Les graffitis, au carrefour de l’histoire de l’art et des sciences sociales

graffitis

Avec son dernier ouvrage, Graffitis. Inscrire son nom à Rome, XVIe-XIXe siècle (éditions du Seuil, 2014), Charlotte Guichard propose une étude particulièrement originale et propre à enrichir le dialogue entre les sciences sociales et l’histoire de l’art. Cette discipline, étudiant les œuvres d’art par des questionnements et une approche traditionnellement esthétique et formaliste, a longtemps délaissé la réflexion sur la « vie sociale » des œuvres. Depuis plusieurs années cependant, nombre de travaux ont contribué à combler ce manque, en mobilisant, pour une histoire de l’art renouvelée, les questionnements de la sociologie et de l’anthropologie : il s’agit alors d’interroger les cadres sociaux de la production artistique ou encore le rapport entretenu avec les œuvres d’art par les agents sociaux.

L’étude des nombreux graffitis réalisés sur diverses œuvres romaines à l’époque moderne, objets jusqu’alors peu considérés, permet à Charlotte Guichard de participer à ce renouvellement et d’en révéler toute la fécondité heuristique. Ses analyses conduisent notamment à identifier un rapport aux œuvres caractérisé par l’échange et la proximité, mais également fortement déterminé par des volontés institutionnelles comme celles de l’Académie de France à Rome. Plus encore, en interrogeant par exemple des signatures apposées au XVIe siècle sur des fresques de l’antiquité romaine, elle construit une réflexion particulièrement pertinente sur un « régime d’historicité » révolu.

Après une présentation de l’ouvrage par son auteure, la discussion sera engagée avec Bernard Fontaine, spécialiste du graffiti contemporain, ce qui permettra de questionner les évolutions dans le temps de ce qui relève d’une même pratique : écrire son nom sur un mur.

Charlotte Guichard est chargée de recherche au CNRS et membre de l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine (UMR 8066). De sa thèse de doctorat en histoire de l’art est issu l’ouvrage intitulé Les amateurs d’Art à Paris au XVIIIe siècle (Champ Vallon, 2008). Elle a récemment dirigé De l’authenticité. Une histoire des valeurs de l’art (Publications de la Sorbonne, 2014).

Bernard Fontaine est professeur d’arts plastiques. Ayant pratiqué le graffiti, il contribue régulièrement au magazine spécialisé Paris Tonkar. Il est l’auteur de Graffiti. Une histoire en image (Eyrolles, 2011) et de Découvrir et comprendre le graffiti (Eyrolles, 2014).

Jean-Baptiste Vérot et Adèle Arghyris

Plus d’informations : http://www.liens-socio.org/Graffitis-inscrire-son-nom-a-Rome
https://www.facebook.com/events/1746882292211527/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *