuses à travers le cas de l’exploration récente du gaz de houille par forage horizontal multi-drains dans le bassin houiller lorrain (travail de recherche mené par l’École des Mines de Nancy grâce à un financement CNRS).

Il justifie préalablement la pertinence de la notion « d’énergie diffuse » : elle permet de transcender la dichotomie renouvelable/non renouvelable en apportant un nouveau mode de caractérisation de certaines ressources via leur degré matérialité – en l’occurrence, il s’agit de l’état diffus pour le solaire, l’éolien, l’énergie cinétique des marées ou encore les gaz non conventionnels dispersés dans des roches réservoirs. Pour Olivier Labussière, les énergies diffuses constituent un fait anthropologique majeur, car elles appellent un travail supplémentaire sur la ressource (concentration, mise au point technique) qui génère activement des mutations sociales (colonisation intensive de l’espace pour maximiser la surface d’exploitation, stabilisation de nouvelles formes de jugement collectif sur ces énergies émergentes).

Après avoir expliqué le principe de concentration CBM/Coal matrix au centre du cas lorrain, Olivier Labussière se livre à un bref rappel chronologique qui retrace la construction de l’assemblage sociotechnique autour de l’exploration du gaz de houille dans cet espace. Jusqu’aux années 1990, la Lorraine est dominée par un jeu de pouvoir territorialisé autour des houillères du Bassin Lorrain (EPCI mises en place par l’État dès l’après-guerre par l’intermédiaire des Charbonnages de France). Les années 2000 marquent l’avènement d’une nouvelle donne territoriale, car la cessation de l’activité minière fait évoluer favorablement la politique territoriale française vis-à-vis des opérateurs extérieurs : le sous-sol lorrain s’ouvre à des opérateurs privés.

EGL est un opérateur australien qui a choisi de délocaliser ses activités d’exploration vers l’Europe, en particulier vers la Lorraine dont la position stratégique à l’échelle européenne (interface entre bassins de demande, conjonction de gazoducs) présentait un atout majeur. L’État lui a accordé trois permis d’exploration dans les marges de la zone frontalière. Arrivé sans connaissances de la géologie régionale et du système administratif français, EGL s’est mis en relation avec d’anciens directeurs des mines, ce qui lui a permis de collecter des archives sur le sous-sol (forages et coupes stratigraphiques, plan de mines, données sur le personnel et les infrastructures) puis de définir la zone d’un forage d’exploration.

Olivier Labussière souligne ici qu’EGL a réussi à se constituer une « agence » (un système de relations actorielles) pour se mettre en relation avec le monde des mines, récupérer une information, en développer une compréhension grâce à des intercesseurs locaux : en essence, il s’agit d’un processus de captation d’un héritage et d’un réinvestissement de cet héritage dans la construction d’un futur énergétique non conventionnel. Construire des futurs non conventionnels dans une transition énergétique revient à fabriquer de nouvelles temporalités. C’est un travail relationnel : sélection d’entités, formation d’un collectif restreint, advenue de nouveaux axes temporels avec détachement d’éléments du passé pour recréer de nouveaux environnements informationnels qui, dans le cas lorrain, sont devenus structurants pour les nouvelles visées d’exploration.

L’intérêt présenté par ce cas d’étude réside également dans la diversité des évolutions juridiques et politiques qu’il a suscitées. En effet, à l’échelle nationale, les lois sur les ressources ne parviennent pas toujours à prendre en charge ces situations de reprise de l’activité minière, très locales ; par ailleurs, la dimension diffuse de cette ressource a mis en échec les tentatives de listage à des fins d’inventaire juridique. Mais dans le débat national, le cas lorrain a été fécond car il a circulé et produit des différences : il a montré notamment que l’on peut exploiter les gaz non conventionnels sans recourir à la fracturation hydraulique, rendant le débat sur la ressource elle-même inutile (pour le gaz de charbon) et contribuant à éclairer des controverses connexes (pour le gaz de schiste notamment).

Olivier Labussière rassemble son analyse en concluant qu’une ressource n’est pas simplement réductible à sa physique : en quelque sorte, les molécules de gaz ne sont pas « dans le sous-sol » mais à l’autre bout d’une chaîne sociotechnique. Cette dernière est à la fois complexe – parce qu’elle constituée de nombreuses intermédiations, et composite – parce que l’assemblage sociotechnique demeure peu visible, peu discuté et inégalement connu selon les échelles politiques et territoriales.

3. Du modèle au schéma d’action : le « Territoire à énergie positive », horizon d’une territorialisation de la production énergétique

Yannick Régnier, chargé de projet au CLER, entend présenter les principes, les choix et les modes d’action à l’origine du schéma de « Territoire à énergie positive » qui matérialise une façon spécifique de concevoir la TE. Le CLER est un réseau de praticiens qui travaille sur la TE et rassemble près de 270 acteurs (petites entreprises, collectivités locales, entreprises publiques, recherche et développement). Du point de vue de ses membres, la TE est un processus qui se manifeste lorsqu’une production énergétique non durable est relayée par des investissements qui porteront leurs fruits au bout d’une certaine durée. D’après le scénario de l’association négaWatt (2011), ce gain d’efficience et de durabilité peut emprunter deux voies majeures : la réduction de la consommation d’énergie (efficience énergétique ou « sobriété énergétique »), et l’usage des énergies renouvelables.

Le schéma de « Territoire à énergie positive » a été mis au point par le CLER. Figurant parmi ses concepteurs, Yannick Régnier en condense la définition : il s’agit, pour un espace défini, de la diminution de la consommation énergétique corrélée à l’accroissement de la part d’énergie produite par des sources renouvelables locales. L’objectif est de produire quantitativement autant que l’on consomme, mais sans s’enfermer dans une logique d’isolationnisme énergétique. Cette reterritorialisation de la production énergétique constitue un levier créateur de développement local (voire régional) qui permet une appropriation du territoire énergétique par les autochtones. Un tel retour vers les collectifs d’acteurs va de pair avec un accroissement de l’usage de l’entrée sociale pour traiter les problématiques énergétiques (besoins des ménages, questions sanitaires), grille d’analyse que Yannick Régnier trouve beaucoup plus éloquente que l’entrée quantitative ou climatique.

L’implémentation d’un « Territoire à énergie positive » passe principalement par l’installation de dispositifs techniques et politiques qui permettent aux acteurs territoriaux de mobiliser eux-mêmes de la création de valeur dans le secteur de l’énergie, afin de parvenir à une autonomie relative (dans un sens positif de gain de latitude économique). En Allemagne par exemple, 50% de l’investissement dans les infrastructures de production énergétique (éoliennes, photovoltaïque) a été en réalisé par des locaux, en majorité des agriculteurs, contre à peine 10% d’investissements par les acteurs territoriaux en France.

Le CLER fait partie d’une des principales instances qui a introduit la question du passage aux « Territoires à énergie positive » dans le débat public, à travers la constitution dès 2010 d’un réseau de territoires ruraux alimentés par 100% d’énergie renouvelable. Le CLER joue par ailleurs le rôle d’intermédiaire institutionnel pour les territoires qui manquent de moyens ou de visibilité politique pour notifier les pouvoirs publics de leur initiative. Après le lancement du dispositif national structurant « Territoire à Énergie positive pour la croissance verte » par le Ministère de l’écologie de S. Royal, le CLER a reporté son action sur la médiatisation des retours d’expérience territoriaux (usage des enveloppes de l’État, manière de mettre en place les dispositifs), évoluant ainsi vers une compréhension plus inclusive et plus fine de la TE puisque capable de prendre en charge la complexité de la dimension sociale de ce processus à une échelle très locale.

4. Synthèse du débat avec le public

Une première réaction du public interroge la capacité de la notion de « bien commun » à favoriser l’advenue de la TE tout en contribuant à faire évoluer le rapport des sociétés aux ressources. Pour Olivier Labussière, un tel abord par le bien commun permettrait d’éviter la définition apriorique de la ressource comme stock, afin de parvenir à une nouvelle ontologie dynamique où la ressource est une propriété (une désignation sociale) qui est attribuée par qualification et par reconnaissance. Ces processus de désignation peuvent cependant être détruits par le recours aux instruments de gestion politique centralisée, l’impersonnalité de ces derniers fermant des possibilités d’approche du bien commun par d’autres entrées (entrée sociale, représentationnelle, etc.). La notion de bien commun demeure donc incertaine : politisation, enjeu d’appropriation, dé-communication et multiplication d’usages rivaux.

Yannick Régnier prend quant à lui l’exemple de l’élaboration d’un plan climat-énergie territorial qui comporte souvent une évaluation économique sectorielle très coûteuse et poussée mais très abstraite. Dans ce cas, un retour vers des indicateurs sociaux et des préoccupations moins techniciennes permettrait d’éviter de se noyer dans des analyses quantitatives trop poussées, tout en produisant des diagnostics territoriaux plus pertinents car plus proches de leur objet (usage des ressources, points de départ des politiques d’optimisation).

Le second temps majeur du débat se focalise sur le rôle joué par la centralisation/décentralisation dans le déroulement de la TE. Olivier Labussière fait d’emblée état de la fragilité de ces catégories d’analyse. Il remarque que la TE excède les cadres de lectures traditionnels de centralisation/décentralisation : émergence de sources locales de renouvelable, mobilisation par les acteurs locaux de réseaux supranationaux, et diversité catégorielle des recours (subventions nationales et régionales, mobilisation locale, appui législatif européen) remettent en question les oppositions d’échelles trop schématiques.

Yannick Régnier rejoint cette idée d’une indistinction des dimensionnements : les territoires se sont certes mis en capacité d’agir grâce à l’émergence d’opérateurs et d’investisseurs dans les projets, et ce essentiellement à échelle locale, mais la taille de ces opérateurs et l’éventail de leurs domaines de compétence sont encore trop peu adaptés à la hauteur de l’enjeu d’autonomie territoriale. L’Allemagne constitue l’exemple opposé : des opérateurs gèrent de façon intégrée les services de fourniture d’eau, d’énergie et de transport dans la plupart des grandes villes (Munich, Berlin). En France, la situation est bien moins avancée : la situation monopolistique d’EDF-GDF pour la propriété des réseaux de distribution d’énergie en est une illustration parmi d’autres. Pour Yannick Régnier, un des leviers majeurs de décentralisation à mettre en œuvre serait ainsi d’autoriser les collectivités locales à se doter d’un opérateur territorial (mixte, privé ou public), compétence que la réforme territoriale de 2015 et la Loi de transition énergétique n’ont toujours pas déverrouillée.

Paul-Étienne Pini


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *