Autour de la distinction sociale, d’Edmond Goblot à la bourgeoisie contemporaine

Michel Lallement est professeur au Conservatoire national des arts et métiers (Paris), titulaire de la chaire d’Analyse sociologique du travail, de l’emploi et des organisations et membre du Lise-CNRS. Il est l’invité du séminaire « Re/lire les sciences sociales » à l’occasion de la parution de son livre : Michel Lallement, Logique de classe. Edmont Goblot, la bourgeoisie et la distinction sociale, Paris, Les Belles Lettres, coll. « L’histoire de profil », 2015.

Discutante : Anaïs Collet, maîtresse de conférence en sociologie à l’Université de Strasbourg. Elle est l’auteure de Rester bourgeois. Les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction, Paris, La Découverte, 2015.

La séance aura lieu le lundi 18 janvier 2016, de 13h30 à 16h, à l’ENS de Lyon, site Descartes, salle F001.

lallement goblot

Dans son dernier ouvrage, Michel Lallement se penche sur la carrière du philosophe Edmond Goblot (1858-1935), et plus particulièrement sur son essai désormais classique : La barrière et le niveau. Étude sociologique sur la bourgeoisie française moderne (1925). C’est en sociologue du travail qu’il envisage l’œuvre de Goblot (au sens large : ouvrages, articles, carrière professorale, engagement politique…). La barrière et le niveau est un ouvrage pionnier qui dépeint les pratiques, les représentations et le discours que produit collectivement la bourgeoisie. L’un des mérites de l’ouvrage de Michel Lallement consiste à rappeler que l’ambition réelle de Goblot n’est pas seulement de faire le portrait d’un groupe social, mais de travailler sur les jugements de valeur produits par la bourgeoisie, et destinés à convaincre la société de son importance. C’est pourquoi Goblot, à la différence des tenants du matérialisme marxiste, insiste sur l’institution symbolique des classes sociales et non sur leur position dans le processus de production ; revenu et fortune sont pour lui des critères secondaires. Goblot démontre que toute démarcation sociale produite par la bourgeoisie (dans la mode, l’art, les salons, l’éducation, etc.) est à la fois barrière et niveau, c’est-à-dire qu’elle est à la fois un obstacle pour le plus grand nombre et un caractère commun à ceux qui passent la barrière. En logicien, Goblot considère que la plupart de ces jugements ont des fondements illogiques et en déduit la disparition à venir de cette classe.

Cependant, la confirmation empirique de cette hypothèse reste à nuancer. Comme le souligne Philippe Coulangeon, « les préférences esthétiques et les pratiques culturelles comptent, dans les sociétés occidentales contemporaines, parmi les attributs symboliques qui supplantent progressivement la propriété et la consommation ostentatoire des biens matériels dans les rituels d’identification réciproque de la vie sociale »[1]. De nombreux travaux sur la bourgeoisie parus depuis l’apport fondateur de Bourdieu vont dans ce sens, notamment ceux d’Anne-Catherine Wagner, de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, ou encore plus récemment les travaux d’Anaïs Collet. Cette dernière est sociologue, maîtresse de conférence à l’université de Strasbourg, spécialiste de sociologie urbaine et des classes moyennes. Elle a publié récemment Rester bourgeois. Les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction (2015). Elle étudie les mécanismes à l’œuvre dans les processus de gentrification à Lyon et Paris, et spécifiquement dans deux quartiers : la Croix-Rousse et le Bas-Montreuil. En effet, une frange des classes moyennes en ascension sociale s’approprie l’espace et le transforme afin d’accroître son capital symbolique. C’est un travail sur l’environnement qui est à l’œuvre, donc une forme de distinction en acte, inscrite dans la matérialité de l’espace, notamment par le biais de la production collective d’une image ou d’une histoire assignée au quartier – et ce, en vue d’assurer un « entre-soi » excluant les classes populaires. On sent l’importance de cet entre-soi dans l’essai de Goblot : il considère notamment que le logement occupe une place importante dans les formes de la distinction sociale. Il explique par exemple qu’« habiter une maison de peu d’apparence, dans un quartier où il y a des pauvres (…) sont des maux redoutés surtout à cause de l’humiliation »[2] qu’ils produisent chez les bourgeois.

Les analyses de Goblot sont encore mobilisées et mobilisables pour penser la bourgeoisie aujourd’hui : « L’avantage du bourgeois, dit-il, est tout entier dans l’opinion et se réduit à des jugements de valeur : ce n’est pas à dire qu’il soit mince : c’est une grande supériorité que d’être jugé supérieur »[3].

Rémi Rouméas

[1]   P. Coulangeon, « Classes sociales, pratiques culturelles et styles de vie : le modèle de la distinction est-il (vraiment) obsolète ? », Sociologie et sociétés, vol. 36, n° 1, 2004, p. 59-85.

[2]   E. Goblot, La barrière et le niveau. Etude sociologique sur la bourgeoisie française moderne, Paris, Alcan, 1925, p. 18.

[3]   Ibid,  p. 5.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *