Autour de Langlois et Seignobos : Gérard Noiriel, Antoine Prost, et Claire Zalc sont les invités du séminaire « Re/lire »

Par Nicolas Bonnard

A l’occasion de la réédition par la Bibliothèque Idéale des Sciences Sociales (Bi2S)  de deux ouvrages anciens, l’Introduction aux Sciences sociales  de Charles Seignobos et Victor Langlois (1897) et La méthode historique appliquée aux sciences sociales (1901) du même Seignobos, le séminaire « Re/lire les sciences sociales » va avoir le plaisir d’accueillir Gérard Noiriel, Antoine Prost – auteurs des préfaces de ces nouvelles éditions – et Claire Zalc – responsable de la série « Histoire » de la Bi2S. La séance aura lieu le lundi 17 février de 13h30 à 16h à l’ENS de Lyon, 15 parvis René Descartes, salle 104.

Charles Seignobos et Victor Langlois sont des chefs de file de l’école méthodique, qui vise à l’objectivité de l’histoire en appliquant des techniques rigoureuses à l’inventaire des sources et la critique des documents. Les ouvrages dont il est question s’inscrivent dans cette lignée. De plus, ils paraissent à un moment d’institutionnalisation universitaire de l’histoire. A ce titre, l’objectif est également de légitimer celle-ci en tant que discipline. La méthode qui est exposée a été largement critiquée par l’école des Annales, et garde encore aujourd’hui mauvaise presse chez beaucoup d’historiens.  Pourquoi les rééditer et en parler aujourd’hui ? Les trois invités du séminaire ont pour point commun, outre leur profession d’historien, d’avoir réfléchi et écrit sur la manière de faire l’histoire. Leur contribution aux rééditions des ouvrages de Seignobos et Langlois nous invite à relire et repenser leur travail. Il ne s’agit pas ici de montrer seulement l’apport essentiel qu’ont eu ces travaux dans la construction de la discipline historique, de les considérer eux-mêmes comme des documents historiques, déjà quelque peu poussiéreux et dépassés. Il s’agit de voir pourquoi ces travaux sont encore utiles à l’historien, en quoi ils sont encore d’actualité.

Les préfaces d’Antoine Prost et Gérard Noiriel soulignent la pertinence d’une telle relecture. Ils rappellent comment les auteurs ont écrit dans un contexte de constitution de la science historique, animés par le souci de démontrer la scientificité de l’histoire, en se démarquant à la fois des disciplines plus théoriques, comme la sociologie, et des récits d’histoire « grand public ». Ce travail leur a valu de nombreuses critiques, les taxant de « positivistes », les accusant d’avoir « prôné une forme de connaissance empiriste, niant la construction du fait historique, ou d’avoir enfermé la discipline dans un corporatisme hostile à la philosophie » (G.Noiriel). La plupart de ces critiques sont infondées, et reposent sur une mauvaise lecture des textes. Cela ne leur ôte pas leurs défauts, mais amène à reconsidérer l’actualité de ces réflexions parues au tournant du siècle dernier. Ainsi, à condition de prendre autant de précautions en lisant le travail des historiens qu’en lisant les documents, comme le préconisait Seignobos lui-même, le lecteur peut découvrir « l’ampleur, la modernité et l’importance de l’épistémologie » de ces auteurs (Antoine Prost).

Cette relecture de Seignobos et Langlois dépasse cependant le simple cadre historique. En définissant l’histoire comme un « procédé de connaissances » qui s’appuie sur des représentations du réel et non le réel lui-même, Seignobos dégage un point commun à toutes les sciences sociales, qui reposent sur des « observations indirectes ». En fixant les cadres de la méthode historique, les ouvrages portent une réflexion sur la méthode à utiliser dans les sciences sociales quelles qu’elles soient.

C’est donc un public qui ne se limite pas seulement aux historiens qui est convié à la cinquième séance du séminaire « relire les sciences sociales » qui se tiendra le lundi 17 février ; toute personne s’intéressant aux sciences sociales est invitée à venir échanger avec Antoine Prost, Gérard Noiriel et Claire Zalc.

Informations pratiques pour assister au séminaire :

http://www.liens-socio.org/Reinventer-la-science-historique

Gérard Noiriel :

Historien, directeur d’études à l’EHESS et membre de l’IRIS (EHESS), Gérard Noiriel a travaillé sur l’histoire de l’immigration en France (Le creuset français, 1988 ; Population, immigration et identité nationale en France (XIX-XXème siècle), 1992) ainsi que sur l’histoire ouvrière (Les ouvriers sidérurgiques et les mineurs de fer du bassin de Longwy-Villerupt (1919-1939), 1984). Il a également développé une réflexion sur les questions interdisciplinaires et l’épistémologie en histoire, notamment avec la publication de Sur la « crise de l’histoire » (1996) où il explore les débats, les conflits suscités par la discipline historique ainsi que la naissance du métier d’historien aux XIXèmes et XXèmes siècles.

Antoine Prost :

Historien, professeur émérite à l’université Paris 1 et membre du Centre d’histoire sociale du XXe siècle, Antoine Prost étudie la société française du XXème siècle selon les groupes, les institutions, les mentalités. Ses travaux portent en particulier sur les anciens combattants (Les Anciens Combattants et la société française (1914-1939), 1977) et les questions d’éducation (L’enseignement en France (1800-1967), 1968 ; Education, société et politique. Une histoire de l’enseignement en France, de 1945 à nos jours, 1992). Il mène également une réflexion historiographique, en particulier avec Douze leçons sur l’histoire (1996), où il montre l’influence de l’ancrage socio-institutionnel de l’historien sur ses travaux, démonte clairement les étapes de la méthode historique et s’interroge sur le métier d’historien.

Claire Zalc :

Historienne, chargée de recherches au CNRS et membre d’Institut d’histoire moderne et contemporaine (IHMC), travaille sur l’immigration en France au XXème siècle  (Melting Shops. Une histoire des commerçants étrangers en France, 2010 ;  Petites entreprises et petits entrepreneurs étrangers en France, 19e-20e siècles, avec Anne-Sophie Bruno, 2003). Ses recherches portent aussi sur la Shoah (Face à la persécution. 991 Juifs dans la guerre, 2010 ; direction de Pour une micro-histoire de la Shoah (2013) avec Tal Bruttmann, Ivan Ermakoff et Nicolas Mariot). Parallèlement, elle mène une réflexion sur les manières de faire et dire l’histoire : elle a publié avec Claire Lemercier Méthodes quantitatives pour l’historien (2008) où elle explore les raisons et l’utilité de telles méthodes à l’heure de l’informatique tout en revenant sur l’histoire de l’utilisation des statistiques par les historiens.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *