Le capital au XXIe siècle : compte rendu de la séance du séminaire Re/lire du 16 décembre 2014 avec Thomas Piketty

Par Kévin Crouzet, Lino Galiana, Benjamin Dourdy et Guillaume Cassier

Lors de la séance du séminaire « Re/lire les sciences sociales » du lundi 16 décembre 2013, l’intervenant principal était l’économiste Thomas Piketty pour la publication de son ouvrage Le capital au XXI ème siècle, qui traite de la question des inégalités de richesses en France, mais aussi dans de nombreux pays d’Europe et d’Amérique du Nord.

Face à la densité de son ouvrage et au temps qui lui était imparti, Thomas Piketty a fait le choix d’articuler son intervention autour de trois conclusions principales, à savoir le retour en force du capital d’une part, sa concentration croissante ensuite, avant de s’attarder enfin plus longuement sur le cas des États-Unis. Accompagnant son propos de nombreux graphiques, il a souligné la prise d’importance du capital depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et surtout depuis le début des années 1980, avec les nombreuses privatisations et l’augmentation très nette de la valeur des actifs sur les marchés financiers. Ce retour en force du capital s’est accompagné d’une concentration croissante, comme Thomas Piketty l’a souligné, en rappelant entre autre que le décile supérieur des possesseurs de capital en détient aujourd’hui près de 60 %. La principale raison de ce processus est résumée dans la formule mathématique r > g où r est le rendement net du capital et g le taux de croissance. C’est cet écart entre des régimes de croissance faible et un taux de rendement du capital nettement plus important qui contribue avant tout à cette concentration du capital par le haut. Une société avec une croissance lente conduit nécessairement à une valorisation du capital et notamment du capital hérité.

Enfin, il a fait le choix de s’attarder sur le cas particulier de l’Amérique, qui donnait déjà lieu à une analyse très fine dans son ouvrage, dont la situation est différente de celle des pays européens. En effet, aux États-Unis, les patrimoines du passé jouent un rôle beaucoup moins important qu’ailleurs et l’on se trouve en présence de patrimoine essentiellement neuf, du fait de la forte croissance démographique depuis le XVIIIème siècle et de vastes terres qui ont pendant longtemps conféré une faible valeur au patrimoine foncier. Mais les inégalités y sont plus marquées dans le domaine des revenus en raison notamment de l’envol des salaires des « supers cadres ». On a alors justifié ces écarts mirobolants par l’idée de mérite, qui n’est pour Thomas Piketty qu’une pure construction sociale, et constitue une « fumisterie » pour reprendre ses termes. Cette situation est d’autant plus surprenante que pendant longtemps la politique américaine a instauré des taux prohibitifs pour ne pas ressembler à l’Europe profondément inégalitaire de la Belle-Époque, dont elle est devenue très proche avec le tournant néolibéral des années 1970.

piketty

Après cette intervention, Claude Gautier, professeur de philosophie politique et de philosophie des sciences sociales, a livré sa lecture de l’œuvre et a souhaité mettre l’accent sur certains points en commençant par le statut de l’Histoire dans cet ouvrage d’économie. En soulignant la filiation du travail de Thomas Piketty avec l’École des Annales et « le temps long » de Fernand Braudel, Claude Gautier a souhaité revenir sur les moyens pour le chercheur en sciences sociales d’éviter le risque d’anachronisme en comparant des données sur plus de trois siècles qui ne renvoient pas forcément au même objet. Il est ensuite revenu sur le sens de que ce que Thomas Piketty a appelé des « inégalités soutenables ou apaisées » au nom de la fonction sociale de certaines inégalités. C’est donc à un véritable débat sur les réponses à apporter à la crise et à l’amplification des inégalités, au-delà du débat même sur les visions politiques sous-tendues par le livre, que Claude Gautier a invité, en interrogeant notamment l’analogie voulue ou non du Capital au XXIème avec les miroirs des princes de la Renaissance.

Les questions posées par la salle, en fin de séance, ont très rapidement rejoint le terrain de l’actualité et notamment la nécessité d’une « remise à plat de la fiscalité » annoncée quelques semaines auparavant par le Premier Ministre, d’autant que certaines pistes évoquées (fusion de la CSG et de l’impôt sur le revenu, mise en place du prélèvement à la source) sont défendues de longue date par Thomas Piketty. Les participants étaient aussi curieux d’entendre sa vision de l’Union Européenne et de la mondialisation car, alors que Thomas Piketty partage le même constat sur l’ampleur des inégalités que l’économiste Frédéric Lordon ou l’historien Emmanuel Todd, il reste un fervent partisan de l’intégration européenne, notamment sur le plan politique et s’oppose à un repli national dans le domaine économique.


Une réflexion au sujet de « Le capital au XXIe siècle : compte rendu de la séance du séminaire Re/lire du 16 décembre 2014 avec Thomas Piketty »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *